Hunger Games, T3 La Révolte – Suzanne Collins

 

Titre : La Révolte

Série : Hunger Games

V.O. : The Hunger Games, Mockingjay

Auteur : Suzanne Collins

Traducteur : Guillaume Fournier

Editeur : Pocket Jeunesse

Date de Parution : Mai 2011

 

 

 

Une petite chronique un peu particulière aujourd’hui puisque je l’ai écrite au moment où j’ai terminé le roman, c’est à dire en Mai 2012. ça date un peu mais je voulais partager mon ressenti avec vous ^^

Notamment après avoir regardé une parodie du premier film dont je reparlerai bientôt ~

Et donc :

Quand j’ai lu le tome 1, je n’ai pas pu m’enlever de la tête le fait que le sujet, quoique dérangeant, était parfaitement plausible. Nous voulons tous protéger les gens qui nous sont chers et nous sommes peut-être tous capables de devenir des meurtriers dans ce but. Heureusement, pour la majorité d’entre nous, nous ne serons jamais confrontés à la réalité que vie Katniss dans le livre.
Malgré tout, le passé a déjà démontré ce que le livre rappelle : certains seront des lâches, d’autres des manipulateurs, une majorité se terreront et espéreront passer à travers les flammes sans trop de mal. Certains accèderont au pouvoir et feront tout pour le garder. D’autres sacrifieront des innocents pour subvenir à leurs besoins et atteindre leur but. Des personnes se rebelleront pour préserver ceux qui leur sont chers. Certains voudront tout oublier. D’autres crieront vengeance et ressasseront ce qu’on leur a prit.
Et puis parfois, au milieu de tous ces gens, il y en d’autres qui se battent pour des valeurs justes. Mais qu’est-ce que la justice sinon quelque chose d’abstrait, propre à chacun de nous ? Ce que je trouve juste ne le sera peut-être pas de l’avis de mon voisin. Ce sur quoi je pleurerais le fera peut-être rire. Je hausserais peut-être les épaules alors qu’il appellera vengeance pour une cause qui lui tient à cœur…
En chacun de nous se cache le pire et le meilleur.

Il arrive de temps en temps que je sorte bouleversée d’une lecture. Ça a été le cas à la fin du tome 3 de Hunger Games.
Le récit à la première personne est envoûtant. Nous ne savons que ce que sait Katniss, nous ne voyons qu’avec ses yeux et pourtant… Elle n’est pas exempte de défauts et elle le sait. Nous passons 417 pages dans la peau d’une fille qui a grandie trop vite, d’une enfant brisée et persécutée. D’une gamine qui a tué et vu mourir un nombre incalculable de gens. Pour elle ou contre elle.
Les morts auxquelles elle assiste sont un supplice. Que se soient celles des rebelles ou des membres du capitole. Car le livre le démontre bien : il n’y a ni « méchants » ni « gentils ». Seulement des hommes, des femmes et des enfants. Dont certains possèdent le pouvoir et d’autres non. Seuls quelques personnages sont purs comme des bouffées d’oxygène et leur sort est parfois le moins enviable : la mort, la torture et la folie. Car comment rester neutre, innocent ou fort face à la destruction de votre propre monde ? Le constat est simple : personne n’y arrive. Tout le monde en ressort entaché.

À la fin pourtant, la vie a continué. Brisée. Peuplée de cauchemars. Un livre sur la guerre bien mené ne peut amener qu’une seule pensée : faites que les hommes apprennent de leurs erreurs et cessent de s’entre tuer.

Souhait irréalisable…

 

Vous avez lu cette trilogie ? Qu’en avez-vous pensé ?

4 réflexions sur “Hunger Games, T3 La Révolte – Suzanne Collins

  1. Pingback: Hunger Games, la parodie | tempsdemots

  2. Pingback: Throwback Thursday #13 | Temps de Mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s