Le Jeu de l’Assassin – Amy Raby

Titre : Le Jeu de l’Assassin

V.O. : Assassin’s Gambit

Auteur : Amy Raby

Traducteur : Leslie Damant-Jeandel

Editeur : Bragelonne

Date de Parution : 21 Mai 2014

 

 

 

 

Résumé :

Vitala est Riorcan. Comme tous les gens de son peuple dans le pays de Kjall, elle n’a pas d’autre choix que celui d’être esclave. Mais ses cheveux noirs et son père étant de Kjall, elle est parfaitement capable de se fondre dans le décor. Ces qualités lui valent d’être recrutés par son plus jeune âge par le Cercle de l’Obsdienne. Tout en lui fournissant un semblant de famille, le Cercle la prépare surtout à devenir un assassin. Formée jusqu’à devenir une lame bien affutée, Vitala est envoyée au palais pour la mission la plus dangereuse de sa vie. Et la plus importante. Tuer l’empereur de Kjall.

 

Avis :

J’ai vogué de début de livre en début de livre sans vraiment réussir à m’accrocher à l’un d’eux avant de tomber sur celui-ci. Que j’ai adoré !

On suit donc Vitala lorsqu’elle arrive au palais alors qu’elle est pleinement concentrée sur sa mission. Tuer Lucien est son seul crédo et elle ne pense qu’à cela. A comment elle va réussir à le séduire puis à le tuer, lançant alors une guerre de pouvoir qui permettra au Cercle de l’Obsidienne de faire de Riorca un pays libre.

Bien évidemment, tout ne se passe pas comme prévu et Vitala comprend vite qu’elle va devoir improviser. Ce qu’elle ne fait pas forcément de gaîté de cœur mais ce qu’elle fait bien ! C’est un personnage qui a une réelle évolution tout au long du roman, qui possède de nombreuses forces mais aussi pas mal de failles. C’est une enfant qui a grandi sans jamais avoir sa place nulle part et je l’ai souvent trouvé touchante dans ses réflexions.

Lucien est personnage que j’ai aussi beaucoup apprécié, même si parfois son côté stratège a quelque chose de dérangeant, ce qui contribue malgré tout à lui donner de la consistance. On sent que l’auteur a travaillé ses personnages pour eux-mêmes, selon leurs caractères et non pas pour que le lecteur les prenne en affection (même s’il est facile de les aimer ! :P)

L’histoire abandonne rapidement ce coté séduction/assassinat pour devenir beaucoup plus politique et les actions s’enchaînent sans discontinuer. On traverse beaucoup de lieux qui nous permettent de découvrir la géographie du pays tout en amenant de nouveaux personnages et en complexifiant les principaux.

Outre la politique, les entraînements à l’assassinat et la guerre qui se profile, Le Jeu de l’Assassin entre pleinement dans la fantasy grâce à la magie que possèdent certains personnages. Sans que cette dernière les rende invincibles, elle leur confère malgré tout plus de pouvoirs et permet de belles scènes de combat. Bien expliquées, les différences de magies ou de castes ne perdent jamais le lecteur mais permettent de rendre encore plus riche le monde qui nous est proposé dans ce roman.

En définitive, un ouvrage que j’aurai dévoré et des personnages que je serais heureuse de retrouver dans le deuxième tome !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s