Interview de Claudine Glot

 

Lors des Rencontres de l’Imaginaire Arthurien, Lixy et moi avons eu le plaisir de pouvoir interviewer Claudine Glot. Celle-ci a gentiment accepté de nous accorder un moment où nous avons pu lui poser quelques questions et passer une heure conviviale pleine de bonne humeur.

Pour moi qui baigne dans la Légende Arthurienne depuis toute gamine et pour qui Claudine Glot est LA référence principale, j’avoue avoir été un peu stressée… D’autant plus que les Rencontres de l’Imaginaire demandent beaucoup d’organisation et que je savais qu’elle serait certainement très occupée.

Je me suis pourtant rapidement détendue face à sa gentillesse et à ses réponses et je me suis vite prise au jeu de discuter d’un sujet qui me tient à cœur avec une auteure que j’adore.

Un très bon moment que je vais essayer de vous retranscrire ici ^-^

 

 

  • Pouvez-vous nous dire ce qui a motivé la création du Centre de l’Imaginaire Arthurien ?

(le CIA pour les intimes :P)

Nous étions tout un groupe et nous avions cette espèce de passion pour la légende et la Bretagne. Notre groupe s’appelait Artus. Il traitait du patrimoine culturel des pays celtiques et des mondes nordiques et particulièrement de la légende Arthurienne. Nous avons voulu changer le mode de transmission car nous étions en Bretagne et qu’il n’y avait rien sur le sujet, ce qui était dommage. Il y avait à ce moment-là une bonne conjecture administrative, ce qui nous a permis d’obtenir des fonds car l’association était à connotation culturelle et européenne.

Nous avons donc proposé une idée qui était beaucoup plus vaste que ce que nous avons réalisé jusqu’ici. Le Centre a été créé en 1988 avec des expositions temporaires et s’est définitivement installé à Comper en 1991. Nous avions la chance d’avoir parmi nous beaucoup d’artistes, peintres, auteurs… ainsi que des universitaires et des journalistes.

Ce qu’on voit aujourd’hui a été long à mettre en place et c’est la motivation du groupe qui a permis ce résultat. Un réseau d’affinités s’est créé et il y a derrière tout cela beaucoup de bénévolat. L’endroit est très animé et, même si dans le groupe les gens ont des opinions diamétralement opposées sur certains sujets, les liens se sont renforcés et nous passons toujours de très bons moments.

 

  • Avez-vous un personnage ou un évènement préféré dans la Légende Arthurienne ?

Merlin et Morgane.

Pour des raisons un peu opposées d’ailleurs.

Merlin car je n’ai toujours pas percé son mystère.

Morgane car on n’en sait finalement assez peu sur elle. C’est un modèle fort pour lequel on ressent des sentiments extrêmes, de la haine à l’apitoiement. Elle change souvent d’amants mais il y a une fatalité autour d’elle, une espèce de malheur permanent. L’image de Morgane telle qu’on la connait aujourd’hui est une version tardive déformée de la femme pécheresse du XIXème siècle.

 

 

  • Si vous deviez regarder un film ou une série sur cet univers, lequel choisiriez-vous ?

Excalibur de John Boorman parce que c’est un film intelligent. On peut penser ce que l’on veut de l’esthétique car le film a vieilli mais c’est malgré tout le seul film qui reprend toute l’histoire en la comprenant.

Kaamelott pour la série. Au delà de l’humour, il y a beaucoup d’informations sur la légende. Les trois premières saisons sont mes préférées, les dernières me gênent au niveau de la reprise de l’hypothèse de l’origine romaine d’Arthur qui est très anglo-saxonne.

J’ai profité du sujet pour la questionner sur la sortie prochaine de la comédie musicale dont les premières chansons sorties ne m’emballent pas.

Claudine Glot a donc rencontré le scénariste, le chorégraphe ainsi que les costumiers qui connaissaient apparemment très bien le sujet et ont discuté avec elle des couleurs des vêtements et des coiffures pour correspondre à la symbolique des personnages.

  • Ma nièce se montre très intéressée par ma bibliothèque mais elle n’a que 7 ans, auriez-vous un titre à conseiller pour un enfant de cet âge ?

( j’ai personnellement lu « Sur les traces du roi Arthur » lorsque j’étais en primaire)

François Johan et sa série en cinq volumes : Les Chevaliers de la Table Ronde chez Casterman.

La Légende de Merlin, coécrit avec Jean-Noël Rochut

 

 

  • Ma nièce m’a aussi demandé si je croiserai des korrigans cette semaine. Pour le moment, n’a pas été le cas. Et vous ? Combien en avez-vous vu ?

Aucun. Et je le regrette.

 

  • Y’a-t-il l’un de vos ouvrages que vous affectionnez particulièrement ?

J’aime beaucoup Sur les Traces du Roi Arthur car il y a tout un parcours avec l’éditrice Maylis de Kerangal qui m’avait contactée alors qu’elle travaillait encore chez Gallimard.

Ainsi que Les Fées ont une histoire car je tenais à ces récits et que le livre a été accepté par l’éditeur à une époque où il n’est pas si simple de prendre le risque de publier ce genre d’ouvrage, illustré et relativement coûteux.

 

  • N’avez-vous jamais eu envie de vous essayez à un autre univers ?

Si. J’ai quelques projets mais qui sont encore trop informes pour en parler pour le moment.

 

  • J’imagine que vous lisez beaucoup. Avez-vous un genre de prédilection ?

Je lis de tout, en passant par la chick-lit. Par contre, je n’aime pas les récits de vampires adolescents qui ont proliféré récemment.

 

  • Auriez-vous des conseils à donner à ceux qui souhaiteraient écrire sur la Légende Arthurienne ?

Il faut lire. Beaucoup. Il faut arrêter de lire uniquement de la fantasy pour ne pas se laisser influencer et plutôt lire des essais historique et de la littérature autre. Voir des tableaux et aller à des expositions. Il faut surtout toujours travailler à son texte même sans écrire, c’est-à-dire le nourrir de ses curiosités, de ses expériences.

 

 

  • Nous sommes à Concoret pour encore quelques jours, auriez-vous une bonne crêperie à nous recommander ?

Il y a Les Fées Gourmandes au bord du lac ainsi que la crêperie du Porche à Paimpont. Un peu plus loin à Plélan-le-Grand, il y a le Rouable d’or qui est très bon et abordable.

 

  • Quel est votre mot préféré de la langue française ?

C’est compliqué… j’en ai plusieurs. Tout d’abord Girandole pour sa sonorité.

Et demain pour des raisons vitales. Tant qu’il y a la possibilité de demain, il y a toujours de l’espoir.

 

  • Pour terminer, nous avons remarqué que nous n’illustriez jamais vos ouvrages, pourriez-vous nous dessiner quelque chose ?

IMG_20150729_215553

 

Si le sujet vous intéresse, n’hésitez pas à faire un tour sur les sites

du Centre de l’Imaginaire Arthurien

de l’office de tourisme de Brocéliande située à Paimpont

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s