La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains – Catherynne M. Valente

 

Titre : La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains

V.O. : The girl who circumnavigated Fairyland in a ship of her own making

Auteur : Catherynne M. Valente

Traducteur : Laurent Philibert-Caillat

Illustrateur : Ana Juan

Editeur : Balivernes éditions

Date de Parution : Novembre 2015

 

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Septembre est une jeune fille qui aspire à l’aventure. Quand elle est invitée en Féérie par le Vent Vert et le Léopard des Petites Brises, bien sûr, elle accepte. Qui ne le ferait pas à douze ans ? Mais Féérie est dans la tourmente, sous le règne écrasant d’une Marquise maléfique.

Cheminant en compagnie d’un vouivre amoureux des livres et d’un étrange garçon bleu, presque humain nommé Samedi, elle perdra : son ombre, sa chaussure, son cœur et bien sûr son chemin. Mais dans l’aventure, elle trouvera le courage, l’amitié, une cuillère un peu spéciale et bien plus encore. Elle seule détient la clef qui rétablira l’ordre et le bonheur en Féérie…

 

  • Avis :

Tout d’abord merci aux éditions Balivernes pour ce roman ❤

Je l’avais vu lors de la masse critique de Babelio et le titre m’avait intrigué. Le mot de « Féérie » et la couverture aidant, il n’en fallait pas plus pour me donner envie de monter moi aussi sur ce fameux bateau dans le but de partir à l’aventure.

Et bien aventure il y a eu ! AventureS même d’ailleurs.

L’écriture (tout autant que la traduction) emporte directement le lecteur dans un monde où tout est possible. Où un Vouivre peut être un vrai dictionnaire pour peu que qu’il s’agisse des lettres de A à L, où il est avéré qu’une petite fille sans cœur est une chose normal (à nous qui avons dépassé l’enfance et savons combien les enfants peuvent être cruels entre eux) et où une clef peut vivre ses propres aventures elle aussi.

La résolution de l’intrigue m’a surprise et on s’attendrit même pour les « anti-héros » de cette histoire qui nous démontre qu’on peut tous être bons et méchants, tous être des héros pour peu qu’on s’en donne la peine. Car Septembre évolue tout au long de ce roman, elle grandit et développe une empathie extraordinaire qui la pousse tout au bout de ses retranchements. Ses rencontres sont tous magiques, parfois horribles à vivre pour elle mais toujours incroyables et féériques.

Car la magie empli toutes les pages de ce roman. Qu’il s’agisse du Vent Vert ou des félins, que les personnages soient des objets ou des animaux fantastiques, les rencontres de Septembre m’ont fait rêver et attendri. J’ai adoré cette petite fille et je me suis laissée prendre au jeu de ce qu’elle vit. Je l’ai suivi lors de ses combats, j’ai regardé grandir ses amitiés et je l’ai encouragé à se relever lorsque tout semblait perdu.

Je me suis attachée à Ell et à Marid tout comme à la lanterne et à la clef. Et surtout, je me suis laissée bercée par les mots. Par toutes ses phrases qui peuvent faire rêver les enfants et réfléchir les adultes (et inversement). J’ai trempé dans le courage grâce à Lessive, je suis retournée en Féérie grâce au Vent Vert et j’ai voulu sauver la petite Spriggan sans savoir si j’aurai eu autant de bravoure que Septembre. Car, si les enfants sont parfois cruels, ils sont aussi bien plus braves, eux pour qui la peur est peut-être encore une notion assez abstraite.

Et pour une fois (oui je le souligne car vous savez combien je suis difficile sur le sujet) : j’ai totalement ADORE la fin ! Elle est parfaite ❤

Même si bon… Je ne serai pas contre une suite des aventures de Septembre 😛

(sait-on jamais !)

 

« Qu’on ne la juge pas : tous les enfants manquent de cœur. Car leur cœur n’a pas encore poussé, c’est pourquoi ils montent aux arbres et disent des choses choquantes et sautent si haut que le cœur des adultes, lui, papillonne de terreur. En outre, comme en lecture ou en calcul et en dessin, chaque enfant évolue à sa vitesse propre (il est bien connu que la lecture favorise plus que toute chose la poussée du cœur). Certains petits sont terribles et sauvages, Complètement Sans Cœur. D’autres sont doux et tendres et Presque Pas Sans Cœur. Septembre, d’une manière générale, se situait entre les deux, le jour où le Vent Vert la prit : Un Peu Sans Cœur, et Un Peu Avec. »

 

Entre dans le

challenge2016

13 / 35

Publicités

13 réflexions sur “La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains – Catherynne M. Valente

  1. Pingback: Bilan Décembre 2015 | tempsdemots

  2. Pingback: Tag : Adieu 2015 | tempsdemots

  3. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #5] Bilan 5 – Muti et ses livres

  4. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #5] Bilan 6 – Muti et ses livres

  5. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #5] Bilan 7 – Muti et ses livres

  6. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #5] Bilan 8 – Muti et ses livres

  7. Pingback: [Challenge jeunesse / young adult #5] Bilan 9 – Muti et ses livres

  8. Pingback: Concours 2 ans n°1 : éditions Balivernes | tempsdemots

  9. Pingback: La fille qui tomba sous Féérie et y mena les festoiements – Catherynne M. Valente | tempsdemots

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s