L’Hiverrier – Terry Pratchett

 

Titre : L’Hiverrier

V.O. : Wintersmith

Auteur : Terry Pratchett

Traducteur : Paul Kidby

Editeur : Pocket

Date de Parution : 12 Février 2015

 

 

  • Résumé (éditeur) :

L’esprit de l’hiver s’est épris de Tiphaine Patraque. Il lui offre des icebergs, se déclare par des avalanches et la couvre de flocons – témoignages d’amour un peu rudes pour une apprentie sorcière de treize ans, mais qui ne manquent pas de… fraîcheur.

« Miyards ! »
Ah ! oui, et revoici les Nac mac Feegle, les ch’tits hommes libres, venus donner un coup de main, que ça lui plaise ou non. Car, si Tiphaine ne fait pas entendre raison à son soupirant, il n’y aura plus jamais de printemps.

 

  • Avis :

(lu en Décembre 2015)

Merci à Walkyrie pour ce joli cadeau de Noël ❤

Quel plaisir de retrouver Terry Pratchett et le Disque-Monde ! Je ne m’y étais pas plongée depuis un bon moment et j’ai retrouvé certains personnages comme on retrouve de vieux amis. Pour d’autres, n’ayant pas lu tous les romans du Disque-Monde, je les ai rencontré en cours de route. Et je suis à présent très curieuse de connaître l’histoire de Tiphaine et des Nac mac Feegle à son point de départ.

L’histoire nous présente donc Tiphaine, jeune sorcière, qui, mue par ses pieds, s’interpose dans la danse de l’hiver et de l’été, perturbant très fortement le premier. Et lorsqu’un esprit élémentaire tombe amoureux… ça dépote !

L’Hiverrier devient donc ici un personnage à part entière, pour qui la compréhension du monde est différente de celle des hommes. Il n’est pas humain et, par conséquent, il ne comprend pas exactement ce qu’est Tiphaine. Terry Pratchett nous propose donc toute une réflexion sur « ce qui fait un homme », réflexion amusante et pertinente qui va rythmer la quête de L’Hiverrier.

En face de lui, il y a donc les sorcières. On y retrouve Mémé Ciredutemps, toujours aussi en forme ainsi que Nounou Ogg et Miss Tique et Mademoiselle Trahison. Toutes cherchent (plus ou moins et de manières détournées ou non) à aider Tiphaine à réparer sa faute. Mais, comme toujours avec ces sorcières, tout y question de non-dits et de pipeaux. Leur manière d’être est passionnante et l’humour de Pratchett fait sourire au fil des pages.

Néanmoins, on y voit aussi Tiphaine grandir et murir et le roman propose des personnages auxquels il est très facile de s’attacher car ils sont profondément humains. D’un humour grinçant et à leur manière mais parfaitement réel. Pratchett fait une lecture intéressante du genre humain en mêlant esprit, sorcières ou gens banales. Tous se côtoient et s’attachent aux apparences avant de s’attacher au reste.

J’ai aussi adoré les Nac mac Feegle même si j’ai eu d’abord un peu de mal à les comprendre ! Le temps aidant, on fini par s’habituer à leur manière de parler qui sonnent de façon assez marrante à l’oreille 😛

En bref, un super roman que j’ai dévoré pour bien terminer l’année !

Publicités

2 réflexions sur “L’Hiverrier – Terry Pratchett

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s