Gardiens des Cités Perdues, T1 – Shannon Messenger

Titre : Gardiens des Cités perdues

V.O. : Keeper of the lost cities

Auteur : Shannon Messenger

Traducteur : Mathilde Bouhon

Editeur : Lumen

Date de parution : 15 Mai 2014

 

 

  • Résumé :

Depuis ses cinq ans, Sophie entend les voix de toutes les personnes autour d’elle. Elle est donc la proie régulière de migraines insoutenables. Ajouté à cela une mémoire photgraphique et une intelligence hors du commun pour ses douze ans et il est facile de comprendre que l’adolescente se sent en décallage avec les autres.

Elle est malgré tout surprise lorsqu’un garçon à peine plus âgé qu’elle débarque soudain et lui annonce qu’elle n’est pas humaine et qu’elle doit venir avec elle. Car Sophie est… une elfe.

 

  • Avis :

Je me suis lancée dans les Gardiens des Cités Perdues sur les conseils de Ferilou. Elle pourra confirmer que c’est souvent à double tranchants :p Puisqu’il nous arrive d’être paaarfaitement d’accord sur une lecture ou d’avis tootalement opposés.

Pour le coup, il s’agit plutôt du premier point ! (Yeah \o/)

Pour tout avouer, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, certainement parce que je craignais trop de similitudes avec Harry Potter. Alors oui, il y en a mais dans le bon sens du terme : l’univers est fascinant. Comme Sophie, j’ai découvert un nouveau monde qui m’en a tout d’abord mit plein les yeux avant d’être nuancé au fil des pages.

Car si Everglen a ses bons côtés, il possède aussi de gros défauts que ses habitants ne voient pas. Il y a dans ce tome toute une réflexion sur l’humanité et la compassion, sur la manière de voir les choses et les gens. Les elfes, qui ont une longévité exceptionnelle, n’arrivent pas à comprendre des concepts purement humains, tel que le deuil et, par extension, la mortalité.

Comme tout est nouveau, autant pour Sophie que pour le lecteur, celui-ci découvre les lieux, les personnages, les habitudes et les lois en même temps que la jeune fille, ce qui nous permet de bien comprendre ce nouveau monde. Sophie étant très humaine de par son éducation, ce qui lui parait illogique nous parait bien souvent étrange à nous aussi, ce qui nous rapproche d’elle et nous permet de bien la comprendre.

Si tout parait parfait au premier abord, Sophie se rend vite compte que les elfes sont assez centrés sur eux-mêmes et que la majorité d’entre eux sont persuadés d’avoir raison. Les règles sont établies et respectées, même si elle  paraissent parfois étranges à notre regard humain. C’est aussi ce parallèle qui est intéressant : voir la différence entre les visions de ceux qui ont toujours vécu de cette manière et celle qui arrive soudain dans ce monde bizaroide pour elle mais qui est malgré tout le sien.

Il y a dans ce roman une grande part donnée aux sentiments et j’ai souvent eu le coeur serré face à la tristesse de Sophie. Elle fait face à beaucoup de bouleversements auxquels le lecteur ne peut que compatir, s’attachant de fait encore un peu plus au personnage.

Les desciptions sont bien dosées, intervenant lorsque Sophie arrive dans un nouvel endroit ou apprend de nouvelles informations, nous permettant de nous intégrer à Everglen petit à petit, sans que cela ne soit compliqué ou dérangeant. On y croit et on y est, suivant la jeune fille à travers les couloirs de Foxfire, essayant de désaprendre nos croyances humaines pour comprendre les habitudes elfiques.

Au niveau de ces derniers, Sophie se fait ici ces premiers amis et, comme dans toutes les écoles, il y a les sympas et les désagréables, les drôles, les mis à l’écart, pour une raison ou pour une autre. Ce premier tome permet de poser les bases des relations que Sophie entretient avec tous ces personnages, qu’il s’agisse des adultes ou de ses caramades. on se rend d’ailleurs compte qu’un ado, elfe ou humain, a des comportements assez similaires !

Plus qu’un nouveau monde, on découvre aussi de nouvelles instances politiques et toute une intrigue qui trouve son origine avant la naissance de Sophie et tourne autour d’elle. On récupère donc des informations sur les différents groupes, on forme des hypothèses sur le pourquoi du comment et on croise les doigts lorsqu’elle se retrouve en mauvaise posture.

En bref un roman prenant qui pose les jalons d’une histoire passionnante portée des personnages attachants et une intrige intéressante.

 

Entre dans le

challenge2016

64 / 35 50 65

et dans

hp5-8110

Lumos : un livre avec l’écriture jaune/dorée – 25 points

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s