Rencontre avec Vincent Villeminot

 

En Juillet dernier, les éditions Fleurus proposait, via leur page facebook Lire en Grand, de tenter de rencontrer Vincent Villeminot lors d’une après-midi à Paris en Septembre.

En parcourant le blog, vous vous êtes certainement rendu compte que j’aimais beaucoup le travail de Vincent Villeminot.

J’ai donc sauté sur l’occasion et j’ai eu la très bonne surprise de recevoir un mail me confirmant que j’étais attendue le vendredi 16 Septembre.

img_20160916_144934

Nous étions donc 10 blogueuses et nous avons pu poser toutes nos questions à Vincent Villeminot. Des questions qui, si elles tournaient évidemment autour de l’écriture de ses romans, étaient variées et continues, auquel il a toujours répondu avec enthousiasme.

 

J’avais pris soin d’enregistrer la rencontre pour pouvoir la retranscrire le plus fidèlement possible (c’est d’ailleurs pour cette raison que je suis très en retard puisque j’ai beaucoup de mal à trouver le temps nécessaire me permettant de me poser suffisamment longtemps pour écouter ces deux partis faisant respectivement 56 et 72 min selon mon téléphone). Mais, et là je vous avoue être très déçue, mes enregistrements ne fonctionnent qu’à moitié et s’arrêtent au bout de dix minutes à peine tous les deux –‘

J’ai donc ressorti les notes écrites que j’avais prise mais je suis vraiment désolée, ce sera donc moins précis !

img_20160916_161716

 

La rencontre a évidemment commencé sous le signe de l’écriture et, par la manière dont on y vient souvent, par la lecture.

Vincent Villeminot nous a donc dit qu’il lisait plutôt des écrivains voyageurs tels Jean Rolin et Nicolas Bouvier, mais aussi des classiques (dont il trouve d’ailleurs que les lire trop jeune est déraisonnable). Il lit aussi régulièrement des polars, notamment ceux de Jean-Patrick Manchette.

 

L’écriture à présent :

Tout d’abord journaliste, Vincent Villeminot se met progressivement à écrire des romans qu’il envoie à des éditeurs sans jamais de retour positif. Mais, son éditrice chez qui il publie des romans de voyage lui demande un jour s’il est intéressé par l’idée d’écrire des romans pour enfants car ils sont en recherche d’auteurs. Cela fonctionne bien et il en écrit d’autres, devenant donc finalement auteur de livres pour la jeunesse. Il précise d’ailleurs qu’il écrit pour la jeunesse et non pas en jeunesse car il y a derrière ses textes la volonté d’écrire pour quelqu’un d’autre.

Il rappelle qu’il s’agit d’un véritable métier et qu’il a fait le choix de ne faire que ça pour, justement, pouvoir s’y consacrer totalement. Il a donc des journées bien remplies où il commence l’écriture à 9h, s’arrête régulièrement le midi et le soir car il est calqué sur les horaires de sa fille puis reprend de 20h à 23h.

 

Au niveau des Pluies :

Voulant écrire un véritable livre d’aventures comme il en lisait quand il était petit, Vincent Villeminot se tourne vers Sarah, son éditrice chez Fleurus mais aussi son amie, qui lit tous ses manuscrits. Il veut écrire un roman de pirates et d’abordage et cette idée, déjà basée sur l’eau, trouve son début dans le nom d’un de ses personnages, qui est le prénom du fils de Sarah, Noah. Les autres prénoms sont venus par la suite, dans une envie de créer plusieurs sonorités différentes.

Au commencement de l’écriture, Les Pluies se passait en France mais, rapidement, Vincent Villeminot se rend compte que cela ne « sonne pas juste » et c’est à ce moment-là « que commence le roman », lorsqu’on découvre la direction à prendre pour le mettre en œuvre. Au niveau du travail éditorial, Vincent Villeminot et Sarah sont habitués à travailler ensemble et Vincent précise que le travail de l’éditeur est indispensable puisque c’est lui qui va avoir le premier regard extérieur professionnel et dire « cette phrase-là est en trop » par exemple. Il explique que pour Les Pluies, la scène du train était beaucoup plus longue et que Sarah lui a signifié qu’elle s’ennuyait en la lisant. Ils ont donc retravaillé sur ce passage (et sur d’autres) pour ciseler le roman.

Nous nous sommes arrêté aussi sur le fait que les personnages ne s’intéressent pas à la pluie qui tombe alors c’est ce qui semble marquant pour nous, lecteurs. La discussion s’est donc orientée sur la crédibilité du texte et Vincent Villeminot a pointé le fait que les personnages entendent la pluie tomber depuis tellement longtemps qu’eux n’y font plus attention. Tout comme le vocabulaire change selon le personnage qui parle puisqu’il s’agit de son vocabulaire à lui et de sa manière personnelle de voir le monde selon ce qu’il en connait et ce qui l’intéresse.

 

La couverture :

Je ne sais pas pour vous mais, personnellement, j’adore la couverture des Pluies et je n’étais apparemment pas la seule autour de la table ! La conversation s’est donc évidemment intéressée à celle-ci et à la manière dont elle a été pensée et réalisée.

Il faut qu’une couverture soit fidèle au roman mais aussi qu’elle fasse vendre et, souvent, l’auteur n’a pas son mot à dire. Vincent Villeminot nous a dit ici que la directrice artistique lui avait fait l’amitié de lui montrer la couverture avant et qu’il avait demandé à ajouter les mouettes (on en revient au fameux roman d’aventures et de pirates ^^)

 

Les personnages :

Comme nous posions toutes des questions, j’ai pris mon courage à deux mains pour lui demander si, parfois, ses personnages lui donnaient du fil à retordre (puisque les miens ne sont pas toujours d’accord avec moi et ont finalement leur vivre propre).

J’ai donc été soulagé d’apprendre que les siens n’étaient pas beaucoup plus conciliants ! 😛

Vincent Villeminot se dit admiratif de ses personnages, de ce qu’ils vivent et de la manière dont ils avancent. Il déclare qu’ils continuent à vivre dans sa tête et à grandir, que les personnages de ses premiers romans, Instinct, sont à présent dans la vingtaine et qu’il se voit bien écrire sur eux plus tard.

Au niveau des personnages justement, il avoue qu’il y a souvent un décalage entre le synopsis qu’il donne à ses éditeurs au moment de parler du roman et le roman lui-même car, entre les deux, les personnages se sont mis à exister et ont donc une vie propre qui amènent d’autres réactions et d’autres évènements.

 

Merci beaucoup à Marine et Sarah pour avoir organisé cette superbe rencontre ! Et bien évidemment merci à Vincent Villeminot d’avoir répondu à toutes nos questions ❤

 

Quelques vidéos sur la page facebook de Lire en Grand

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s