Les Décharnés, Une lueur au crépuscule – Paul Clément

Titre : Les Décharnés, Une lueur au crépuscule

Auteur : Paul Clément

Date de Parution : 1er Décembre 2015

 

 

  • Résumé (4ème de couverture) :

Une journée de juin comme une autre en Provence. Blessé à la cheville, Patrick, un agriculteur de la région, asocial et vieillissant, ne souhaite qu’une chose : se remettre au plus vite pour retrouver la monotonie de sa vie, rythmée par un travail acharné.

Mais le monde bascule dans l’horreur lorsque les automobilistes, coincés dans un embouteillage non loin de chez lui, se transforment soudain en fous assoiffés de sang… de sang humain. S’il veut survivre, Patrick doit non seulement faire face à ces démons qui frappent à sa porte mais aussi à ceux, plus sournois, qui l’assaillent intérieurement. Et si cette petite fille, qu’il prend sous son aile, parvenait à le ramener, lui, vieux loup solitaire, dans le monde des vivants ?

 

  • Avis :

Si je n’en lis pas régulièrement, j’aime bien les histoires de zombies et j’étais donc curieuse de lire celle-ci dont le résumé me tentait bien. D’autant plus que l’auteur est français et que l’histoire se passe donc en France (soyons chauvins !)

Le début démarre sur les chapeaux de roues et on entre directement dans l’histoire par l’arrivée des zombies, provoquant aussitôt une vague de panique et d’horreur parmi la population présente. Le fait qu’on soit loin de la ville au départ du roman, permet d’amener une attente sur le moment où les gens voient arriver les zombies puis comprennent ce qu’il se passe et cherchent alors, non plus à endiguer le problème, mais bien uniquement à sauver leur peau.

Le premier point qui m’a dérangé à la lecture est arrivé à ce moment-là : je fais partie de ces gens qui ont besoin de s’attacher au personnage principal pour entrer dans l’histoire et je n’ai pas du tout accroché au caractère de Patrick. Je ne comprends pas ses décisions, je le trouve contradictoire et du coup, j’ai du mal à l’apprécier. S’il était tout simplement réellement préoccupé uniquement par sa survie, j’aurai peut-être réussi à le comprendre mais, le fait de sauver une enfant qui ne sera, dans ce contexte-là, qu’un poids sur les épaules alors qu’il n’a pas ce réflexe pour un adulte m’a paru illogique. Au-delà de cela, leur relation est mignonne est on comprend bien que la petite sera celle qui fera évoluer l’adulte.

Au niveau de l’intrigue, je l’ai trouvé sympathique et j’ai beaucoup apprécié l’écriture. J’aurai donc pu passer au-dessus du personnage qui gagne malgré tout en empathie au fil du roman mais le deuxième point qui m’a fait m’arrêter souvent dans ma lecture concerne les descriptions. Ce n’est pas nouveau : je n’aime pas ça. Mon souci ici concerne le fait qu’il y a finalement assez peu de dialogues et plutôt beaucoup de descriptions justement. J’aime avoir une part laissée à ma propre imagination quand je lis et ce n’était pas possible dans ce contexte-ci. Donc certes, nous sommes totalement bien guidés sur l’endroit où se trouvent les personnages et il est facile d’en avoir une idée très précise. Trop précise pour moi qui suis vite lassée par les descriptions…

En bref une histoire à l’écriture agréable mais dont le personnage principal et les nombreuses descriptions ultra détaillées m’auront finalement fait décrocher.

Merci à Paul Clément pour sa confiance et sa patience ~

Publicités

8 réflexions sur “Les Décharnés, Une lueur au crépuscule – Paul Clément

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s