Un cœur gros comme une étoile – Sarah Allen

Titre : Un cœur gros comme une étoile

V.O. : What stars are made of

Autrice : Sarah Allen

Traductrice : Leslie Damant-Jeandel

Editeur : Milan

Date de parution : 14 avril 2021

Couverture Un coeur gros comme une étoile

  • Résumé (éditeur) :

Sais-tu qui est Cecilia Payne-Gaposchkin ?
Il s’agit de la scientifique qui a découvert de quoi sont composées les étoiles.
Pourtant, elle n’apparaît dans aucun manuel…car un homme s’est attribué le fruit de ses recherches.
Sais-tu qui est Libby Monroe ?
Il s’agit de la collégienne qui va tout faire pour réparer cette injustice !
Et pourquoi pas un pacte avec l’univers ?

  • Avis :

Ce roman, je souhaitais le découvrir car je pensais qu’il pourrait être une bonne entrée pour discuter de la non-reconnaissances des scientifiques femmes dans la vie quotidienne. Et effectivement, tout le travail de Libby autour de Cecilia Payne-Gaposchkin mais également tous les moments de cours autour du manuel utilisé à l’école et du manque de représentation des femmes dans ce manuel est intéressant à beaucoup de niveaux. Mais ce roman, c’est avant tout un ouvrage ownvoice, c’est-à-dire un roman où l’autrice présente un personnage vivant ce qu’elle-même vit et qui peut donc retranscrire la situation et les situations vécues de façon très personnelle.

Dans cet ouvrage, Libby, comme son autrice, est atteinte du syndrome de Turner, une maladie rare, d’origine génétique puisqu’il s’agit d’une anomalie chromosomique. Une maladie que je ne connaissais pas du tout mais qui, ici, au travers de Libby et du bout de vie pendant lequel on va la suivre, nous permet de comprendre cette maladie grâce à elle.

Il s’agit d’un ouvrage qui questionne à bien des niveaux et que j’ai lu presque d’une traite tant l’écriture est fluide et l’histoire de Libby motivante à suivre. Libby explicite très bien ce qu’est le syndrome de Turner et les conséquences qu’il a sur sa vie quotidienne, tout comme sur celle de sa famille, la difficulté d’être différente mais également la force que cela représente. La vision qu’à Libby d’elle-même mais également celle que les autres ont d’elle est bien amenée et l’ouvrage permet de mettre en avant des notions essentielles telles que le harcèlement, le handicap ou le sexisme et surtout la difficulté de faire face à tout cela au moment crucial qu’est l’adolescence. Les adultes ont une place importante dans le questionnement de Libby et sont tour à tour des aides ou des freins.

Un ouvrage que j’ai hâte de pouvoir ajouter dans le CDI pour en discuter avec les élèves !

8 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s