Dynasties, tome 1 : Entre les flammes – Ilona Andrews

 

Titre : Entre les flammes

Série : Dynasties

V.O. : Hidden Legacy

Auteur : Ilona Andrews

Traducteur : Guillaume Le Pennec

Editeur : J’ai Lu pour Elle

Date de Parution : 26 Avril 2017

 

 

  • Résumé :

Il y a plus d’un siècle, des scientifiques ont créé un sérum permettant de développer des dons d’ordre surnaturel. Depuis, ces gènes se transmettent de génération en génération…

Détective privée, Nevada Baylor peut détecter les mensonges chez autrui. Alors qu’elle s’apprête à affronter le challenge le plus ardu de sa carrière, retrouver un certain Adam Pierce, elle se fait kidnapper. Son ravisseur ? Rogan, un séduisant milliardaire aux grands pouvoirs. Entre le désir de fuir et celui de s’abandonner à lui, Nevada hésite…

 

  • Avis :

Bon, premier point, je trouve le résumé un peu simplet au vu de l’histoire. Ne vous y fiez donc pas si vous pensez en le lisant qu’il s’agit d’une petite amourette saupoudrée de paillettes magiques. Pour avoir lu les quatre premiers tomes de Kate Daniels (avant que leur traduction ne s’arrête mais c’est une autre histoire et, en plus, Kate Daniels revient *-*), je connaissais déjà la plume du couple Ilona Andrews.

L’intrigue est menée d’une main de maître et les événements s’enchaînent rapidement sans pourtant jamais perdre le lecteur. Si le roman prend soin de présenter les personnages, c’est par petites touches, au moment opportun et lorsque l’intrigue a besoin de montrer un nouveau jour de leur personnalité ou de leur histoire. Nevada est une héroïne totalement badass qui garde néanmoins un côté très humain. Son amour des siens et sa volonté de tout faire pour préserver les autres la pousse à se mettre elle-même en danger. Cependant, elle réfléchit toujours aux conséquences de ses actes et ne choisi de faire quelque chose que si elle le juge juste. Sa répartie est un régal à lire et on ne peut que s’attacher à cette jeune femme qui cache beaucoup de failles sous une carapace forgée au fil des ans.

On ne sait finalement pas tant de choses que cela sur Rogan mais il arrive à être aussi insupportable qu’attachant et j’ai vraiment hâte d’en apprendre plus sur lui. Dans ce tome-ci, son caractère comme ses manières sont aussi rigides qu’attirantes (oui, Rogan est tout en nuances 😛 ) et j’ai adoré le binôme qu’il forme avec Nevada. Leurs dialogues sont de jolis moments d’humour entre des moments d’actions véritablement prenants qui permettent à la tension de redescendre. Les passages Augustin/Rogan sont d’ailleurs des petits moments bienvenus d’ambiance cours de récré que j’ai adoré.

La hiérarchisation des maisons est présentée de manière assez rapide pour le moment, le roman se concentrant vraiment pour mettre en place le background tout en présentant une histoire à la résolution complète (même s’il y a évidemment beaucoup plus derrière celle-ci). On comprend malgré tout que les maisons dominent et s’affrontent autant qu’elles se soutiennent. J’imagine qu’on en saura beaucoup plus lors du second opus qui devrait avoir une intrigue plus complexe politiquement parlant, notamment au niveau de la représentation des maisons entre elles. Le côté rigide de leur éducation et de leur manière de voir le monde s’oppose radicalement à la famille où Nevada a grandit, la loyauté des premiers étant faite par devoir alors que celle de Nevada réside dans l’amour et le respect qu’elle voue à ceux qui l’entourent.

Ce premier tome pose donc les bases d’une histoire prenante, permettant la résolution d’une intrigue pour en annoncer une beaucoup plus vaste. On ne s’ennuie pas un seul instant et les pages se tournent à toute vitesse, amenant autant de résolution que de questions.

En résumé une intrigue qui vous emmène tambour battant et des personnages totalement irrésistibles. Que demander de plus ?

 

 

Les Pluies, T2 Ensemble – Vincent Villeminot

 

Titre : Ensemble

Série : Les Pluies

Auteur : Vincent Villeminot

Editeur : Fleurus

Date de Parution : 8 Septembre 2017

 

 

  • Résumé :

Lorsque la barque accoste, elle contient trois silhouettes lointaines qu’il est impossible de reconnaître. Mais Lou en est sûre : ce sont eux. Kosh et Noah sont revenus. Se fiant à l’instinct de la jeune femme, Malcolm prend la tête de leur évasion. Mais jusqu’où devront-ils aller pour réussir à retrouver ceux qui leurs sont chers ? Et, surtout, que sont-ils prêts à faire pour cela ?

 

  • Avis :

Les Pluies avaient été l’un de mes coups de cœur de l’année dernière et j’attendais impatiemment ce second tome. Pouvoir recevoir l’exemplaire non corrigé dès à présent fait partie de mes bonheurs de blogueurs et je vous avoue que j’ai joyeusement couiné en le tenant enfin :p

Que vous dire… Je l’ai terminé il y a quelques jours et je suis encore sous le coup de cette fin et de l’émotion qu’elle m’a fait ressentir… Mais commençons par le début peut-être ?

Nous retrouvons les personnages là où nous les avions laissés à la fin du premier opus. Si nous avons pu suivre les aventures de Kosh et Noah, nous n’avons eu qu’un bref aperçu de ce qui est arrivé à Lou et Malcolm. Le fait de se concentrer sur ces deux-là permet de se rendre compte de la manière dont ils ont évolué au fil des semaines.

J’ai beaucoup aimé cette manière de passer d’un personnage à l’autre dans les deux tomes sans jamais perdre le fil du récit. Chacun des quatre adolescents à sa propre façon d’appréhender les événements et aucun d’entre eux ne va s’attacher aux mêmes détails. Cela permet à l’histoire de continuer à avancer sans heurt mais en y ajoutant différentes manières de voir les choses.

Le récit nous fait prendre conscience de la difficulté à rester humains lorsque tout s’écroule autour de vous. Sont-ils encore des enfants après tout ce qu’ils ont subi ? Sont-ils encore innocent ? Mais qu’est-ce que l’innocence finalement ? Doivent-ils être punis pour leurs crimes ou faut-il punir ceux qui les ont poussé à les commettre ? Finalement… la justice n’est-elle pas parfois injuste ?

Les personnages que nous rencontrons nous rappellent que chacun est différent et que, si les « mauvais » chemins sont parfois plus faciles à prendre, il est aussi possible de rester droit et amical au milieu du chaos. Aucun des personnages ne ressort indemne de cette crise de « fin du monde » mais, si certains profite de la faiblesse des plus démunis, d’autres cherchent encore à préserver l’humanité. Cette dualité se retrouve finalement dans la vie de tous les jours, même si elle est évidemment bien plus poussée ici alors que les vivres viennent à manquer et que chacun est finalement incapable de faire totalement face à la situation.

J’ai une nouvelle fois totalement plongée dans l’histoire et je me suis attachée à ces gamins forcés de grandir trop vite, parfois découragés mais toujours animés de la volonté de rester unis. C’est l’amour qu’ils ressentent les uns pour les autres qui les poussent à toujours dépasser leurs limites et rester droits malgré tout. La fin justifie les moyens dit-on… Mais encore faut-il savoir choisir ses batailles.

On frémit pour les personnages, on espère, on croise les doigts, on se sent fière… et finalement on s’en sépare, avec un sourire triste et en même temps heureux d’avoir pu vivre tout ça avec eux.

En bref, une fois débuté, impossible de le lâcher. Un roman qui clôture parfaitement bien l’histoire commencée dans le premier tome.

Un petit mot aussi pour la couverture qui s’accorde parfaitement bien à la première et qui donnera très envie de les mettre en facing dans sa bibliothèque (laissant ainsi Kosh et Lou se regarder ~)

 

N’hésitez pas à suivre les pages de Vincent Villeminot et Lire en Grand, des exemplaires seront bientôt à gagner ! Et, surtout, vous pourrez suivre touuutes leurs actualités ❤

 

Entre dans

41 / 50

La Dame aux Artifices, Livre I Magnifiques Artifices – Shelley Adina

 

Titre : Magnifiques Artifices

Série : La Dames aux artifices

Auteur : Shelley Adina

Editeur : Moonshell Books

Date de Parution : 07 Avril 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Londres, 1889. Règne de Victoria. Le fils de Charles Darwin est Premier ministre. Et la vapeur est l’énergie qui mène le monde. À 17 ans, Claire Trevelyan, fille du vicomte St. Ives, était censée se contenter de verser élégamment le thé, coudre un ourlet à la perfection et mettre le grappin sur un bon parti. Malheureusement les talents de Claire ne relèvent pas de la salle de bal mais du laboratoire de chimie, où les choses ont la fâcheuse habitude d’exploser. Quand son père joue son patrimoine sur les moteurs à combustion et le perd, Claire se retrouve catapultée dans les rues malfamées de Londres. Mais, en jeune femme pleine de ressources et d’esprit, elle retourne la situation en sa faveur. S’en suit l’ascension d’un nouveau chef de bande du milieu glauque de la ville, connu sous le nom de la Dame aux artifices. Quand elle rencontre Andrew Malvern, membre de la Société royale des Ingénieurs, elle réalise que ses talents peuvent lui servir à beaucoup d’autres choses, outre les artifices explosifs. Ils peuvent l’aider à exaucer ses rêves et ses… mais parfois des amitiés les plus sincères peuvent naître les plus grandes trahisons…

 

  • Avis:

Ce qui m’a d’abord attiré dans ce roman, c’est la gentillesse de l’auteur et sa passion du steampunk qui ressortait bien lors de la conférence du festival du roman féminin sur « Le costume dans la romance historique et steampunk ». Outre la quatrième de couv’ qui présente un roman intriguant, la couverture m’a aussi beaucoup plu et je trouve qu’elle indique bien le côté steampunk de l’histoire.

Ce dernier amène une réflexion intelligente sur les capacités des femmes à faire fonctionner des machines techniques ou à conduire. Dans un monde où les femmes se doivent d’être polie, bien mises et de chercher un mari, Claire fait grise mine. Ce qui l’intéresse, elle, c’est de savoir comment fonctionne les choses et elle aspire à avoir une liberté qu’elle n’a pas. Si le début du roman la voit malheureuse de par tout ce qui lui arrive, les événements lui permettent aussi de s’émanciper et de gagner en assurance.

J’ai adoré le personnage, sa vivacité et son empathie. Claire possède une douceur qu’on trouve finalement assez rarement dans les héroïnes à forte tête. Elle réfléchit toujours avant de foncer et ne fais que ce qui lui semble juste. Si elle fait des erreurs, elle les regrette mais les assume et pense bien souvent à son prochain avant elle-même. Son éducation se ressent beaucoup dans ses actions et dans sa manière d’être et devient une force au fil des pages.

Si elle est le point central de l’histoire, de nombreux personnages secondaires sont tout aussi intéressants à découvrir, notamment la bande de gamins des rues. Ils possèdent tous leur propre personnalité et on ne peut que s’attacher à eux, tous autant qu’ils sont. J’ai malgré tout un faible pour les Mopsies, je l’avoue !

Concernant l’intrigue, s’il s’agit ici clairement d’un tome de mise en place, cela n’empêche pas l’histoire d’être bourrée d’action et de moments décisifs pour les personnages. Ceux-ci nous sont présentés, tout comme l’univers dans lequel ils évoluent, permettant au lecteur de s’y faire tranquillement sa place pour les prochains opus à venir.

En résumé une histoire pleine d’action sur fond de steampunk avec une héroïne aussi forte que douce et une myriade de personnages attachants. J’espère que les prochains tomes seront vite traduits en français ! ❤

 

Entre dans

Médaillon de Serpentard : un livre où le nom/prénom de l’auteur (ou d’un des auteurs) commence par un S – 20 points

Le jour où j’ai rencontré Digby – Stéphanie Tromly

 

Titre : Le jour où j’ai rencontré Digby

Auteur : Stéphanie Tromly

Editeur : Fleurus

Date de Parution : 09 Juin 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Après le divorce de ses parents, Zoé et sa mère déménagent. Nouvelle maison, nouveau quartier, nouvelle école. Comme elle le dit elle-même, elle passe la moitié de son temps à se poser des questions sur son futur, et l’autre moitié à envisager l’intérêt du maquillage et des régimes. Toutes ces questions restant bien entendu insolubles.
Digby, adolescent énigmatique qui semble avoir pour principe de sécher tout les cours et d’être justicier des temps modernes, a pour devise : « La vérité est presque toujours décevante ».
Un jour, une fille du lycée, disparaît mystérieusement. Volatilisée. Digby décide de mener l’enquête, et entraîne Zoé dans cette folle aventure. Huit ans auparavant, Sally la petite sœur de Digby, a été elle aussi enlevée et n’a jamais été retrouvée…

 

  • Avis:

En débutant ce roman, je ne savais pas du tout à quoi m’attendre. Pourtant, Zoé m’a plu dès le départ. Un peu paumée par sa nouvelle vie, elle semble au départ être une jeune fille discrète et assez invisible. On découvre au fil des pages une adolescente effectivement perdue et mal dans sa peau mais qui recèle beaucoup de volonté et d’envie de changements. Sa rencontre avec Digby est finalement le coup de pouce dont elle a besoin pour sortir de sa réserve et se mettre à vivre de nouveau sans être avalée par le divorce de ses parents.

Prise en otage entre deux eaux par ces derniers, son aptitude à s’adapter lui permet de s’habituer rapidement à Digby. Mais c’est sa volonté et sa soif « d’autre chose » qui la pousse à le suivre dans ses aventures.

Ici le titre est vraiment bien trouvé puisque sa rencontre avec Digby va l’entraîner dans une tonne de complications. Malgré tout, celle-ci va aussi lui donner la force de faire face à son père et de prendre sa place sans plus laisser les autres décider pour elle. Zoé souffre d’un gros manque de confiance en elle et Digby, avec sa personnalité décalée, va lui montrer qui elle est. Quant à lui, il est tout en nuance. Sans jamais rien dire de lui-même, ce sont ces actes qui le dévoilent plus encore que ses paroles.

Digby est un gamin brisé pour qui tout tourne autour de la disparition de sa sœur des années auparavant. Cette nuit est devenue le pivot de son existence en dévastant sa famille toute entière. Si sa petite sœur est le point central de la quête de Digby, il ne s’agit pas ici d’une enquête pour la retrouver mais pour savoir ce qu’est devenue Marina. Et, en cherchant la jeune fille comme il cherche sa sœur, c’est aussi lui-même dont Digby est en quête.

Le roman propose autant de moments drôles qu’émouvants et je me suis totalement laissée happer par cette histoire pleine de rebondissements.

En résumé… j’ai vraiment hâte de lire la suite ?

 

Entre dans

36 / 50

Merveilles & Légendes de Korrigans « Petits contes secrets » – Pascal Moguérou

Titre : Merveilles & Légendes de Korrigans « Petits contes secrets »

Auteur : Pascal Moguérou

Editeur : Au Bord des Continents

Date de Parution : 23 Avril 2014

 

 

  • Résumé (éditeur)

On trouve dans ce ‘grimoire ancien’ dédié aux lutins vivant dans les contrées septentrionales de l’Europe, une présentation de chacune des tribus (ceux des landes, des forêts, des rivages…) mais aussi de nombreux contes, concoctés et illustrés par le maître en la matière, Pascal Moguérou, où le merveilleux, la nostalgie de l’enfance et l’amour associé au respect de la nature transparaissent entre chaque ligne.

 

  • Avis:

La date de sortie de Sombres Féeries étant venue, je me suis dit qu’il était VRAIMENT temps de sortir cet ouvrage-ci de ma PAL avant d’en ajouter un autre. Ça tombe bien : avec les week-end de trois jours, j’ai du temps pour me poser tranquillement !

Je dis tranquillement car, si en général je lis un peu partout, les livres illustrés sont plutôt pour moi des moments où j’aime avoir ma bulle pour pouvoir les parcourir visuellement tout autant que les lire. Et puis, pensez donc si je lisais ce genre d’ouvrage dans le métro ! Que direz les gens en me voyant baisser le nez sur ma lecture pour le relevez un long moment plus tard, les cheveux ébouriffés par le vent de la lande et des feuilles dans les cheveux ?!

Bref, j’ai donc profité d’un moment « bulle » pour partir sur les traces des Korrigans. Je me suis perdue entre les pages, j’ai visité des lieux empreints de magie, j’ai rencontré des personnages attachants, j’ai regardé passer les saisons et je suis revenue… La première chose à savoir concernant cet ouvrage, c’est finalement qu’il laisse rêveur. Qu’il nous conte des histoires qui trouvent un écho dans des lieux qu’on croit connaître et qui nous donnent envie de les retrouver pour les découvrir à nouveau, les yeux cette fois grands ouverts.

Ce sont des histoires qui parlent d’amitié qui défient le temps, qui raconte les liens familiaux, l’amour qu’on porte à sa terre et à ceux qui nous entourent. C’est un ouvrage qui parle des fondamentaux de l’humanité, cette dernière n’étant pas forcément là où on l’attend le plus. Et puis, bien sûr, il y a de la malice, de la sournoiserie et des défis en tout genre.

Les illustrations nous donnent une image de ce dont les mots nous avaient déjà donné un aperçu et nous permettent de nous ancrer encore un peu plus entre les lignes, mettant des visages sur des noms et des couleurs sur les paysages. Ils sont autant d’histoires racontées que de traits esquissés, les deux invitant sans peine à voyager.

A la sortie de cet ouvrage, je n’ai finalement qu’un seul regret : ne pas avoir pu le partager à voix haute avec quelqu’un. Je suis sûre que ces mots auraient encore une autre résonance de cette manière !

En bref une plongée réussie dans les landes en compagnie d’une myriade de Korrigans farceurs.

Quelques photos pour vous donner un aperçu ~

 

Entre dans Le Printemps de l’Imaginaire Francophone

Et dans

Grimoire poussiéreux : un livre qui prend la poussière dans ta pile à lire depuis au moins 1 an – 10 points

 

Le jardin des silences – Mélanie Fazi

 

Titre : Le jardin des silences

Auteur : Mélanie Fazi

Editeur : Bragelonne

Collection : L’Autre

Date de Parution : 22 Octobre 2014

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Un bal secret au coeur de l’hiver, une violoniste dont les notes soulèvent le voile des apparences, une dresseuse d’automates dépassée par sa création : à travers ces douze textes ciselés, découvrez ou retrouvez l’univers envoûtant de Mélanie Fazi, auteure rare à la plume délicate, qui joue des mots émotions avec une justesse bouleversante.

 

  • Avis :

Je lis rarement de recueil de nouvelles mais, en cette période de partiels, j’étais contente de pouvoir lire une histoire et en avoir la fin puisque je ne pouvais pas reprendre un roman tout de suite. Le Jardin des silences était LE livre que j’avais décidé de m’offir en allant au Salon Fantastique car les résumés que j’avais lu de certaines nouvelles me tentaient beaucoup.

Et, pour une première dans l’univers de Mélanie Farzi, je dois dire que je suis conquise !

J’ai été totalement entraînée par la mélodie des textes. Aucune nouvelle ne m’a déplu, même si évidemment, j’ai été plus sensible à certaines d’entre elles. La tristesse qui se dégage des mots prend vraiment aux tripes et, en même temps, l’espoir est sous-jacent. J’ai adoré ces textes et j’ai eu du mal à quitter cet univers aussi fantastique que doux.

On vit les histoires, on s’attache aux personnages et on est triste de les quitter, alors même que nous n’avons passé que quelques petites pages en leur compagnie. Chaque histoire à son univers propre, amené et décrit de telle sorte que le lecteur à l’impression de le connaître déjà. On se perd entre les mots et on y revient après chaque fin de nouvelle, attiré par la plume envoûtante de Mélanie Farzi.

En bref un petit bijou ! Qui me donne très envie de découvrir les autres textes de l’auteur.

 

Entre dans

Item éphémère Gilderoy Lockhart : lire un livre dédicacé – 105 points

La Lettre – Lily Haime

Titre : La Lettre

Auteur : Lily Haime

Editeur : MxM Bookmark

Date de Parution : 25 Janvier 2007

 

  • Résumé (éditeur) :

Il suffit d’une lettre pour tout changer…

 

  • Avis:

Après avoir entendu parler de l’auteur de nombreuses fois, j’ai fini par craquer et par me laisser tenter par La Lettre.

Que vous dire… Je pense que je suis tombée amoureuse… Si, si, rien que ça ! J’ai ouvert ma kindle, j’ai commencé ma lecture et… je ne l’ai refermé qu’une fois celle-ci terminée.

L’histoire nous présente plusieurs personnages dont les plus importants sont Harley et Phœnix. Si les projets de Harley sont très clairs, sa rencontre avec Phœnix les remet en question. Mais à quel point ? Que doit-il abandonner pour modifier ses plans tout tracés ? Qui doit-il sacrifier ?

Le roman pose des questions vraiment intéressantes sur le fait que nous grandissons tous et que, parfois, ce qui nous paraissait un rêve étant adolescent devient une corvée ou quelque chose d’approchant lorsque nous avons finalement le doigt dessus. Mûrir est souvent douloureux et se rendre compte qu’on a changé peut l’être encore plus. D’autant plus si vous savez que cela va blesser les gens que vous aimez.

Ni Harley, ni Phœnix ne sont parfaits et leurs coups de gueule comme leurs coups de sang font autant évoluer leur histoire qu’ils la freinent. Le fait d’avoir choisi de les laisser parler tour à tour permet aux lecteurs de les connaitre un peu plus, chapitre après chapitre.

Par petites touches, une réflexion de l’un ou de l’autre, un dialogue, une description, Lily Haime nous présente les failles de ses personnages. Elles proviennent de leur passé, de leur caractère ou de leurs ressentis et, si l’histoire ne s’y étend pas, elles nous permettent néanmoins de comprendre les réactions de chacun d’eux. J’ai autant aimé Harley que Phœnix et Brody et j’ai vraiment apprécié que l’épilogue s’attarde sur eux et se termine de cette manière, me convainquant totalement que, oui, j’étais tombée amoureuse de cette histoire.

Parce que les sentiments sont tangibles, parce que les personnages sont attachants, parce que les émotions qu’ils véhiculent m’ont émue, parce que l’écriture est addictive… Parce que toutes ces petites raisons combinées à d’autres ont fait que je me suis totalement laissée emporter.

Et là, je me dis que si une nouvelle de 89 pages a réussi à me faire ressentir tout ça, que va donner un roman ?! Heureusement pour moi, Lily Haime a écrit suffisamment pour que j’ai l’embarras du choix !

En bref une histoire qui, malgré sa brièveté, arrive à faire passer beaucoup d’émotions.