Allowin Singulier-Weyrd, T1 L’autre côté des ombres – Noëmie Auke

 

Titre : De l’autre côté des ombres

Série : Allowin Singulier-Weyrd

Autrice : Noëmie Auke

Editeur : MxM Bookmark

Date de parution : 10 juin 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Owin Singulier-Weyrd ne s’attendait pas à être contraint et forcé d’hériter du cabinet d’exorcisme familial. Surtout par sa grand-tante décédée qui hante encore les lieux. Une fois installé dans ce petit village, bien loin de sa vie d’exorciste itinérant, Owin va devoir regagner la confiance des habitants et faire ses preuves. Sa rencontre avec l’un de ses clients, Frédéric Cendrevent, le dernier membre d’un clan maudit et voué à disparaître, va changer son quotidien. Sa grand-tante disait qu’on ne s’ennuyait jamais ici et elle avait raison. Entre les problèmes d’exorcismes, des meurtres mystérieux et un croquemitaine qui s’attaque aux enfants du village, Owin a beaucoup à faire, même avec l’aide de Frédéric. Surtout quand leur attirance mutuelle les prend un peu par surprise. Ils en oublieraient presque la malédiction qui les menace… si elle ne se rappelait pas à eux.
  • Avis :

Cela faisait un moment que je n’avais pas eu de faille temporelle de lecture ! C’est-à-dire qu’il m’est arrivée plusieurs fois d’ouvrir le livre en me disant que je lisais quelques chapitres et, lorsque je relevais le nez, les heures étaient passées (oups ?). Aucune surprise donc si je vous dis qu’il s’agit là d’un beau coup de cœur !

Dès le début, le lecteur plonge dans la vie d’Owin alors qu’il hérite du cabinet d’exorcisme de sa tante et déménage donc dans ce village qu’il ne connait pas tellement. Il y a beaucoup de codes propres à l’univers et de mots qui apparaissent de manière parfaitement normale alors que le lecteur ne les connait pas. Mais ça fonctionne, parce cela est fait naturellement justement. Les longues explications ne sont pas nécessaires car le contexte est bien amené et, lorsque quelque chose peut paraître complexe, une petite phrase suffit à en donner la compréhension au lecteur.

Owin est un personnage auquel il est très facile de s’attacher. Sa famille prend une place très importante (avec ses qualités et ses défauts) et si nous n’avons pas tout un récit de son enfance, les quelques moments clés qui nous sont présentés, par petites touches et pour expliquer des réactions et des émotions, font qu’on comprend son caractère et que l’on a toujours envie d’en savoir plus (je veux carrément connaître mieux Yvain ! Et Orphée m’intrigue très fortement).

Si j’ai adoré Owin, je dois dire que Frédéric n’est pas en reste. Il ne parle pas beaucoup, il observe, est clairement méfiant et n’incite pas forcément à l’apprécier au niveau des relations humaines. Mais savoir qu’un démon cherche à vous posséder, que vous êtes le dernier de la lignée à avoir une malédiction sur les épaules et que vous êtes piégé dans votre maison avec des esprits frappeur… ça ne donne pas forcément beaucoup de place à la sociabilité !

Je sens que je me perds déjà (mais j’ai beaucoup à dire sur ces deux personnages  que j’ai déjà tellement hâte de retrouver !). Pour Owin qui est toujours sur les routes et qui se refuse à être le bon soldat exorciste de la famille, l’annonce de son héritage est rude. Mais il apprécie la tante qui lui a légué le cabinet et cherche à lui faire plaisir, d’autant plus que son fantôme hante encore les lieux, signe qu’elle a besoin de quelque chose. Il reprend alors ses travaux, ses missions et, par là, les exorcismes réguliers chez Frédéric.

Il y a dans ce roman une grande place faites aux yeux. De part Frédéric d’abord, dont les yeux « débordent de hantise ». Je pense que chaque lecteur se fera sa propre vision des choses mais ce fait est vraiment quelque chose qui m’a marqué. De la même manière que les yeux d’Owin font tout de suite savoir aux autres qu’il est exorciste. Les noms ont également une place importante, ce qui se retrouve bien souvent en fantasy (notamment lorsqu’il s’agit de la Féerie) et c’est un rappel auquel je suis assez sensible lorsqu’il arrive dans un roman.

On pourrait penser que le « léger » problème de Frédéric serait suffisant à lancer l’intrigue mais on y ajoute également des meurtres, des réflexions sur le deuil et les revenants, des moments de douceurs fantomatiques comme de violence à la fois physique et psychique. Tout est bien dosée et le roman oscille entre actions et réflexions, entre dialogue amusant et sérieux. Le lecteur se fait ses propres hypothèses et suit Owin dans ses pérégrinations, découvre sa gentillesse, sa droiture mais également son petit côté imbu de lui-même. Il comprend Frédéric et son attachement à son fenris, son intelligence et son agacement qui monte rapidement. (Je vous ai déjà dit à quel point j’avais aimé ces deux personnages ? Oui ? Bon.)

La romance n’est clairement pas le cœur de l’histoire et elle est tellement naturelle qu’elle est particulièrement belle car normale. La prise de conscience d’Allowin, tout comme la défiance de Frédéric, font que la fin est diaboliquement logique et qu’il me fait le tome deux. Voilà.

En bref, un roman qui m’a séduite tant au niveau de l’intrigue que des personnages et du monde mis en place. Un joli coup de cœur !

Les chroniques lunaires, T4 Winter – Marissa Meyer

 

Titre : Winter

Série : Les chroniques lunaires

V.O. : The Lunar Chronicles

Auteur : Marissa Meyer

Traducteur : Guillaume Fournier

Editeur : PKJ

Date de parution : 21 avril 2016

 

 

  • Résumé (éditeur) :

La Princesse Winter est admirée par le peuple lunaire pour sa grâce et sa gentillesse. Malgré les cicatrices qui marquent son visage, on dit que sa beauté dépasse de loin celle de sa belle-mère, la Reine Levana.
Winter déteste Levana et sait que cette dernière n’approuverait pas ses sentiments pour son ami d’enfance, le séduisant garde Jacin. Mais la jeune fille n’est pas aussi faible que le croit la reine et cela fait des années qu’elle a entrepris de contrecarrer les plans de sa belle-mère. Avec Cinder et leurs alliés, Winter pourrait même avoir le pouvoir de commencer une révolution et gagner une guerre qui sévit depuis trop longtemps.
Est-ce que Cinder, Scarlet, Cress et Winter seront à la hauteur pour battre Levana et enfin trouver la paix qu’elles méritent?

 

 

  • Avis :

Si j’ai mis cinq ans avant de lire Les Chroniques Lunaires malgré l’insistance de Ferilou (tu avais raison c’est tellement bien !), je n’ai finalement mis que quelques mois pour lire les différents tomes et ce beau bébé de près de mille pages n’a pas fait long feu.  Autant vous dire que oui : j’ai adoré !

Pourtant, ce n’était pas totalement gagné de part les personnages principaux de ce dernier opus. Je n’ai apprécié ni Winter ni Jacin et ils ne m’ont finalement tiré aucune émotion particulière. J’ai compris leur personnalité ainsi que leurs décisions et j’ai trouvé ces deux personnages parfaitement raccord d’un bout à l’autre de la série mais, malgré tout, ils ne m’ont pas fait vibrer du tout. Cependant, ce tome 4, qui parle bien évidemment de Winter et de Jacin, fait également la part belle à tous les autres personnages de la série et j’ai été ravie de retrouver Cinder, Scarlett, Kai, Loup, Cress et Thorne. C’est d’ailleurs Cress qui évolue le plus selon moi au fil des pages et j’ai apprécié de la voir prendre des risques et s’affirmer.

Le début nous présente une équipe assez soudée et déjà amputée de quelques membres mais qui, en plus, va devoir se scinder pour réussir à mener de front toutes les missions nécessaires pour reprendre le trône de Levana et empêcher la guerre. Oui, rien que ça ! Et, lorsqu’on connait Levana, son pouvoir et son caractère, on sait déjà qu’ils vont avoir du fil à retordre. Les rebondissements arrivent effectivement de toutes parts et chacun des personnages a fort à faire avec ses moyens et ses qualités pour réussir à (ou tenter de) se sortir de multiples situations auxquelles il doit faire face.

Malgré la taille de ce roman, je ne me suis donc pas ennuyée un seul instant et je ne me suis jamais demandée si j’allais réussir à en venir à bout. Si les situations se font et se défont, j’ai apprécié que les personnages gardent tous le caractère qui étaient le leur et ne se transforment pas du jour en lendemain en des guerriers endurcis, persuadés de toujours faire les bons choix. Ils tâtonnent, ils font des erreurs et parfois, celles-ci ne sont pas sans conséquences. Moi qui ne suis de base pas une grande fan des contes qui sont ici réécrit, je dois dire que j’ai été bluffée et totalement immergée dans chacun des tomes de cette série fabuleuse.

Malgré la myriade de personnages, on ne se perd pas et il est facile de suivre chacun d’eux tout comme de comprendre les hésitations qui sont les leurs. Certaines scènes sont douces et pleine d’humour, d’autres respirent la mort et la guerre. Car c’est ce que Winter nous fait vivre ici : une guerre pour la liberté et chacun se doit d’y prendre part d’un côté ou de l’autre.

En bref un tome qui clôture magnifiquement la saga et qui fait de cette série une réussite totale.

Grover Beach, T3 Ennemis… et plus – Anna Katmore


badge ZehrinaTitre
: Ennemis… et plus

Série : Grover Beach

Auteur : Anna Katmore

Editeur : CyPlog

Date de Parution : 28 avril 2020

couv

  • Résumé (éditeur) :

Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment dans la tête d’Anthony Mitchell, mais tu y prends vraiment beaucoup de place. 
Fille d’un général, Samantha Summers n’a pas la vie facile. En effet, déménager d’un continent à l’autre tous les deux ans, quand on est une adolescente, aide peut-être à apprendre quatre langues en un temps record, mais ça tue aussi toute vie sociale.
Et quand un mec totalement craquant lui en fait baver parce qu’elle est la cousine d’une fille avec qui il est sorti – fille qui l’a largué, en plus –, la perspective de l’année scolaire à venir donne envie à Sam de jeter l’éponge.
Mais le plus énervant dans tout ça, c’est que pour une raison qui lui échappe, elle ne peut s’empêcher de rêver de ce garçon impossible.
Et bon sang, il embrasse vraiment bien ! Et pas que dans ses rêves…

  • L’avis de Zehrina

Aaah, enfin nous revoilà de retour à Grover Beach ! Bon, je dis « enfin », mais en réalité pour moi l’attente n’a pas été si longue que ça puisque je vous parlais assez récemment du tome 2. Comme vous le savez, j’avais hâte de découvrir la suite des aventures de Lisa, Ryan, et plus particulièrement Tony. Et je dois dire que… je n’ai pas été déçue du tout, une nouvelle fois j’ai été conquise par ce groupe d’amis et leur univers !

Dans ce tome 3, point de relecture de l’histoire estivale sous les yeux de Tony. Nous voilà quelques mois plus tard, et nous rencontrons Samantha Summers, la cousine de cette chère Chloé Summers (mais siii, l’ex-copine de Tony à cause de qui Lisa avait eu le cœur brisé, vous suivez ?). Sam est la fille du général Summers, ce qui l’amène à devoir souvent déménager au gré des affectations de son père. Lorsqu’elle revient à Grover Beach 4 mois avant ses parents, elle est hébergée chez sa cousine avec qui elle s’entendait bien, enfant. Mais il semblerait que les choses aient bien changé depuis leur tendre enfance, et ses retrouvailles se passent bien plus mal que prévu. Et tout empire lorsque Sam rencontre dans un café un beau blond du nom de Tony, qui la rejette tout de go au simple fait qu’elle soit la cousine de Chloé. Heureusement, tout n’est pas si sombre grâce à la présence de Susan, Sue et évidemment Lisa qui très vite vont inclure Sam dans leurs vies et dans la bande d’amis !

Même si je m’attendais à avoir une relecture de l’histoire de Lisa sous le regard de Tony, j’ai été très agréablement surprise de découvrir ici une suite à leurs aventures. Je ne m’attendais pas à une nouvelle narratrice mais cela a été un plaisir d’apprendre à connaître Sam, on arrive bien à ressentir ses passions pour la danse et le dessin surtout (mais bon, aimant le dessin également je suis peut-être influencée hihi) et surtout ses émotions. Comme pour les précédents tomes, la plume d’Anna Katmore nous retranscrit parfaitement le ressenti des personnages, ce qui les rend très rapidement attachants. Quelques chapitres sont également écrits du point de vue de Tony, et je n’ai peut-être pour seul regret que nous n’ayons pas plus de l’avis de Tony dans ce roman justement. D’ailleurs au tout début je me suis dit « Non mais sérieux Tony, t’es un vrai c.. là mec ! WTF ?? ». Ca m’a vraiment fait vibrer et j’avoue avoir eu un peu de mal à le suivre, mais au final on retrouve notre adorable Tony et on en apprend un peu plus sur la période « Chloé » de sa vie, ce qui explique quand même ses attitudes (que j’approuve quand même pas forcément mais bon, je lui pardonne car il est choupinou !).

On retrouve aussi l’ensemble des personnages évoqués dans les précédents tomes, et c’est super agréable car on a l’impression de faire partie de la bande nous aussi et de les rejoindre pour suivre leurs histoires ! J’avoue que je suis toujours aussi fan de Ryan ❤
J’ai aussi aimé les références à l’histoire de Lisa et Ryan, racontée en parallèle à Sam, et j’ai trouvé le traitement de la relation entre Lisa et Tony bien amenée.

Encore une fois, c’est une romance agréable et crédible à laquelle nous avons ici affaire, avec des personnages qui ont chacun un caractère bien défini et attachant. Si vous recherchez une lecture mignonne et douce, n’hésitez plus à découvrir la série des Grover Beach, pour moi ce fut une vraie lecture-doudou qui m’a fait beaucoup de bien en ce moment !

Un grand merci à Cynthia et aux éditions CyPloG pour ce service presse et pour votre confiance  ~

La petite faiseuse de livres, T1 – Miya Kazuki, Suzuka, You Shina

Titre : La petite faiseuse de livres

Ascendance of a bookworm

V.O. : Honzuki no Gekokujô

Auteur : Miya Kazuki

Illustrateur : Suzuka & You Shina

Editeur : Ototo

Date de parution : 14 février 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Une étudiante bibliovore se réincarne en petite fille dans un monde caractérisé par l’illettrisme, et où l’imprimerie semble n’avoir pas encore été inventée… Mais pour celle qui est morte écrasée par sa bibliothèque, les livres sont vitaux !! Il n’y a qu’une seule solution : s’il n’y en a pas, elle va les fabriquer. Une bibliofantaisie pour les amoureux des livres, par des amoureux des livres !

 

  • Avis :

Qui ne s’est pas déjà dit en voyant sa pile à lire qu’elle finirait par lui tomber dessus et l’ensevelir ? (Bon d’accord peut-être pas tout le monde… Mais peut-être que vous, si ?)

L’histoire nous permet de suivre une étudiante qui termine écrasée par ses ouvrages et se réveille dans la peau d’une petite fille de cinq ans, dans un monde où…horreur, elle ne trouve AUCUN livre.

Maïn, le prénom de la petite fille, a une santé fragile et elle est donc souvent clouée au lit. Or, être alitée sans aucun romans fait paraître les journées très longues. Imaginez un monde où les livres n’existent pas, où l’écriture même semble se résumer aux chiffres.

Nous découvrons ce monde en même temps que Maïn et nous cherchons avec elle, curieux et impatient de savoir comment elle va s’en sortir.

Les dessins sont sublimes, les émotions de chacun des personnages sont parfaitement bien retranscrites et il est facile de s’attacher à Maïn comme à sa grande sœur Tuuli. Je ne sais pas du tout comment j’aurai réagi à sa place mais Maïn a un caractère fonceur, elle sait ce qu’elle veut (des livres comme nous tous 😛 ) et elle ne rechigne pas à la tâche pour réussir à s’en procurer, quitte à devoir les faire elle-même.

Pour les amoureux des livres que nous sommes, ce manga est un peu comme un petit retour aux sources et je ne suis laissée prendre avec plaisir à cette histoire dont j’ai trouvé le premier tome très prometteur.

J’ai hâte qu’on puisse sortir pour me rendre en librairie et découvrir les tomes suivants !

Et tu marcheras vers les étoiles – Lily Haime

Titre : Et tu marcheras vers les étoiles

Auteur : Lily Haime

Editeur : MxM Bookmark

Date de parution : 24 juillet 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« Personne ne vous prévenait que si vous parveniez un jour à toucher les étoiles, vous devriez vous méfier… »
Sam a grandi pour devenir un champion de gymnastique ; il a ce sport dans les veines, dans le cœur. Il n’a jamais imaginé devenir autre chose. Après un accident survenu aux Internationaux d’Estaires, qui laisse son meilleur ami dans un fauteuil roulant, il n’y arrive plus. Malgré le soutien de ses proches, il se fait renvoyer de l’INSEP et retourne à Bordeaux, son rêve en miettes.
Léo aime cuisiner, tient un blog, et veut faire le tour du monde pour découvrir de nouvelles recettes. Lorsque Sam le rencontre, il tombe dans un autre univers. Un univers fait d’excentricités, de yuzu et de tous ces masques que Léo aime tant. Quoi qu’il cache, Sam finit par se laisser emporter par ce garçon étrange et par son regard bleu, toujours accroché à lui.
Sur les trottoirs de ces rues bordelaises, ils abandonneront les derniers mois de leur adolescence. De vérités arrachées en espoirs reconquis, de désirs murmurés en peurs à peine avouées, Sam et Léo se lanceront à la poursuite d’eux-mêmes. Et cette course – la vie – lèvera le voile de toutes leurs illusions.
« Je suis tombé amoureux d’un garçon qui se promenait dans les étoiles, et moi, j’étais le type paumé, assis par terre qui regardait vers le ciel…  »

 

  • Avis :

Honnêtement, j’ai commencé ce roman sans trop savoir à quoi m’attendre, parce que j’avais lu un roman de Lily Haime que j’avais beaucoup aimé. Carton plein pour celui-ci également, au point que je suis certaine de le racheter en papier pour pouvoir l’avoir dans ma bibliothèque IRL !

Il y a des livres qui vous font passer un bon moment et il y a ceux dans lesquels vous vous perdez, qu’il est difficile de lâcher et où vous revenez dès que vous avez un moment (que vous prenez même quand ce n’est pas le cas). Ce roman a été de ceux-là. Je n’ai pas vu passer ses plus de cinq cents pages et j’ai regretté qu’il soit terminé tant j’en aurais voulu encore plus. Pourtant, la boucle est bouclée et les personnages vont vivre leur vie. La fin est parfaite pour moi car elle fait le tour de tout et j’ai pu refermer le roman avec plaisir (malgré un brin de tristesse tout de même de les quitter).

Nous y suivons donc Sam et Léo et, en parallèle avec eux, toute leur bande d’amis. Sam est un sportif de haut niveau, il a l’habitude des sacrifices pour son sport, pour réussir toujours plus de figures et rêve des J.O.. Jusqu’à l’accident de son ami/rival qui laisse celui-ci dans un fauteuil roulant. Pour Sam, tout s’écroule. Comment continuer avec la peur ? Avec la culpabilité ? Car on se sent toujours coupable, mine de rien, qu’on y puisse quelque chose ou pas. La peur de Sam est réelle, crédible et sert le cœur. Il veut passer outre mais il n’y arrive pas. Comment le lui en vouloir ? Pourtant, dans ce milieu, ne pas avancer n’est pas autorisé.

Alors Sam fait de son mieux. Malgré la peur, malgré les souvenirs, malgré lui, malgré ceux qui l’entourent. Ou pour tout ça.

Quant à Léo… Hé bien je ne vais pas vous en dire trop sur Léo parce qu’il faut le découvrir au fur et à mesure ❤ Léo a une vie totalement différente, il se cache derrière des masques pour exister et il rêve d’être ailleurs, bien loin de ses problèmes et de ces gens qui n’ont que faire de qui il est réellement.

Je me suis laissée entraîner par Sam et Léo, par leurs forces et leurs failles et j’ai suivi leurs hauts et leurs bas entre sourires et serrements de cœur. Ce roman, c’est une histoire d’amour, une histoire d’amitié, une histoire de famille et une histoire de passion tout à la fois. C’est une ode à la vie et à tout ce qu’on peut réussir à faire lorsqu’on est avec les bonnes personnes. C’est un roman qui fait rire et sourire mais qui fait également pleurer. Ce sont des pages qui passent à toute vitesse et sur lesquelles on voudrait ralentir sans y arriver.

En bref un gros coup de cœur qui m’aura laissé une belle gueule de bois livresque et que je n’oublierai pas de sitôt !

Le florilège des imaginaires

Hello,

Tout d’abord, j’espère que vous et vos proches vous portez bien ❤

Prenez soin de vous, faites attention à vous et aux autres et ne culpabilisez pas de ne pas être aussi efficace que d’habitude (ayons un peu de gentillesse pour nous-mêmes et pour ceux qui nous entourent).

Aujourd’hui, un court article pour partager avec vous trois jours merveilleux qui s’annoncent !

Derrière les écrans et donc sans risque de contamination mais avec un rapport à la magie et aux fées bien présents : L’Office de l’Imaginaire Ardennais, avec la complicité du Centre de l’Imaginaire Arthurien (et vous savez déjà comme je les aime) a prévu trois jours de féerie.

Au programme, des contes, des auteurs, des artisans, des conférences, des illustrateurs, des concerts, des spectacles, des reportages, du jeu de rôles…. Bref de quoi passer de bons moments conviviaux, numériques mais magiques !

Le Rendez-vous est pris du 17 au 19 avril et se déroulera juste à cet endroit.

Je ne pourrai sûrement pas aller voir les copains en Brocéliande cet été car les épreuves de capes sont censés être reportés en juillet (et qu’août sera certainement aux résultats et préparations si bonne nouvelle il y a) mais je me réjouis déjà de passer trois jours en leur compagnie, même séparés par un écran.

Et vous ? Pensez-vous être de la partie ?

Les Contes d'Aucelaire T1 : Au Sorbier des Oiseleurs – Jo Ann von Haff

badge ZehrinaTitre : Au Sorbier des Oiseleurs

Série : Les Contes d’Aucelaire

Auteur : Jo Ann von Haff

Editeur : MxM Bookmark

Collection : Collection Infinity

Date de Parution : 25 avril 2018

Au Sorbier des Oiseleurs: Les Contes d'Aucelaire, T1 par [Haff, Jo Ann von]
  • Résumé (éditeur) :

Mesdames, mesdemoiselles, messieurs…
Venez déguster un thé et des pâtisseries au Sorbier des Oiseleurs, l’endroit le plus prisé, et sûrement le plus magique, de tout Aucelaire…
Vous y ferez la connaissance de Ginie, une jeune femme brimée par les convictions religieuses d’une mère abusive et qui n’a connu l’amour qu’à travers les romans qu’elle lit en cachette au cœur de la forêt.
Vous y rencontrerez Tito, un bel Andalou mystérieux, de passage, même s’il semble être un habitué de la cité.
Vous assisterez à leur rencontre et à la naissance de leur amour… un amour rendu impossible par bien plus que la distance qui les sépare.
Mais surtout, en ouvrant ce livre, vous plongerez dans le premier conte d’Aucelaire de Jo Ann von Haff, un conte qui vous emportera dans un monde unique, entre imaginaire et fantastique, saupoudré de mystère et de romance.

  • L’avis de Zehrina

Ginie est une jeune femme de 25 ans, travaillant en tant qu’assistante d’une patronne pas très sympa, et membre d’un groupe d’amis  unis qui heureusement la soutiennent. De prime abord, ce portrait semble très classique, si l’on omet le fait que sa mère est une véritable fanatique religieuse dont les convictions briment au quotidien les actes de sa fille. Ginnie, par amour pour sa mère, s’accommode de cette situation où  pourtant elle ne s’épanouit pas tant que cela. Son seul échappatoire est le Sorbier des Oiseleurs, un salon de thé très prisé où la plupart des Aucelois se retrouvent fréquemment, ainsi que la lecture de romances. Car l’amour lui semble inaccessible pour elle, à cause de la réputation de sa mère que toute la ville semble craindre… Jusqu’au jour où Tito débarque à Aucelaire. Un inconnu qui pourtant connaît effectivement bien les lieux, et le coup de foudre frappe ces deux êtres que tout semble effectivement repousser… En découle une très belle romance, très agréable et mignonne à lire qui m’a totalement emportée.

J’étais d’autant plus emballée que ce livre vous invite dans un monde magique dissimulé au creux de notre quotidien. Même si j’ai aisément deviné un des éléments liés au Sorbier des Oiseleurs et à ses habitants, le mystère ne nous quitte pas tout le long de notre lecture et les informations sont laissées au compte-goutte, pour mieux nous laisser imaginer (ou découvrir par la suite) l’univers dans lequel les personnages évoluent : leur organisation, mais aussi leurs rôles et surtout leurs sentiments : peurs, amour et vengeances… Si ce tome se concentre effectivement sur Ginnie et Tito, on y rencontre tout de même d’autres personnages attachants (ou pas) sur lesquels on a très envie d’en savoir plus, tels que les amies de Ginnie : Iris et Cassandre, ou encore la très mystérieuse Henriette. Tous ont un caractère et des traits particuliers et on a envie de s’attarder aux côtés de chacun, d’apprendre à les connaître. J’ai juste un petit bémol sur Regina, la mère de Ginnie, que j’ai vraiment eu du mal à cerner à vrai dire.  J’aime le fait que l’ensemble des parts de mystère concernant la magie de cet univers ne soient pas levées dans ce tome, sans pour autant que le livre ne perde en cohérence. Cela nous laisse interpréter et imaginer à loisir les évènements et les règles de l’univers dans lequel on entre, et j’espère que la suite permettra d’en apprendre plus sur ce monde tout comme sur les autres protagonistes que l’on a déjà rencontrés.
Au vu du résumé du 2e tome, je pense que je retrouverais prochainement et avec plaisir la bande d’amis de Ginnie et plus particulièrement Cassandre !