Mad Creek, T1 Comment hurler à la lune – Eli Easton

 

Titre : Comment hurler à la lune

Série : Mad Creek

Auteur : Eli Easton

Traducteur : Howl at the moon

Editeur : MxM Bookmark

Date de parution : 13 Mai 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Le shérif Lance Beaufort ne laissera pas les fauteurs de troubles semer la pagaille dans sa ville, ça non ! Nichée au cœur des montagnes de Californie, Mad Creek renferme bien des secrets, comme le fait que ses habitants sont en majorité des transcendés – des chiens qui ont reçu le pouvoir de se transformer en humain. Venant d’une famille de border collies, Lance est le protecteur idéal.

Tim Weston, lui, est à la recherche d’un refuge. Après avoir appris que son patron lui avait volé les brevets pour les hybrides qu’il avait élaborés, Tim a quitté son travail à la pépinière. On lui propose alors de loger dans un chalet à Mad Creek. Un nouveau départ pour le jeune homme. Mais le timide jardinier n’est pas très doué pour se faire des amis et paraît suspect auprès de ceux qui ne le connaissent pas, en particulier si ce sont de beaux mecs virils comme le shérif Beaufort.

Lance trouve ce nouveau venu vraiment louche et – alors que la région est gangrenée par les trafiquants de drogue – il décide de s’en méfier. C’est le moment pour lui d’aller enquêter à sa manière. Une nuit, Tim percute un magnifique border collie noir avec sa voiture et décide de l’adopter. C’est le coup de foudre entre lui et le chien intérieur de Lance. Cependant, se faire passer pour un animal de compagnie ne va pas être de tout repos pour le shérif Beaufort.

 

  • Avis :

Merlin ce que c’était mignon ! 

Ce fut donc ma première réaction en reposant ce roman. Qui, à vrai dire à tenu une soirée. J’avais besoin d’une lecture pour une pause avant de me motiver à faire tout ce que j’avais à faire. Finalement, la pause a duré plus longtemps que prévue (oups ?). Cela fait un moment que je vois passer le nom de Eli Easton sans avoir jusqu’à présent lu un de ses ouvrages. Et je ne regrette pas d’avoir sauté le pas. Je m’attendais à passer un moment agréable avec une histoire choupette et des personnages attachants. Pour l’histoire mignonne et les personnages adorables : aucun problème, ils étaient au rendez-vous. Mais je ne pensais pas rire autant. Je me suis retrouvée prise de fous-rires, complètement toute seule (et plus d’une fois) face aux répliques de Lily. Si on m’avait dit que j’aimerais un jour à ce point un personnage de maman… J’ai aimé Tim et Lance évidemment mais Lily ? Franchement, Lily et ses remarques sont un coup de cœur. 

Concernant l’histoire, nous suivons donc une petite bourgade où tout le monde se connait et partage le secret des éveillés : ces chiens étant devenus humains et pouvant se transformer à volonté. Etant le shérif, Lance est le gardien de la sécurité de la meute et l’arrivée de Tim, avec son air effrayé et sa volonté claire de cacher des choses, ne peut que le mettre sur ses gardes. Et… bon, Lance est carrément coincé. Son envie de veiller sur la meute H24 fait qu’il se prend bien trop au sérieux et qu’il ne laisse aucune chance à Tim. Jusqu’à se transformer en chien.

Je suis clairement une team chien (même si j’aime bien les chats et que j’apprécie à peu près tous les animaux de compagnie à vrai dire) aussi ce roman ne pouvait que me plaire. Les similitudes entre les races et les caractères des personnages sont bien amenés et les moments où le chien intérieur de Lance prend le dessus sont tout bonnement adorables. 

Quant à Tim… Il est le personnage qui se retrouve mêlé à quelque chose qui le dépasse. Les préjugés vis-à-vis de sa dégaine associé à la méfiance de Lance pour les étrangers le mettent directement dans une position difficile. Sa nature douce fait qu’il est compliqué pour Tim de se mettre en avant, plus encore de faire confiance aux autres au vu de son passif compliqué. Car malgré le côté adorable de l’histoire, de nombreux points durs sont abordés : les enfants maltraités, le harcèlement au travail, la destruction de l’estime de soi, la perte d’un être cher. Autant de sujets qui permettent de mieux comprendre les personnages et de s’attacher à eux.

Et tout ça dans une ambiance pourtant bonne enfant et réconfortante. De la même manière qu’un bon repas entre amis et une discussion canapé-couette avec un mug de thé peuvent remonter le moral et chasser les démons. 

En bref un roman à lire comme une part de gâteau au chocolat : sans hésiter et avec l’assurance de passer un bon moment.

Publicités

Ivy Wilde, T1 Quand fainéantise rime avec magie – Helen Harper

 

Titre : Quand fainéantise rime avec magie

Série : Ivy Wilde

Auteur : Helen Harper

Editeur : MxM Bookmark

Date de Parution : 24 octobre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Bon, soyons clairs : Ivy Wilde n’est pas une héroïne. C’est même la dernière personne que vous contacteriez si vous aviez besoin d’une aide magique, malgré ses talents.

Si ça ne tenait qu’à elle, Ivy passerait ses journées affalée dans le canapé, devant la télé, paquets de chips en main, à papoter avec son familier félin jusqu’à ce que mort s’en suive.

Mais quand elle se retrouve victime d’une erreur d’identité, elle est embarquée malgré elle à la Branche Arcane, le département d’investigation de l’Ordre Hermétique du Crépuscule d’Or.

Les problèmes se multiplient quand un objet de valeur est volé au nez et à la barbe des représentants de l’Ordre ; et le fait d’être liée magiquement à l’Adeptus Exemptus Raphaël Winter ne fait qu’empirer la situation. Il a peut-être un regard couleur saphir et le corps d’un mannequin maillot de bain, mais pour Ivy, il représente tout ce qu’il y a de soporifique dans le boulot de sorcier.

Et s’il l’oblige à retourner à la salle de sport, juré, elle le transforme en crapaud.

 

  • Avis :

Ceci est une mini-chro parce que, avouons-le, j’ai carrément fait ma feignasse en ne chroniquant pas ce livre sitôt lu (c’est à dire euh en janvier me semble-t-il) donc je ne saurais vous dire exactement tout ce qui s’y passe. Mais, comme j’avais totalement aimé et que je l’avais lu en quelques heures, je ne pouvais pas passer à côté de l’idée d’en parler. Donc, ce sera court, pardon !

J’ai adoré ce roman. Je me suis bidonnée d’un bout à l’autre et, en même temps, j’ai ressenti beaucoup de curiosité par rapport à Ivy. On apprend peu à peu ce qui s’est passé à l’école et on découvre une jeune femme qui, plus qu’une feignasse, est surtout quelqu’un qui a décidé d’arrêter de se battre contre du vent.

Le duo qu’elle forme avec Raphaël est un régal dans les dialogues qu’ils ont tous les deux, les petites piques qui se suivent et amènent un humour certain au roman. Et le chat… Franchement Brutus est devenu un de mes personnages préférés !

Concernant l’intrigue, elle mêle habilement enquête et secrets et invite le lecteur à avoir envie d’en savoir plus en faisant des conjectures.

En bref un roman prenant, bourré de bons mots et pour lequel j’ai hâte d’avoir la suite ! Qui sort d’ailleurs ce mois-ci ~

Mes chemins en Bretagne – Pierre Dubois & Hervé Glot

 

Titre : Mes chemins en Bretagne

Auteur : Pierre Dubois

Photographe : Hervé Glot

Editeur : Ouest-France

Date de Parution : 26 octobre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur):

Pierre Dubois a puissamment participé à la diffusion du merveilleux en « faisant le conteur  » dans l’audiovisuel en même temps qu’il rédigeait de nombreux ouvrages : Encyclopédies des lutins, des elfes et des fées sont les plus connus. Pendant vingt ans il a parcouru la Bretagne, inventoriant une tradition légendaire dont il a su transmettre la noblesse forestière et champêtre. Avec les Editions Artus, Hervé Glot a posé la première roche sur laquelle s’est enraciné le chêne du renouveau arthurien. Depuis des années, par grèves, landes et forêts, il mène sa quête d’images et révèle, par son regard, les instantanés d’un monde secret que le promeneur découvrira pas à pas.

 

  • Avis :

Après huit mois passés en Bretagne, j’ai retrouvé le Nord mais j’ai emmené ce bel ouvrage dans mes valises.

J’ai la chance d’avoir des parents qui aiment la Bretagne et j’ai donc pu en visiter quelques coins que j’ai redécouvert avec plaisir et un brin de nostalgie et de bonheur entre les pages.

On y retrouve la poésie de la plume de Pierre Dubois et on se laisse entraîner à sa suite dans les chemins qu’il a parcouru. Il nous livre ses souvenirs, nous laisse entrer dans son passé et nous raconte les belles rencontres qu’il a faites. Ce livre, c’est tellement lui. Dans ses mots de papier, on retrouve la pointe de malice qui caractérise ses conversations, la tendresse qui pointe toujours lorsqu’il parle de quelqu’un qu’il apprécie et la féerie qui l’entoure. Pierre, c’est le conteur par excellence, celui dont la voix transporte par-delà le temps et l’espace pour redessiner un lieu ou un moment. Mes rencontres avec Pierre sont toujours des moments de bonheur partagé, de conversations pleines d’humour et d’envie de l’écouter parler. Parce que sa voix contient tout un autre monde et rend tangible le pays des fées et des korrigans. Sa façon d’écrire lui correspond. Lire cet ouvrage, c’était comme l’écouter me faire un cadeau : celui du récit de sa vie d’elficologue.

J’y ai découvert plein de petits détails qui m’ont donné envie d’en savoir plus. A travers ce livre, c’est une carrière professionnelle qui se déroule, des amitiés qui se forment et des kilomètres parcourus en nombre. C’est une balade au fil du temps, des landes et des forêts.

Pour allier la magie des mots à celle des photos, rien de tel qu’un ami. Sous l’objectif d’Hervé Glot, nous découvrons les lieux dont nous parle le texte. Les couleurs du ciel et la nature dans toute sa splendeur pour des paysages qui donnent envie d’aller s’y balader pour écouter et apprendre les secrets chuchoté par le vent. Des villes et des monuments pour entrer dans l’Histoire. Des portraits fidèles pour suivre Pierre dans ses souvenirs.

La magie des mots alliée à celle des photographies nous permet d’entrer en Bretagne à travers des chemins qui s’ouvrent devant nous. Un mot aussi pour les citations qui ouvrent chaque chapitre et m’ont permis de découvrir des auteurs, de sourire devant la véracité des mots et de chercher à en savoir plus sur leurs auteurs. D’autres mondes à explorer donc et la sensation que la féerie, lorsqu’on l’a découverte, ne nous quitte jamais.

 

Amélia Fang et les Seigneurs Licornes – Laura Ellen Anderson

 

Titre : Amélia Fang et les Seigneurs Licornes

Auteur : Laura Ellen Anderson

Traducteur : Valérie Le Plouhinec

Editeur : Casterman

Date de Parution : 6 Février 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Bienvenue à PAILLETTEVILLE, là où le soleil ne se couche jamais et où tous vos rêves se réalisent…

Contrairement à ce que Amélia Fang a appris à l’école, les fées ne volent pas les crocs des vampires, et les licornes ne tirent pas des arcs-en-ciel tueurs avec leur derrière. Enfin rassurée, la jeune vampirette (et ses amis Florence et Grimaldi), se lance dans un dangereux périple au royaume de Lumière, direction Pailletteville.

Son but ? Retrouver Beausoleil, une fée disparue il y a des années et qui n’est autre que la maman de Tangine, le prince-pourri-gâté… Mais attention, à Pailleteville, derrière chaque arc-en-ciel, il y a de bizarres anges-chatons mais aussi des seigneurs licornes encore plus étranges qui les guettent !

 

  • Avis :

Le risque lorsqu’on a adoré un premier tome de série, c’est d’être déçue par le second. Hé bien, rassurez-vous : il n’en est rien ! Le premier m’avait conquis par l’amitié qui régnait entre les personnages et par les dessins ultra mignons malgré le côté « créatures des ténèbres » (ma chronique se trouve juste là). Ces deux faits se retrouvent totalement dans ce deuxième opus.

Nous retrouvons donc notre quatuor de créatures des ténèbres bien décidés à s’aventurer jusqu’à Pailleteville. Malgré leur peur, aucun des amis ne veut laisser Tangine se retrouver plus longtemps sans maman. C’est donc en rassemblant tout leur courage (et leurs plus beaux déguisements) qu’ils se glissent le plus discrètement qu’ils peuvent dans le royaume des créatures de lumière.

Je crois que je n’avais pas autant rire en lisant un livre depuis bien longtemps. Les situations sont excellentes et Florence permet des moments tellement drôles qu’il est impossible de se retenir de rire. J’ai donc gloussé plus d’une fois en tournant les pages, m’attirant des regards un brin surpris. L’intrigue est bien menée et chaque nouvelle rencontre est importante pour la suite des événements. Comme pour le premier tome, les petits détails permettent au lecteur d’être totalement dans le monde des paillettes et des licornes, tant par les noms des sucreries que par ceux des personnages ou des lieux.

Mais le roman n’est pas seulement drôle, il fait aussi passer des messages universels. Il réussit à parler des préjugés et de l’instauration d’une dictature par la peur des autres, de la manière très intelligente dont certains réussissent à utiliser les différences d’autres peuples pour pousser ceux qui ne les connaissent pas à en être effrayés. Si rien n’est dit de cette manière, le livre permet de faire réfléchir les enfants sur la nécessité de se renseigner sur les gens avant de croire tout et n’importe quoi parce que quelqu’un l’a dit. Une jolie leçon de vie dans un livre plein d’humour et à l’intrigue prenante. On ne s’ennuie pas un seul instant en compagnie d’Amélia, de Florence, de Grimaldi et de Tangine. Sans, bien sûr, oublier Trouille.

En bref une réussite pour cette série qui devrait avoir une jolie place dans toutes les bibliothèques ~

 

Le chant des ronces – Leigh Bardugo

 

Titre : Le Chant des Ronces

Sous-titre : Contes de minuit et autres magies sanglantes

Auteur : Leigh Bardugo

Traducteur : Anath Riveline

Illustrateur : Sara Kipin

Editeur : Milan

Date de Parution : 03 Octobre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Embarquez dans un voyage vers des terres sombres et dangereuses, peuplées de villes hantées et de bois affamés, de monstres bavards et de golems en pain d’épices, où la voix d’une sirène peut invoquer une tempête mortelle, où les rivières font de terribles promesses d’amour…

 

  • Avis :

J’ai été envoûtée par les six histoires qui sont ici présentées. Avec une préférence pour la première, Ayama et le bois aux épines, puis pour la troisième, La sorcière de Duva. Je ne m’attendais pas du tout à la fin de celle-ci et, du coup, elle m’a marqué ! Mais vraiment, la première reste ma préférée.

Il s’agit donc de six contes qu’il est facile de s’imaginer lire au coin du feu, dans une veillée, entouré de mystères et sursautant ensuite au moindre bruit du vent dans les branches.

Ce sont des contes à visée universelle qui racontent la force de l’amitié et la nécessité de croire en soit. Qui démontrent que l’apparence ne fait pas tout et qu’il faut savoir voir au-delà pour découvrir qui sont réellement les gens au fond d’eux. Certaines des histoires reprennent des contes connus comme La petite Sirène ou Casse-Noisette mais la manière dont ils sont contés donnent envie de les découvrir une nouvelle fois et je ne me suis pas ennuyée un seul instant en tournant les pages.

La famille est toujours au cœur de l’intrigue et est rarement du bon côté, provoquant déchirement et serrement de cœur. La magie, elle aussi, est présente à chaque instant, souvent un brin inquiétante, et amène une atmosphère pleine de mystère. J’ai plusieurs fois été surprise par les fins et j’ai adoré découvrir ces petites histoires dans lesquelles je plongeais toujours avec impatience. Chacune se passe dans un lieu différent et emporte le lecteur à travers les mers, les bois et les landes, sans qu’il songe jamais à regarder en arrière pour voir combien de temps a passé pendant qu’il lisait.

Et les dessins… Je suis totalement fan ! La manière dont ils apparaissent peu à peu au fil des pages fait que je m’arrêtais à chaque fois que je tournais une nouvelle page pour vérifier quel dessin était nouveau et la manière dont il coïncidait avec ce que je venais de lire. Il aurait été intéressant de faire l’inverse, de regarder d’abord l’évolution des dessins pour essayer ensuite de deviner l’histoire. Je regrette d’ailleurs de ne pas y avoir pensé avant mais j’étais vraiment prise dans cette façon de faire.

Entre les dessins et la manière dont sont écrits les textes, tout est fait pour que vous les lisiez à haute voix et j’espère avoir l’occasion de tester ça !

En bref un ouvrage sublime dont la couverture et l’apparence interne sont aussi ciselé que les mots qui le peuplent. Une belle réussite !

 

Opération Pantalon – Cat Clarke

 

Titre : Opération Pantalon

V.O. : The Pants Project

Auteur : Cat Clarke

Traducteur : Cécile Ardilly

Editeur : Robert Laffont

Collection R Jeunesse

Date de Parution : 23 Mars 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Liv Spark, 11 ans, est un garçon transgenre élevé au sein d’une famille ouverte d’esprit. Avoir deux mamans, c’est vraiment le pied, et Liv est impatient de commencer le collège et de s’y faire de nouveaux amis. Garçon ou fille, la question ne s’est jamais posée pour le moment, ses parents le laissant s’habiller et s’exprimer comme il le souhaitait. Mais tout va basculer lorsqu’il découvre qu’il lui faudra porter une jupe. Liv n’a aucune envie de se plier à la politique stricte de son école concernant l’uniforme, mais il n’est pas encore prêt non plus à partager son secret, il lance alors l’Opération Pantalon, une campagne qui vise à permettre aux filles de porter un pantalon. Si tout le monde pense qu’il est une fille, eh bien, il fera semblant…pour le moment.

 

  • Avis :

Opération Pantalon, c’est l’histoire de Liv’. Née dans un corps de fille, Liv’ a depuis remarqué qu’elle était un garçon. Mais si ce fait lui semble couler de source, Liv’ sait bien que les autres risquent de ne pas voir les choses de la même manière. Car il est de notoriété public que les gens ont du mal à accepter ce qu’ils jugent différents d’eux. Et Liv’ est déjà différent au yeux des autres de part sa famille homoparentale. Il a deux mamans et, comme bien souvent, ce fait fait jaser.

Si Liv sait qu’il est transgenre, il ne sait pas comment aborder le sujet avec ses mamans, ni avec les autres. Savoir que les gens vont vous juger sur qui vous êtes n’encourage jamais à parler, surtout lorsqu’il s’agit des gens que vous aimez. Qui voudrait donner aux personnes qui vous aiment une occasion de moins vous aimer ? Liv ne se sent donc pas encore prêt à en parler à qui que se soit mais sa rentrée dans un nouveau collège va changer la donne. Car ce collège oblige ses élèves à porter un uniforme : les filles se doivent donc toutes d’être en jupe. Porter une jupe ? Impensable pour Liv. Va donc commencer une bataille pour qu’il puisse être lui-même.

Puisqu’on sait que Liv était déjà bien conscient qu’il ne serait psychologiquement pas capable de porter une jupe, on pourrait se demander pourquoi il n’a pas tout simplement fait le choix d’aller dans un autre collège. En même temps, je fais partie de ces gens qui ne comprennent pas pourquoi l’uniforme des filles implique forcément une jupe (genre t’es une fille donc t’es forcée d’aimer les courants d’air ? Obligée de réfléchir à comment tu t’assoies, d’espérer qu’il n’y ait pas de coups de vent… une jupe c’est comme tout, c’est joli si tu as envie de la porter).

Avec Liv il y a Maisie, sa meilleure amie. Le personnage que j’ai certainement eu le plus envie de secouer de tout le roman. Passons donc pour parler de Jacob. Mon second personnage chouchou (car j’ai adoré Liv). Tous les deux (Liv et Jacob) démontrent bien que le courage n’attends pas d’être adulte mais que l’enfance est parfois un moment délicat à passer dès lors que nous sommes un peu différent. Et que différent finalement… tout le monde l’est.

En bref un livre qui montre bien la difficulté d’être soi-même mais aussi le bonheur d’avoir des gens sur qui compter.

 

Engrenages et Sortilèges – Adrien Tomas

 

Titre : Engrenages et Sortilèges

Auteur : Adrien Tomas

Editeur : Rageot

Date de Parution : 23 Janvier 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Grise et Cyrus sont élèves à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement. Alors qu’ils se détestent, ils doivent fuir ensemble et chercher refuge dans les Rets, sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont d’autre choix que de faire alliance…

 

  • Avis :

Pour ce roman, c’est tout d’abord la couverture qui m’a intriguée et le résumé augurait un peu de steampunk alors j’ai craqué… et je ne regrette pas du tout ! Dès le départ, j’ai beaucoup aimé les personnages et l’univers présenté et j’ai fini par ne plus savoir décrocher. A vrai dire, ça faisait un moment que je n’avais pas veillé si tard (tôt ?) pour terminer un roman.

Je ne m’attendais pas à ce que certains passages soient aussi intenses pour un livre qui m’avait l’air plutôt jeunesse et j’ai donc été surprise (en bien) en voyant l’histoire s’assombrir peu à peu. L’intrigue est bien ficelée et tout à une cohérence. Aucun des personnages ne semble tout noir ou tout blanc et même ceux que nous ne croisons que quelques pages sont intéressants. S’il s’agit d’un lieu totalement inconnu, il est bien décrit pour qu’on ne s’y perde pas, assez pour l’imaginer sans peine mais pas trop pour ne pas être envahi d’informations inutiles.

Tout y est pour faire un bon roman de fantasy : des castes, de la politique, des moments sombres, des rebelles, de la trahison et de l’amitié. Le fait que Grise et Cyrus évoluent doucement au fil des chapitres est fait de manière convaincante et au vu de ce qu’ils vivent. Ils font des erreurs, ils ne dérogent pas à leurs principes mais ils assimilent ce dont ils sont témoins et grandissent peu à peu. Un point aussi sur Quint qui permet de rendre Cyrus attachant dès le départ (alors que ce n’était pas forcément gagné ! Une belle trouvaille.)

Finalement, la seule chose que je regrette, c’est qu’il s’agisse d’un one-shot. Il y avait matière à rendre les personnages encore plus profonds et l’histoire plus poussée. Néanmoins, c’est aussi agréable d’avoir un roman qui tient toutes ses promesses et se termine en ayant résolu toutes les questions qu’il a posées. Si la révélation finale n’est pas des plus surprenantes, elle est bien amenée et on prend plaisir à voir les personnages la découvrir.

En bref une histoire passionnante menée par des personnages attachants, un goût de trop peu !

Et je viens de découvrir que l’auteur avait écrit plusieurs autres livres, ce qui augure donc de belles lectures à venir j’espère 😛