L’anneau des Nibelungen – Nicolas Jarry & Didier Graffet

 

Titre : L’anneau des Nibelugen

Auteur : Nicolas Jarry

Illustrateur : Didier Graffet

Editeur : Soleil (Celtic)

Date de parution : 2009

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Wotan marchait à travers la brume épaisse et oppressante, s’appuyant sur sa lance dont la hampe avait été jadis été brisée. Autrefois, un arc-en-ciel reliait Ásgard à la terre des hommes, mais celui-ci avait disparu. La magie fuyait Asgard…

 

  • Avis :

J’ai craqué sur cet ouvrage lors Rencontre de l’Imaginaire de Brocéliande, il y a de cela quelques années. Et je n’avais pourtant pas encore pris le temps de le lire. Pourquoi ? Aucune idée car il est magnifique !

Je ne connaissais pas du tout l’histoire de cet anneau et j’ai pris plaisir à la découvrir. Certains des protagonistes de l’histoire m’étaient familiers par leur nom et j’étais ravie de pouvoir en connaître plus à leur sujet.

Le format du récit m’a un instant mit le doute dans le fait que j’allais l’apprécier car il se construit comme des « chapitres » très courts sur deux pages et j’ai eu peur que tout cela rende la chose décousue puisque ces récits font bien souvent des bonds dans le temps. Néanmoins, la chronologie est là et je suis finalement très vite entrée dans le récit, me demandant ce qui arrivaient aux différents personnages qui s’approchaient trop près de l’anneau.

On découvre donc dans cet ouvrage un pan de la mythologie nordique, bien détaillé et raconté, illustré de tel manière que le lecteur est totalement immergé dans le récit. On y découvre des personnages saisissants, on y côtoie les Dieux et on frémit avec eux en les voyant perdre la tête pour l’anneau.

Le récit autour de Siegfried et Brunhild m’a donné envie d’en savoir plus sur ces deux personnages et leur histoire. Brunhild est une walkyrie et, pour rattraper une faute commise par son père, elle est punie et bannie loin d’Asgard. Fière, combattante féroce, amoureuse, Brunhild est le personnage que j’aurai le plus apprécié au fil des pages. Elle ne dévie pas du chemin qui lui semble juste et est fidèle à sa parole même lorsque cette dernière ne prend pas le chemin qu’elle aurait souhaité.

L’écriture est très fluide et j’ai passé un très bon moment avec ma lecture. Quant aux illustrations, j’étais déjà fan de la plume de Didier Graffet et cet ouvrage est une preuve de plus de la magie qu’il sait mettre dans ses réalisations. Entre la douceur des traits de certains visages et le brutalité des combats, mots et illustrations s’accordent pour faire voyager le lecteur dans un tout autre monde.

En résumé une très belle plongée dans la légende des Nibelungen qui m’a donné envie d’en savoir plus sur la mythologie nordique.

 

Le Bestiaire des Légendes – Claudine Glot & Séverine Pineaux

Titre : Le Bestiaire des Légendes

Auteur : Claudine Glot

Illustrateur : Séverine Pineaux

Editeur : Au Bord des Continents

Date de Parution : Mai 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Dans ce Bestiaire des Légendes, Claudine Glot et Séverine Pineaux vous invitent à découvrir les animaux et créatures fantastiques qui peuplent nos imaginaires : sirènes, faunes, phénix, sphinx…

 

  • Avis :

Suite au beau Florilège des imaginaires, j’ai eu très envie de me plonger dans les ouvrages de merveilleux que j’ai dans ma bibliothèque et que je n’avais pas encore lu. Comme j’ai passé pas mal de temps devant mon ordinateur à bosser mes partiels, j’avais pris l’habitude de marcher dans le jardin le soir tout en lisant, histoire de bouger un peu. Le format « contes » me donne toujours envie de lire à haute voix ou de les entendre et donc mes parents et mes voisins ont parfois eu droit à des soirées « contes au jardin » 😛

Voilà pour la petite histoire. Passons donc à l’ouvrage lui-même. Vous ne le voyez peut-être pas sur écran mais il est magnifique, dans un style un peu grimoire et totalement illustré. La plongée dans le merveilleux débute donc déjà avec l’objet-livre. J’ai également adoré le format textuel : le côté bibliothèque et les livres qui s’ouvrent et se découvrent au fur et à mesure. On y retrouve totalement la magie de ce qu’est pour moi une bibliothèque : un endroit chaleureux plein d’autres mondes qui ne demandent qu’à s’ouvrir à chaque lecture. Comme l’héroïne, on plonge dans une histoire et celle-ci prend place, prend vie et déroule le fil des mots pour nous entraîner dans des aventures fabuleuses. Elles se font aux côtés d’un bestiaire qui prend forme petit à petit. Poils, plumes, écailles ou parfois tout cela à la fois, on y croise des créatures fantastiques et intrépides, intelligentes et rusées. Certaines qu’on souhaiterait rencontrer et d’autres qu’on préférerait éviter.

Les illustrations permettent au lecteur de s’immerger totalement dans cet autre monde et de pouvoir mettre encore plus de couleurs et de formes aux mots qui courent sur les pages. Les histoires se suivent et les personnages se dévoilent, on y retrouve des héros du merveilleux mais également des héros mythologiques et des gens comme vous et moi qui rencontrent des créatures fabuleuses. On voyage au grès des mots et des illustrations qui ajoutent à l’imaginaire et permettent de s’enfoncer plus loin encore dans les histoires racontées. D’une page à l’autre, les mots volent et nous entraînent en Irlande, en Grèce, en Asie et même jusqu’à l’Olympe. On y côtoie le merveilleux, la ruse et la douceur et on y apprend le courage, l’amour et l’amitié.

J’ai toujours pensé que les contes et légendes permettaient de revivre les échos du passé lorsqu’ils étaient bien racontés et ils le sont ici sans aucun doute. Au grès des pages de cette bibliothèque pleine de merveilles, j’ai traversé le temps et je ne peux que vous conseiller de faire de même si vous aimez rêver.

En bref un ouvrage dont la qualité du texte et des illustrations se mêlent pour entraîner le lecteur à la rencontre d’un bestiaire aussi majestueux que légendaire.

Ci-dessous un extrait et quelques illustrations que vous pouvez également découvrir beaucoup plus joliment sur le site de Séverine Pineaux juste ici.

 

« En franchissant la porte du cabinet de curiosité puis celle de la bibliothèque aux étagères chargées de trésors, trouvailles, butins de voyages lointains ou collections raisonnées, elle avait eu intuitivement la certitude de ce qui l’attendait entre ces murs.
Elle en était sûre, l’éternel cheminement des contes, le flot des légendes, les grandes invasions des mythes voyageurs avaient tous transité par le manoir aux confins de la forêt. Une vie battait ici, à travers les livres, au-delà de leurs pages. »

 

Le journal d’un gardien de fantômes – Japhet Asher

Titre : Le journal d’un gardien de fantômes

5 enquêtes paranormales en réalité augmentée

Auteur : Japhet Asher

Editeur : Glénat Jeunesse

Date de Parution : 14 Novembre 2018

 

 

  • Résumé :

Le premier roman à jouer en réalité augmentée !

Un livre ludique et original pour résoudre 5 enquêtes à l’aide d’une application extraordinaire ! Entre le jeu vidéo et le roman, cet ouvrage aussi surprenant que captivant invite le lecteur à intégrer la secrète organisation des Gardiens de fantômes et à suivre cinq mystérieuses affaires… Qui sont les esprits qui ont pris possession des protagonistes du livre ? Comment les attraper afin de libérer les personnes qui sont sous leur emprise ?
C’est à ces questions que le lecteur devra répondre en combinant les informations secrètes délivrées dans le guide. À l’aide de l’application Fant-O-Matic disponible le jour de la sortie du livre, il progressera dans son enquête pour capturer les 5 fantômes effrayants qui prendront vie devant lui.

 

  • Avis :

En pleine réalisation d’un exposé sur la littérature numérique en milieu scolaire, je me suis naturellement tournée vers les livres interactifs en sus des ebooks. Grâce à Glénat Jeunesse, j’ai pu découvrir le Journal d’un Gardien de Fantômes et je vous avoue que j’ai été comme une gosse à m’amuser à le tester 😛

Le début du roman donne le ton et vous fait endosser la responsabilité de retrouver les fantômes que vous avez laissé échapper en ouvrant l’ouvrage (oups ?)

Toute l’histoire est bien amenée avec un historique de l’association dont le lecteur fait à présent parti, sa carte de membre, ses devoirs et tout ce qu’il doit savoir sur la personne qu’il remplace et qui a disparue. Tout est fait pour que cela ressemble à une vraie enquête et un réel métier sérieux, avec les différents fantômes à retrouver, leurs différences et la manière d’y arriver. C’est là que l’application intervient. Gratuite, elle s’installe rapidement et elle est finalement assez intuitive. J’ai eu cependant un peu de mal avec l’entraînement mais, une fois que j’ai compris le principe, j’ai totalement adhéré ! L’application est bien faite et on découvre les pages de façon très différentes. On se prend très vite au jeu de lire les enquêtes puis de chercher les indices entre les pages, avec et sans appli.

Au-delà du côté interactif que j’ai beaucoup apprécié, on découvre également de nombreuses choses grâce aux enquêtes qui se passent dans des lieux différents. J’ai particulièrement apprécié celle du Louvre qui permet d’en savoir plus sur certains tableaux et artistes.

Le seul point un peu dommage selon moi, c’est qu’il n’est pas possible de réaliser les enquêtes dans le désordre, ce qui veut dire que si le jeune lecteur n’arrive pas à réaliser une enquête, il est totalement bloqué et ne peut donc pas continuer l’histoire. Cela semble logique dans le sens où il faut d’abord monter en compétences mais, si jamais il sèche à un moment, il est coincé. Néanmoins, cela rappelle aussi que, puisqu’il s’agit là d’un métier, il faut apprendre petit à petit pour réussir ensuite à vaincre des fantômes de plus en plus forts.

En bref un ouvrage interactif qui permet de passer un bon moment entre lecture, résolution d’enquêtes et apprentissage et qui m’aura donné envie d’en découvrir d’autres.

Ci-dessous, deux images de ce à quoi peuvent ressembler les pages avec l’application.

 

Loup Noir – Antoine Guilloppé

 

Titre : Loup Noir

Auteur : Antoine Guilloppé

Editeur : Casterman

Date de Parution : 9 octobre 2019

Edition 10ème anniversaire

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Il fait froid, l’orée du bois se dessine en ombre chinoise sur fond de nuit. Le loup guette, il rôde. Bientôt il neige, le hibou se réveille. Le garçon presse le pas. Trop tard ? Le loup surgit, il bondit… et sauve la vie du garçon.
Une histoire pour frissonner de peur et de froid, à redécouvrir pour ses 15 ans avec de fines découpes comme seul Antoine Guilloppé sait les réaliser.

 

  • Avis :

J’avais découvert cet album lorsque j’ai animé une lecture à voix haute pour les maternelles sur le thème de la peur. Aussi, lorsqu’une nouvelle édition augmentée a été annoncée, je n’ai pas pu résister et, si vous aviez un doute, n’en ayez plus : elle est sublime !

Loup Noir, c’est un album tout en contrastes puisque chaque page est en noir et blanc. Le blanc de la neige et le noir du bois. Le blanc de l’innocence du jeune garçon et le noir du prédateur… Ils amènent évidemment de nombreux préjugés qui sont inconscients chez les enfants. Ces contrastes existent également en terme de distances. Le loup est énorme parce qu’il est prêt tandis que le personnage parait minuscule, ce qui renforce cette fois encore la notion de préjugés : la faiblesse innocente de l’humain contre la force maléfique du loup.

Ces préjugés sont présents tout au long de l’ouvrage et la fin permet de poser la question de ce qu’on croit contre ce qui est vrai. Le loup semble terrifiant et chaque page ne fait que le rendre plus grand et plus effrayant… jusqu’à ce que, grâce à lui, le garçon échappe à une mort possible.

Il est intéressant aussi de s’arrêter au concept de l’image sans texte qui ouvre de nombreuses possibilités de lecture. On peut se contenter de regarder et de comprendre par le visuel mais on peut également mettre ses propres mots sur le texte et inventer une histoire différente à chaque fois même si elle gardera évidemment les mêmes codes visant à démontrer que le loup de l’histoire n’est pas sanguinaire et que le garçon n’avait rien à craindre.

A un certain âge où la peur du noir et des monstres est importante, cet album permet de désamorcer plusieurs sujets. En montrant que les choses ne sont pas toujours celles que l’on croit, l’ouvrage permet de rassurer et d’ouvrir de nouvelles perspectives.

Cette nouvelle édition est enrichie de découpages dentelles qui permettent une plongée encore plus puissante dans l’album. Il s’agit d’un travail très délicat qui amène une réelle plus-valu au livre en le faisant devenir un objet-livre magnifique.

En bref Loup Noir, c’est un ouvrage tout en contraste qui incite les enfants à dépasser leurs peurs et les plonge dans un univers merveilleux où ils sont maîtres de l’histoire.

 

La Table Ronde, Arthur et ses chevaliers – Claudine Glot

Titre : La Table Ronde, Arthur et ses chevaliers

Auteur : Claudine Glot

Editeur : Ouest France

Date de parution : 22 Mars 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Redécouverte du mythe de la Table ronde : une présentation complète et illustrée du roi Arthur et de ses chevaliers.

 

  • Avis :

Si vous suivez un peu le blog, il n’a pas pu vous échapper que j’aimais beaucoup tout ce qui avait trait à la légende Arthurienne. Je ne pouvais donc pas passer à côté de ce nouvel ouvrage.

On pourrait penser que ce livret d’une cinquantaine de pages ne contiendrait pas une masse d’informations mais, bien au contraire, celles-ci sont données de manières concises et précises, ce qui permet de plonger au cœur de l’histoire de la Table Ronde, de son historique comme des chevaliers et récits qui l’entourent.

Différentes thématiques sont abordées telles les origines d’Arthur, les romans qui le concernent et concernent la Table Ronde, Excalibur et bien d’autres, souvent par double page avec quelques encarts sur des points plus précis encore. Mon petit plaisir dans ces différents ouvrages, c’est que j’apprend toujours de nouvelles informations qui me donnent envie de creuser le sujet (j’ai donc noté de nouveaux livres à ajouter à mes lectures). Le fait d’avoir lu d’autres ouvrages sur le mythe Arthurien me permet également de pouvoir associer certains passages ou personnages et d’ajouter des détails à ma connaissance de ces personnages.

Différents chevaliers sont d’ailleurs présentés : Arthur bien évidemment, qui est le pivot de la Table Ronde. Lancelot, le meilleur chevalier du monde. Perceval et le Graal. Gauvain, le courageux chevalier et les dames. Galaad le pur. Et Merlin qu’il est impossible de ne pas citer.

Un point également sur l’iconographie qui a une place très importante dans l’ouvrage.  A chaque page, nous découvrons des gravures, des tableaux, des photos, toutes ces illustrations permettant une immersion totale dans le sujet. Tout ceci permet de voir l’évolution du mythe au fil du temps, que ce soit dans les récits comment dans l’iconographie.

En bref une belle plongée au cœur de la genèse de la Table Ronde et des chevaliers qui ont bâti sa légende.

Illuminae, T1 Dossier Alexander – Jay Kristoff & Amie Kaufman

 

Titre : Dossier Alexander

V.O. : The Illuminae Files _01

Série : Illuminae

Auteurs : Jay Kristoff & Amie Kaufman

Editeur : Casterman

Date de Parution : 14 septembre 2016

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Ce matin de 2575, lorsque Kady quitte Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi, sa planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi — BeiTech. Obligée de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander. Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major. Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange…

 

  • Avis :

Le roman est réalisé comme un dossier classé top secret dont on découvre des événements racontés de façons linéaires et, franchement, c’est excellent ! N’étant habituellement pas fan des histoires qui se déroulent dans l’espace, j’ai hésité un moment avant de me lancer dans cette lecture. Mais comme les retours étaient top et qu’une de mes amies me poussait à sauter le pas, Illuminae a atterri dans ma wish-list. Et une amie me l’a offert ❤

Il a quand même attendu un an avant de sortir de ma PAL le pauvre. Par contre… une fois commencé… Les six cent pages m’ont tenus que deux jours.  Et j’ai acheté le tome 2 dans la foulée. Autant vous dire que ce premier opus m’a complètement emballé !

On se retrouve immergé dans la bataille aux côtés de Kady et Ezra et on les suit à pas à pas dans l’horreur. Car, il faut l’avouer, ce qui se déroule dans le roman est horrible. Il s’agit d’exécutions, de monceaux de cadavres et de maladies chimiques. Il s’agit d’une véritable guerre dans un lieu clos en plein milieu de l’espace. Sans échappatoire donc.

Si l’histoire est prenante, elle est surtout servie dans un écrin particulier. La mise en page nous plonge totalement dans des discussions via chat, dans des retranscription de vidéos (avec commentaires du transcripteur à l’appui), dans des sorties dans l’espace… Oui, même les moments où les personnages sont au milieu des étoiles sont présents dans la mise en page magnifique. On est obligé de tourner le roman pour pouvoir le lire et, au final, on est forcé de suivre les personnages pas à pas, de rester derrière eux et de vivre l’aventure avec eux pour ne rien perdre de l’intrigue.

Au fil des pages, nous voyons grandir Kady et Ezra. Ils n’ont pas le choix de mûrir et de faire des choses dont ils ne se seraient jamais cru capables. Le roman nous montre ce qu’on peut trouver de meilleur en nous lorsque les temps l’exigent mais aussi ce qu’on peut y trouver de pire. Car personne ne sait la manière dont il va réagir s’il est acculé. Et, pire souvent, lorsque ce sont ses proches qui entrent dans l’équation. Nos émotions nous brouillent parfois et c’est là où le roman propose quelque chose de très intelligent : il nous présente AIDAN, l’intelligente artificielle du vaisseau. Il ne ressent aucune émotion et prend donc des décisions uniquement pour le plus grand nombre sans tenir compte de tout ce qui a trait à l’humanité.

Est-ce mieux ? Pire ?

A vous de le décider en refermant Illuminae.

Mes chemins en Bretagne – Pierre Dubois & Hervé Glot

 

Titre : Mes chemins en Bretagne

Auteur : Pierre Dubois

Photographe : Hervé Glot

Editeur : Ouest-France

Date de Parution : 26 octobre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur):

Pierre Dubois a puissamment participé à la diffusion du merveilleux en « faisant le conteur  » dans l’audiovisuel en même temps qu’il rédigeait de nombreux ouvrages : Encyclopédies des lutins, des elfes et des fées sont les plus connus. Pendant vingt ans il a parcouru la Bretagne, inventoriant une tradition légendaire dont il a su transmettre la noblesse forestière et champêtre. Avec les Editions Artus, Hervé Glot a posé la première roche sur laquelle s’est enraciné le chêne du renouveau arthurien. Depuis des années, par grèves, landes et forêts, il mène sa quête d’images et révèle, par son regard, les instantanés d’un monde secret que le promeneur découvrira pas à pas.

 

  • Avis :

Après huit mois passés en Bretagne, j’ai retrouvé le Nord mais j’ai emmené ce bel ouvrage dans mes valises.

J’ai la chance d’avoir des parents qui aiment la Bretagne et j’ai donc pu en visiter quelques coins que j’ai redécouvert avec plaisir et un brin de nostalgie et de bonheur entre les pages.

On y retrouve la poésie de la plume de Pierre Dubois et on se laisse entraîner à sa suite dans les chemins qu’il a parcouru. Il nous livre ses souvenirs, nous laisse entrer dans son passé et nous raconte les belles rencontres qu’il a faites. Ce livre, c’est tellement lui. Dans ses mots de papier, on retrouve la pointe de malice qui caractérise ses conversations, la tendresse qui pointe toujours lorsqu’il parle de quelqu’un qu’il apprécie et la féerie qui l’entoure. Pierre, c’est le conteur par excellence, celui dont la voix transporte par-delà le temps et l’espace pour redessiner un lieu ou un moment. Mes rencontres avec Pierre sont toujours des moments de bonheur partagé, de conversations pleines d’humour et d’envie de l’écouter parler. Parce que sa voix contient tout un autre monde et rend tangible le pays des fées et des korrigans. Sa façon d’écrire lui correspond. Lire cet ouvrage, c’était comme l’écouter me faire un cadeau : celui du récit de sa vie d’elficologue.

J’y ai découvert plein de petits détails qui m’ont donné envie d’en savoir plus. A travers ce livre, c’est une carrière professionnelle qui se déroule, des amitiés qui se forment et des kilomètres parcourus en nombre. C’est une balade au fil du temps, des landes et des forêts.

Pour allier la magie des mots à celle des photos, rien de tel qu’un ami. Sous l’objectif d’Hervé Glot, nous découvrons les lieux dont nous parle le texte. Les couleurs du ciel et la nature dans toute sa splendeur pour des paysages qui donnent envie d’aller s’y balader pour écouter et apprendre les secrets chuchoté par le vent. Des villes et des monuments pour entrer dans l’Histoire. Des portraits fidèles pour suivre Pierre dans ses souvenirs.

La magie des mots alliée à celle des photographies nous permet d’entrer en Bretagne à travers des chemins qui s’ouvrent devant nous. Un mot aussi pour les citations qui ouvrent chaque chapitre et m’ont permis de découvrir des auteurs, de sourire devant la véracité des mots et de chercher à en savoir plus sur leurs auteurs. D’autres mondes à explorer donc et la sensation que la féerie, lorsqu’on l’a découverte, ne nous quitte jamais.