Spooky, T3 Malices de Princesse – Carine-M & Elian Black’Mor

 

Titre : Malices de Princesse

Série : Spooky

Auteur & Illustrateurs : Carine-M & Elian Black’Mor

Editeur : Glénat

Date de Parution : 11 Octobre 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Panique au pays des contes de fées !
Spooky s’apprêtait à passer une monstrueuse nuit d’anniversaire pour Halloween, mais voilà que sept nains bien connus de tous débarquent pour lui fermer l’accès au royaume des contes. Là-bas, il parait qu’un nouveau despote met tout sens dessus dessous et qu’il a décrété la pension pour monstre indésirable ! Qui peut-il bien être et où sont passés les parents de Spooky ? Livrée à elle-même, avec son sac à malices comme précieux compagnon, la meilleure amie des monstres part se frayer un chemin jusqu’au pays des contes pour découvrir ce qui s’y trame… C’est le début d’une longue quête, à la rencontre de personnages hauts en couleurs…

 

  • Avis :

Le petit rituel de Samhain : avoir le nouveau tome de Spooky sous la main *-*

Comme je suis assez désorganisée ces derniers temps (qui a dit tout le temps ?), j’ai laissé traîner la chronique et j’en ai donc profité pour relire Spooky (hi hi !) avant de vous retrouver ici.

Mais que se passe-t-il donc au pays des contes de fées ? Là où tout est rose et où tout le monde est charmant ? Pourquoi l’accès est-il fermé ? D’où vient ce mauvais temps ? Interdite de séjour, Spooky entend bien découvrir ce qu’on lui cache tout en n’oubliant pas de préparer en prime sa fête d’anniversaire ! Car Spooky a plus d’un tour dans son sac à malices surtout lorsqu’il s’agit d’aider son père et sa mère.

Comme toujours on y retrouve plein de clins d’œil à nos contes préférés et plein de petits détails qui font toute la différence à la lecture. On est emporté, entraîné, avalé à la suite de Spooky et de ses compagnons pour sauver le pays des contes de fées piégé dans la froidure !

J’ai adoré retrouver mes personnages préférés, découvrir les farfadets et rencontrer les petits galets (j’envisage même d’en adopter un pour pouvoir retrouver mon chemin en un tour de main !). Je n’ai pas pu m’empêcher de passer un bon moment sur chaque dessin pour tenter d’en découvrir toutes les subtilités. Je suis certaine que plusieurs m’ont échappé et j’ai donc hâte de recommencer à chercher 😛

En bref encore une histoire amusante, colorée, pleine de bonne humeur et de lapins : à mettre entre toutes les mains ! (exemptes de confitures pour éviter les déconfitures ~)

Et cette fois, c’est directement par Arsenic et Boule de Gomme que j’ai commandé et Spooky est donc arrivée toute mignonnement dédicacée ❤

Pour lire en ligne les premières pages : cliquez ici

Publicités

L’Ombre du Golem – Eliette Abécassis et Benjamin Lacombe

Titre : L’Ombre du Golem

Auteur : Eliette Abécassis

Illustrateur : Benjamin Lacombe

Editeur : Flammarion

Date de Parution : 27 Septembre 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« J’avais assez de souvenirs et de questions et l’envie grandissante de retourner voir ce fameux Golem, cette créature incroyable, invention du plus grand génie de Prague. »

 

  • Avis :

J’aime beaucoup les livres illustrés où dessins et textes s’entremêlent pour raconter une histoire au lecteur.

A noter que le contexte de l’ouvrage est historique et prend donc soin de citer les dates et d’expliciter les personnages existants à la fin, via une courte biographie qui permet de les ancrer dans le temps et l’Histoire. Prenant place en 1552 en Pologne lors du règne de Rodolphe II, nous rencontrons Zelmira qui vit près du Ghetto juif.

J’ai beaucoup aimé le fait que la conteuse soit celle qui est vécue l’histoire et la manière dont celle-ci est racontée entraîne directement le lecteur à sa suite.

Personnellement, je ne suis pas sensible aux visages des personnages mais j’ai par contre adoré les décors. La multitude de détails et les doubles pages permettent aux lecteurs de s’immiscer totalement dans le dessin et ajoute encore un peu à son implication dans l’intrigue.

Le roman parle autant de persécution que de protection, induisant de nombreuses question finalement encore malheureusement d’actualité aujourd’hui. L’idée du Golem, cet être fantastique voué à protéger toute une population mais qui n’a aucune conscience, pousse Zelmira à douter de l’humanité de la création. J’ai beaucoup aimé la tendresse sous-jacente dans le roman et l’amitié qui se noue doucement entre ces deux êtres qui n’ont de base pas grand chose en commun.

En bref un ouvrage qui présentent deux visions du monde opposés et qui rappelle que pour vivre ensemble il faut tout d’abord commencer par s’écouter.

Pour comprendre le départ du projet, ci-dessous une vidéo postée sur la page FB de Benjamin Lacombe

 

Entre dans

3 / 50

et dans

Item – Lumos : un livre sur lequel le titre est écrit en dorure (60pts)

La vie de Merlin – Mathilde de Montségur et Carole Bajot

Titre : La vie de Merlin

Illustrations  et calligraphie : Mathilde de Montségur

Texte : Carole Bajot

Editeur : Ouest-France

Date de Parution : 23 Juin 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Ce petit livre objet conte l’histoire de la vie de Merlin, héros intemporel et mythique. Destiné au grand public, ce livre donne l’illusion d’un manuscrit qui aurait traversé le temps grâce aux enluminures originales de Matilde de Montsegur exécutées sur du papier épais qui imite le parchemin. Matilde de Montsegur, artiste peintre enlumineur de France, raconte ici la belle épopée de Merlin.

 

  • Avis :

Ce qui m’a tout d’abord attiré, c’est bien évidemment le côté calligraphie de l’ouvrage. J’ai toujours été admirative pour les enluminures et les textes anciens qui allient textes et dessins tout au long des pages.

Ici, on retrouve tout autant les enluminures que le texte calligraphié et la somme des deux est un vrai régal à regarder. Les couleurs vivres rehaussées à la feuille d’or mettent en valeur des dessins d’une finesse impressionnante alors que la calligraphie entraîne le lecteur vers des temps anciens. On tourne donc tout d’abord les pages pour le plaisir des yeux avant de s’intéresser au plaisir du texte.

Concernant l’histoire en elle-même, elle permet une plongée claire dans l’histoire de Merlin et raconte les grands moments de la vie de l’Enchanteur. On y retrouve sa naissance, ses rencontres avec Vortigern et Uther et son rôle de conseiller auprès d’Arthur. Les chevaliers s’y croisent et partent à la conquête du Graal alors que Merlin succombe au charme de Viviane.

Les chapitres sont assez courts et permettent de s’intéresser aux dessins qui entourent le texte sans devoir s’arrêter en plein paragraphe.

En bref un ouvrage sublime, aussi bien à lire qu’à regarder et qui plaira à tous.

Et comme, parfois, les images valent plus que les mots, vous trouverez ci-dessous quelques photos de l’intérieur de l’ouvrage. A savoir qu’avec le téléphone, qui est la seule chose que j’ai sous la main, les photos sont loin de rendre hommage à l’ouvrage et j’en suis désolée.

 

 

Merveilles & Légendes de Korrigans « Petits contes secrets » – Pascal Moguérou

Titre : Merveilles & Légendes de Korrigans « Petits contes secrets »

Auteur : Pascal Moguérou

Editeur : Au Bord des Continents

Date de Parution : 23 Avril 2014

 

 

  • Résumé (éditeur)

On trouve dans ce ‘grimoire ancien’ dédié aux lutins vivant dans les contrées septentrionales de l’Europe, une présentation de chacune des tribus (ceux des landes, des forêts, des rivages…) mais aussi de nombreux contes, concoctés et illustrés par le maître en la matière, Pascal Moguérou, où le merveilleux, la nostalgie de l’enfance et l’amour associé au respect de la nature transparaissent entre chaque ligne.

 

  • Avis:

La date de sortie de Sombres Féeries étant venue, je me suis dit qu’il était VRAIMENT temps de sortir cet ouvrage-ci de ma PAL avant d’en ajouter un autre. Ça tombe bien : avec les week-end de trois jours, j’ai du temps pour me poser tranquillement !

Je dis tranquillement car, si en général je lis un peu partout, les livres illustrés sont plutôt pour moi des moments où j’aime avoir ma bulle pour pouvoir les parcourir visuellement tout autant que les lire. Et puis, pensez donc si je lisais ce genre d’ouvrage dans le métro ! Que direz les gens en me voyant baisser le nez sur ma lecture pour le relevez un long moment plus tard, les cheveux ébouriffés par le vent de la lande et des feuilles dans les cheveux ?!

Bref, j’ai donc profité d’un moment « bulle » pour partir sur les traces des Korrigans. Je me suis perdue entre les pages, j’ai visité des lieux empreints de magie, j’ai rencontré des personnages attachants, j’ai regardé passer les saisons et je suis revenue… La première chose à savoir concernant cet ouvrage, c’est finalement qu’il laisse rêveur. Qu’il nous conte des histoires qui trouvent un écho dans des lieux qu’on croit connaître et qui nous donnent envie de les retrouver pour les découvrir à nouveau, les yeux cette fois grands ouverts.

Ce sont des histoires qui parlent d’amitié qui défient le temps, qui raconte les liens familiaux, l’amour qu’on porte à sa terre et à ceux qui nous entourent. C’est un ouvrage qui parle des fondamentaux de l’humanité, cette dernière n’étant pas forcément là où on l’attend le plus. Et puis, bien sûr, il y a de la malice, de la sournoiserie et des défis en tout genre.

Les illustrations nous donnent une image de ce dont les mots nous avaient déjà donné un aperçu et nous permettent de nous ancrer encore un peu plus entre les lignes, mettant des visages sur des noms et des couleurs sur les paysages. Ils sont autant d’histoires racontées que de traits esquissés, les deux invitant sans peine à voyager.

A la sortie de cet ouvrage, je n’ai finalement qu’un seul regret : ne pas avoir pu le partager à voix haute avec quelqu’un. Je suis sûre que ces mots auraient encore une autre résonance de cette manière !

En bref une plongée réussie dans les landes en compagnie d’une myriade de Korrigans farceurs.

Quelques photos pour vous donner un aperçu ~

 

Entre dans Le Printemps de l’Imaginaire Francophone

Et dans

Grimoire poussiéreux : un livre qui prend la poussière dans ta pile à lire depuis au moins 1 an – 10 points

 

Fées & Déesses – Erlé Ferronnière et Aurélie Brunel

 

Titre : Fées & Déesses

Auteur : Aurélie Brunel

Illustrateur : Erlé Ferronnière

Editeur : Au Bord des Continents

Date de Parution : 15 Octobre 2009

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Déesses celtiques aux allures de guerrières, fées et enchanteresses du royaume d’Arthur, fées médiévales, fées issues du folklore breton ou bien, même petites fées-papillons, s’unissent pour vous ouvrir les portes des royaumes cachés et vous dévoiler leur origine commune…

 

  • Avis :

Je connais le travail d’Erlé Ferronnière depuis plusieurs années, les cartes postales de ses dessins se retrouvant régulièrement sur les murs de ma chambre, aussi n’ai-je pas pu résister en apercevant cet ouvrage durant Les Rencontres de l’Imaginaire de l’année dernière.

Je découvrais par contre la plume d’Aurélie Brunel qui m’a beaucoup plu ! Le côté cyclique du roman, qui démarre par nous rappeler de regarder autour de nous et termine de la même façon, se marrie bien avec les histoires qui nous sont présentées au fil des pages. Cette notion de cycle et de lien se retrouve tout au long de la lecture et pousse donc le lecteur à se laisser entraîner, naviguant entre textes et images et allant de l’un à l’autre avec autant de facilité que d’attirance.

Si certaines histoires sont très connues telles Dahut, Morgane, Mélusine ou Iseult, certaines le sont un peu moins. Je pense à Présine notamment que je n’ai pas vu dans beaucoup de textes avant cela.

Le fait que les passages consacrés à chaque personnage soient très courts et racontés à la première personne nous permet de nous attacher aux différents protagonistes et d’entrer totalement dans leur histoire. Même en connaissant certaines d’entre elles, j’ai aimé les redécouvrir ici et les sentiments qui se dégagent de ces moments, sommes toutes assez tristes, ressortent bien sous la plume de l’auteure.

Ces émotions sont renforcées par les illustrations qui se marient totalement bien aux textes. On y découvre les paysages comme les personnages, les rendant parfaitement tangibles. Si j’ai en général un faible pour les crayonnés, la mise en couleur ne les rend que plus réels et je n’aurai pas été si surprise de les voir quitter le papier pour débarquer dans la pièce.

En bref une belle plongée dans un monde féerique qui nous permet de découvrir ou de nous remémorer les histoires de fées ayant traversées les âges.

Ci-dessous quelques dessins, les premiers sont des photos faites par mon téléphone, merci beaucoup à Erlé Ferronnière pour les suivantes ❤

img_20170217_163106

img_20170217_163211

img_20170217_163311

Spooky et les contes de travers, T2 Charmant Vampire – Carine-M et Elian Black’ Mor

Titre : Charmant Vampire

Série : Spooky et les contes de travers

Auteurs et illustrateurs : Carine-M et Elian Black’ Mor

Editeur : Glénat Jeunesse

Date de Parution : 26 Octobre 2016

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Toutes les princesses aiment les histoires d’amour…les princes charmants, leurs belles cuisses de grenouille… le soleil et les cocotiers !! Alors quand, dans la plus géniale des pensions pour monstres, tous ces ingrédients se trouvent rassemblés, que croyez-vous qu’il puisse arriver ? Un Conte de fées ou une histoire pour vous effrayer ? Ça, je vous laisse deviner…

Toc ! Toc ! Notre porte vient de frapper. Un charmant vampire, la tête à l’envers, flottant dans les airs, me demande s’il peut entrer… Mon prince serait-il arrivé ?

 

  • Avis :

Ce n’est pas un secret, Spooky est ma petite princesse préférée 😛

L’arrivée de l’automne ne signifiait donc pas uniquement la chute des feuilles mais plutôt le retour de Spooky dans le second tome de ses aventures. Mais le soucis lorsqu’on attend quelque chose c’est qu’il est plus facile d’être déçue… (vous sentez le suspense là ? Même pas peur ? Bon okay…)

Ticket gagnant de nouveau ! Je ne sais pas dans quel encre magique Carine-M et Elian Black’Mor trempent leurs plumes mais j’ai une fois encore été transportée au pays de Spooky. Cet endroit haut en couleurs où princesses côtoient chaperon-loup, fantômes et monstres en tous genres. Et momie (car oui, il y a Amélie la momie, ma petite chouchoute *.*)

img_20161102_102652

(Améliiiiiiiiiie <3)

Comme pour le premier tome, l’extérieur du livre est déjà entraînant, avec son côté un peu grimoire et ses faux scotchs laissant entendre qu’il s’agit d’un livre écrit par Spooky elle-même, avec ses ratures et ses états d’âmes de princesse creepy. La première page garde le même esprit tout comme le reste de l’ouvrage, contribuant à nous plonger dans ce carnet intime comme des petits curieux ouvrant le journal d’un autre (pardon Spooky !)

img_20161102_102545

J’ai donc retrouvé avec grand plaisir Spooky et sa pension décalée. Les trois petits cochons et leur musique endiablée. Et j’ai découvert avec bonheur de nouveaux personnages. Dont j’ai rapidement adoré les visages. Une chose est sûre : il est impossible de s’ennuyer en compagnie de Spooky ! Dans ce tome, ses oncles et elle se retrouve embrigadés dans une nouvelle aventure qu’ils n’ont pas demandé (même s’ils l’ont peut-être inconsciemment provoquée ?)

On découvre d’autres princesses et on en apprend plus sur les habitudes de ces dernières. Dorment-elles sur un petit pois ? Ont-elles un citrouille carrosse ? Embrassent-elles réellement des grenouilles ? Tant de questions que l’on se pose et qui trouvent ici leur réponse ! (Car on sait bien que les contes de fées jouent souvent avec la vérité).

L’ouvrage propose une ambiance à la Tim Burton mêlé de Monthy Python et on en redemande !  Si les textes sont plein de poésie dû aux nombreuses rimes qui les rythmes, les dessins proposent toujours un nombre incalculables de détails et j’ai passé un bon moment à regarder partout. J’ai particulièrement adoré le hibou qui joue du triangle et les pattes qui dépassent sous le rideau de l’entrée !

L’intrigue jongle avec vengeance, aventures, premier amour, horreur et réseaux sociaux, rien que ça ! Et entre vampires, ananas, pirates et gorilles mangeurs de chewing-gum, on retrouve aussi les toasts syndiqués tout comme des éléments propres aux contes de fées tels les oiseaux porteurs de lettres ou la méfiance à avoir envers les loups… Et puis… La morale de l’histoire est importante : il faut toujours se méfier des lapins blancs. Toujours. Tout comme des tables. ça peut être dangereux une table (ah, ça vous intrigue hein ?!)

Sinon, j’ai une petite question pratique : où achète-t-on une chauve-souris de porte ?

Et pour le plaisir des yeux… Quelques photos !

img_20161102_102614

img_20161102_102728

img_20161102_102751

En bref si vous voulez une lecture envoûtante et envoutée qui plaira aux petits comme aux grands, ne cherchez plus : adoptez Spooky !

Merci aux éditions Glénat Jeunesse ❤

A l’orée des fées – Lenia Major et Cathy Delanssay

Titre : A l’orée des fées

Auteur : Lenia Major

Illustrateur : Cathy Delanssay

Editeur : Balivernes

Date de Parution : Octobre 2006

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Ces créatures mystérieuses et bienveillantes présentes autour de nous à chaque instant et en tout lieu, qui veillent sur notre destin et que pourtant, nous ne voyons jamais ou presque.

Fées du logis, Fées des éléments, Fées des saisons, Fées des êtres vivants, Fées taquines ne les laissez pas partir sans au moins les saluer.

Ce livre vous révélera les secrets de certaines d’entre elles. Peut-être les avez-vous déjà croisées ? Préparez-vous à les adorer !

 

  • Avis :

Encore une fois un ouvrage superbe qui propose de jolis messages sur fond de douceur colorée. Chaque page se regarde longuement et on en prend plein les yeux. Les coloris différent énormément d’une page sur l’autre et s’accordent donc parfaitement bien au texte qu’ils accompagnent, nous donnant l’impression de voyager.

Car cet ouvrage est tout d’abord une invitation au voyage. Qu’il s’agisse de pays ou d’éléments tel le feu ou l’air, qu’il s’agisse d’évènement bénin comme faire la cuisine ou aspirer les poussières, ces petites histoires prennent le temps de vous démontrer qu’il y a une fée en tout chose pour peu que l’on veuille bien la voir.

La poésie des mots se marie au rythme de ceux-ci tout comme à la délicatesse des traits et on se perd dans ce monde joliment féerique qui nous explique que la petite voix qui nous susurre parfois des mots à l’oreille est peut-être celle d’une fée, qui sait !

J’ai un faible pour Céleste, la jolie fée de la nuit et pour Brune, la fée amoureuse d’un elfe… Des histoires qui font rêver et nous emportent d’un bout à l’autre du monde, à la rencontre de moments parfois tristes et douloureux mais toujours joliment tournés. La musicalité qui se détache des textes est un régal à l’oreille tout comme les dessins le sont à la vue.

En bref un ouvrage qui tient toutes ses promesses de nous faire passer un moment féerique ~

celeste