L’étrange vie de Nodoby Owens – Neil Gaiman

 

Titre : L’étrange vie de Nodoby Owens

V.O. : The Graveyard Book

Auteur : Neil Gaiman

Editeur : Albin Michel

Date de Parution : 2010

 

 

  • Résumé :

Nobody Owens est un petit garçon parfaitement normal. Ou plutôt, il serait parfaitement normal s’il n’avait pas grandi dans un cimetière, élevé par un couple de fantômes, protégé par Silas, un être étrange ni vivant ni mort, et ami intime d’une sorcière brûlée vive autrefois. Mais quelqu’un va attirer Nobody au-delà de l’enceinte protectrice du cimetière : le meurtrier qui cherche à l’éliminer depuis qu’il est bébé. Si tu savais, Nobody, comme le monde des vivants est dangereux…

 

  • Avis :

Tout d’abord, merci à Anne pour le prêt et pour la découverte !

J’avais beaucoup aimé De Bons Présages écrit par Terry Pratchett et Neil Gaiman mais pas Coraline de ce dernier et j’étais donc curieuse de voir si Nobody Owens allait me plaire.

Verdict ?

J’avoue avoir un peu eu du mal à rentrer dedans mais, après quelques pages, j’étais totalement embarquée ! Nous découvrons la vie du cimetière avec Nobody (Bod) et nous nous attachons peu à peu à tous les fantômes qui le peuplent. Le parallèle fait entre les vivants et les morts est très bien mené et les réflexions de Silas sur la vie sont réellement intéressantes. Pour des plus jeunes, elles les amènent à réfléchir sur toutes les possibilités que peut contenir leur avenir et, pour des adultes, à se rendre compte qu’il est peut-être temps de saisir ces opportunités.

L’intrigue générale court tout au long du roman et je n’ai pas pu m’empêcher de me questionner sur les Jack. J’aurai d’ailleurs aimé en savoir plus sur eux et sur leur organisation car l’histoire se concentre plutôt sur la manière dont grandit Bod. La plupart des choix de l’auteur implique un cercle : la finalité rejoignant finalement le commencement et j’ai trouvé ce fait bien trouvé au vu de l’histoire et de l’intrigue.

L’action est très présente et, moi qui n’aime pas les longues descriptions, j’ai été ici agréablement de surprise d’adorer celles du pays des goules ou du cimetière, qui permettent de se mettre totalement dans l’ambiance des lieux que traversent Bod. Mention spéciale d’ailleurs pour toutes les épitaphes qui parcourent le texte dès que l’on parle d’une nouvelle tombe, j’ai trouvé ça excellent.

Au final, la seule chose qui m’aura un chouya dérangée dans ma lecture est le fait que les chapitres sont immenses (c’est un tic, j’aime m’arrêter à un chapitre terminé et ça me perturbe lorsque ce n’est pas le cas 😛 )

En bref, une lecture bien menée qui m’aura fait passer un très bon moment !

 

Item Brasier obscur : Une couverture en noir et blanc

37/ 50

Publicités

Mock Boys – Marie Leymarie

 

Titre : Mock Moys

Auteur : Marie Leymarie

Editeur : Syros

Date de Parution : 5 Avril 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

MOCK / Définition:
1. Verbe : se moquer, tourner en dérision C’est ce que savent si bien faire Raoul et Baptiste, les garçons cool du lycée, drôles, à l’aise, désinvoltes. Ils ont fait le pari de sortir avec le plus de filles possible, sans se laisser prendre par l’émotion, sans jamais s’attacher. Car ils ne croient qu’en l’amitié.
2. Adjectif : faux, factice Et si la désinvolture n’était qu’une posture ? Et si leur pacte a priori indestructible était bouleversé par une rencontre ?

 

  • Avis :

Ayant beaucoup aimé Les Effets du Hasard de la même auteur et étant en général attirée par les livres portant sur l’amitié, j’étais curieuse de me plonger dans ce roman. D’autant que le sujet de deux danseurs, à l’âge où on l’on fait attention au regard des autres, pouvait amener beaucoup de problématiques intéressantes.

Malheureusement, je n’ai jamais réussi à entrer dans le roman. Les premières pages qui nous présentent Raoul me l’ont fait trouver antipathique et Baptise, finalement assez terne en compagnie de son compère, ne m’a pas non plus poussé à m’attacher. Leur amitié, de laquelle j’attendais beaucoup, m’a paru biaisée et finalement pas forcément si amicale que ça. Leur façon de se traiter l’un l’autre m’a surtout donné l’impression que je n’aurai pas aimé les avoir pour amis.

Concernant la danse, elle sert de back-ground mais n’apporte pas réellement de nouvelle substance à l’intrigue, autre que celle  permettant de lancer le roman en mettant en contact Raoul, Baptiste et, Sandy. On suit donc l’histoire de ces deux garçons, assez différents et qui, finalement, vivent leur vie. En vérité, je n’ai pas trouvé d’intrigue particulière dans le roman et je suis restée spectatrice tout du long à les regarder faire des choix que je ne comprenais pas. Qu’il s’agisse de leurs vies de famille, de leurs soirées entre potes ou de leurs moments à l’école, rien n’a vraiment retenue mon attention pour me donner envie d’en savoir plus.

A savoir que je ne suis pas fan de romans contemporains car je les trouve toujours trop contemplatifs à mon goût, néanmoins, habituellement, les histoires d’adolescents me plaisent bien de part les émotions toujours à fleur de peau de ces derniers. Ici, le fait de ne pas réussir à m’attacher aux différents personnages m’a fait uniquement rester dans le contemplatif et donc, totalement en retrait et pas du tout impliquée dans les relations entre ces adolescents.

Je ne doute pas que certains seront happés par la relation entre Raoul et Baptiste, par leur caractère et leur amitié mais ça n’a pas été mon cas et j’ai fini par décrocher. Un roman qui n’était tout simplement pas pour moi.

 

36 / 50

Item : Gemino : un livre dont l’auteur porte le même prénom que vous – 40pts

Les Puissants, T2 Egaux – Vic James

 

Titre : Egaux

V.O. : Tarnished City

Série : Les Puissants

V.O. : Dark Gifts

Auteur : Vic James

Traducteur : Julie Lopez

Editeur : Nathan

Date de Parution : Avril 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) : ATTENTION SPOILER T1
Dans une société gouvernée par une caste aux pouvoirs surnaturels, les Égaux, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage. Mais la révolte gronde… Luke, condamné pour son rôle dans la rébellion, est exilé chez le terrible Lord Crovan. Personne n’est jamais ressorti vivant ou sain d’esprit des prisons de ce tortionnaire. Abi, quant à elle, est en cavale. Pour faire libérer son frère, elle entre en contact avec la rébellion. Mais est-elle prête à tout risquer, jusqu’à ses idéaux ? Alors que le régime se durcit et que le sang coule jusque dans les rues de Londres, l’amour et le courage peuvent-ils vaincre la tyrannie et la magie

 

  • AvisATTENTION SPOILER T1

Bon, bon, bon… Comment vous dire ? J’ai surkiffé ! Totalement *-* C’est bien simple, je l’ai commencé et puis les heures ont passé et bon il parait qu’il faisait beau dehors et tout… Et moi je faisais des bonds sur mon canapé en jurant tout haut (heureusement que j’étais seule ou j’aurai certainement effrayé quelques personnes).

On reprend l’histoire pile à l’endroit où le premier tome l’avait laissé et, comme le premier opus, les chapitres vont d’un personnage à l’autre, nous permettant d’avoir une vue d’ensemble sur la situation de chacun d’entre eux.

Comme je vous le disais, j’ai plus d’une fois juré tout haut dû à certains passages auxquels je ne m’attendais absolument pas ! Certains retournements de situations m’ont totalement laissé sans voix et l’auteur sait parfaitement garder son lecteur en haleine. J’ai aussi été très surprise par plusieurs personnages et j’ai été époustouflée par la manière dont l’auteur connait son sujet. Chaque lieu a ses propres règles et chaque groupe également. On pourrait penser que le lecteur serait perdu au milieu de tant d’histoires et de personnages mais le fil conducteur est toujours présent et le fait d’avoir poser les personnages principaux et l’intrigue générale dans le premier tome permet ici d’aller de plus en plus loin.

La rébellion prend un tout autre tour dans ce second opus et, comme pour le premier tome, on assiste ici à tout un questionnement sur la nature humaine. Les gens sont-ils bons ou mauvais par nature ? Sont-ils ambivalents ? Tous les passages à Eilean Dochais sont propices à de nombreuses réflexions, très justes d’ailleurs et c’est pour moi l’un des gros points fort de cette série. Elle ne propose pas une simple histoire de classes mais bien une réflexion sur ce qui est juste et sur ce que chacun peut faire de sa propre vie. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises manières de la mener mais bien d’être en adéquation avec soi-même. Abi est certainement le personnage qui évolue le plus dans ce second tome et j’ai aussi, étrangement car je n’apprécie pas particulièrement le personnage, aimé suivre Bouda. Elle nous permet une plongée différente dans le monde du Pouvoir et elle et Dina montre bien que l’éducation ne suffit pas à faire une personne.

De la même manière la fratrie composée de Gavar, Jenner et Silyen est très prenant à suivre. Silyen est bien évidemment celui sur lequel on se pose le plus de questions et on le découvre encore un peu plus dans ce tome. Quand aux deux autres, ils changent aussi dans ce tome tout en gardant une continuité dans leurs caractères, montrant une fois encore que l’auteur connait bien ses personnages et réussit à les faire peu à peu connaître au lecteur.

Concernant l’intrigue en elle-même, elle rend le roman impossible à lâcher tant on veut en savoir plus. A bien des moments en vérité, j’ai trouvé ce roman terrifiant. Parce qu’il montre des événements particulièrement réaliste. Parce qu’il pointe le fait que, si certains hommes se battront pour la justice du plus grand nombre, d’autres feront exactement l’inverse. Mais ce qui est le plus effrayant, ce sont tous ces entre eux. Ceux qui se contenteront de suivre parce que d’autres le font, en rejetant la faute sur les autres autour d’eux.

J’aurai beaucoup d’autres choses à dire sur ce roman et sur les sentiments par lequel il m’a fait passer mais j’aurai peur de vous spoiler, ce qui serait vraiment dommage.

En bref : cette série se glisse rapidement et sûrement dans mes préférées ! Lisez-là *-*

Il me reste maintenant un an à attendre le troisième tome. Un an. Voyons le bon côté des choses… j’aurai une bonne excuse pour relire les deux premiers !

 

« – Il suffit d’une personne tordue pour commencer, ensuite, tout le monde se sent autorisé à continuer. Les gens s’oublient.

La pièce sombra dans le silence. C’était une vision tellement sinistre. Est-ce que tout le monde abritait en soi un monstre qui n’attendait que d’être libéré ? »

 

Item J.K. Rowling : finir un livre lors de la Journée nationale du livre (23 Avril 2018) – 50pts

35 / 50

Les contes inachevés, T1 La vilaine belle-sœur – Aya Ling

Titre : La vilaine belle-soeur

V.O. : The ugly stepsister

Série : Les contes inachevés

Auteur : Aya Ling

Traductrice : Julianne Nova

Editeur : MxM Bookmark

Date de Parution : 23 Août 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

En déchirant par mégarde un vieux livre d’images, Kat est téléportée dans le monde de Cendrillon, où elle incarne Katriona, l’une des hideuses belles-sœurs ! En tant que jeune fille de noble lignage, sa vie change du tout au tout et elle doit apprendre à survivre aux lois de ce nouvel environnement, à commencer l’épreuve de passer les portes avec une robe à arçeaux… Pour revenir chez elle, elle va devoir compléter l’histoire, jusqu’à ce qu’ils soient heureux et aient beaucoup d’enfants. Mais les obstacles sont de taille : l’autre belle soeur est belle à s’en damner, la marraine la bonne fée est aux abonnées absentes et le prince – carrément canon, soit dit en passant – déteste les bals.
Dans de telles conditions, arrivera-t-elle seulement à rentrer chez elle… ?

 

  • Avis :

MxM Bookmark faisant des promotions sur quelques titres, j’ai craqué pour le ebook de celui-ci qui me faisait de l’œil depuis un moment. Je trouve la couverture vraiment sublime et le résumé me donnait très envie de tenter la lecture. Au final, j’ai vraiment passé un bon moment, même si deux petites choses m’ont un peu dérangée. Je commence par elle pour terminer par le positif (qui est plus nombreux :p )

Tout d’abord, le fait que Kat ne se pose jamais la question de savoir ce qui se passe dans la vie réelle… Certes, elle veut retrouver sa famille mais jamais elle ne se demande si elle va se réveiller au moment de sa chute ou si elle est dans le coma, si elle a disparut et que sa famille est inquiète… Absolument jamais xD Ce que j’ai trouvé illogique (et j’aime la logique). Un point mineur, j’en conviens mais ça m’a travaillé durant toute ma lecture malgré tout.

Ensuite, un soucis de traduction et de relecture qui, s’il n’arrive pas si souvent, revient pourtant plusieurs fois et m’a souvent fait tiquer : le présent et le passé simple dans la même phrase. Pour preuve l’extrait ci-dessous.

« Je lève mon parapluie et l’abats sur la tête du type. Il poussa un grognement et fait volte-face. »

L’un ou l’autre mais les deux…nope.

Au-delà de cela, l’histoire est ultra sympa ! On est rapidement dedans et Kat est un personnage très attachant. J’ai adoré le parallèle qu’elle fait entre notre présent et les us et coutumes au moment de l’histoire de Cendrillon. Toutes ces considérations humaines et matérielles que nous n’avons plus mais qui existaient à l’époque et qui, effectivement, doivent clairement choquer quelqu’un de notre époque.

Les variations entre l’histoire du roman et celle du conte originale permette au lecteur d’avoir l’impression de lire une histoire différente et, même si je m’attendais à la résolution, on se s’ennuie pas une seule seconde avec Kat. J’ai aussi beaucoup aimé Edward, Poppy et Bertram et j’ai pris énormément de plaisir à me perdre dans ce roman.

En bref une jolie découverte  !

 

Item : Beedle le Barde : un conte réinventé – 50pts

34 / 50

Ceux des limbes – Camille Brissot

 

Titre : Ceux des limbes

Auteur : Camille Brissot

Editeur : Syros

Date de parution : 5 Avril 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Du haut du Mont-Survie, Oto admire chaque jour la forêt qui l’encercle à perte de vue. Elle est si belle qu’il en oublierait presque ce qui se tapit sous les arbres. Mais lorsque la montagne s’endort, que les lumières s’éteignent et que les voix s’effacent, le vent résonne d’un chant inhumain, effroyable : le gémissement des limbes, les victimes de l’épidémie. Bientôt, Naha devra passer plusieurs jours et plusieurs nuits dans la forêt. Oto refuse de rester cloîtré en espérant le retour de celle qu’il aime plus que tout. Quitte à être une proie de plus, il va sortir lui aussi.

 

  • Avis :

ça faisait un petit moment que je n’avais pas lu de romans post-apocalyptique ni de romans de « zombies » et, après mon coup de cœur pour La maison des reflets de la même auteur, j’étais curieuse de savoir si j’allais autant apprécier ce roman que le précédent.

Carrément, le sujet n’est pas le même et pourtant… On retrouve cette similitude des questions sur la vie et la mort. Encore une fois, je me suis laissée embarquer par la plume de Camille Brissot et, s’il m’a fallut quelques chapitres pour entrer totalement dans l’histoire, j’ai ensuite eu beaucoup de mal à décrocher (mais de toute manière, dormir et manger, c’est surfait ! 😛 )

J’ai suivi avec intérêt l’histoire qui se déroule dans le Mont-Survis, mais je n’ai vraiment été totalement dans l’histoire que dès le moment où ils sortent. Une fois en forêt, j’ai complètement été happée. Avec une petite préférence d’ailleurs pour les moments qui rendent hommage à la beauté de la nature malgré les faits. Le simple plaisir de s’arrêter et de regarder autour de soi, chose que nous ne faisons sûrement pas assez souvent finalement. En cela, Oto est un personnage parfait. Dans le sens où il ne l’est pas justement. Oto est plein de doutes et de failles, il ne connait pas ses forces et pourtant, il suit son instinct et il se préoccupe des autres. Il est aussi buté et parfois haineux malgré sa profonde capacité à l’empathie et à l’émerveillement. Il est donc facile de s’attacher à lui.

La vie dans la forêt contient assez de suspense pour qu’on frissonne pour les personnages obligés d’avancer. Si le Mont-Survis est un endroit où la vie s’est un peu arrêté, la forêt représente une course contre la mort et le texte est empreint du sentiment qu’il faut aller vive et avancer pour ne pas mourir. Au fil du roman, d’autres émotions se superposent et j’ai beaucoup aimé la douceur qui se dégage finalement du texte malgré tout. A travers les actes de certains personnages, on ressent l’humanité sous-jacente et on se rend compte que rien n’est facile. Si les limbes sont des monstres, n’ont-ils pas avant tout été des hommes ? Des hommes qui ont aimé et ont été aimés. A travers Oto, on voit ce qu’un autre point de vue peut amener chez un jeune homme qui n’a jamais eu d’autres exemples que ceux du Mont-Survis.

En bref une histoire passionnante sur la vie, sur les difficultés qu’on y rencontre et sur l’espoir qu’elle peut détenir.

Un tome 2 peut-être ? (a)

 

Item Sinistros : un livre apocalyptique ou post-apocalyptique – 40pts

33 / 50

Duchesses Rebelles, T1 L’intrépide cousine du roi – Anne-Marie Desplat Duc

 

Titre : L’intrépide cousine du roi

Série : Duchesses Rebelles

Auteur : Anne-Marie Desplat-Duc

Editeur : Flammarion Jeunesse

Date de Parution : 4 Mai 2016

 

Couverture Duchesses Rebelles, tome 1 : L'intrépide cousine du roi

 

  • Résumé (éditeur) :
La duchesse de Montpensier raconte ses souvenirs de l’époque de la Fronde, partagés entre aventures intimes et tribulations politiques.

 

  • Avis :
Aimant beaucoup l’histoire, je n’ai pas résisté longtemps à l’attrait de cet ouvrage mettant en scène les aristocrates féminines ayant participé à la Fronde au moment où Mazarin était au côté de Louis XIV. L’entrée en matière de la série est intéressante et rend curieuse d’en savoir plus sur ces différentes femmes.

 

La première à laquelle nous nous intéressons, la propre cousine du roi, est au plus près des troubles qui agitèrent la cour à l’époque. Il est assez facile de s’attacher à elle petite fille et de louer son caractère affirmé alors qu’elle grandit au fil des pages.

 

Néanmoins, son implication dans la Fronde arrive très tard dans le roman et celui-ci est plutôt centré sur les propositions de mariage de la jeune femme. S’il permet de bien se rendre compte de l’importance qu’avaient les alliances entre les différents pouvoirs de l’époque, la Fronde passe bien au second plan durant les deux tiers de l’ouvrage et j’en ai été un peu déçue.

 

Malgré tout, l’ouvrage étant à destination de jeunes adolescentes, il permet de leur présenter une biographie sans le côté peut-être rébarbatif de ce fait et donc en montrant les droits et devoirs d’une femme de l’époque. Par ces héroïnes réelles mais qui sortent un peu des cases bien rangées, l’auteur montre qu’il y a toujours eu des femmes pour tenir tête à ce qu’on leur imposait.

 

Au final, je suis donc restée un peu partagée. L’histoire était intéressante mais j’ai regretté être assez loin de la Fronde durant une bonne partie du roman. Je serai néanmoins curieuse de retenter l’expérience avec la seconde demoiselle rebelle !

 

32/ 50

 

Item : Boursouflet : un livre de poche – 20pts

 

Bodyguard, T5 L’Assassin – Chris Bradford

 

Titre : L’Assassin

Série : Bodyguard

Auteur : Chris Bradford

Traducteur : Chloé Petit

Editeur : Casterman

Date de Parution : 21 Mars 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Pour la première fois depuis son entrée à l’agence, Connor est contraint de travailler avec son rival de toujours, Jason. Tous deux s’engagent dans la mission la plus dangereuse de leur carrière, en plein coeur de l’hiver russe, Leur protégé : Feliks Malkov, 15 ans, fils unique du candidat milliardaire et anti-corruption à l’élection présidentielle. Sous les feux croisés de la mafia, de l’ex-KGB et d’un mystérieux assassin, leur temps est compté.

 

  • Avis :

Ah Bodyguard, une de mes séries chouchoutes ❤

Étonnamment d’ailleurs puisqu’il ne s’agit pas vraiment de mon genre de lecture habituelle mais j’ai dévoré les quatre tomes précédents et j’étais impatiente de lire celui-ci.

Le prologue m’a fait frissonner, nickel et puis j’ai eu un petit instant de flottement en ayant un peu de mal à entrer dans les premiers chapitres. C’est le moment un peu « flippant » où l’on se dit « non, j’adore cette série, ça ne peut pas arrêter de me plaire T.T » mais où on sait que, de toute manière, ça passe ou ça casse.

Et puis finalement, la magie a encore une fois opéré ! Après quelques chapitres, je me suis retrouvée en pleine Russie à me poser plein de questions. Comme toujours, je me suis faite baladée durant le roman et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’aime autant cette série. Je sais que les évidences veulent dire que je me goure totalement mais j’ai beau toujours tenter de penser à d’autres possibilités, il n’est encore jamais arrivé que j’ai raison sur tout. Cette fois aussi, si j’étais contente d’avoir quelques bonnes réponses, je n’avais pourtant pas la solution et c’est toujours un vrai plaisir d’être surprise par la fin.

Ce cinquième opus propose un tome plein de suspense qui présente de nouveaux personnages intéressants (j’ai adoré Ana !) et qui permet aussi de voir quelques côtés moins « positifs » de Connor de par sa rivalité avec Jayson. On découvre aussi un peu plus ce dernier et j’ai beaucoup aimé connaître mieux ce personnage. L’intrigue générale, qui se poursuit de tome en tome, gagne ici en explications et m’a donné encore plus hâte de lire le prochain tome !

On s’intéresse aussi au métier de garde du corps en lui-même et à ce qu’il implique finalement comme danger. Si l’agence Bodyguard a toujours semblé prendre en priorité soin de ses jeunes recrues, les difficultés que ces dernières rencontrent lors de leur mission (clairement dangereuses) sont de plus en plus délicates. Via le personnage de Félix, on se rend aussi bien compte que les gardes du corps sont un ornement utile mais « échangeable » et j’ai aussi beaucoup aimé ce côté un plus sombre du métier.

En bref un tome passionnant qui m’aura bien tenue en haleine.

 

Item Chicaneur : un livre publié il y a moins de 3 mois – 20pts

31 / 50