Le Bestiaire des Légendes – Claudine Glot & Séverine Pineaux

Titre : Le Bestiaire des Légendes

Auteur : Claudine Glot

Illustrateur : Séverine Pineaux

Editeur : Au Bord des Continents

Date de Parution : Mai 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Dans ce Bestiaire des Légendes, Claudine Glot et Séverine Pineaux vous invitent à découvrir les animaux et créatures fantastiques qui peuplent nos imaginaires : sirènes, faunes, phénix, sphinx…

 

  • Avis :

Suite au beau Florilège des imaginaires, j’ai eu très envie de me plonger dans les ouvrages de merveilleux que j’ai dans ma bibliothèque et que je n’avais pas encore lu. Comme j’ai passé pas mal de temps devant mon ordinateur à bosser mes partiels, j’avais pris l’habitude de marcher dans le jardin le soir tout en lisant, histoire de bouger un peu. Le format « contes » me donne toujours envie de lire à haute voix ou de les entendre et donc mes parents et mes voisins ont parfois eu droit à des soirées « contes au jardin » 😛

Voilà pour la petite histoire. Passons donc à l’ouvrage lui-même. Vous ne le voyez peut-être pas sur écran mais il est magnifique, dans un style un peu grimoire et totalement illustré. La plongée dans le merveilleux débute donc déjà avec l’objet-livre. J’ai également adoré le format textuel : le côté bibliothèque et les livres qui s’ouvrent et se découvrent au fur et à mesure. On y retrouve totalement la magie de ce qu’est pour moi une bibliothèque : un endroit chaleureux plein d’autres mondes qui ne demandent qu’à s’ouvrir à chaque lecture. Comme l’héroïne, on plonge dans une histoire et celle-ci prend place, prend vie et déroule le fil des mots pour nous entraîner dans des aventures fabuleuses. Elles se font aux côtés d’un bestiaire qui prend forme petit à petit. Poils, plumes, écailles ou parfois tout cela à la fois, on y croise des créatures fantastiques et intrépides, intelligentes et rusées. Certaines qu’on souhaiterait rencontrer et d’autres qu’on préférerait éviter.

Les illustrations permettent au lecteur de s’immerger totalement dans cet autre monde et de pouvoir mettre encore plus de couleurs et de formes aux mots qui courent sur les pages. Les histoires se suivent et les personnages se dévoilent, on y retrouve des héros du merveilleux mais également des héros mythologiques et des gens comme vous et moi qui rencontrent des créatures fabuleuses. On voyage au grès des mots et des illustrations qui ajoutent à l’imaginaire et permettent de s’enfoncer plus loin encore dans les histoires racontées. D’une page à l’autre, les mots volent et nous entraînent en Irlande, en Grèce, en Asie et même jusqu’à l’Olympe. On y côtoie le merveilleux, la ruse et la douceur et on y apprend le courage, l’amour et l’amitié.

J’ai toujours pensé que les contes et légendes permettaient de revivre les échos du passé lorsqu’ils étaient bien racontés et ils le sont ici sans aucun doute. Au grès des pages de cette bibliothèque pleine de merveilles, j’ai traversé le temps et je ne peux que vous conseiller de faire de même si vous aimez rêver.

En bref un ouvrage dont la qualité du texte et des illustrations se mêlent pour entraîner le lecteur à la rencontre d’un bestiaire aussi majestueux que légendaire.

Ci-dessous un extrait et quelques illustrations que vous pouvez également découvrir beaucoup plus joliment sur le site de Séverine Pineaux juste ici.

 

« En franchissant la porte du cabinet de curiosité puis celle de la bibliothèque aux étagères chargées de trésors, trouvailles, butins de voyages lointains ou collections raisonnées, elle avait eu intuitivement la certitude de ce qui l’attendait entre ces murs.
Elle en était sûre, l’éternel cheminement des contes, le flot des légendes, les grandes invasions des mythes voyageurs avaient tous transité par le manoir aux confins de la forêt. Une vie battait ici, à travers les livres, au-delà de leurs pages. »

 

Les chroniques lunaires, prequel Levana – Marissa Meyer

 

Titre : Levana

Série : Les Chroniques Lunaires

Auteur : Marissa Meyer

Traducteur : Guillaume Fournier

Editeur : PKJ

Date de parution : 2 avril 2015

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« Miroir, mon beau miroir,
dis-moi, qui est la plus belle ? »
Pour les lecteurs des Chroniques Lunaires, Levana est une reine cruelle qui se sert de son magnétisme pour imposer amour et crainte à ses sujets. Mais bien avant que Cinder, Scarlet et Cress ne se rencontrent, Levana a vécu une toute autre histoire, une histoire d’amour et de guerre, de trahison et de mort. Une histoire qui n’a jamais été contée… jusqu’à présent.

 

  • Avis de Rinne :

Ayant adoré les trois premiers tomes de la série, je me suis lancée dans ce prequel puisqu’il est paru entre les tomes trois et quatre. Il nous permet de rencontrer Levana avant toute l’histoire et donc de comprendre comment les personnages en sont arrivés où ils en sont au début de chacun des tomes.

J’ai apprécié découvrir ces petits détails mais, moi qui espérais m’attacher à Levana malgré tout ce que l’on sait déjà d’elle, je suis restée un peu sur ma faim. Tous les personnages ne peuvent pas être bons évidemment mais, même les petits moments qui font qu’elle pourrait être attachante restent teintés d’un soupçon d’égoïsme faisant qu’elle reste un personnage qu’on a envie de mettre à l’écart.

Et pourtant, son enfance explique en partie la personne qu’elle est devenue, suspicieuse, persuadée qu’elle ne peut faire confiance à personne et renfermée. J’ai beaucoup apprécié les réflexions sur le magnétisme, les deux visages qu’il permet et impliquent forcément que la personne en face de nous est finalement peut-être une étrangère.

Levana est donc un personnage qui reste intéressant mais que j’espérais finalement plus intéressant encore. Au final, Channary m’a paru plus intriguante et moins monochrome que Levana.

Aussi la force de ce court roman réside selon moi, non pas dans son personnage principal, mais dans le fait qu’il amène des liens avec les autres tomes de la série et que le lecteur peut donc s’y accrocher pour mieux comprendre l’univers tout entier.

En bref un préquel très intéressant dans la compréhension de la série mais qui m’a semblé un peu en dessous des autres tomes… certainement car je n’ai pas réussi à m’attacher à Levana.

 

  • L’avis de Zehrina :

Pour ma part, j’ai débuté ma lecture des Chroniques Lunaires par ce tome en suivant l’ordre chronologique de l’histoire plutôt que l’ordre de publication (ça me semblait plus logique en fait) et personnellement ça ne m’a pas dérangée. Il s’agit en effet d’un petit tome, qui du coup se prête bien aussi à une introduction aux Chroniques Lunaires, car on y découvre vraiment le personnage de Levana et pour le coup j’ai retrouvé dans les autres tomes le développement des intrigues qui étaient amorcées par ce préquel. Levana m’est assez rapidement apparue comme antipathique je dois dire, mais c’est un peu ce genre de personnage que l’on adore détester finalement. Elle n’a pas toujours eu une vie toute rose, mais elle a vraiment un côté quasiment maléfique et c’est en effet assez difficile de compatir à son sujet. Personnellement j’ai bien aimé ce tome en tant que mise en bouche de l’univers des Chroniques Lunaires, ce tome a piqué ma curiosité et ça m’a vraiment bien motivée à lire les autres tomes, et à y retrouver les intrigues qui étaient annoncées par ce préquel.

Le Magicien d’os – Eric Sanvoisin & Gilles Francescano

Titre : Le Magicien d’os

Auteur : Eric Sanvoisin

Illustrateur : Gilles Francescano

Editeur : Balivernes

Date de parution : 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Le mariage de la princesse Rune et du prince Lunn est brusquement interrompu par une balle errante qui frappe le prince en plein cœur. Folle de douleur et sur les conseils d’un astrologue, la princesse demande l’aide d’un être malfaisant : le magicien d’Os. Celui-ci consent à ressusciter Lunn à la condition que Rune demeure avec lui pour toujours. Ayant accepté, elle se retrouve prisonnière du magicien et de son étrange manoir recelant bien des secrets. Lunn, vivant et désespéré, décide un jour de partir à la recherche de sa bien-aimée…

 

  • Avis :

Aimant beaucoup les contes et les ouvrages illustrés, je n’ai pas pu résister à l’envie de découvrir celui-ci. Je ne connaissais pas l’auteur mais j’avais admiré des illustrateurs de Gilles Francescano dans Le Chant du Troll et j’en avais adoré la douceur. Ici, les dessins sont réalisés en noir et blanc et s’adaptent très bien à l’ambiance sombre de ce conte.

L’histoire démarre pourtant bien : un mariage entre Rune, une jolie princesse joyeuse et Lunn, son beau prince amoureux. Jusqu’à ce que celui-ci ne meurt peu de temps après avoir prononcé ses vœux. Mais Rune est têtue et décide que personne, pas même la mort, ne réussira à lui arracher son bien-aimé.

Commence alors un périple pour le ramener à la vie et, en même temps, pour survivre également. Car, à la mort de Lunn, Rune a perdu toute envie de vivre et on ressent bien dans ces quelques chapitres tout ce que cette jeune femme est prête à faire pour le bonheur de savoir son amoureux vivant. Que feriez-vous à sa place ? Feriez-vous le même choix ?

C’est un message original sur le deuil, la volonté, le courage et l’amour que nous livre ici l’auteur. Mais c’est également un conte plein de magie noire et d’un personnage qui est comme une ombre tout au long de l’histoire. Une ombre qui s’agrandit et qui cherche à prendre possession de tous les personnages pour son plaisir personnel.

Je ne suis habituellement pas très descriptions mais j’ai adoré ici tout ce qui nous emmène dans ce monde étrange où la nature et le manoir amènent autant d’émotions que de suspense. Je me suis attachée à Rune et Lune et, finalement, j’ai eu un peu de pitié pour ce fameux magicien.

En bref, un conte aussi inquiétant qu’envoûtant, le tout rehaussé par des illustrations qui ajoutent à l’ambiance sombre et fantastique de cette histoire.

 

Renouveau – Jen Calonita

 

Titre : Renouveau

V.O. : Conceal, Don’t Feel

Auteur : Jen Calonita

Editeur : Hachette

Date de parution : 4 novembre 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Elsa est une jeune princesse pleine d’espoir, promise au trône d’Arendelle. Mais une question ne cesse de la hanter : pourquoi a-t-elle toujours eu la sensation étrange qu’une part essentielle d’elle-même lui manquait ?
Après la mort inattendue de ses parents, Elsa est contrainte de trouver des réponses plus rapidement qu’elle ne l’imaginait. Mais quand de mystérieux pouvoirs commencent à se manifester, des bribes de souvenirs remontent à la surface de sa mémoire. Des souvenirs provenant de son enfance, qui semblent avoir été effacés comme par magie. Elle ne cesse de revoir le visage d’une très jeune fille qui lui semble trop familière… Déterminée à combler le vide qu’elle a toujours senti en elle, Elsa se met en marche et entame un voyage éprouvant à travers le royaume de glace pour retrouver la princesse disparue.
Ceci n’est pas l’histoire de la Reine des Neiges telle que vous la connaissez. C’est une histoire de famille. De sacrifice. D’amour. Une histoire où un seul détail peut tout changer.

 

  • Avis :

Pour ce roman, nous allons être deux à donner notre avis ❤

 

  • L’avis de Soline : (que vous pouvez retrouver sur instagram => one_dream_one_book)

Qui a dit qu’une histoire bien connue ne pouvait pas être réécrite ? Vous connaissez l’histoire de La Reine des Neiges et bien laissez-moi vous parler d’une toute autre version.

De par mon attachement pour les personnages, je n’ai pas hésité une seconde lorsque j’ai vu dans les rayons Le Renouveau, l’histoire twisted tales de La Reine des Neiges. Je n’avais pas d’a priori ou d’attendus particulier par rapport à l’histoire, mais j’ai tout simplement adoré. L’histoire est remixée d’une façon que je trouve tellement plus intéressante que l’histoire originale. Dans cette version, les deux sœurs ne se connaissent pas, elles ont grandi séparées l’une de l’autre sans même avoir conscience qu’elles avaient une sœur. Malgré tout on retrouve bien l’histoire que l’on connait tous, avec par moment des phrases directement reprises par les chansons phares du film.

Bien que l’histoire soit différente selon la version de l’auteure, on retrouve toutes les caractéristiques spécifiques des personnages connus avec des apparitions nouvelles qui ont autant d’importance dans l’histoire. Le fait de connaître à l’avance les personnages principaux m’a permis de suivre le fil du roman très facilement. L’histoire est racontée de différents points de vus par les différents personnages de l’histoire mais ce n’est pas dérangeant, comme ça on peut comprendre et ressentir les sentiments des personnages et facilement vivre l’histoire comme si on en faisait partie.

Comme le dit le résumé, l’histoire est une quête, la recherche d’une histoire de famille oubliée et la poursuite des rêves des deux princesses d’Arendelle. On finira par apprendre la raison de la séparation des deux sœurs.

C’est dans l’entre-deux de l’histoire connue et de l’histoire toute droite sortie de l’imaginaire de l’auteure que les personnages évoluent, autour du pilier de l’amour. Un amour familial émouvant qui se construit et qui ne cherche qu’à grandir encore et encore en dépit du danger que représente cet univers glacé, je ne peux que vous le recommander.

 

  • Mon avis : 

J’aime beaucoup les contes et les films Disney aussi les Twisted Tales ne pouvaient que m’intriguer ! Et comme, j’ai des amies sympas, j’ai pu lire celui de la Reine des Neiges, merci Soline ❤

L’histoire nous présente donc Arendelle où Elsa et Anna ont une vie différente l’une de l’autre puisqu’elles ne se connaissent pas. Nous ne savons au début pas totalement pourquoi et le roman est basé sur les ressentis des deux jeunes filles qui sentent que quelque chose n’est pas comme il devrait l’être mais qui n’arrive pas à mettre des mots dessus. J’ai bien aimé cette idée de sixième sens et d’amour fraternel qui transcende la magie.

En vérité, j’ai passé un bon moment de lecture et je me suis amusée toute seule à chantonner dans ma tête en lisant certains passages du roman clairement tirés des chansons du film.

Et c’est là la seule chose que je regrette : j’ai trouvé que le roman reprenait beaucoup trop le dessin animé et je n’ai donc pas été surprise au fil des pages. Je m’attendais à une histoire réellement différente et je suis donc restée sur ma faim à ce niveau-là.

En bref un roman qui m’aura fait passer un bon moment mais qui reste pour moi trop similaire au dessin animé pour être surprenant.

 

 

10 contes du Japon – Rafe Martin

Titre : 10 contes du Japon

V.O. : Mysterious tales of Japan

Auteur : Rafe Martin

Illustrateur : Fred Sochard

Traducteur : Robert Giraud

Editeur : Flammarion Jeunesse

Date de Parution : 29 janvier 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Le Japon, univers envoûtant des samouraïs, est aussi une île de poésie et de rêve. On y raconte notamment qu’un peintre donna naissance à des chats en les peignant et qu’une jeune fille fut blessée lorsqu’on entailla l’arbre qui porte son nom. Laissez place à l’imaginaire dans ces contes où la nature et le fantastique ne font qu’un.

 

  • Avis :

Vous le savez peut-être, ou pas, mais j’aime beaucoup le Japon et la culture japonaise. Je ne pouvais donc pas passer à côté de ce recueil de contes japonais.

Ce petit ouvrage présente dix contes très poétiques qui impliquent des personnages très différents les uns et des autres mais qui ont en commun le merveilleux auquel ils vont faire face. Leur aventure sera fantastique, qu’elle soit effrayante, amusante ou excitante. La nature, l’amour et le respect ont toujours une part importante dans chacun de ces contes et on y retrouve bien la culture japonaise.

Chaque début de conte présente un haïku ainsi qu’une petite explication du but premier du conte que nous allons lire. J’ai bien aimé cet aparté mais je pense que j’aurai préféré la lire après le conte plutôt qu’en début car il donne des informations sur le texte qu’il aurait été agréable de découvrir à la lecture.

J’ai passé un très bon moment avec ces contes qui nous entraînent à la fois aux confins du territoire japonais mais également de l’imagination. Des contes qui m’ont donné envie de les partager en lecture à voix haute, comme bien souvent avec la notion de conte et l’oralité qu’ils induisent. Ils permettent une plongée dans la culture japonaise et sont donc un bon moyen de commencer à intéresser les plus jeunes à cette notion d’ouverture à d’autres pays.

En bref des contes fantastiques qui entraînent leurs lecteurs dans un monde japonais fantastique et poétique.

Terres du Nord, T1 La Quête du Sampo – Monia Sommer

 

Titre : La Quête du Sampo

Série : Terres du Nord

Auteur : Monia Sommer

Editeur : Séma éditions

Date de Parution : 27 mai 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Alors que la Finlande menace de s’effondrer face à l’invasion suédoise, Satu, une jeune journaliste, part en quête du Sampo, un objet légendaire, seul élément capable de les sauver, elle et son pays.
Sur fond d’apocalypse et de légendes finnoises, Terres du Nord propose une quête initiatique qui pose les fondations d’une fantasy à la fois futuriste et magique, dont le Kalevala sert de point d’ancrage et de guide intemporel.

 

  • Avis :

En général, lorsque j’entends parler de légendes, je suis toujours curieuse de voir par moi-même de quoi il s’agit. J’aime ces moments où on peut découvrir des contes d’autrefois, des morales cachées et des personnages souvent entourés de mystères et d’un brin (ou plus) de magie. La première chose qui ressort de ce roman c’est que l’autrice sait de quoi elle parle. On sent qu’elle connait la légende du Sampo sur le bout des doigts et que les personnages qu’elle nous présente au fil du roman ont un intérêt pour l’intrigue et pour l’avancement de celle-ci. Je ne connaissais pas du tout l’histoire du Sampo et j’ai beaucoup aimé la découvrir.

Moi qui ne suit pas une grande fan des descriptions, j’ai pourtant apprécié les moments nous racontant la nature qui entoure nos héros. Notamment les passages en compagnie de Pyry et ceux avec Hiisi. Les grandes étendues comme les moments en forêt donnent envie d’aller voir par nous-même à quoi ressemblent les lieux.

Malgré tout… quelque chose m’a dérangé au court de ma lecture. Je ne saurai pas vous dire quoi précisément, si ce n’est que je n’ai pas accroché avec le caractère des personnages et les dialogues. Je les ai trouvé parfois, pas illogiques, mais presque. Cela tient peut-être au fait que le récit est à la première personne et que tout est pourtant très ciselé ? Alors que nous sommes dans la tête de Satu tout est très carré, rien ne dépasse, c’est très joliment dit malgré les événements et les pertes subies… Oui, c’est peut-être ce qui m’a gêné et qui ne m’aurait pas fait le même effet s’il s’était agit d’un roman à la troisième personne.

En bref une belle découverte d’une légende finnoise dans un roman dont les personnages m’ont pourtant parfois laissé un peu dubitative malgré tout.

Le chant des ronces – Leigh Bardugo

 

Titre : Le Chant des Ronces

Sous-titre : Contes de minuit et autres magies sanglantes

Auteur : Leigh Bardugo

Traducteur : Anath Riveline

Illustrateur : Sara Kipin

Editeur : Milan

Date de Parution : 03 Octobre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Embarquez dans un voyage vers des terres sombres et dangereuses, peuplées de villes hantées et de bois affamés, de monstres bavards et de golems en pain d’épices, où la voix d’une sirène peut invoquer une tempête mortelle, où les rivières font de terribles promesses d’amour…

 

  • Avis :

J’ai été envoûtée par les six histoires qui sont ici présentées. Avec une préférence pour la première, Ayama et le bois aux épines, puis pour la troisième, La sorcière de Duva. Je ne m’attendais pas du tout à la fin de celle-ci et, du coup, elle m’a marqué ! Mais vraiment, la première reste ma préférée.

Il s’agit donc de six contes qu’il est facile de s’imaginer lire au coin du feu, dans une veillée, entouré de mystères et sursautant ensuite au moindre bruit du vent dans les branches.

Ce sont des contes à visée universelle qui racontent la force de l’amitié et la nécessité de croire en soit. Qui démontrent que l’apparence ne fait pas tout et qu’il faut savoir voir au-delà pour découvrir qui sont réellement les gens au fond d’eux. Certaines des histoires reprennent des contes connus comme La petite Sirène ou Casse-Noisette mais la manière dont ils sont contés donnent envie de les découvrir une nouvelle fois et je ne me suis pas ennuyée un seul instant en tournant les pages.

La famille est toujours au cœur de l’intrigue et est rarement du bon côté, provoquant déchirement et serrement de cœur. La magie, elle aussi, est présente à chaque instant, souvent un brin inquiétante, et amène une atmosphère pleine de mystère. J’ai plusieurs fois été surprise par les fins et j’ai adoré découvrir ces petites histoires dans lesquelles je plongeais toujours avec impatience. Chacune se passe dans un lieu différent et emporte le lecteur à travers les mers, les bois et les landes, sans qu’il songe jamais à regarder en arrière pour voir combien de temps a passé pendant qu’il lisait.

Et les dessins… Je suis totalement fan ! La manière dont ils apparaissent peu à peu au fil des pages fait que je m’arrêtais à chaque fois que je tournais une nouvelle page pour vérifier quel dessin était nouveau et la manière dont il coïncidait avec ce que je venais de lire. Il aurait été intéressant de faire l’inverse, de regarder d’abord l’évolution des dessins pour essayer ensuite de deviner l’histoire. Je regrette d’ailleurs de ne pas y avoir pensé avant mais j’étais vraiment prise dans cette façon de faire.

Entre les dessins et la manière dont sont écrits les textes, tout est fait pour que vous les lisiez à haute voix et j’espère avoir l’occasion de tester ça !

En bref un ouvrage sublime dont la couverture et l’apparence interne sont aussi ciselé que les mots qui le peuplent. Une belle réussite !