Simone Veil

 

En 2014, j’ai eu l’immense plaisir de remporter le concours d’écriture des Editions SaFée sur le thème « Un Chic Type ». L’année suivante, j’ai accepté d’être la marraine du concours 2015 sur le thème de « Simone Veil », invitant les auteurs à travailler des nouvelles autour du courage, de l’intelligence, de la noblesse des sentiments, de la réconciliation des peuples…

Outre la lecture des textes, je devais moi aussi écrire une nouvelle. Les éditions SaFée ayant finalement fermée en 2015, ce texte n’a jamais quitté mon ordinateur.

Aujourd’hui où nous apprenons la mort de Simone Veil, je le partage avec vous en hommage à cette grande dame qui a tant fait pour la France.

Réconciliation.

 

  • La France a refusé la CED. C’est écrit dans le journal et, si tu veux mon avis, c’est pas trop tôt !
  • Pourquoi ?
  • … Une communauté européenne de défense ? Des militaires français et allemands… Dans la même armée ? Tu es folle. Ça ne fonctionnera jamais. Pas après… Mais tu sais pourquoi ça ne marchera pas !
  • Moi, je sais. Moi j’y étais. Sans pardon, sans amour, sans réconciliation… La guerre recommencera. Alors cette armée mixte. C’est une bonne idée.
  • Mais comment pourrais-tu, toi entre toutes, les pardonner pour ce qu’ils ont fait ?!

La jeune femme resta silencieuse un moment. Sans y penser, elle caressait du bout des doigts son avant-bras. Sous le tissu, le tatouage. Celui qui ne la quitterait plus. Comme ne la quitterait plus l’odeur des corps brûlés, l’horreur des corps décharnés et la déshumanisation de toute une population.

  • Non… Tu as raison. Je ne pardonne pas. Parce que je ne saurais pas qui pardonner. Qui était au courant ? Qui a pensé que ce qu’ils faisaient étaient juste ? Qui les a crus ? Certains mentiront. D’autres diront la vérité. Ils feront semblant d’être horrifiés ou ils le seront réellement, comment être sûr ? Tu ne peux pas savoir et je ne le peux pas plus que toi. Mais en pensant qu’ils étaient tous d’accord, qu’ils pensaient tous pareils, qu’ils étaient tous nos bourreaux… Tu les condamnes comme nous avons été condamnés. Et ce n’est pas juste.

Non. Ce n’était pas juste.  Mais qui pouvait encore croire que la vie était juste après ce qu’elle avait traversé ? Elle, elle y croyait pourtant. Et pour arriver à cette justice il fallait rebâtir. Laisser les ruines derrière eux et créer de nouvelles bases. Un monde plus juste. Pour l’avenir.

 

Les années passèrent et son désir de justice ne faiblit pas. Elle suivit avec intérêt les balbutiements de la Communauté Economique Européenne. Puis l’élargissement. L’Union Européenne. L’intégration de nouveaux états. De plus en plus de pays, d’idées, de nationalités.

La Seconde Guerre Mondiale commença à s’effacer devant d’autres préoccupations. La crise. Le chômage.

Elle avait aimé cette idée d’Europe dès le départ. Alors qu’elle aurait eu toutes les raisons de l’abhorrer. Elle y avait vu un nouvel essor, un envol loin des atrocités qu’elle avait vécu. Pour qu’elles ne se reproduisent jamais plus.

Mais, soixante-ans plus tard, que restait-il de ces belles paroles ?

L’Union Européenne tremblait sur ses fondations. Certains voulaient en sortir et d’autres la portaient aux nues. Les querelles politiques étaient toujours aussi sordides et on crachait allègrement sur qui était différent.

Rien n’avait changé.

Malgré l’horreur vécue il y avait si peu de temps.

Les gens étaient faibles et ils oubliaient. C’était tellement plus facile de ne rien savoir. Ou de faire semblant. Elle ne comprenait pas comment tous ces gens pouvaient rester indifférents autour d’elle. La radio, les journaux, la télé, internet… autant de médias qui débitaient sans arrêt à quel point le monde était cruel. Injuste.

Les gens mourraient toujours. Parce que d’autres gens qui leur étaient pourtant tellement similaires avaient des idées contraires aux leurs. Comme à l’époque. La façon était seulement plus subtile. Moins radicale.

 

Ils semblaient n’avoir rien compris. Ou peut-être n’avaient-ils seulement rien appris… Le passé était enterré. Loin, bien loin. Trop loin ?

Pour le faire resurgir, elle se mit à parler. Elle raconta la peur, l’incompréhension, l’horreur, la douleur. La mort.

Mais jamais elle ne prononça le mot « résignation ». Car il était là, le mal du siècle. Si les gens détournaient les yeux, ce n’était pas forcément par indifférence. Non, c’était parfois parce qu’ils étaient résignés, persuadés que les choses étaient telles qu’elles et qu’aucune de leurs actions ne pourraient rien y changer.

La résignation… C’était cela la mort. C’était abandonner avant même d’avoir essayé. Alors que l’égalité, la fraternité… C’était la vie. Elle ajouta qu’il fallait arrêter de se concentrer sur son nombril et s’intéresser aux autres, à ceux qui souffraient juste là au dehors. Qu’il fallait arrêter les querelles stupides et tendre la main.

Elle était convaincue que ses mots porteraient. Car c’était sa chair, son sang qui se tenaient devant elle et qui l’écoutaient avec attention. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’était le regard clair de la benjamine, la dernière-née, la plus petite. Celle qui comprenait à sa façon et qui, en même temps, ne comprenait pas totalement pourquoi leur arrière-grand-mère leur disait ça, à eux.

  • Donc tu vas te réconcilier avec tonton ?
  • Ce n’est pas la même chose…
  • Pourquoi ?

Du haut de ses quatre-vingt-dix ans, l’aïeule se tut. Elle prônait la paix. Car la paix lui avait fait défaut dans ses jeunes années. Car elle avait vécu la guerre et qu’une fois suffisait amplement. Mais l’enfant avait raison. Elle se passionnait pour le destin du monde, pour les vies de ces milliers de gens qu’elle ne connaissait pas. Car tant de ceux qu’elle connaissait avait péri de la même manière. Dans l’indifférence.

Autour d’elle, la conversation avait dévié, comme pour respecter son silence. Les gamins avaient rallumé consoles et télé, certains avaient sorti un livre et la petite, elle, gardait le regard fixé sur le profil de l’ancienne déportée. Cette dernière ne redressa la tête que lorsque l’un des garçons remarqua :

  • Tiens, ils font un reportage sur Simone Veil ce soir…
  • Ce n’est pas d’elle, la loi sur l’avortement ?
  • Si si.

Ah, Simone Veil. Une grande dame. Elle l’avait connu en tant que Simone Jacob. Il y avait bien longtemps. Elles n’avaient pas pris le même chemin, pas du tout. Même si elles partageaient les mêmes croyances. Celles que le monde ne pouvait que devenir meilleur si les gens se parlaient un peu plus. S’ils cherchaient à se comprendre. Elle l’avait presque oublié. Il fallait toujours commencer là où on pouvait.

Tendant la main à l’enfant qui la contemplait toujours, la vieille femme lui adressa un sourire.

  • Tu as raison. Allons voir ton oncle.

La réconciliation. Elle débutait toujours par de petites choses. Et quoi de plus important que de d’abord chercher à rendre heureux les gens autour de nous ? Pour pouvoir comprendre ensuite les autres  un peu plus. S’ouvrir aux différences pour les gommer sans chercher à ce que notre discours soit considéré meilleur que celui de l’autre. Etre seulement juste.

Pour que, toujours, l’amour succède à la haine.

L’Homosexualité et la Romance en Littérature (exposé d’anglais)

Hello,

Vous allez bien ? ^-^

En cette journée internationale de lutte contre l’homophobie, je partage avec vous l’un de mes travaux de cours de cette année.
Ayant un exposé d’anglais d’environ 7 minutes à réaliser sur un sujet au choix, tant qu’il avait un rapport avec la formation métiers du livre, j’ai choisi de parler de l’homosexualité dans la romance en littérature.

C’est un sujet qui me paraissait aussi intéressant qu’actuel et, si je n’ai pas soulevé les foules dans la promo, j’ai pris beaucoup de plaisir à présenter des ouvrages que j’avais beaucoup aimé !

Merci d’ailleurs à Karen pour son aide et à Cyrielle pour ses corrections ❤

Vous trouverez donc ci-dessous le powerpoint qui a servi à ma présentation ainsi que mes commentaires concernant les slides. Bien évidemment, comme il s’agissait d’un oral, j’ai raconté d’autres choses que celles que je vous présente ici mais l’essence est là !

Si le powerpoint est en anglais (et contient peu de textes), l’explication des slides est en anglais puis en français ^-^

N’hésitez pas à me dire si vous avez des romans M/M ou F/F préférés !

 

 

Slide 2 : Context / contexte actuel

  • Homosexual right : people were against the gay marriage, for example and, in the USA, there are many questions about Trump politics regarding homosexual rights.

=> Les droits des homosexuels : par exemple les manifestations contre le mariage gay ou, au USA, les nombreuses questions concernant la politique qu’aura Trump à propos des droits des homosexuels.

  • A teacher has spoken about homophobia with his students. One of his student took this picture and posted it on twitter. This picture has been retweeted 20 000 (twenty thousand times).

=> Un professeur a discuté de l’homophobie avec ses étudiants. L’un de ces derniers a pris cette photo et l’a posté sur twitter où elle a été partagé 20 000 fois.

 

Slide 3 : A librarian was suspended 3 days for having chosen this book for the library and put it for patron’s loans. It was in La Madeleine, a nearby city. So I think we, as future librarians, have to know something about LGBTQ+ representation in literature.

=> Une bibliothécaire a été suspendue 3 jours pour avoir mis dans son fonds documentaire l’ouvrage « Tango a deux papas ». Cela s’est déroulé à la Madeleine dans le Nord (pour information, elle a fait appel et a eu gain de cause en début d’année). Je pense que, nous, en tant que futurs bibliothécaires, devons avoir des notions de la représentation de la LGBT en littérature, à l’instar des autres genres.

 

Slide 4 : There are many books now about this subject, and I choose to present 3 places : Asia, the USA and France. I can’t speak about them in globality but I will try to present you some books and a quick overview about this literary genre in these places .

=> Il y a à présent beaucoup d’ouvrages présentant des personnages homosexuels et j’ai choisi de présenter trois endroits : l’Asie, les USA et la France. Je ne peux pas être exhaustive mais je vais donc vous présenter quelques livres et un petit aperçu de cette littérature dans ces trois lieux.

 

Slide 5 : I want to begin with Asia because they have a culture about this, with mangas. Yaoi, which is romance about 2 men and Yuri which is romance about 2 women, however, the LGBTQ+ community is not the target audience. Yaoi first appeared in the 1970s in Japan and are typically written by women for women and girls. Yaoi caused a lot of controversy when it first appeared in the male-dominated manga industry. Both the themes and the fact that women were the authors shook many traditional mangaka but now, yaoi and yuri have entered the customs. There are many mangas so I can’t show you all the titles but you can have cute romance, fantasy ones or more adults ones.

=> Je commence par l’Asie qui a, de part les mangas, une culture particulière à ce sujet. le Yaoi est une romance entre deux hommes tandis que le Yuri présente une romance entre deux femmes. Cependant, la communauté LGBT n’est pas l’audience visée. En effet, le Yaoi est apparu pour la première fois au Japon dans les années 70, écrit par des femmes pour des femmes. Le Yaoi a causé beaucoup de controverses, notamment car l’industrie du manga était dominée par les hommes. Les thèmes, associés au fait que les auteurs étaient des femmes, ont choqué les mangaka traditionnels, même si, à présent, cela est entré les mœurs. Il y a beaucoup de mangas et je ne peux pas tous vous les présenter mais il y a beaucoup de genres différents allant de la romance mignonne, à la fantasy ou aux mangas plus adultes.

 

Slide 6 : For Asia, I choose one title which is a book and also a manga named SOTUS because the series have a great success in Thailand. So it’s a thai book written by Bittersweet about hazing in an engineering university. So the story is not centered on gay romance but, in this story, the main pairing is gay. The serie had a great success in Thailand, in China and also in overseas countries so the DVD had also english subtitles (legal subtitles are rather rare for asian series so it shows the success of Sotus).

=> Concernant l’Asie, j’ai choisir de présenter un titre qui, s’il s’agit d’abord d’un livre, a été dérivé en manga puis en série télévisée. Il s’agit d’un livre thaïlandais écrit par Bittersweet ayant pour titre SOTUS. Le thème principal est le bizutage dans une école d’ingénieur. L’histoire n’est donc pas centrée sur la romance gay, même si, dans cette histoire, le couple principal est gay. La série a eu tellement de succès en Thaïlande, en Chine et à l’étranger qu’elle a été proposé à la vente en DVD avec des sous-titres anglais officiels.

 

Slide 7 : For the USA, I want to present you a huge books festival for romance. It’s called Book Lovers Romantic Time and there are many authors and publishers who come to meet their readers. They present new books and they are many whorkshops about a lot of subjects, like bestsellers, paranormal romance, historical books… In the 2016 edition in las Vegas, there was a special time about homosexual romance with different authors like Marie Sexton, Brandon Witt, K.C. Wells, Keira Andrews, Amy Lane, Anna Zabo, L.A. Witt. It shows the genre as a fixed part of romance in literature.

=> Pour les USA, je vais vous parler d’un énorme festival littéraire : le Book Lovers Romantic Time où de nombreux auteurs et éditeurs viennent rencontrer leurs lecteurs. Ils présentent les nouveaux livres et beaucoup d’ateliers et de conférences sont proposés sur des thèmes variés tels que les bestsellers, la romance paranormale, les livres historiques… Durant l’édition 2016 à Las Vegas, un moment a été organisé autour de la romance gay avec différents auteurs tels que Marie Sexton, Brandon Witt, K.C. Wells, Keira Andrews, Amy Lane, Anna Zabo, L.A. Witt, ce qui démontre que le genre est devenu une part à part entière dans la romance en littérature.

 

Slide 8 : I choose to show you 4 books which have been translated to french. 2 boys’love and 2 girls’love. The first is a fantasy one so the story takes place in an other world, they are a lot of  action and a political plot. The second and the third are young adult ones, so they were at first written for teenagers. Aristotle and Dante Discover The Secrets of the Universe is a story about 2 teenagers who learn the kind of people they want to be. Far from you is about a murder and drugs. The last book Bodies of water is about a woman who becomes haunted by a Victorian ghost in a old hydropathy sanatorium.

So there are many books, with different genres and gay main characters that have been translated different publishers like Milady, Pocket Jeunesse, Robert Laffont and Denoël for the four books you can see here.

=> J’ai donc choisi de vous présenter 4 ouvrages ayant été traduit en français, deux romances homme/homme et deux romances femme/femme. La première, Prince Captif de C.S. Pacat, est une série de fantasy présentant donc beaucoup d’action et une intrigue politique poussé. Le second ouvrage, Aristote et Dante découvrent les secrets de l’Univers de Benjamin Alire Saenz, et le troisième, Si loin de toi de Tess Sharpe, sont des romans young adult et ont été écrit pour les adolescents. Asistote et Dante est une histoire présentant deux adolescents apprenant à devenir les personnes qu’ils veulent être tandis que Si loin de toi est une histoire parlant de meurtre et de drogue. Le dernier ouvrage, Les filles déchues de Wakewater, de V.H. Leslie présente une héroïne hantée par un fantôme victorien dans un vieux sanatorium d’hydrothérapie.

Il y a donc de nombreux livres, participant à de nombreux genres et présentant des personnages principaux homosexuels. Ces ouvrages ont été traduit par des éditeurs tels que Milady, Pocket Jeunesse, Robert Laffont et Denoël pour les 4 ouvrages ci-dessus.

 

Slide 9 : Talking to publisher, 4 years ago, a publisher named MxM Bookmark was born. Is vocation is “citation”. So their editorial line is to publish all types or romance, including homosexual. They have some french authors who have many readers.

=> En restant sur les éditeurs, MxM Bookmark, une maison d’édition française ayant vue le jour il y a 4 ans, a pour vocation la citation suivante : « Nous voulons que nos romans, quelle que soit la dureté, les épreuves qu’ils racontent, transmettent des valeurs positives. “L’amour est universel, il transcende les genres”. C’est ce que nous voulons mettre en avant. Peu importe le sexe des personnages ou la dureté de la vie, nous voulons des personnages forts, humains et surtout égaux. Un message d’espoir. Un message d’amour. » Leur ligne éditorial est avant de publier tous types de romance, incluant la romance homosexuelle. Plusieurs auteurs français ayant de nombreux lecteurs font partis du panel d’auteurs de MxM Bookmark.

 

Slide 10 : 2 of this authors are represented here : Lily Haime and H.V Gavriel. They are both published by the publisher Milady who is Bragelonne’s little sister. If you read fantasy, you may know these publishers. You can download The Letter legally and for free on amazon so if you want to read it, it’s the moment.

=> Deux de ces auteurs sont représentés ici : Lily Haime et H.V. Gavriel. Ils sont aussi toutes deux publiées chez Milady (la « petite soeur » de Bragelonne). Si vous lisez de la fantasy, vous connaissez ces éditeurs. Vous pouvez en ce moment découvrir « La Lettre » légalement et gratuitement sur Amazon, donc si vous souhaitez découvrir l’auteur c’est le moment.

 

Slide 11 : If you want to meet authors, publishers or readers, you can go to Berlin at the Euro Pride Con. It’s a literary festival with the aim of bringing together local and international LGBT authors, publishers, bloggers and readers for one weekend, to talk about books, genres, trends and challenges in the LGBT fiction genre.
=> Si vous voulez rencontrer certains de ces auteurs, éditeurs ou lecteurs, vous pouvez vous rendre à l’Euro Pride Con à Berlin en Juin. Il s’agit d’un festival de littérature dont le but est de réunir les auteurs, éditeurs, blogueurs et lecteurs locaux et internationaux de littérature LGBT durant un week-end pour discuter de livres, de genres, des modes et des challenges dans la littérature LGBT.

 

Slide 12 : So I’ve done research about this topic in library and I found that Lyon have a special library, The gender resource center who focuses on issues of gender identity and sexual orientation. The catalogue is being inventoried in order to include the issue of gender and sexuality. They also have debates about gender, sexism and homophobia in young literature. I think it’s interesting for us to know a bit about these books too.

=> Durant mes recherches sur le sujet concernant plus particulièrement les bibliothèques, j’ai découvert que Lyon avait créé une bibliothèque centrée sur les questions de l’identité du genre et de l’orientation sexuelle : le Centre de Ressource sur le Genre. Le catalogue est organisé de manière à aborder toutes les questions concernant le genre et la sexualité. Ils proposent régulièrement des débats sur le sexisme et l’homophobie dans la littérature jeunesse.

 

C’est tout pour mon exposé, même s’il y a évidemment bien d’autres choses à dire sur le sujet…

Avez-vous lu certains des ouvrages ou des auteurs présentés ? Les avez-vous aimé ?

Des livres et moi – Matt7ieu Radenac

Titre : Des livres et moi

Auteur : Matt7ieu Radenac

Editeur : Syros

Date de Parution : Janvier 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Dans l’esprit d’Alex, lire un roman est une vraie corvée. Heureusement, une super idée lui est venue pour impressionner sa prof de français : écrire directement au célèbre auteur Filippe Cavreini. Après cinq messages sans réponse, l’écrivain mord à l’hameçon. Qui est ce ou cette Alex qui lui écrit sans même avoir lu ses livres ?

 

  • Avis :

C’est la curiosité qui m’a poussé à vouloir lire ce roman. Le résumé me tentait bien et je me demandais comment aller se dérouler cette histoire d’un jeune qui n’aime pas lire et d’un auteur à qui on pose toutes sortes de questions sans jamais avoir lu un seul de ses romans. Si je me disais bien évidemment qu’Alex allait finir par avoir envie de lire, la question était de savoir comment l’écrivain allait réussir à l’y pousser.

Et, finalement, en sortant de ce livre, on ne sait pas lequel, de l’enfant ou de l’adulte, a appris plus de choses à l’autre sur la vie.

Les mails permettent de se rendre compte de l’amitié qui nait doucement entre les deux et les dates qui se succèdent montre l’impatience ou la réflexion. Comme pour une correspondance épistolaire, le fait d’avoir la date indique au lecteur le temps qui passe. Évidemment, avec les mails, tout va bien plus vite et les jours passent dans le roman à une vitesse folle.

Si le roman parle bien sûr de lecture et d’écriture, il en parle d’une manière intelligente et douce. Entre l’ado qui ne veut pas lire et qui ne s’en pense pas capable et l’auteur sur le déclin qui n’arrive plus à écrire se crée une amitié faites de non-dits et d’aveux tout à la fois. Le livre parle tout autant de la vie en général, de la manière dont cette dernière nous met des bâtons dans les roues et du courage qu’il faut souvent pour garder la tête haute. Bien des sujets délicats sont abordés dans ce petit ouvrage, sans qu’ils soient traités avec pitié mais avec compassion.

On sourit et on s’attendrit entre les pages alors qu’on s’attache aux personnages à travers leurs échanges et ce qu’ils expliquent de leurs vies respectives. Ils évoluent tous deux à travers leur correspondance et j’ai beaucoup aimé ce parallèle qui montre que chaque rencontre nous enrichit. Et, pour une fois, le côté fin ouverte ne m’a pas dérangé mais plutôt amusée !

En bref un livre très court mais qui arrive en peu de pages à aborder des sujets graves avec intelligence tout en démontrant l’importance de la communication entre les gens.

Merci à Véronique et aux éditions Syros pour cette découverte ~

 

Entre dans

22 / 50

Et dans

Hiboux express : un roman épistolaire – 35 points

Défi Sablier

Hello,

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du « Défi Sablier » lancé par Samantha Bailly ~

Il s’agit d’une semaine pour se motiver à écrire, à raison d’une session par jour en se basant sur le temps d’un sablier.
Voici le programme prévu :

Étant en période de « pause pédagogique » (c’est à dire que je n’ai « que » deux dossiers à écrire, un exposé et une soutenance à préparer puis deux partiels à réviser… ) j’en profite pour me donner un peu le temps d’écrire ^^

Ce défi tombe donc à point nommé !

Je vais certainement me concentrer sur la fanfiction Harry Potter que j’ai débuté il y a maintenant douze ans et dont j’ai prévu de poster bientôt le prochain chapitre (pour un jour en voir le bout !)

Si vous souhaitez participer à ce défi sablier, Samantha Bailly a ouvert un groupe facebook juste à cet endroit.

Bonne semaine à vous tous ❤