Blog’tour Verity Long, T1 Esprits du Sud – Angie Fox

 

Titre : Esprits du Sud

V.O. : Southern Spirits

Série : Verity Long

V.O. : Southern Ghost Hunter Mysteries

Auteur : Angie Fox

Editeur : Alter Real

Date de Parution : 29 novembre 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Rien ne va plus pour Verity Long : elle est au chômage, son ex petit ami lui rend la vie impossible, et elle est couverte de dettes. En plus, elle découvre un fantôme dans sa maison, qui lui ouvre la porte du monde des esprits : elle peut désormais les voir et leur parler. Son univers déjà bancal, est complètement bouleversé. Et comme si ça ne suffisait pas, c’est le moment que choisit Ellis Wydell, le frère de son ex, pour frapper à sa porte et lui proposer un job très spécial. Ce policier musclé déteste Verity. Mais elle a besoin d’argent et il lui fait une offre qu’elle ne peut pas se permettre de refuser.
Ellis possède une magnifique propriété chargée d’histoire et hantée par d’anciens habitants du coin. Certains d’entre eux sont de plus en plus agités et destructeurs. Il veut que Verity mette fin à ce chaos. Très vite, elle découvre que cette affaire va au-delà d’une simple histoire de fantômes : derrière tout ça se cache un mystère bien ancré dans le présent et lié à un meurtre vieux de plusieurs décennies.
Verity va devoir mener de front une enquête dans le monde des vivants et dans celui des morts. Avec en plus, un tueur aux basques et un ex beau-frère bien trop sexy !

 

  • Avis :

Le résumé m’intriguait beaucoup aussi je suis ravie d’avoir pu participer à ce nouveau blog’tour organisé par Delhia de Between dreams and reality

Le début du roman nous présente Verity dont la situation est clairement complexe puisqu’elle doit vendre sa maison de famille pour rembourser une dette. Alors qu’elle n’est déjà pas dans une grande forme, elle se retrouve avec un fantôme sur les bras ! (Je ne vous dis pas comment parce que je ne m’attendais clairement pas à ça et ça m’a bien fait rire). Ce fantôme d’un autre temps lui permet de voir d’autres fantômes et d’entrer dans un monde où le passé se mélange donc au présent.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance qui se dégage du roman et où chaque personnage à un rôle précis à jouer au fil de l’intrigue. L’enquête est prenante et on se prend en conjectures pour découvrir qui est le meurtrier. Verity est une fille en apparence très forte, qui prend les décisions qui lui semblent justes même si elle a beaucoup à y perdre et elle force le respect tout au long de l’histoire (et puis elle a une moufette comme animal de compagnie et ça c’est original 😛 ).

Quant à Ellis… Difficile de ne pas craquer ! Même s’il est à secouer au début, on découvre chez lui, comme chez Verity, des facettes qui le rendent beaucoup plus complexe et tendre que ce qu’il veut bien laisser paraître. Comme tout un chacun, les personnages de cette histoire ont des hauts et des bas et sont différents de ce que les autres en voient. C’est l’une des facettes que j’ai beaucoup aimé car elle ajoute en crédibilité.

J’aime bien les romans de fantômes en général et j’ai vraiment apprécié la manière dont l’auteur les amène ici, le rôle qu’elle leur fait jouer tout comme les sentiments qu’elle leur prêtent. Ils amènent réellement quelque chose à l’intrigue et ne sont pas là comme faire-valoir à une histoire d’amour. Il y a une réelle intrigue, qui prend de la place et qui conduit le roman d’un bout à l’autre.

Celui-ci met aussi le doigt sur les rumeurs et la manière dont quelqu’un qui a de l’argent, et donc du pouvoir, peut pourrir la vie de quelqu’un d’autre alors qu’il est en tord. Un petit rappel qu’il ne faut jamais écouter qu’une seule version d’une histoire…

En bref une histoire entraînante qui mêle ésotérique et enquête et qui m’aura fait passer un très bon moment. J’ai hâte de pouvoir lire le second tome !

Le journal d’un gardien de fantômes – Japhet Asher

Titre : Le journal d’un gardien de fantômes

5 enquêtes paranormales en réalité augmentée

Auteur : Japhet Asher

Editeur : Glénat Jeunesse

Date de Parution : 14 Novembre 2018

 

 

  • Résumé :

Le premier roman à jouer en réalité augmentée !

Un livre ludique et original pour résoudre 5 enquêtes à l’aide d’une application extraordinaire ! Entre le jeu vidéo et le roman, cet ouvrage aussi surprenant que captivant invite le lecteur à intégrer la secrète organisation des Gardiens de fantômes et à suivre cinq mystérieuses affaires… Qui sont les esprits qui ont pris possession des protagonistes du livre ? Comment les attraper afin de libérer les personnes qui sont sous leur emprise ?
C’est à ces questions que le lecteur devra répondre en combinant les informations secrètes délivrées dans le guide. À l’aide de l’application Fant-O-Matic disponible le jour de la sortie du livre, il progressera dans son enquête pour capturer les 5 fantômes effrayants qui prendront vie devant lui.

 

  • Avis :

En pleine réalisation d’un exposé sur la littérature numérique en milieu scolaire, je me suis naturellement tournée vers les livres interactifs en sus des ebooks. Grâce à Glénat Jeunesse, j’ai pu découvrir le Journal d’un Gardien de Fantômes et je vous avoue que j’ai été comme une gosse à m’amuser à le tester 😛

Le début du roman donne le ton et vous fait endosser la responsabilité de retrouver les fantômes que vous avez laissé échapper en ouvrant l’ouvrage (oups ?)

Toute l’histoire est bien amenée avec un historique de l’association dont le lecteur fait à présent parti, sa carte de membre, ses devoirs et tout ce qu’il doit savoir sur la personne qu’il remplace et qui a disparue. Tout est fait pour que cela ressemble à une vraie enquête et un réel métier sérieux, avec les différents fantômes à retrouver, leurs différences et la manière d’y arriver. C’est là que l’application intervient. Gratuite, elle s’installe rapidement et elle est finalement assez intuitive. J’ai eu cependant un peu de mal avec l’entraînement mais, une fois que j’ai compris le principe, j’ai totalement adhéré ! L’application est bien faite et on découvre les pages de façon très différentes. On se prend très vite au jeu de lire les enquêtes puis de chercher les indices entre les pages, avec et sans appli.

Au-delà du côté interactif que j’ai beaucoup apprécié, on découvre également de nombreuses choses grâce aux enquêtes qui se passent dans des lieux différents. J’ai particulièrement apprécié celle du Louvre qui permet d’en savoir plus sur certains tableaux et artistes.

Le seul point un peu dommage selon moi, c’est qu’il n’est pas possible de réaliser les enquêtes dans le désordre, ce qui veut dire que si le jeune lecteur n’arrive pas à réaliser une enquête, il est totalement bloqué et ne peut donc pas continuer l’histoire. Cela semble logique dans le sens où il faut d’abord monter en compétences mais, si jamais il sèche à un moment, il est coincé. Néanmoins, cela rappelle aussi que, puisqu’il s’agit là d’un métier, il faut apprendre petit à petit pour réussir ensuite à vaincre des fantômes de plus en plus forts.

En bref un ouvrage interactif qui permet de passer un bon moment entre lecture, résolution d’enquêtes et apprentissage et qui m’aura donné envie d’en découvrir d’autres.

Ci-dessous, deux images de ce à quoi peuvent ressembler les pages avec l’application.

 

Le Dernier Magicien, T2 Les Cinq Artefacts – Lisa Maxwell

 

Titre : Les Cinq Artefacts

Série : Le Dernier Magicien

V.O. : The Devil’s Thief

Auteur : Lisa Maxwell

Editeur : Casterman

Date de Parution : 6 novembre 2019

 

 

  • Résumé :

Le pouvoir du Livre vit en Harte désormais. Non contrôlé, il risque d’entraîner le monde vers une terrible destruction. Seules quatre pierres ancestrales peuvent domestiquer cette incroyable force. Esta et Harte partent alors à leur recherche. Mais il faudra voyager dans le passé pour les retrouver intactes. Sans compter que les pierres attisent non seulement la convoitise de l’Ordre mais aussi l’intérêt de nouveaux ennemis comme les Antistasi et JackGrew… Malgré ses immenses pouvoirs, Esta parviendra-t-elle à sauver Harte et à protéger l’humanité ?

 

  • Avis :

Arrêtons-nous déjà sur la couverture que je trouve sublime. Si vous suivez l’instagram du blog vous avez peut-être vu la petite vidéo qui montre ce qu’elle rend avec la lumière et c’est *-*

Il s’agit donc d’un beau bébé de 710 pages, qui pèse le poids d’un bébé troll et qui peut donc effrayer, à première vue. Sauf que l’intrigue est tellement bien menée qu’il suffit de rentrer dedans pour ne plus vouloir en sortir.

On retrouve les personnages exactement là où on les a laissé dans le tome précédent et beaucoup de rappels sont faits de-ci, de-là pour nous permettre de bien nous remettre les événements en tête. J’avais un peu peur d’être perdue car je ne me souvenais pas de tous les détails mais ces rappels sont bien amenés et bienvenus.

Qu’on suive Harte, Esta, Viola ou Jianyu, chaque personnage à son propre caractère, ses soucis et évolue au fil des chapitres. Toutes leurs histoires en forme finalement une seule et on en découvre peu à peu les ramifications. C’est un roman dense, intense et qui demande finalement une implication du lecteur. On ne peut que s’attacher à ces différents personnages qui se battent pour les causes qu’ils pensent justes. Qui font des erreurs parfois. Qui trichent et qui mentent. Mais qui rêve surtout d’une vie meilleure, qui font tout pour y arriver et pour prendre soin des gens auxquels ils tiennent.

Dans le premier tome, si la magie était interdite est chaleureuse, elle prend ici une autre direction et elle devient plus froide et plus dangereuse. On découvre la vie derrière la barrière et on assiste à cette découverte aux côtés de Harte qui a toujours voulu s’en émanciper. Déjà dans le premier opus, Harte était un personnage que j’appréciais particulièrement. Ce second tome n’a fait que le confirmer. Son côté baratineur se fait là plus torturé et sa vision de la magie est tellement différent de celle d’Esta que les deux points de vue se confrontent et sont compréhensibles.

Je m’arrête aussi sur les détails du décor qui parsèment le texte, notamment sur l’Exposition Universelle de Saint-Louis qui a l’air très documentée. Tout ceci contribue à l’ambiance du roman et nous plonge dans un moment historique parsemé de moments plus fantastiques mais qui s’intègrent parfaitement bien.

Un seul point d’attention : il faut vraiment prendre garde à la date donnée à chaque début de chapitre.

En bref un ouvrage bourré d’action et de réflexions dont j’ai hâte de connaître la suite.

L’Ombre du Golem – Eliette Abécassis et Benjamin Lacombe

Titre : L’Ombre du Golem

Auteur : Eliette Abécassis

Illustrateur : Benjamin Lacombe

Editeur : Flammarion

Date de Parution : 27 Septembre 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« J’avais assez de souvenirs et de questions et l’envie grandissante de retourner voir ce fameux Golem, cette créature incroyable, invention du plus grand génie de Prague. »

 

  • Avis :

J’aime beaucoup les livres illustrés où dessins et textes s’entremêlent pour raconter une histoire au lecteur.

A noter que le contexte de l’ouvrage est historique et prend donc soin de citer les dates et d’expliciter les personnages existants à la fin, via une courte biographie qui permet de les ancrer dans le temps et l’Histoire. Prenant place en 1552 en Pologne lors du règne de Rodolphe II, nous rencontrons Zelmira qui vit près du Ghetto juif.

J’ai beaucoup aimé le fait que la conteuse soit celle qui est vécue l’histoire et la manière dont celle-ci est racontée entraîne directement le lecteur à sa suite.

Personnellement, je ne suis pas sensible aux visages des personnages mais j’ai par contre adoré les décors. La multitude de détails et les doubles pages permettent aux lecteurs de s’immiscer totalement dans le dessin et ajoute encore un peu à son implication dans l’intrigue.

Le roman parle autant de persécution que de protection, induisant de nombreuses question finalement encore malheureusement d’actualité aujourd’hui. L’idée du Golem, cet être fantastique voué à protéger toute une population mais qui n’a aucune conscience, pousse Zelmira à douter de l’humanité de la création. J’ai beaucoup aimé la tendresse sous-jacente dans le roman et l’amitié qui se noue doucement entre ces deux êtres qui n’ont de base pas grand chose en commun.

En bref un ouvrage qui présentent deux visions du monde opposés et qui rappelle que pour vivre ensemble il faut tout d’abord commencer par s’écouter.

Pour comprendre le départ du projet, ci-dessous une vidéo postée sur la page FB de Benjamin Lacombe

 

Entre dans

3 / 50

et dans

Item – Lumos : un livre sur lequel le titre est écrit en dorure (60pts)

Your Name – Makoto Shinkai

 

Titre : Your Name

V.O. : Kimi no na wa

Auteur : Makoto Shinkai

Traducteur : Jean-Louis La Couronne

Editeur : Pika Roman

Date de Parution : 5 Juillet 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Mitsuha, une jeune fille élevée dans une famille traditionnelle, s’ennuie dans ses montagnes natales et voudrait connaître la vie excitante d’une grande ville. À Tokyo, Taki est débordé, entre le lycée, son travail à temps partiel et ses amis.
Un jour, Mitsuha rêve qu’elle est un jeune homme à Tokyo, tandis que Taki se voit en rêve dans la peau d’une adolescente du Japon rural… Contre toute attente, leurs rêves respectifs sont devenus réalité : leurs corps se sont échangés et chacun vit la vie de l’autre !
Attirés de façon inexplicable, Mitsuha et Taki vont tout faire pour se retrouver bien que le temps et l’espace semblent les séparer…

 

  • Avis :

Ayant vu le film et l’ayant adoré, j’étais curieuse de voir si le roman était différent ou non. En général, on s’aperçoit vite que le film ne reprend pas tous les éléments. Ici, le roman fait suite à l’idée du film et a été écrit durant le tournage de ce dernier. Cette création des deux éléments simultanément se trouve à la fin du roman, raconté par l’auteur et les explications permettent au lecteur de bien comprendre le processus et le pourquoi de l’écriture de ce texte.

Je vous parlerai certainement du film lorsque je le visionnerai de nouveau et je vais donc laisser de côté l’esthétique des images pour me concentrer uniquement sur celle des mots.

L’histoire nous présente deux adolescents qui, un beau matin, se retrouvent dans le corps l’un de l’autre. S’ils ne semblent avoir rien en commun, leurs « rêves » vont peu à peu les faire évoluer, chacun ayant une incidence sur la vie de l’autre lorsqu’il prend possession de son corps.

Il y a d’ailleurs toute une réflexion sur les souvenirs et sur leur lien au corps, par exemple sur les automatismes que notre corps intègrent sans que nous ne nous en rendions compte. L’histoire se concentre vraiment sur cette notion de lien. Lien de l’esprit au corps, lien des gens entre eux, liens familiaux, amicaux, amoureux. Liens du passé au présent. Notre vie est un enchevêtrements de liens qui se tissent au fil du temps, qui grandissent ou s’amenuisent et qui ne sont pas toujours le fait de notre propre volonté. Certains liens sont créés bien avant notre naissance et auront pourtant une incidence importante sur notre vie.

Si cette notion est particulièrement intéressante en elle-même, elle est ici proposée avec une poésie toute particulière. Le texte va crescendo pour une ambiance tout d’abord très humoristique puis plus douce avant de se dramatiser peu à peu. On ressent la fébrilité des personnages, leur détresse et leur volonté de se rappeler.

Grâce au film, je connaissais déjà l’histoire et, pourtant, je me suis de nouveau prise au jeu de l’intrigue. J’ai espéré avec eux et je suis totalement entrée dans cette vision très onirique du monde. Qu’il s’agisse de Taki ou de Mistuha, je me suis attachée à ces deux héros courageux et profondément attendrissant.

En bref un roman d’une poésie exquise, qui amène son lecteur à comprendre la profondeur des liens qui l’unissent au monde.

Merlin ombres et lumière – Claudine Glot

 

Titre : Merlin ombres et lumières

Auteur : Claudine Glot

Editeur : Ouest-France

Date de Parution : 10 Février 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Ce n’est pas un récit des aventures de l’enchanteur, et encore moins une étude savante. Destiné au grand public, c’est un ouvrage qui aborde les aspects inattendus et peu connus de Merlin, comme son talent de prophète historique, ses talents de chef de guerre, ou encore son pouvoir sur le temps…Les transformations modernes du personnage, dans le roman, la BD et le cinéma sont également traités.

 

  • Avis :

Je retourne à mes premiers amours ! Si vous suivez un peu le blog, vous avez déjà dû voir passer plusieurs ouvrages concernant la Légende Arthurienne (et encore, pas tant que cela au vu de ceux qui parsèment ma bibliothèque). Merlin est donc un personnage qui revient souvent !dans mes lectures mais qui reste un mystère, quel que soit le texte qui lui correspond.

Si certains de ses côtés sont souvent récurrents, d’autres le sont moins et ce petit ouvrage nous permet de faire le tour de ce que l’on « connait » de l’Enchanteur. De ses origines diverses à ses avatars modernes, Claudine Glot propose ici un portrait élargi de Merlin. Elle nous invite donc à voyager entre les paysages, les croyances et le temps, à la suite de ce personnage tantôt sage, tantôt fou.

Le livre est parsemé d’images qui sont autant d’invites à la découverte. Gravures, dessins et photographies permettent aux lecteurs de découvrir d’autres lieux et d’autres ouvrages de référence. La répartition texte/image et la séparation en chapitres très courts donne une fluidité de lecture très agréable et on passe facilement de l’un à l’autre.

J’ai fait de jolies découvertes avec ce petit livre et noté beaucoup de références de documents à aller voir.

En bref un ouvrage qui permet de voir Merlin sous de nouveaux angles et d’en apprendre plus sur le personnages tout en le laissant entouré de mystères…

Merci à Claudine Glot et aux éditions Ouest-France pour cette découverte ~

 

« Il nous échappe comme il échappait au roi et aux chevaliers. Il l’avait annoncé : ‘Parce que je suis sombre et que je le serai toujours, que le livre soit également sombre et mystérieux aux endroits où je ne souhaite pas me dévoiler.' »

« Porteurs d’un passé jamais entièrement élucidé, hantant nos sylves primaires et nos archaïques bibliothèques, traversant les pages de nos vieux romans aussi bien que de nos jeunes écrans : sages ou fous, mille Merlin marchent à nos côtés. »

 

Entre dans

Coupe de Helga Poufsouffle : un livre traitant des légendes arthuriennes – 20 points

 

Another, T1 Celle qui n’existait pas – Yukito Ayatsuji

Titre : Celle qui n’existait pas

V.O. : Another, vol. 1

Série : Another

Auteur : Yukito Ayatsuji

Traducteurs : Momomi Machida

et Patrick Honnoré

Editeur : Pika Roman

Date de Parution : 13 Avril 2016

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Collège de Yomiyama-Nord, 1972.

Lorsque Misaki, élève de 3e-3, trouve la mort, les autres élèves de la classe refusent de l’accepter, et font « comme si Misaki était toujours en vie ». Tant et si bien que leur camarade apparaît, pâle mais avec le sourire, sur la photo de classe de fin d’année ! Depuis, la « classe maudite » est le théâtre d’accidents en série, terrifiant élèves aussi bien que professeurs. Et si la 3e-3 était devenue l’antichambre de la mort… ?

 

  • Avis :

Je l’avoue, je m’y suis prise un peu à l’envers puisque j’ai commencé par le spin-off Où est le mort ? et c’est en lisant ce dernier que je me suis vraiment intéressée à l’histoire de Another dans son ensemble. Si je connaissais donc le contexte dans lequel se déroulait ce roman, j’ai malgré tout commencé à me poser des questions au fil des pages, alors même que le roman que j’avais lu me fournissais les réponses… Cela pour dire que l’ambiance que l’on trouve dans « Celle qui n’existait pas » a réussi à semer le doute dans mon esprit !

L’écriture est finalement assez particulière, comme dans l’opus que j’avais lu et c’est elle qui contribue à cette ambiance étrange, un peu glauque parfois, où le lecteur se pose beaucoup de questions. Il est ici aidé en la personne de Sakakibara, le personnage principal, qui arrive au collège de Yomiyama, dans la 3e-3 et se retrouve confronté à des règles bizarres et parfois même inexpliquées. Curieux, le jeune homme va tenter d’en savoir plus, notamment en s’intéressant à la fille à part de la classe, celle qui, semble-t-il, cache un secret. Mais ce qu’il découvre au fil des pages va lui démontrer que ce n’est tant elle que toute la classe qui dissimule quelque chose.

Malgré que l’on en sache finalement déjà pas mal sur l’intrigue avec la quatrième de couverture, on ne peut s’empêcher de se poser des questions. Qu’on y croit ou non, on se laisse emporter par l’ambiance qui donne un suspense étrange à l’intrigue… On se demande si ce qu’on pense est juste, s’il n’y a pas derrière toutes ces révélations quelque chose d’autre…

J’ai trouvé très intéressant d’avoir le personnage de Sakakibara comme point d’ancrage car il est similaire au lecteur : il débarque et ne sait rien de ce qui se passe autour de lui. Ici, on ne se pose pas la question de savoir si les décisions prises par le groupe sont justes ou non, uniquement de savoir s’il s’agit d’une année « avec » ou « sans » et de voir comment l’atténuer dans le second cas.

Le roman permet de voir la moitié de l’année et le second tome se concentre certainement sur cette seconde moitié que j’ai hâte de découvrir ! Car une fois commencé… on ne peut que vouloir en savoir plus !

En bref un roman à l’ambiance dérangeante qui le rend complètement addictif !

 

Merci à Laure et aux éditions Pika pour cette découverte ~

 

Entre dans

hp5-8110

Cho Chang : un livre où le héros est asiatique – 60 points