Merveilles & Légendes de Korrigans « Petits contes secrets » – Pascal Moguérou

Titre : Merveilles & Légendes de Korrigans « Petits contes secrets »

Auteur : Pascal Moguérou

Editeur : Au Bord des Continents

Date de Parution : 23 Avril 2014

 

 

  • Résumé (éditeur)

On trouve dans ce ‘grimoire ancien’ dédié aux lutins vivant dans les contrées septentrionales de l’Europe, une présentation de chacune des tribus (ceux des landes, des forêts, des rivages…) mais aussi de nombreux contes, concoctés et illustrés par le maître en la matière, Pascal Moguérou, où le merveilleux, la nostalgie de l’enfance et l’amour associé au respect de la nature transparaissent entre chaque ligne.

 

  • Avis:

La date de sortie de Sombres Féeries étant venue, je me suis dit qu’il était VRAIMENT temps de sortir cet ouvrage-ci de ma PAL avant d’en ajouter un autre. Ça tombe bien : avec les week-end de trois jours, j’ai du temps pour me poser tranquillement !

Je dis tranquillement car, si en général je lis un peu partout, les livres illustrés sont plutôt pour moi des moments où j’aime avoir ma bulle pour pouvoir les parcourir visuellement tout autant que les lire. Et puis, pensez donc si je lisais ce genre d’ouvrage dans le métro ! Que direz les gens en me voyant baisser le nez sur ma lecture pour le relevez un long moment plus tard, les cheveux ébouriffés par le vent de la lande et des feuilles dans les cheveux ?!

Bref, j’ai donc profité d’un moment « bulle » pour partir sur les traces des Korrigans. Je me suis perdue entre les pages, j’ai visité des lieux empreints de magie, j’ai rencontré des personnages attachants, j’ai regardé passer les saisons et je suis revenue… La première chose à savoir concernant cet ouvrage, c’est finalement qu’il laisse rêveur. Qu’il nous conte des histoires qui trouvent un écho dans des lieux qu’on croit connaître et qui nous donnent envie de les retrouver pour les découvrir à nouveau, les yeux cette fois grands ouverts.

Ce sont des histoires qui parlent d’amitié qui défient le temps, qui raconte les liens familiaux, l’amour qu’on porte à sa terre et à ceux qui nous entourent. C’est un ouvrage qui parle des fondamentaux de l’humanité, cette dernière n’étant pas forcément là où on l’attend le plus. Et puis, bien sûr, il y a de la malice, de la sournoiserie et des défis en tout genre.

Les illustrations nous donnent une image de ce dont les mots nous avaient déjà donné un aperçu et nous permettent de nous ancrer encore un peu plus entre les lignes, mettant des visages sur des noms et des couleurs sur les paysages. Ils sont autant d’histoires racontées que de traits esquissés, les deux invitant sans peine à voyager.

A la sortie de cet ouvrage, je n’ai finalement qu’un seul regret : ne pas avoir pu le partager à voix haute avec quelqu’un. Je suis sûre que ces mots auraient encore une autre résonance de cette manière !

En bref une plongée réussie dans les landes en compagnie d’une myriade de Korrigans farceurs.

Quelques photos pour vous donner un aperçu ~

 

Entre dans Le Printemps de l’Imaginaire Francophone

Et dans

Grimoire poussiéreux : un livre qui prend la poussière dans ta pile à lire depuis au moins 1 an – 10 points

 

Le jardin des silences – Mélanie Fazi

 

Titre : Le jardin des silences

Auteur : Mélanie Fazi

Editeur : Bragelonne

Collection : L’Autre

Date de Parution : 22 Octobre 2014

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Un bal secret au coeur de l’hiver, une violoniste dont les notes soulèvent le voile des apparences, une dresseuse d’automates dépassée par sa création : à travers ces douze textes ciselés, découvrez ou retrouvez l’univers envoûtant de Mélanie Fazi, auteure rare à la plume délicate, qui joue des mots émotions avec une justesse bouleversante.

 

  • Avis :

Je lis rarement de recueil de nouvelles mais, en cette période de partiels, j’étais contente de pouvoir lire une histoire et en avoir la fin puisque je ne pouvais pas reprendre un roman tout de suite. Le Jardin des silences était LE livre que j’avais décidé de m’offir en allant au Salon Fantastique car les résumés que j’avais lu de certaines nouvelles me tentaient beaucoup.

Et, pour une première dans l’univers de Mélanie Farzi, je dois dire que je suis conquise !

J’ai été totalement entraînée par la mélodie des textes. Aucune nouvelle ne m’a déplu, même si évidemment, j’ai été plus sensible à certaines d’entre elles. La tristesse qui se dégage des mots prend vraiment aux tripes et, en même temps, l’espoir est sous-jacent. J’ai adoré ces textes et j’ai eu du mal à quitter cet univers aussi fantastique que doux.

On vit les histoires, on s’attache aux personnages et on est triste de les quitter, alors même que nous n’avons passé que quelques petites pages en leur compagnie. Chaque histoire à son univers propre, amené et décrit de telle sorte que le lecteur à l’impression de le connaître déjà. On se perd entre les mots et on y revient après chaque fin de nouvelle, attiré par la plume envoûtante de Mélanie Farzi.

En bref un petit bijou ! Qui me donne très envie de découvrir les autres textes de l’auteur.

 

Entre dans

Item éphémère Gilderoy Lockhart : lire un livre dédicacé – 105 points

Les Puissants, T1 Esclaves – Vic James

 

Titre : Esclaves

Série : Les Puissants

Auteur : Vic James

Traducteur : Julie Lopez

Editeur : Nathan

Date de Parution : 4 Mai 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Dans le jeu du pouvoir, chacun risque sa vie.

Dans une Angleterre alternative, chacun doit donner 10 ans de sa vie en esclavage.

Seuls quelques privilégiés, les Égaux, riches aristocrates aux pouvoirs surnaturels, restent libres et gouvernent le pays.

Abi, 18 ans, et son frère Luke, 16 ans, voient leur destin bouleversé quand leurs parents décident de partir tous ensemble accomplir leurs jours d’esclavage. Abi devient domestique au service de la puissante famille Jardine. Le somptueux décor dans lequel elle évolue dissimule en réalité de terribles dangers, car chez les Égaux, les luttes de pouvoir sont sans pitié. Et lorsqu’elle tombe amoureuse d’un de ses maîtres, c’est sa vie même qui est en péril…Luke, quant à lui, a été exilé dans la ville industrielle de Millmoor. Dans un environnement brutal et pollué, il s’épuise à la tâche. Cependant, d’autres, comme lui, partagent ses idéaux de liberté. Il découvre alors qu’il existe un pouvoir bien plus grand que la magie : la rébellion.

 

  • Avis:

Wow… Cela faisait un moment qu’un roman ne m’avait pas fait cet effet-là !

Si le résumé me tentait déjà beaucoup, les premières pages n’ont fait que confirmer que le roman allait me plaire et ce sentiment s’est intensifié au fil des chapitres. Jusqu’à ce que j’en referme la dernière page avec le sentiment de « Nooooon c’est fini ! Où est la suite ?! ». Bref, j’ai dévoré et adoré ce roman.

S’il s’agit d’un tome de mise en place, aussi bien des personnages (assez nombreux) que de l’intrigue, ce premier opus n’oublie absolument pas d’être riche en actions. Plusieurs situations se font et se défont au fil du récit, amenant de nouvelles questions, en résolvant d’autres et faisant entrer toujours un peu plus le lecteur dans le monde ainsi créé. Kyneston ou Millmoor deviennent des endroits que le lecteur connait pour y vivre en compagnie des personnages, pour y voir leur évolution et constater leur souffrance et leurs joies. Moi qui n’aime pas les descriptions, je n’ai ici jamais eu l’impression d’en lire tant les passages sont simplement nécessaires à la compréhension et à l’ambiance. Le décor posé, celui-ci devient un endroit où il est facile d’évoluer et où s’y distille les nouveautés par petites touches discrètes et bien amenées.

Sept personnages prennent tour à tour la parole au fil des chapitres et je n’ai pourtant jamais été perdue. Si les principaux sont Luke et Abi, le fait que certains des autres prennent de l’importance permet de découvrir d’autres facettes de leur personnalité. L’auteur sait parfaitement où elle mène ses lecteurs et comment leur faire apprécier ou non un personnage. Et pourtant, aucun d’entre ces derniers n’est parfait. On les aime parfois, on les déprécie ensuite mais on ne peut pas rester neutre face à eux. C’est là l’un des gros points forts du roman : les personnages suscitent tous des émotions. Si Luke m’a beaucoup touché, si son courage et celui d’Abi ne peuvent que forcer l’admiration, j’ai trouvé très intelligent de la part de l’auteur de nous permettre d’en savoir plus sur Silyen et Gavar dont j’ai hâte de connaître l’évolution, en espérant que Jenner gagne un peu en charisme.

Je pourrais citer une pléthore de personnages m’ayant marqué dans ce roman mais je vais m’arrêter là pour vous parler de l’autre point génial de cette lecture : l’intrigue. Le récit pose des questions importantes sur la notion de justice et de soumission. Avoir une compétence en plus à la naissance donne-t-elle le droit de disposer des autres ? Est-ce qu’une coutume est forcément juste parce qu’elle a été instaurée il y a des décennies de cela ? Ceux qui détiennent le pouvoir le font-ils de manière justifiée ? Le peuple a-t-il plus de pouvoir que ceux qui le gouverne ? Qui possède le plus de tords : ceux qui soumettent ou ceux qui trouvent normal d’être soumis ? Autant de questions qui sont finalement d’actualité et qui prennent ici un sens bien différent en prenant l’esclavage comme la perte de son humanité. Durant dix ans, vous ne disposez plus de vous. Le seul choix que vous ayez est de décider de quand commencer ces fameux dix ans.

Pour la famille Hadley, ce sont les parents qui décident de les faire tous ensemble, entraînant leurs trois enfants, Abigail, Luke et Daisy avec eux dans le but de faire leurs jours d’esclavage en famille. Par un concours de circonstance, Luke ne peut suivre la famille et est envoyé dans la ville d’esclaves de Millmoor alors que les autres prennent le chemin du domaine de la famille la plus puissante du pays : les Jardine.

Moi qui aime les intrigues politiques, j’ai été plus que servi dans ce premier opus et j’imagine que le second gardera la même dynamique, ajoutant des alliés ou des opposants à la révolution qui s’annonce dans ce tome-ci. Si le lieu très fermé de Kyneston regorge de ragots et d’intrigues en tout genre, l’action se concentre plutôt à l’intérieur de Millmoor, là où se retrouve en majorité le peuple opprimé.

Je ne sais que vous dire de plus pour ne pas vous gâcher le plaisir mais, si vous en avez l’occasion, n’hésitez pas : lisez-le !

En résumé un premier opus qui remplit parfaitement son office de mettre en place une intrigue passionnante et des personnages vivants tout en instillant une dynamique qui n’augure que du bon pour la suite. Un gros coup de cœur !

Merci aux éditions Nathan pour cette découverte ~

 

« Les gens avaient moins tendance à se soucier des autres quand leur propre survie accaparait leur attention. »

« C’était la confiance qui rendait tout ça possible. La confiance qui vous prêtait les yeux d’une autre personne, ses bras puissants, son cerveau rapide. Qui vous faisait plus grand que vous ne l’étiez tout seul. »

« La technologie, lui avait-il expliqué, était un outil simple dont tout le monde s’était convaincu de la complexité. Faillible, mais que tout le monde croyait parfait. Les gens avaient délégué leur jugement critique – et même ce que leur indiquaient leurs propres sens – au pouvoir de la technologie. si on arrivait à tromper celle-ci, il n’était alors plus nécessaire de chercher à tromper les gens. »

 

Entre dans

32 / 50

Le Mystère du livre disparu, T2 A nous les Trois Mousquetaires – Pierdomenico Baccalario et Eduardo Jauregui

 

Titre : A nous les Trois Mousquetaires

V.O. : Los cuatro mosqueteros y medio

Série : Le Mystère du livre disparu

V.O. : El Cuento Mas Maravilloso Jamas Escrito

Auteurs : Pierdomenico Baccalario & Eduardo Jauregui

Traducteur : Faustina Fiore

Editeur : Flammarion Jeunesse

Date de Parution : 12 Avril 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« Ne vous inquiétez pas : le sortilège a fonctionné. Nous avons détraqué des centaines de livres. Ce qui s’est passé avec Peter Pan ne se reproduira pas ». Le monde des livres a de nouveau besoin d’Anna et Gabriel. Un mystérieux personnage au mauvais caractère est soudainement apparu en plein cœur du célèbre roman de cape et d’épée… Il faut le retrouver et l’expulser du livre ! L’enquête continue pour Anna et Gabriel, cette fois au secours des Trois Mousquetaires.

 

  • Avis :

Nous retrouvons Anna et Gabriel peu après leur sauvetage du roman de J.M. Barrie, Peter Pan. Ayant pris goût à l’aventure, les deux enfants ne demandent qu’à retourner dans un autre livre pour en modifier l’histoire et permettre ainsi au roman de retrouver sa trame d’origine. Mais, dans l’ombre, dans les profondeurs de la Zargo Multitech Corporation, Gustav Wart a prévu de tout faire pour que les livres restent mélangés…

Dans cet opus, le lecteur découvre mieux Gustav, son but et ses motivations. Il est le méchant un peu rigolo au passé triste qui va permettre de lancer le roman et de poser un peu plus les bases du fil rouge de la série. S’intéresser à lui permet au lecteur d’avoir le point de vue opposé à celui de Gabriel et Anna et de prendre l’histoire par les deux bouts : problème et résolution.

Concernant Les Trois Mousquetaires, le personnage ajouté est haut en couleurs et donne du fil à retordre à nos héros ! Comme pour le premier opus, il y a beaucoup d’action et de retournements de situation vraiment sympas à suivre. On y retrouve cette fois encore tous les personnages principaux du roman original mais dans un environnement somme toute différent. J’ai beaucoup aimé les passages d’escrime qui parsèment le texte et qui permettent de redorer l’honneur des mousquetaires.

A noter que si le lecteur n’a pas lu le premier tome, il manque peut-être un peu d’informations pour tout comprendre (notamment s’il s’agit d’un jeune lecteur). L’intrigue générale de la série se suit réellement de tome en tome. On en apprend d’ailleurs ici un peu plus sur celle-ci et je suis curieuse de connaître quels sont les autres livres impactés à réparer ! Cet opus nous indique quelques petites indications sur la suite et, si les auteurs gardent cette dynamique, celle-ci sera sûrement tout aussi agréable à lire.

En bref un second tome plein d’action pour une série qui permet de redécouvrir les classiques et de les présenter aux plus jeunes dans une intrigue bien ficelée.

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse pour cette lecture ~

 

Entre dans

31 / 50

et dans

Batteurs : un livre écrit à 4 mains – 25 points

To Your Eternity, T1 – Yoshitoki Oima

Titre : To Your Eternity

V.O. : Fumetsu no anata e

Auteur : Yoshitoki Oima

Traducteur : Thibaud Desbief

Editeur : Pika Edition

Date de Parution : 19 Avril 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

“C’est à l’épreuve de la réalité que je saurai ce que je suis… Voilà pourquoi mon voyage commence.”

Un être immortel a été envoyé sur Terre. Il rencontre d’abord un loup puis un jeune garçon vivant seul au milieu d’un paysage enneigé. Ainsi commence le voyage de l’Immortel, un voyage fait d’expériences et de rencontres dans un monde implacable…

 

  • Avis :

Parlons d’abord du visuel que je trouve vraiment très très beau !

Concernant l’intrigue, je vous avoue que j’ai tout d’abord été perplexe car je me demandais où l’auteur comptait m’emmener avec cette fameuse « sphère » représentant un « il » immortel.

Au final, via le périple de cette « sphère », l’auteur nous présente différents personnages et différentes histoires, mettant en lumière la notion d’humanité.

De par le personnage principal tout d’abord, qui emmagasine les informations qu’il voit mais ne les comprend pas. Cela nous permet de nous rendre compte que, finalement, ce qui parait logique du point de vue d’une personne, ne l’est pas forcément pour une autre.

A travers les deux histoires du premier tome, nous assistons à des amitiés bien différentes. Celle du loup et du jeune garçon, puis celle de la petite fille et de l’adolescente. Chacun de ses personnages se heurte avec la communauté qui l’entourent et à laquelle il doit rendre des comptes. Le manga pose donc la question du personnel vis-à-vis de la majorité. Ce qui est bien pour tous signifie-t-il qu’il faut forcément se sacrifier pour le bien de la communauté ? Les traditions sont-elles toujours bonnes à suivre parce qu’elles ont été instaurées ainsi ?

Les deux histoires prennent aux tripes, la première de par la solitude que l’auteur arrive particulièrement bien à faire ressentir. Outre les expressions du jeune garçon, le paysage désolé et les quelques dialogues provoquent toute une myriade d’émotions qui passent aussi bien par les dessins que par les textes bien choisis. La seconde histoire est plus longue et se concentre sur une petite fille et sur sa volonté de devenir une adulte. Ce que l’histoire va finalement lui faire devenir très vite. Le côté mignon des traits de l’enfant et de ses expressions se heurtent à la violence qui se dégage de cette histoire et les deux induisent de nombreuses réflexions.

L’honneur et l’amour sont étroitement liés et on se prend rapidement d’affection pour les personnages principaux qui essaient de faire ce qui leur semble juste, dans la mesure du possible.

Sans les expliciter réellement, l’auteur fait passer beaucoup de sentiments, qu’il laisse le soin à son lecteur d’accepter ou non. Les dessins contribuent à la pureté de l’ouvrage et permettent de donner corps aux différents protagonistes. Le décor nous plonge dans le monde qui entoure les personnages et ajoutent à l’ambiance feutrée du manga.

En bref un très beau premier tome, qui pose les bases d’une histoire pleine de sentiments que chacun vivra et comprendra à sa manière au fil des pages.

Merci aux éditions Pika pour cette jolie découverte ~

Si vous souhaitez découvrir le début de To Your Eternity, c’est possible en cliquant juste ici.

Les Els – H. Roy

Titre : Les Els

Auteur : H. Roy

Editeur : J’ai Lu

Date de Parution : 11 Janvier 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

 

« Je cours. Plus vite que jamais. Mes pulsations cardiaques sont des percussions frénétiques qui rythment ma cavalcade. L’air me brûle les narines, m’enflamme la gorge. J’ai froid, j’ai peur, j’ignore où je vais. Fuir, c’est tout ce qui m’importe. »
Connor a 18 ans, elle vit avec son père à Eden Lake, une petite ville des Adirondacks et, en dehors du fait que son meilleur ami a subitement pris ses distances, elle mène une existence plutôt tranquille.
Le jour où sa tante débarque, les choses se compliquent. Car les cauchemars qui assaillent Connor depuis quelque temps pourraient bien devenir réalité…

 

  • Avis :

Le Festival du Roman Féminin approchant, j’ai décidé de sortir de ma PAL les romans dont les auteurs seraient présents et, Les Els faisant beaucoup parler de lui, la curiosité m’a poussé à le sortir en premier.

Chose que je ne regrette pas puisque je l’a dévoré en deux jours 😛

Si le roman reprend les constantes du genre (l’adolescente qui apprend une nouvelle qui va changer sa vie, le beau gosse un peu taciturne qui va l’aider, …), il les traite intelligemment et sans ennuie. J’ai beaucoup aimé Connor, son humour et ses réactions. Si elle est effrayée – qui ne le serait pas – elle est aussi éprise de vengeance et ses émotions m’ont semblé aussi logiques que réelles. On ne lève pas les yeux au ciel en la regardant avancer mais, au contraire, on s’attache à elle et on la comprend.

Le côté Els est bien amené et l’intrigue permet une mise en place toute en douceur des personnages comme des circonstances qui les ont amené là où ils sont. Toutes les bases sont installées dans ce roman pour que nous n’ayons qu’à nous laisser porter lors du second opus et que l’histoire puisse se développer et s’accélérer comme elle le fait déjà à la fin de ce premier tome.

Rédigés dans une écriture fluide qui m’a totalement happée, les pages se tournent à toute vitesse et un chapitre remplace l’autre sans même que le lecteur ne s’en rende compte. Si l’histoire est vraiment chouette, c’est l’écriture qui m’a le plus séduite dans ce roman et j’ai aimé le choix des mots comme la musicalité qui se dégageait du texte.

Au niveau des beaux gosses, j’ai totalement adoré Evann et j’ai apprécié que le passé du personnage soit vraiment fouillé. Tour à tour mignon ou renfermé, il apporte à Connor un lien avec l’extérieur et ses dangers de la manière la plus concrète possible. Et, puisqu’il faut dire un mot sur M… « Bébé » ? Sérieusement ?

Si M m’a donc plutôt agacé, Juliette a su me toucher, de par sa gentillesse et sa bonne humeur. Elle fait partie des piliers de Connor qui ne s’imposent pas mais démontre une vraie capacité à être présents sans trop en faire.

Quant à la fin… Je n’ai pas pu lâcher le roman jusqu’à la dernière page tellement tout s’enchaîne et accroche le lecteur à vouloir savoir. Une belle réussite que ce premier opus !

En bref, un bon premier tome de mise en place qui présente une intrigue entraînante et des personnages attachants servit par une écriture très agréable.

 

Entre dans

Reliques de la mort : un livre avec un triangle amoureux dans l’histoire – 15 points

dans

28 / 50

et dans Le Printemps de l’Imaginaire Francophone

2ème lecture

Fées & Déesses – Erlé Ferronnière et Aurélie Brunel

 

Titre : Fées & Déesses

Auteur : Aurélie Brunel

Illustrateur : Erlé Ferronnière

Editeur : Au Bord des Continents

Date de Parution : 15 Octobre 2009

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Déesses celtiques aux allures de guerrières, fées et enchanteresses du royaume d’Arthur, fées médiévales, fées issues du folklore breton ou bien, même petites fées-papillons, s’unissent pour vous ouvrir les portes des royaumes cachés et vous dévoiler leur origine commune…

 

  • Avis :

Je connais le travail d’Erlé Ferronnière depuis plusieurs années, les cartes postales de ses dessins se retrouvant régulièrement sur les murs de ma chambre, aussi n’ai-je pas pu résister en apercevant cet ouvrage durant Les Rencontres de l’Imaginaire de l’année dernière.

Je découvrais par contre la plume d’Aurélie Brunel qui m’a beaucoup plu ! Le côté cyclique du roman, qui démarre par nous rappeler de regarder autour de nous et termine de la même façon, se marrie bien avec les histoires qui nous sont présentées au fil des pages. Cette notion de cycle et de lien se retrouve tout au long de la lecture et pousse donc le lecteur à se laisser entraîner, naviguant entre textes et images et allant de l’un à l’autre avec autant de facilité que d’attirance.

Si certaines histoires sont très connues telles Dahut, Morgane, Mélusine ou Iseult, certaines le sont un peu moins. Je pense à Présine notamment que je n’ai pas vu dans beaucoup de textes avant cela.

Le fait que les passages consacrés à chaque personnage soient très courts et racontés à la première personne nous permet de nous attacher aux différents protagonistes et d’entrer totalement dans leur histoire. Même en connaissant certaines d’entre elles, j’ai aimé les redécouvrir ici et les sentiments qui se dégagent de ces moments, sommes toutes assez tristes, ressortent bien sous la plume de l’auteure.

Ces émotions sont renforcées par les illustrations qui se marient totalement bien aux textes. On y découvre les paysages comme les personnages, les rendant parfaitement tangibles. Si j’ai en général un faible pour les crayonnés, la mise en couleur ne les rend que plus réels et je n’aurai pas été si surprise de les voir quitter le papier pour débarquer dans la pièce.

En bref une belle plongée dans un monde féerique qui nous permet de découvrir ou de nous remémorer les histoires de fées ayant traversées les âges.

Ci-dessous quelques dessins, les premiers sont des photos faites par mon téléphone, merci beaucoup à Erlé Ferronnière pour les suivantes ❤

img_20170217_163106

img_20170217_163211

img_20170217_163311