Nous dansions sur l’air du numérique – Emrys

 

Titre : Nous dansions sur l’air du numérique

Auteur : Emrys

Illustrateur : Hunted-Hunter

Editeur : YBY éditions

Date de parution : 1er décembre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :
2039. Nao, étudiant parisien, découvre les joies et les déboires de la danse virtuelle lorsqu’il se connecte pour la première fois au serveur de sa chorégraphe. Il y rencontre Saoirse, avatar aux mouvements mystérieusement parfaits qui l’entraîne dans un pas de deux numérique toujours plus envoûtant.

 

  • Avis :

Cette histoire nous présente un monde futuriste (mais pas trop) qu’il est facile d’appréhender et de comprendre. La technologie qui nous est présentée est bien amenée et le lecteur peut donc se projeter sans problème aux côtés de Nao. Personnellement, j’ai toujours besoin de m’attacher aux personnages pour réussir à évoluer dans une histoire et, puisqu’il s’agit d’une nouvelle, ils sont finalement ici peu nombreux. Heureusement pour moi, j’ai très facilement accroché à Nao et Saoirse. Le récit aborde les deux manières de pensées des deux personnages principaux, imbriquées l’une dans l’autre et j’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur nous permet d’aller de l’une à l’autre sans à-coups.

L’écriture est très fluide et je me suis laissée porter dans cette histoire très douce qui raconte la rencontrer de deux hommes sur fond de danse numérique. Ici, le numérique est partie prenante de l’histoire et il est abordé comme un outil au service du bien-être mais également comme un outil qu’il faut savoir maîtriser, autant pour en sortir toutes les possibilités que pour ne pas s’oublier. J’ai trouvé cela très intelligent et bien mené.

Cette nouvelle c’est donc l’histoire d’une rencontre, d’une amitié puis d’un amour naissant, c’est le virtuel qui se mêle au réel de différentes façons mais c’est également des moments familiaux et amicaux où les relations prennent toute leur place. C’est une histoire pleine de douceur où la passion de la danse côtoie des moments très terre à terre.

Je ne peux pas vous en dire trop car je ne voudrais pas gâcher le plaisir de ceux qui se laisseront tenter mais, si vous souhaitez passer un joli moment sur l’air du numérique, je ne peux que vous conseiller de vous laisser porter.

En bref une histoire fluide et pleine de sentiments avec laquelle j’ai passé un très bon moment.

Et tu marcheras vers les étoiles – Lily Haime

Titre : Et tu marcheras vers les étoiles

Auteur : Lily Haime

Editeur : MxM Bookmark

Date de parution : 24 juillet 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« Personne ne vous prévenait que si vous parveniez un jour à toucher les étoiles, vous devriez vous méfier… »
Sam a grandi pour devenir un champion de gymnastique ; il a ce sport dans les veines, dans le cœur. Il n’a jamais imaginé devenir autre chose. Après un accident survenu aux Internationaux d’Estaires, qui laisse son meilleur ami dans un fauteuil roulant, il n’y arrive plus. Malgré le soutien de ses proches, il se fait renvoyer de l’INSEP et retourne à Bordeaux, son rêve en miettes.
Léo aime cuisiner, tient un blog, et veut faire le tour du monde pour découvrir de nouvelles recettes. Lorsque Sam le rencontre, il tombe dans un autre univers. Un univers fait d’excentricités, de yuzu et de tous ces masques que Léo aime tant. Quoi qu’il cache, Sam finit par se laisser emporter par ce garçon étrange et par son regard bleu, toujours accroché à lui.
Sur les trottoirs de ces rues bordelaises, ils abandonneront les derniers mois de leur adolescence. De vérités arrachées en espoirs reconquis, de désirs murmurés en peurs à peine avouées, Sam et Léo se lanceront à la poursuite d’eux-mêmes. Et cette course – la vie – lèvera le voile de toutes leurs illusions.
« Je suis tombé amoureux d’un garçon qui se promenait dans les étoiles, et moi, j’étais le type paumé, assis par terre qui regardait vers le ciel…  »

 

  • Avis :

Honnêtement, j’ai commencé ce roman sans trop savoir à quoi m’attendre, parce que j’avais lu un roman de Lily Haime que j’avais beaucoup aimé. Carton plein pour celui-ci également, au point que je suis certaine de le racheter en papier pour pouvoir l’avoir dans ma bibliothèque IRL !

Il y a des livres qui vous font passer un bon moment et il y a ceux dans lesquels vous vous perdez, qu’il est difficile de lâcher et où vous revenez dès que vous avez un moment (que vous prenez même quand ce n’est pas le cas). Ce roman a été de ceux-là. Je n’ai pas vu passer ses plus de cinq cents pages et j’ai regretté qu’il soit terminé tant j’en aurais voulu encore plus. Pourtant, la boucle est bouclée et les personnages vont vivre leur vie. La fin est parfaite pour moi car elle fait le tour de tout et j’ai pu refermer le roman avec plaisir (malgré un brin de tristesse tout de même de les quitter).

Nous y suivons donc Sam et Léo et, en parallèle avec eux, toute leur bande d’amis. Sam est un sportif de haut niveau, il a l’habitude des sacrifices pour son sport, pour réussir toujours plus de figures et rêve des J.O.. Jusqu’à l’accident de son ami/rival qui laisse celui-ci dans un fauteuil roulant. Pour Sam, tout s’écroule. Comment continuer avec la peur ? Avec la culpabilité ? Car on se sent toujours coupable, mine de rien, qu’on y puisse quelque chose ou pas. La peur de Sam est réelle, crédible et sert le cœur. Il veut passer outre mais il n’y arrive pas. Comment le lui en vouloir ? Pourtant, dans ce milieu, ne pas avancer n’est pas autorisé.

Alors Sam fait de son mieux. Malgré la peur, malgré les souvenirs, malgré lui, malgré ceux qui l’entourent. Ou pour tout ça.

Quant à Léo… Hé bien je ne vais pas vous en dire trop sur Léo parce qu’il faut le découvrir au fur et à mesure ❤ Léo a une vie totalement différente, il se cache derrière des masques pour exister et il rêve d’être ailleurs, bien loin de ses problèmes et de ces gens qui n’ont que faire de qui il est réellement.

Je me suis laissée entraîner par Sam et Léo, par leurs forces et leurs failles et j’ai suivi leurs hauts et leurs bas entre sourires et serrements de cœur. Ce roman, c’est une histoire d’amour, une histoire d’amitié, une histoire de famille et une histoire de passion tout à la fois. C’est une ode à la vie et à tout ce qu’on peut réussir à faire lorsqu’on est avec les bonnes personnes. C’est un roman qui fait rire et sourire mais qui fait également pleurer. Ce sont des pages qui passent à toute vitesse et sur lesquelles on voudrait ralentir sans y arriver.

En bref un gros coup de cœur qui m’aura laissé une belle gueule de bois livresque et que je n’oublierai pas de sitôt !

Unité K9 – Eva Justine

 

Titre : Unité K9

Auteur : Eva Justine

Date de parution : 5 Juin 2017

 

 

  • Résumé :

Placé depuis sa petite enfance dans des familles d’accueil, Tiago est une tête brûlée. À quelques jours seulement de sa majorité, alors qu’il fugue du foyer dans lequel il est placé, il rencontre sur sa route le marshal Grant. Grâce à lui, il découvrira l’entraide, l’amitié et ses premiers émois amoureux. Pourtant, malgré la main tendue, il s’enfuira à nouveau dès qu’il apprendra son surprenant secret.
Six ans plus tard, Tiago est désormais devenu un membre de l’unité K9. Avec son demi-loup Bud, il assure des missions anti-drogue couronnées de succès. Lorsqu’au hasard de l’une d’elles, les deux hommes se retrouveront face à face, tout ne se passera pas comme l’un et l’autre l’imaginaient, bien au contraire.

 

  • Avis :

J’ai commencé ce roman suite à un extrait que Eva Justine avait posté dans un groupe dont je fais partie. L’extrait concernait le tome 3 et j’ai tellement aimé ce que j’en ai lu que je me suis dis que j’allais donc commencer par le début et m’offrir ce premier tome 😛

Donc hé bien…je l’ai commencé, j’ai arrêté ce que je faisais d’autre (il faut des priorités dans la vie *sbaff*) et je l’ai terminé. Et maintenant, je vais devoir acheter la suite.

Le premier chapitre nous place directement dans l’action et dans la vie, clairement pas rose, de Tiago qui vient de quitter l’orphelinat dans lequel il se trouve (et on le comprend au vu dudit endroit). Il est très facile de s’attacher à Tiago et de comprendre sa méfiance et son envie de se poser. Au début de l’histoire, Tiago est clairement un bon gamin qui n’a pas eu de chance et qui fait tout ce qu’il peut pour s’en sortir. Sa rencontre avec Lukas lui permet de se poser un moment et la relation qu’ils ont tous les deux est une main tendue et un baume de douceur.

Je ne m’attendais clairement pas à ce qui se déroule et qui provoque un bond dans le temps mais les malentendus sont bien expliqués au fil du temps et ne sortent pas de nul part, rendant un côté crédible à toute l’histoire.

En vérité, je ne sais que vous dire pour ne pas vous spoiler le roman mais j’ai passé un très bon moment. Les personnages ont un réel passé, ils sont attachants et certains passages sont plein d’humour. L’amitié des uns et des autres ressort bien et l’affection qu’ils se portent tous est un régal à lire.

Au niveau de l’intrigue, elle est prenante et je suis restée accrochée à mes chapitres sans aucun soucis. J’ai beaucoup apprécié également l’amour des animaux qui ressort de ce roman et qui montre le pire comme le meilleur des humains vis à vis des chiens.

En bref une lecture que j’ai adoré et pour laquelle je n’ai plus qu’à acheter la suite ❤

 

Les contes de Verania, T1 Le Cœur de Foudre – TJ Klune

Titre : Le Cœur de Foudre

V.O. : The Lighting-Struck Heart

Série : Les contes de Verania

Auteur : TJ Klune

Traducteur : Alexia Vaz

Editeur : MxM Bookmark

Date de parution : 16 septembre 2019

 

  • Résumé (éditeur) :

Il était une fois, dans une ruelle des quartiers pauvres de la Ville de Lockes, un jeune homme plutôt solitaire, du nom de Sam Haversford. Quand celui-ci transforme – tout à fait accidentellement – un groupe d’adolescents débiles en pierre, il attire bien malgré lui l’attention d’une puissance supérieure qui l’arrache au seul monde qu’il connaît pour devenir l’apprenti du plus important sorcier du royaume, Morgan of Shadows. À l’âge de quatorze ans, il pénètre dans la forêt de Dark Woods d’où il revient avec Gary, la licorne gay sans corne et un semi-géant du nom de Tiggy, ce qui lui vaut le surnom de Sam of Wilds. À l’âge de quinze ans, il comprend ce qu’est vraiment l’amour quand un nouveau chevalier arrive au château. Sir Ryan Foxheart l’incarnation du plus beau rêve qu’on puisse imaginer. Mais tout tombe à l’eau quand, au fil des ans, Ryan s’éprends du répréhensible prince Justin, que Sam ne peut pas contrôler sa magie, qu’un dragon sexuellement agressif kidnappe le prince, que le roi les envoie à son secours, et que Sam tombe de plus en plus amoureux de la seule personne qu’il ne pourra jamais avoir. Enfin, ça c’est ce qu’il croit.

 

  • Avis :

Soyons clair, Verania n’est pas un roman qui plaira à tout le monde. Si vous cherchez un roman fantasy sérieux, passez votre chemin. Mais si vous voulez passer un moment totalement hors du temps, plein d’humour et avec des personnages adorablement attachants, vous êtes au bon roman.

Pour la petite histoire, j’ai commencé un extrait de ce roman en anglais avant de l’acheter en français et je riais déjà tellement en V.O. que je n’ai pas résisté longtemps à l’idée de ne rien manquer et de l’acheter en français. Avec un plus pour la couverture que je trouve très jolie. Du coup, lorsque j’ai eu besoin d’un roman pour me changer les idées, mon choix s’est très vite porté sur Verania (et puis c’est TJ).

Et j’ai passé des heures à éclater de rire absolument toute seule. Ce qui ne m’a pas empêcher de pleurer comme une madeleine à la fin. Parce que oui, c’est l’un des talents de TJ, il arrive à passer de dialogues complètement hilarants à des situations où les personnages vous serrent le cœur. Je me suis attachée à Sam, à sa volonté d’être un bon fils, un bon apprenti et un bon sujet, à sa volonté de faire de son mieux quelle que soit la situation et à sa timidité envers son énorme coup de cœur pour Ryan.

A ses côtés, il a deux meilleurs amis qui prennent autant soin de lui qu’il prend soin d’eux. Ce qui ne les empêchent pas de s’en mettre plein la gueule en taquineries. Ils sont prêts à sortir les dossiers à la moindre occasion mais également à cacher un corps et à donner un alibi si besoin.  De véritables amis en somme ! A noter que Gary est une licorne sans corne gay, qui chie des cookies et envoie des paillettes par le museau, rien que ça. Et que Tiggy est un demi-géant qui adore autant les câlins que de proposer d’écraser des ennemis.

Les envoyer en quête tous les trois provoquent évidemment des catastrophes et des aventures plus cocasses les unes que les autres. Ajoutez à cela un dragon qui essaie de sauter tout ce qui bouge, un prince relou et un chevalier en armure étincelante qui vit complètement dans le déni et vous avez là une histoire qui va vous faire passer par une myriade de situations loufoques.

Au milieu de tout cela, TJ nous présente une véritable intrigue autour de la magie, des possibilités de Sam et des responsabilités qu’incombent le fait d’avoir un grand pouvoir. Du devoir qu’on a envers ceux que l’on aime mais aussi du devoir que l’on a envers soi-même. Car il convient parfois de se protéger pour pouvoir avancer.

En terminant ce roman, je n’étais pas prête à quitter Verania pour reprendre une vie normale et je n’ai qu’une hâte : entamer le tome deux !

En bref un roman plein d’humour qui permet de passer un moment totalement loufoque et fantastique pour oublier le monde. Un vrai régal.

Comment se comporter comme une personne normale – TJ Klune

 

Titre : Comment se comporter comme une personne normale

V.O. : How to be a normal person

Auteur : TJ Klune

Traducteur : Alexia Vaz

Editeur : MxM Bookmark

Date de Parution : 21 mai 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Gustavo Tiberius n’est pas normal. Il en est conscient, tout comme le reste des habitants d’Abby, petite ville de l’Oregon. Il lit des encyclopédies chaque soir avant de dormir, a un furet de compagnie qu’il a baptisé Harry S. Truman, possède un vidéoclub où personne ne met les pieds, et ses plus proches amis sont Lottie, une dame dont les cheveux ressemblent à ceux d’une drag-queen, et un trio de vieilles motardes chevauchant de Vespa répondant au nom des « Nous, les trois Reines ». Gus n’est pas normal. Et ça lui va très bien. Tout ce qu’il demande, c’est qu’on le laisse tranquille Jusqu’au jour où entre dans sa vie Casey, un hipster asexuel défoncé et accessoirement le nouvel employé de chez Lottie’s Lattes. Pour une raison qu’il ne comprend pas, ce dernier pense que Gus est l’être le plus fabuleux sur Terre. Et il se pourrait bien que Gus commence à penser la même chose de Casey, même si celui-ci passe sa vie à poster des photos de sa nourriture sur Instagram. Mais Gus n’est pas normal et Casey mérite quelqu’un qui l’est. Voulant soudain être ce quelqu’un, Gus sort de sa zone de confort et formule un plan pour devenir la personne la plus normale au monde. Après tout, qu’est-ce qui pourrait bien clocher ?

 

  • Avis :

Bon, j’imagine que ce n’est pas un secret si je vous dis que je commence à me tourner vers TJ Klune lorsque j’ai besoin d’une lecture pour euh, extérioriser tiens, c’est bien extérioriser 😛 Bref, dernièrement j’avais besoin d’un roman pour lequel j’étais sûre qu’il allait m’emporter loin et me laisser pleurer et rire et donc, relâcher la pression accumulée. Il y a des livres que vous lisez pour vivre des aventures et déjouer des complots, pour frissonner et avoir peur ou tout au contraire pour avoir l’impression d’être dans un cocon de douceur. Et il y a des livres qui arrivent à vous dire que c’est normal d’être triste ou déphasé mais que rien de tout ça n’est définitif. Et que ce n’est pas grave de toute manière parce que vous avez des gens pour vous aider.

Vous voyez ?

Comment se comporter comme une personne normale m’a fait cet effet-là. Il m’a fait rire aux éclats pour des situations totalement loufoques qui, disons-le clairement, ne feront pas rire tout le monde. L’humour de ce texte est particulier, tout comme l’écriture finalement et je ne l’aurai peut-être pas autant apprécié si je n’étais pas tombée amoureuse des Bennett et si je ne m’étais donc pas accrochée au départ pour cette façon d’écrire (pour rappel, Le Chant du Loup). Mais je suis à présent totalement à l’aise avec la particularité de cette écriture et elle est même devenue l’assurance de passer un bon moment.

Ce roman, c’est donc l’histoire de Gus. La vie de Gus est réglée à la seconde près et il a besoin de cet emploi du temps, toujours le même, pour se sentir à l’aise. Pour Gus, une bonne journée et une journée passable, une journée qui s’est passée de la manière dont elle devait se dérouler. ll vit sa vie entre son travail dans un vidéoclub démodé qui est le legs de son père, son café du matin chez Lottie et la venue de Nous Les Trois Reines, trois vieilles dames carrément hautes en couleur rose. Jusqu’à l’arrivée de Casey, auteur hipster souvent défoncé.

Voilà donc le décor. Quant à l’histoire… Hé bien c’est une histoire de sentiments, de deuil, d’amitié et de découverte des méandres d’internet. C’est une histoire qui m’a fait ridiculement couiner des « c’est trop mignon ! » devant les événements. C’est un roman qui m’a fait tellement éclater de rire que j’ai partagé des pages et des pages de citations à plusieurs de mes amies (pardon les filles, j’vous aime ❤ ). C’est aussi des passages qui m’ont fait pleurer parce que c’est le propre des romans de TJ Klune, il vous présente des personnages auxquels on s’attache et qui vous serrent le cœur parce que la vie n’est jamais juste. Parce qu’interagir avec le monde, c’est toujours prendre le risque de souffrir. Mais c’est aussi ça vivre. C’est rire avec les gens qu’on aime et apprendre à les connaître et se faire à qui ils sont. Et les aimer pour ça.

Gus et les interactions sociales, ce n’est clairement pas ça et il a donc besoin d’internet pour savoir comment se comporter normalement. Nous avons déjà tous fait des recherches sur internet n’est-ce pas ? Nous sommes déjà tous tombés sur des sites étranges, effrayants ou qui se prennent au sérieux. Mais avons-nous déjà suivi leurs conseils ? Peut-être ? Gus dit souvent ce qu’il pense et croit qu’internet à la réponse à ses questions. Ce qui provoque évidemment des situations étonnantes et des dialogues tout aussi barrés.

Si vous voulez savoir qu’on ne doit pas dire à ses amis qu’on a des hobbies de taxidermiste, si vous voulez tout savoir sur les hipsters défoncés, sur les meilleurs câlins du monde, sur pourquoi Michael Bay est effrayant, sur les caniches prostitués et, enfin, si vous avez besoin de rire, vous ouvrirez le bon livre. Surtout si vous voulez découvrir la déclaration d’amour la plus jolie au monde.

Un point aussi sur le fait que le roman aborde avec intelligence l’asexualité. On parle beaucoup d’hétérosexualité, d’homosexualité et de bisexualité. Récemment, la notion de transgenre commence à être prise en compte. Mais il y a bien d’autres sexualités qui ne sont quasiment jamais abordées et que la plupart des gens ne connaissent pas. Malgré tout l’humour présent ici, le plus important reste ceci : vous ne devriez jamais avoir à être quelqu’un d’autre pour être accepté. Vous avez le droit d’être qui vous êtes et ce n’est pas un problème.

En bref, si vous aimez l’humour à l’ouest et que vous avez besoin d’un roman pour relâcher la pression, celui-ci est fait pour vous.

Romance – Arnaud Cathrine

Titre : Romance

Auteur : Arnaud Cathrine

Editeur : Robert Laffont

Collection R

Date de parution : 2 janvier 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :

C’est le mojito.
C’est un léger accident.
C’est parce qu’il n’a pas rencontré de fille.
C’est parce que je n’ai pas rencontré de garçon.
C’était juste pour essayer.
C’est pour avoir tout fait ensemble.
C’est pour tous les amis pareil.
C’est entre lui et moi.
C’est la première et la dernière fois.
C’est rien.
Ça va passer.

 

  • Avis :

Même si j’ai beaucoup entendu parler du roman A la place du cœur, c’est la première fois que je lisais un roman d’Arnaud Cathrine et j’espère que ce ne sera pas la dernière car j’ai beaucoup aimé sa plume. On est rapidement plongé dans l’histoire et celle-ci est fluide, faisant que les page se tournent très vite.

Ce roman, c’est l’histoire d’un premier amour, avec tout ce qu’il implique de bonheur, d’émotion, de doutes et de peur. Vince est un romantique dans l’âme, il a dix-sept ans et il rêve d’être amoureux. Il veut se lancer dans l’amour tête baissée, aimer à la folie et être aimé en retour. Et, lorsqu’il tombe amoureux, Vince l’est à fond. Il est également comme ça dans la vie finalement, il prend tout à bras le corps, ses émotions sont fortes et le dominent parfois et il ne fait rien à moitié.

Le roman pose aussi la question d’être gay dans un monde qui ne vous accepte pas toujours. Vince revendique un monde où l’amour serait considéré comme de l’amour, point. Un monde qui devrait couler de source qui est considéré comme « idéal ». Il pose également la question d’être soi-même dans ce monde-là et d’assumer d’être qui on est. Pourquoi devrait-il être courageux d’assumer ce qui est normal lorsqu’on est hétérosexuel et devrait l’être également lorsqu’on est homosexuel ?

Si ce roman est donc un roman sur le premier amour, c’est également un roman sur l’adolescence et tout ce qu’elle implique d’émotions contradictoires. Vince n’est clairement pas un personnage tout lisse et ses émotions rythme le texte comme elle rythme l’adolescence.

Ce ne sera pas une surprise si je vous dis que je suis mitigée sur la fin, tout simplement parce qu’il s’agit d’une fin ouverte. Elle est cependant parfaite avec l’histoire que nous découvrons dans le roman même si je n’aime pas laisser les personnages sur quelque chose de « pas terminé ». Mais Vince va continuer sa vie, il a dix-sept ans, de nombreuses possibilités s’ouvrent à lui et c’est très bien comme ça.

En bref un roman que j’aurai lu très vite, plein d’émotions et qui vous entraîne avec Vince sur les hauts et les bas d’un premier amour. Un roman qui m’aura donné envie d’en découvrir d’autres de l’auteur.

 

« Le monde doit être post-gay ![…] Un monde où les homosexuels pourraient se définir par autre chose que leur sexualité. […] Moi, ça me gave, euh, ça m’ennuie d’être différent, d’être un problème. Je ne suis pas un problème. Et vous non plus. Je ne suis pas que gay. »

« Me protéger ? Mais ça ne va pas du tout avec l’amour, Rokia ! Peut-être que ça t’arrange, toi, de te protéger (ce qui expliquerait, au passage, pourquoi tu n’es plus jamais tombée amoureuse depuis Yohann), mais moi, je te dis que c’est le contraire de l’amour. L’amour, c’est danger de mort. Ou rien. »

 

Mad Creek, T2 Comment marcher comme un Homme – Eli Easton

badge ZehrinaTitre : Comment marcher comme un Homme

Série : Mad Creek

Auteur : Eli Easton

Editeur : MxM Bookmark

Date de Parution : 15 mai 2019

comment-marcher-comme-un-homme

  • Résumé (éditeur) :

Le député Roman Charsguard a survécu à l’Afghanistan, où il a perdu son meilleur ami, son maître K-9, James. Roman était un chien militaire jusqu’à il y a deux ans, lorsqu’il a développé la capacité de se transformer en humain. Ce n’est pas facile d’apprendre à être un homme.
Il a trouvé un endroit où vivre à Mad Creek, un paradis pour le monde secret des Canithropes. Trouver une raison de vivre a été plus difficile. Enfin, jusqu’à ce qu’un homme pénètre dans le bureau du Sheriff et commence à créer des problèmes.
Matt Barclay est malchanceux. On lui a d’abord tiré dessus lors d’un raid contre la drogue, puis envoyé comme enquêteur de la DEA à Mad Creek, une petite ville située dans les montagnes californiennes. Le travail de Matt consiste à surveiller les fermes de drogue illégales, mais personne dans la ville ne le veut.
Et puis il y a Roman, l’ancienne baby-sitter de Matt. C’est le type le plus sexy que Matt ait jamais vu, même s’il est un peu bizarre. Si la ville ne le tue pas, la frustration sexuelle pourrait bien le faire.
La ville compte sur Roman pour empêcher Matt d’en apprendre sur les Canithrope, Matt compte sur Roman pour être son partenaire de travail et lui dire la vérité, et Roman essayant de naviguer entre l’amour, le sexe et de nombreuses émotions humaines désordonnées.
Qui à dit que c’était si compliqué de marcher comme un homme?

  • L’avis de Zehrina

Aaaah Mad Creek, comment vous en parler ? Si vous ne connaissez pas encore cette série, je vous invite à lire la chronique de Rinne sur le T1 pour découvrir cette sympathique ville et ses habitants particuliers, mi-hommes mi-chiens !
Dans ce second opus, on s’intéresse tout particulièrement à Roman (que l’on avait croisé dans le premier tome), qui fut longuement un berger allemand militaire. Au décès de son maître, il devient un éveillé et se transforme en homme. Dans ce livre, on en apprend beaucoup sur lui et sur son passé, ce qui est très touchant car on peut très facilement imaginer les émotions dépeintes par Roman-chien. Mais c’est également dans ce volume que Matt Barclay fait irruption à Mad Creek, et son arrivée n’est pas sans conséquence dans la vie de la bourgade mais surtout celle de Roman. Les deux hommes sont amenés à collaborer, et si c’est pour surveiller les trafiquants de drogue que Matt est présent, il flaire une autre affaire beaucoup plus étrange aux yeux des simples humains que nous sommes…

Avec la venue de Matt, Roman est forcé de se comporter comme un homme « normal » en sa présence, ce qui lui réserve son lot de difficultés… Et cela va l’amener à en découvrir bien plus sur le fait d’être humain, et tous les (dés)agréments que cela peut comporter ! Ça amène des dialogues hilarants entre lui, Lance et Tim notamment. Et du côté de Matt, les attitudes presque canines des habitants ne peuvent que l’interloquer … De n’importe quel point de vue des personnages, on assiste à des scènes drôles, on ne peut s’empêcher de sourire (ou de franchement rigoler d’ailleurs) en lisant ce roman. Pour ne rien gâcher, les personnages sont attachants et tellement mignons entre eux !

J’avais adoré le premier tome de Mad Creek, et je pense que celui-ci me fait aimer encore plus cet univers. Ce roman est une vraie « lecture-doudou », toute douce et idéale dans les moments de coups de mou au moral ! Je lirais la suite de la série sans aucune hésitation 😉