Les contes de Verania, T1 Le Cœur de Foudre – TJ Klune

Titre : Le Cœur de Foudre

V.O. : The Lighting-Struck Heart

Série : Les contes de Verania

Auteur : TJ Klune

Traducteur : Alexia Vaz

Editeur : MxM Bookmark

Date de parution : 16 septembre 2019

 

  • Résumé (éditeur) :

Il était une fois, dans une ruelle des quartiers pauvres de la Ville de Lockes, un jeune homme plutôt solitaire, du nom de Sam Haversford. Quand celui-ci transforme – tout à fait accidentellement – un groupe d’adolescents débiles en pierre, il attire bien malgré lui l’attention d’une puissance supérieure qui l’arrache au seul monde qu’il connaît pour devenir l’apprenti du plus important sorcier du royaume, Morgan of Shadows. À l’âge de quatorze ans, il pénètre dans la forêt de Dark Woods d’où il revient avec Gary, la licorne gay sans corne et un semi-géant du nom de Tiggy, ce qui lui vaut le surnom de Sam of Wilds. À l’âge de quinze ans, il comprend ce qu’est vraiment l’amour quand un nouveau chevalier arrive au château. Sir Ryan Foxheart l’incarnation du plus beau rêve qu’on puisse imaginer. Mais tout tombe à l’eau quand, au fil des ans, Ryan s’éprends du répréhensible prince Justin, que Sam ne peut pas contrôler sa magie, qu’un dragon sexuellement agressif kidnappe le prince, que le roi les envoie à son secours, et que Sam tombe de plus en plus amoureux de la seule personne qu’il ne pourra jamais avoir. Enfin, ça c’est ce qu’il croit.

 

  • Avis :

Soyons clair, Verania n’est pas un roman qui plaira à tout le monde. Si vous cherchez un roman fantasy sérieux, passez votre chemin. Mais si vous voulez passer un moment totalement hors du temps, plein d’humour et avec des personnages adorablement attachants, vous êtes au bon roman.

Pour la petite histoire, j’ai commencé un extrait de ce roman en anglais avant de l’acheter en français et je riais déjà tellement en V.O. que je n’ai pas résisté longtemps à l’idée de ne rien manquer et de l’acheter en français. Avec un plus pour la couverture que je trouve très jolie. Du coup, lorsque j’ai eu besoin d’un roman pour me changer les idées, mon choix s’est très vite porté sur Verania (et puis c’est TJ).

Et j’ai passé des heures à éclater de rire absolument toute seule. Ce qui ne m’a pas empêcher de pleurer comme une madeleine à la fin. Parce que oui, c’est l’un des talents de TJ, il arrive à passer de dialogues complètement hilarants à des situations où les personnages vous serrent le cœur. Je me suis attachée à Sam, à sa volonté d’être un bon fils, un bon apprenti et un bon sujet, à sa volonté de faire de son mieux quelle que soit la situation et à sa timidité envers son énorme coup de cœur pour Ryan.

A ses côtés, il a deux meilleurs amis qui prennent autant soin de lui qu’il prend soin d’eux. Ce qui ne les empêchent pas de s’en mettre plein la gueule en taquineries. Ils sont prêts à sortir les dossiers à la moindre occasion mais également à cacher un corps et à donner un alibi si besoin.  De véritables amis en somme ! A noter que Gary est une licorne sans corne gay, qui chie des cookies et envoie des paillettes par le museau, rien que ça. Et que Tiggy est un demi-géant qui adore autant les câlins que de proposer d’écraser des ennemis.

Les envoyer en quête tous les trois provoquent évidemment des catastrophes et des aventures plus cocasses les unes que les autres. Ajoutez à cela un dragon qui essaie de sauter tout ce qui bouge, un prince relou et un chevalier en armure étincelante qui vit complètement dans le déni et vous avez là une histoire qui va vous faire passer par une myriade de situations loufoques.

Au milieu de tout cela, TJ nous présente une véritable intrigue autour de la magie, des possibilités de Sam et des responsabilités qu’incombent le fait d’avoir un grand pouvoir. Du devoir qu’on a envers ceux que l’on aime mais aussi du devoir que l’on a envers soi-même. Car il convient parfois de se protéger pour pouvoir avancer.

En terminant ce roman, je n’étais pas prête à quitter Verania pour reprendre une vie normale et je n’ai qu’une hâte : entamer le tome deux !

En bref un roman plein d’humour qui permet de passer un moment totalement loufoque et fantastique pour oublier le monde. Un vrai régal.

La fille des deux mondes, T2 Deux pieds sous terre – C. C. Hunter

 

Titre : Deux pieds sous terre

V.O. : Two Feet Under

Série : La fille des deux mondes

V.O. : The Mortician’s Daughter

Auteur : C. C. Hunter

Traducteur : Laurence Boischot

Editeur : Michel Lafon

Date de parution : 25 avril 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Je m’appelle Riley Smith, j’ai dix-sept ans, et je vais mourir.
Un comble pour une adolescente qui communique avec les morts. D’autant plus qu’elle les aide à accomplir leurs dernières volontés pour accéder à l’au-delà.
Mais la jeune fille n’aurait jamais imaginé devoir aider le fantôme d’un criminel… Alors qu’elle plonge dans les bas-fonds de la ville, les morts comme les vivants se font de plus en plus dangereux. Seul Hayden, son confident, le mystérieux esprit coincé entre la vie et la mort, peut venir à son secours… s’il la pardonne d’avoir découvert son secret.

 

  • Avis :

Après avoir dévoré le premier tome (dont la chronique est juste là), j’étais impatiente de retrouver Riley pour suivre la suite de ses aventures. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la jeune fille a des journées bien remplies et qu’elle ne risque clairement pas de s’ennuyer !

Nous retrouvons donc Riley où nous l’avons quitté : avec le fantôme d’un prisonnier sur les bras, ayant un gros crush pour un autre fantôme et se débattant pour que son père admette qu’il est alcoolique. Tout ça sans que sa meilleure amie ne découvre qu’elle parle avec des morts et que le beau gosse du lycée ne se rende compte qu’en vérité, ce n’est pas pour lui qu’elle craque mais pour son meilleur pote dans le coma. Moi qui pensait que ma vie était parfois compliquée… je n’ai pas très envie d’essayer celle de Riley !

Cette fois encore, nous faisons la connaissance de plusieurs personnages mais l’intrigue tourne essentiellement autour du fantôme du prisonnier qui amène Riley de plus en plus loin dans le danger. C’est l’un des points qui me plait beaucoup dans cette série : pour aider les fantômes, Riley doit faire preuve d’autant que courage que d’ingéniosité. Et si elle est souvent téméraire et se met en danger, elle le fait souvent pour de bonnes raisons et celles-ci sont explicitées à chaque fois. Ce n’est pas une adolescente qui se lance tête baissée sans réfléchir aux conséquences mais une jeune fille qui a le cœur sur la main et qui fait passer les autres avant elle.

Le seul point qui m’a fait tiquer finalement, c’est l’image parentale qui se dégage de la série : la plupart des parents sont clairement déficients, qu’il s’agisse du père de Riley, du beau-père de Carter, de la mère de Kelsey… Heureusement que ceux de Jacob relèvent le niveau ! Néanmoins la famille a une place très importante dans la série et la plupart des fantômes ont quelque chose à demander en rapport avec les gens qu’ils laissent derrière eux. De la même manière que Riley et Kelsey font tout pour leur seul parent respectif. L’amour est quelque chose de compliqué et c’est une émotion qui ressort bien à travers le roman. On peut parfois détester quelqu’un qu’on aime profondément et l’un n’empêche pas l’autre.

Comme pour le premier tome, il se passe beaucoup de choses dans ce second opus et le fil rouge de l’intrigue se dévoile doucement. On en apprend un peu plus sur la mère de Riley, assez pour être curieux d’en savoir encore plus  ! Et on voit bien que la jeune fille commence à sentir le poids qui pèse lourd sur ses épaules. Au fil du roman, Riley devient de plus en plus fatiguée et on sent qu’elle a besoin de soutien. Mais comment en avoir quand on doit cacher la moitié de qui on est ? Et que les jours qui se suivent apportent de nombreuses questions mais assez peu de réponses…

Et cette fin… Qui donne envie d’avoir le troisième tome sous la main !

En bref un second tome qui tient toutes ses promesses et qui oscille entre action et sentiments. Une belle réussite !

Le Passeur d’ombres, T1 Amour fatal – Claire McFall

 

Titre : Amour Fatal

Série : Le Passeur d’ombres

V.O. : Ferryman

Auteur : Claire McFall

Editeur : Michel Lafon

Date de Parution : 14 Mars 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Dylan est saine et sauve. Elle a échappé de justesse à un terrible accident. Du moins, c’est ce qu’elle croit. Car le paysage désolé qui l’entoure n’a plus rien de l’Écosse. C’est une plaine dévastée hantée par des esprits. Et le garçon qui l’y attend n’a rien d’ordinaire. Il s’agit de Tristan, le Passeur chargé de l’amener dans l’au-delà. Mais cette fois, tout est différent. Car cette fois, Tristan brise le plus sacré des interdits. Il tombe amoureux. Et cette transgression pourrait bien lui coûter son âme… ou celle de Dylan.

 

  • Avis :

Je suis toujours curieuse des histoires de Passeurs entre les Mondes. A vrai dire, l’idée d’une vie après la mort m’importe peu (personne n’est revenu pour en parler de toute manière) mais, si jamais cette vie existe réellement, la manière d’y arriver et les personnes censées guider m’intriguent beaucoup plus ! Le Passeur d’ombres avait donc une intrigue faite pour me plaire.

Le début nous plante le décor dans lequel vit Dylan et j’ai beaucoup aimé le personnage. Cette jeune fille dont les rapports sont tendues avec sa mère (coucou l’adolescence !) et qui rêve de rencontrer son père. Qui ronchonne pour un rien et qui saute sur son téléphone dès qu’elle a quelque chose à dire à sa meilleure amie. Dylan est une héroïne choupinette qui va beaucoup grandir au fil des pages, passant peu à peu de l’adolescence au monde adulte alors qu’elle doit passer du monde des vivants à celui des morts.

Quant à Tristan, il est un passeur incongru du fait de son jeune âge apparent. Il suit des règles édictées par il ne sait qui et depuis il ne sait quand. Mais les règles sont là alors il fait ce pour quoi il est fait. Sa vie est un éternelle recommencement. Tristan est un message à lui tout seul sur le fait de vivre l’instant présent et de la passivité avec laquelle on peut tous le faire. Un jour après l’autre, comme le précédent.

Au niveau de l’intrigue, nous suivons donc Dylan et Tristan qui essaient de traverser le monde permettant à Dylan d’atteindre l’au-delà. J’ai trouvé les explications concernant ce monde bien menées et j’ai apprécié ma traversé, les relations passeurs-âmes et le pourquoi de la friche. Les spectres amènent un peu d’action dans ce roman qui, finalement, est plutôt passif puisqu’il se contrôle surtout sur les émotions des deux personnages principaux. Le fait d’avancer prend toute la place et, si les deux « adolescents » rencontrent des difficultés, j’ai malgré tout eu l’impression de rester en dehors de l’intrigue. Il n’y a pas vraiment de coups de théâtre et, même si j’ai apprécié ma lecture, je n’en suis pas ressortie avec des étoiles dans les yeux.

D’ailleurs, moi qui n’aime pas les fins ouvertes, je me dis que je pourrais m’arrêter avec ce premier tome sans problème car la dernière page me suffit comme point final.

En bref un roman sympathique, qui met au cœur du récit le fait de devoir évoluer et la difficulté de devoir toujours avancer.

 

Kate Daniels, T3 Attaque Magique – Ilona Andrews

 

Titre : Attaque Magique

V.O. : Magic Strikes

Série : Kate Daniels

Auteur : Ilona Andrews

Traducteur : Sara Doke

Editeur : Milady

Date de parution : 2011

Republiée par MxM Bookmark en 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

La magie frappe et Atlanta menace de s’écrouler : c’est un boulot pour Kate Daniels.
Engagée par l’Ordre des Chevaliers de l’Aide Miséricordieuse, Kate a tant de problèmes paranormaux à régler ces derniers temps qu’elle ne sait plus où donner de la tête.
Pourtant, lorsque Derek, son ami loup-garou, est retrouvé presque mort, elle est confrontée à son défi le plus crucial : trouver l’auteur du crime et déjouer un sombre complot qui implique la communauté des Changeformes… Voilà qui n’arrange pas son planning !

 

  • Avis :

Derek étant l’un de mes petits chouchous, ce tome-ci est donc l’un des plus fort pour moi. D’autant plus en raison de son intrigue qui devient de plus en plus sombre. Kate se découvre peu à peu et renforce ses liens envers les gens qui l’entourent. De la mercenaire forte et seule, elle devient le noyau d’un groupe qui compte sur elle et qui l’apprécie. On savait déjà qu’elle était loyale et fidèle en amitié mais en la voit ici s’en rendre compte et comprendre les faiblesses que le fait de s’attacher lui apporte. En définitive, je trouve Kate très touchante dans ce tome-ci.

On découvre aussi de nouvelles personnalités de la meute et j’ai adoré Dali ! Le jeu du chat et de la souris de Curran est toujours un régal à suivre et pouvoir comprendre doucement les mécanismes et les rouages de la meute est fascinant… Encore une fois, j’ai été totalement entraîné dans le roman, alors même que je l’avais déjà lu il y a quelques années. Je n’ai pourtant pas réussi à le lâcher et j’ai redécouvert l’intrigue avec bonheur.

Celle-ci est menée tambour battant, avec son lot de morts et de sang et, comme toujours, les batailles sont aussi gores qu’intenses. La nouvelle mythologie que nous découvrons dans cet opus s’encre une nouvelle fois dans le réel par certains points qui permettent de la rendre rapidement compréhensible. Les liens entre Kate et Roland sont de plus en plus ténus et on sent que l’histoire va prendre une nouvelle tournure, plus dure mais aussi plus douce au vu des liens qui se créent.

En bref un troisième tome qui tient toutes ses promesses et ne donne qu’une envie : lire le suivant.

 

 Item Poursuiveur : une saga entière d’au moins 4 tomes – 90pts (3/5)

Les Els – H. Roy

Titre : Les Els

Auteur : H. Roy

Editeur : J’ai Lu

Date de Parution : 11 Janvier 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

 

« Je cours. Plus vite que jamais. Mes pulsations cardiaques sont des percussions frénétiques qui rythment ma cavalcade. L’air me brûle les narines, m’enflamme la gorge. J’ai froid, j’ai peur, j’ignore où je vais. Fuir, c’est tout ce qui m’importe. »
Connor a 18 ans, elle vit avec son père à Eden Lake, une petite ville des Adirondacks et, en dehors du fait que son meilleur ami a subitement pris ses distances, elle mène une existence plutôt tranquille.
Le jour où sa tante débarque, les choses se compliquent. Car les cauchemars qui assaillent Connor depuis quelque temps pourraient bien devenir réalité…

 

  • Avis :

Le Festival du Roman Féminin approchant, j’ai décidé de sortir de ma PAL les romans dont les auteurs seraient présents et, Les Els faisant beaucoup parler de lui, la curiosité m’a poussé à le sortir en premier.

Chose que je ne regrette pas puisque je l’a dévoré en deux jours 😛

Si le roman reprend les constantes du genre (l’adolescente qui apprend une nouvelle qui va changer sa vie, le beau gosse un peu taciturne qui va l’aider, …), il les traite intelligemment et sans ennuie. J’ai beaucoup aimé Connor, son humour et ses réactions. Si elle est effrayée – qui ne le serait pas – elle est aussi éprise de vengeance et ses émotions m’ont semblé aussi logiques que réelles. On ne lève pas les yeux au ciel en la regardant avancer mais, au contraire, on s’attache à elle et on la comprend.

Le côté Els est bien amené et l’intrigue permet une mise en place toute en douceur des personnages comme des circonstances qui les ont amené là où ils sont. Toutes les bases sont installées dans ce roman pour que nous n’ayons qu’à nous laisser porter lors du second opus et que l’histoire puisse se développer et s’accélérer comme elle le fait déjà à la fin de ce premier tome.

Rédigés dans une écriture fluide qui m’a totalement happée, les pages se tournent à toute vitesse et un chapitre remplace l’autre sans même que le lecteur ne s’en rende compte. Si l’histoire est vraiment chouette, c’est l’écriture qui m’a le plus séduite dans ce roman et j’ai aimé le choix des mots comme la musicalité qui se dégageait du texte.

Au niveau des beaux gosses, j’ai totalement adoré Evann et j’ai apprécié que le passé du personnage soit vraiment fouillé. Tour à tour mignon ou renfermé, il apporte à Connor un lien avec l’extérieur et ses dangers de la manière la plus concrète possible. Et, puisqu’il faut dire un mot sur M… « Bébé » ? Sérieusement ?

Si M m’a donc plutôt agacé, Juliette a su me toucher, de par sa gentillesse et sa bonne humeur. Elle fait partie des piliers de Connor qui ne s’imposent pas mais démontre une vraie capacité à être présents sans trop en faire.

Quant à la fin… Je n’ai pas pu lâcher le roman jusqu’à la dernière page tellement tout s’enchaîne et accroche le lecteur à vouloir savoir. Une belle réussite que ce premier opus !

En bref, un bon premier tome de mise en place qui présente une intrigue entraînante et des personnages attachants servit par une écriture très agréable.

 

Entre dans

Reliques de la mort : un livre avec un triangle amoureux dans l’histoire – 15 points

dans

28 / 50

et dans Le Printemps de l’Imaginaire Francophone

2ème lecture

Vamp in Love – Kimberley Raye

 

Titre : Vamp in Love

V.O. : Dead-End Dating

Auteur : Kimberley Raye

Traducteur : Christine Barbaste

Editeur : Fleuve Noir

Date de Parution : 11 Juin 2009

 

 

 

 

  • Résumé :

Je me présente : comtesse Lilliana Arabella Guinevere du Marchette mais appeler-moi Lil. Je suis une vampirette de 500 ans addict aux cosmétiques et dont la garde-robe est garnie pour
… l’éternité. Mon genres d’hommes ? Plutôt Brad Pitt que Marylin Manson. Le noir ? Très peu pour moi merci. Question alimentation, je ne suis pas du genre à rôder dans les rues pour mordre mes victimes (sauf s’il sagitde beaux garçons consentants), je préfère boire du sang dans un verre à cocktail. Dernier détail : je suis une incorrigible romantique ! D’où l’idée de lancer une agence de rencontre ; bon moyen de joindre l’utile (combler un gouffre financier d’acheteuse compulsive) à l’agréable (permettre à des humains,vampires et gourous esseulés de trouver l’âme soeur), et surtout d’échapper l’entreprise familiale.
Ainsi naît Vamp’n’Love. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, une vampire-chasseur-de-primes sur les traces d’un tueur en série s’est présenté à l’agence. Son allure, son odeur… terriblement sexy ! Seulement c’est un  »mordu » et non un vampire de naissance. Impossible dans ces conditions d’envisager quoi que soit. Mais bon, il arrive parfois qu’on se laisse emporter par ses bas instincts..

 

  • Avis :

(lu en Novembre 2015)

A la recherche d’un roman sympa et sans prise de tête, je me suis tournée vers Vamp’n’love.

Nous faisons donc ici la connaissance de Liliana (Lil pour les intimes) qui ne veut désespérément pas travailler dans l’entreprise de son père (où les employés sont habillés en vert pomme des pieds à la tête, ce qui est pour elle une immonde faute de goût et justifie totalement sa non-adhésion à entrer dans l’entreprise familiale). Vampire atypique, Lil croit au grand amour et au fait que chacun doit avoir la chance d’être heureux avec une personne faite pour lui. C’est ce but qu’elle crée Vamp’N’Love.

Seulement, entre les vampires, les humains et les autres créatures, il est difficile de trouver la perle rare pour tout le monde. Notamment au départ où les clients sont peu nombreux et où les factures s’accumulent rapidement.

On découvre d’ailleurs la différence entre les vampires de naissance et les mordus, ces derniers étant bien mal considérés par les premiers. Et jamais Lil ne s’est réellement intéressé à un mordu. Pas pour elle-même en tout cas. Jusqu’à sa rencontre avec Ty Bonner, le très sexy Ty Bonner (oui, la précision était nécessaire). Il faut pourtant savoir que ce dernier ne vient pas pour lui compter fleurette mais pour enquêter sur des enlèvements de femmes ayant typiquement le profil des clients de Lil.

Et donc, entre les débuts de Vamp’n’love et les efforts de Lil pour caser tout un chacun, l’intrigue nous propose une enquête visant à retrouver un meurtrier en série. Une bonne enquête d’ailleurs puisque sa conclusion m’a réellement surprise !

Si l’enquête est intéressante, la vie de Lil ne l’est pas moins et j’ai beaucoup ri à la voir essayer de se défaire des prétendants qu’essaie de lui imposer sa mère. Notamment des conversations assez surréalistes sur le quotient orgasmique ou la pourcentage de procréation (qui suffit à faire de vous un bon parti ou non chez les vampires de naissance. Oui, ça fait rêver. Ou pas.) On retrouve ici un état d’esprit complètement arriéré sur le fait que les hommes peuvent papillonner mais que les femmes doivent procréer et on comprend bien l’envie de Lil d’échapper aux remarques désobligeantes de ses parents. Notamment lorsque ses frères (beaux à se damner eux aussi, hey ce sont des vampires !) ont tous les droits. Mais sont super sympas.

Au niveau des personnages justement, tous sont hauts en couleurs et, si on s’amuse de leurs petits travers, on s’attache à eux au fur et à mesure que l’histoire avance, nous les rendant plus familiers et, oui, plus humains.

Si le ton est assez léger et que les remarques de Lil prêtent souvent à sourire, l’histoire n’en reste pas moins sérieuse avec une intrigue de tueur en série enlevant des femmes esseulées. En bref un roman drôle mais pas que, des conversations et des quiproquos amusants et des vampires sexy à chaque coin de chapitre = un bon moment à passer !

Tout ça me rend donc très curieuse de me lancer dans le tome 2 ! Ce que je ferai certainement bientôt pour pouvoir suivre les aventures de Lil’ (et de Ty, cela va sans dire 😛 )

Les Larmes Rouges, T1 Réminiscences – Georgia Caldera

Titre : Réminiscences

Série : Les Larmes Rouges

Auteur : Georgia Caldera

Editeur : Les éditions du Chat Noir

Date de Parution : Février 2015

(pour cette édition collector)

 

 

 

Livre lu en lecture commune avec Férilou de Read and Escape, Michou de In My BookWorld, et Louve de Les Victimes de Louve ~

 

  • Résumé :

Cornélia ne supporte plus sa vie. Sa mère et sa meilleure amie sont mortes et son père est plus intéressé par sa carrière que par sa fille. Elle se sent seule au monde et ce n’est pas la voix dans sa tête qui l’aide à remonter la pente, bien au contraire. Mais lorsque sa tentative de suicide échoue, elle se retrouve plongée dans un monde bien différent et comprend soudainement que la vie peut être toute autre chose que ce qu’elle en pensait.

 

  • Avis :

Pour cette fois, ma chronique va se diviser en deux temps. Tout d’abord le livre comme objet puis le roman en tant qu’histoire.

Comme vous pouvez le constater ici, j’aime les beaux livres ❤ Aussi, pour celui-ci, c’est autant l’objet en lui-même que le résumé qui m’avait fait craquer. A savoir qu’il a été promu avec une vidéo très bien faite et une très bonne publicité.

J’ai donc succombé pour cette version :

Au niveau de l’objet livre donc, rien à dire : il est sublime !

 

Puisque j’avais beaucoup aimé Victorian Fantasy de la même auteure, je partais donc avec un très bon a priori sur Les Larmes Rouges (sinon, je n’aurais pas évidemment acheté cette version-ci du livre xD). Mais j’ai été très étonnée de ne pas accrocher aux premiers chapitres. Le tout premier m’a pourtant intrigué mais les suivants ont fait que j’ai été de plus en plus longue à reprendre le livre à chaque fois que je devais le lâcher pour telle ou telle raison. J’ai persévéré malgré tout, me disant que c’était peut-être la mise en place et finalement… je l’ai abandonné un peu avant la moitié du récit.

Si au début du roman, je m’étais quelque peu attachée à Cornélia, de par sa tristesse et sa solitude, ses réactions suivantes tout au long du roman m’ont plutôt agacée. Elle ne réfléchit absolument pas. Mais ce qui pourrait être mignon dans un tout autre contexte frôle parfois là à mon avis la stupidité. Et ce passage-là m’a convaincu que non, décidément, Cornélia et moi, ce n’était pas ça.

 

ATTENTION SPOILER :

Cornélia se rend compte qu’elle a des scarifications dans le haut du dos qui saignent abondamment et n’était pas là quelques heures plus tôt. Elle décide donc de prendre son vélo en pleine nuit pour traverser un bois, portant uniquement des sous-vêtements et un tee-shirt pour se rendre chez un gars qu’elle n’a vu qu’une seule fois et qui, au dire des voisins, est un assassin.

Alors certes, elle a des pulsions suicidaires mais… là, elle est censée vouloir vivre xD

FIN DU SPOILER

 

Je n’ai rien à redire quant aux autres personnages. Le père de Cornélia est assez peu présent finalement dans les pages que j’ai lu et j’ai beaucoup aimé Maurice. Pour Henry… Je l’ai trouvé intriguant mais même la fameuse « révélation » à son égard ne m’a pas poussé à m’intéresser plus que cela à leur histoire. Trop entrecoupée de descriptions très longues sur chaque lieu ou des remarques agaçantes de Cornélia.

Pourtant l’intrigue était sympathique et j’aurai vraiment pu accrocher à tout ce côté fantastique qui promettait de beaux moments inquiétants et des révélations étranges. Mais non… Je suis restée hermétique à tous les instants censés donner envie de se poser des questions sur le pourquoi du comment et mon agacement à l’égard de Cornélia n’a fait que grandir au fil des pages.

Une lecture qui n’était apparemment pas pour moi finalement…