Monsieur Fée – Morgane de Cadier & Florian Pigé

 

Titre : Monsieur Fée

Auteur & illustrateur : Morgane de Cadier & Florian Pigé

Editeur : Balivernes

Date de Parution : Juillet 2018

 

 

  • Résumé(éditeur) :

Toutes les fées vivent dans la forêt.

Chacune a un don et toutes sont différentes : il y a la Fée du Matin, la Fée des Bisous, la Fée du Courage…

Et puis, il y a Monsieur Fée.

 

  • Avis:

Monsieur Fée c’est un livre tout doux qui présente une forêt où les fées ont chacune une particularité bien distincte. La Fée des Sourires fait sourire, la Fée des Bobos panse les plaies, la Fée du Matin réveille tout le monde avec bonne humeur, la Fée des Bisous provoque les émois amoureux… Chacune de ses petites fées a une place bien précise dans la vie de tous les animaux de la forêt.

Et puis il y a Monsieur Fée. Qui ne fait rien comme tout le monde et qui provoque des catastrophes dès qu’il essaie de faire quelque chose. Si ses tentatives font rire toute la forêt, Monsieur Fée lui se sent bien malheureux et bien inutile.

Qui n’a jamais ressentit ce que ressent Monsieur Fée ? Honteux il décide d’aller voir ailleurs et arrive dans la ville où tout est gris. Tout le monde a l’air pareil, tout le monde fait la même chose et tous ces gens ont l’air bien tristes.

Au fil des pages, on assiste à une nouvelle compréhension du monde par Monsieur Fée, qui se rend peu à peu compte de tout ce qu’il peut lui aussi apporter. Il n’est pas comme tout le monde et c’est tant mieux car ce sont bien ses différences qui rendent plus beau le monde de la forêt ! Et, en revenant chez lui, Monsieur Fée est accueilli à bras ouverts, tant il a manqué à toutes les autres Fées et aux animaux. Car ses particularités font de lui ce qu’il est : une Fée irremplaçable.

En bref un livre qui met en avant l’importance des différences pour créer un monde plus beau. Un album à lire et à faire lire aux enfants (et aux grands !)  pour qu’ils comprennent que chacun apporte quelque chose aux autres.

 

Publicités

Le Grand Saut T3 – Florence Hinckel

 

Titre : Le Grand Saut

Auteur : Florence Hinckel

Editeur : Nathan

Date de parution : 24 Mai 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Paris ! Iris, Marion, Rébecca et Sam ont réalisé leur rêve : vivre en colocation à Paris, pour leur première année d’études… mais un rêve imparfait car sans Alex, à cause de son handicap, et sans Paul, qui a disparu durant l’été. Iris tente une percée dans le monde littéraire parisien, Rébecca dans celui de la comédie. Sam se fait des amis engagés en fac de droit, pour impressionner Charlotte, qu’il a peur de voir s’éloigner. En maths sup, Marion vit un bizutage éprouvant, mais trouve en Lena, sa voisine, un soutien inattendu. A Marseille, Alex préfère écrire des chansons à sa fac de math. Quant à Paul, il s’est lancé dans un centre de recrutement très particulier…

 

  • Avis :

Après avoir dévoré les deux premiers, j’ai pourtant attendu quelques mois après la parution pour découvrir ce nouvel opus. Parce qu’il est toujours délicat de dire au revoir à des personnages avec qui on a adoré faire un petit bout de chemin… même si leur chemin continuera bien après la dernière page refermée.

Nous retrouvons donc Iris, Sam, Rebecca et Marion dans la capitale, tous les quatre prêt pour une nouvelle vie en colocation, motivés pour réaliser leurs rêves. Mais entre les rêves et la réalité, il y a souvent un mur que l’on se prend de plein fouet et le roman réussit à bien retranscrire les difficultés de la vie quotidienne. A travers chacun des personnages et par leurs caractères différents, il est facile de se retrouver dans l’un d’entre eux, voir un peu dans chacun d’eux. De la même façon avec Alex et Paul, le premier essayant d’appréhender le nouveau monde qui est le sien depuis son accident et le second déterminé à trouver sa voie.

A travers ses six personnalités bien distinctes mais liées par l’amitié qu’ils ressentent les uns pour les autres, l’auteur aborde une myriade de sujets diverses. La conscience politique, l’horreur du bizutage, le monde complexe et difficile à atteindre des arts, les pistons, la dureté mais aussi la solidarité de la Légion Étrangère, la non-accessibilité des lieux aux personnes en situation de handicap… et surtout l’importance de l’amitié lorsqu’on se sent au fond du trou. Notamment le fait que l’amitié, ce n’est pas se soutenir en toutes circonstances et être toujours d’accord, mais c’est aussi des accrochages pour un rien et des moments de fatigue où la simple présence de l’autre est un baume. C’est aussi accepter les défauts des autres et s’amuser ou s’attendrir de leurs envolées lyriques ou au contraire, essayer de les ramener sur terre.

Ce roman-ci nous démontre une fois encore à quel point le bonheur est complexe à trouver mais comme tout est plus facile lorsque nous laissons de côté nos doutes pour essayer d’aller de l’avant. Et surtout, que le bonheur est propre à chacun. Car aucun de ses six amis ne rêve de la même chose et n’a les mêmes moyens d’y parvenir. Ils ont grandit au fil des tomes et ils grandiront encore, découvrirons de nouveaux lieux et de nouvelles personnes. Ils seront déçus, heureux et en colère parfois. Mais tant qu’ils s’accrochent, prennent du plaisir et sont là les uns pour les autres… ils trouveront ce qu’ils cherchent.

C’est en tout cas ce que j’espère en refermant cette trilogie qui m’aura fait passer un très beau moment de vie en compagnie de ses six amis.

En bref si vous n’avez pas lu cette série : lisez-là !

Neville Londudat : Un livre où l’amitié tient une place importante (Botanique) : 20 pts

 

Le Dernier Magicien, T1 L’ars Arcana – Lisa Maxwell

 

Titre : L’ars Arcana

Série : Le Dernier Magicien

Auteur : Lisa Maxwell

Editeur : Casterman

Date de Parution : 19 Septembre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Arrêter le magicien.
Voler le Livre.
Sauver le futur.
De nos jours à New York, les magiciens vivent terrés dans Manhattan, piégés par le Brink, une barrière d’énergie sombre inventée par l’Ordre. S’ils la traversent, ils perdent leur pouvoir, et souvent leur vie.
C’est compter sans Esta, une magicienne ultra-douée qui récupère des artéfacts de l’Ordre en voyageant dans le temps. En effet, la jeune fille a le don de circuler à travers les époques. Et l’heure de sa grande mission est venue : elle doit se rendre en 1902 et empêcher un Magicien de se jeter du haut du pont de Brooklyn avec le Livre ancien contenant les secrets de l’Ordre. Esta saura-t-elle trahir le passé et ceux qu’elle aime pour sauver l’avenir ?

 

  • Avis :

Tout d’abord, je trouve la couverture super intrigante ! Et le livre est énorme, il faut donc accrocher pour arriver au bout. J’ai d’ailleurs eu un peu de mal au départ car l’histoire oscille d’une date à l’autre avec des personnages différents. Etant assez fatiguée, il m’a fallu un moment pour réussir à bien entrer dedans, ce qui est de toute manière beaucoup plus simple une fois qu’Esta commence sa mission.

L’histoire se base donc sur la ville de New York dans laquelle vivent des personnes possédant des « affinités » tels que lire dans les pensées, contrôler le feu ou, dans le cas d’Esta, voyager dans le temps. Vu comme des monstres, ces magiciens sont forcés de se cacher pour survivre et sont en outre piégés par une barrière d’énergie mise en place par l’Ordre.

J’ai beaucoup aimé la manière dont l’auteur présente l’Ordre et son côté sectaire, insistant sur la peur que ressentent les gens qui en pensent d’autres différents. Le roman montre une tolérance zéro de l’Ordre pour ceux qui possèdent des pouvoirs mais aussi des non-magiciens entre eux et même, des magiciens entre eux. Chacun essaie de grappiller un peu de pouvoir sur les autres pour se sauver lui-même ou devenir plus puissant. C’est un jeu de traître qui se déroule entre les pages, amenant de nombreuses questions et permettant un suspense très bien mené.

En démarrant de nos jours, le roman nous présente Esta et sa vie actuelle. L’éducation qu’elle a reçu du professeur Lachlan fait d’elle ce qu’elle est : une voleuse immensément douée mais dont l’impulsivité la met parfois dans des situations compliquées. Dès le départ, Esta apparaît comme un personnage loyal entre ses amis et motiver à tout faire pour réussir sa mission est leur donner une vie meilleure. J’ai beaucoup aimé ce personnage, sa répartie et son sens de la famille. Souvent tiraillée dans les choix qu’elle a à faire, Esta reste une jeune fille à laquelle il est très facile de s’attacher.

Au niveau des personnages d’ailleurs, je les ai tous trouvé parfaitement crédibles et réalistes et on oublie finalement vite leur nombre tellement on est prit dans l’histoire, d’autant plus que chacun apporte un petit plus à l’intrigue. Quant à cette dernière… Tout ce premier tome est un régal de lecture et on se prend vite à se poser tout un tas de questions sur l’Ars Arcana. Les révélations que l’on découvre au fil des chapitres amènent d’autres questions mais aussi une compréhension totale des actes de certains personnages.

En bref un premier tome prenant qui nous plonge directement dans une histoire pleine de suspense.

 

 

Stony Bay Beach, Tim & Alice – Huntley Fitzpatrick

Titre : Tim & Alice

Série : Stony Bay Beach

Auteur : Huntley Fitzpatrick

Editeur : Nathan

Date de Parution : 5 Juillet 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

17 ans, Tim a déjà traversé une sombre période d’alcoolisme et de drogue. Son père, un banquier glacial, lui a laissé six mois pour faire ses preuves. Grâce à son meilleur ami Jase, il s’installe dans le studio aménagé des Garrett – à la place d’Alice, la sœur de Jase. Alice est furieuse de devoir abandonner son indépendance à ce looser de Tim… alors que Tim, lui, craque immédiatement pour elle ! Mais son truc à elle, c’est de sortir avec des garçons fous d’elle et de les quitter dès qu’ils l’encombrent. A force de charme, Tim finit par la convaincre de lui accorder un rencard… et une place dans sa vie. Rien de très facile pour deux jeunes planqués derrière leur carapace. Et encore moins facile quand Tim découvre brusquement… qu’il a un fils.

 

  • Avis :

Un plaisir de retrouver la famille Garrett que j’avais tant aimé dans le premier opus !

Si Jase et Sam étaient des personnages assez doux et gentil, Alice et Tim ont déjà quelques erreurs derrière eux. Mais, si aux premiers abords, Alice passe pour une sans-cœur et Tim pour un jeune délinquant, on se rend vite compte qu’ils sont tous les deux bien plus profonds que cela.

Chacun à leur manière, Tim et Alice font ici face à des choix compliqués. Comment être père lorsque le votre vous a toujours traité comme un moins que rien et que l’on est persuadé qu’il a raison ? L’arrivée de Calvin dans la vie de Tim est un bouleversement qui le place en face de ses responsabilités. Si Tim a toujours pu jusque là se sortir de toutes les situations dans lesquelles il s’était fourré, il se retrouve soudainement avec un bébé dans les bras. Un bébé qui a besoin de lui pour tout et qu’il ne peut pas laisser de côté ne serait-ce qu’une minute. Parfaitement conscient que Calvin ne peut rien faire seul, Tim prend son rôle de papa très au sérieux et on le voit grandir au fil des pages, s’apercevoir qu’il est peut-être finalement la seule personne au monde qui se soucie véritablement de ce bébé et qui, par conséquent, peut lui apporter ce dont il a besoin.

Du côté d’Alice, cette dernière sait déjà tous les sacrifices qu’implique le fait de devoir s’occuper d’un enfant et elle aspire à s’émanciper un peu de sa grande famille. Mais entre l’accident de son père qui n’est donc pas présent à la maison, la grossesse de sa mère et les plus jeunes à gérer, Alice est débordée. J’ai beaucoup aimé ce personnage qui a une façade froide mais est pourtant bienveillante et prête à se sacrifier pour sa famille.

Entre Alice et Tim, il y a la volonté d’aller de l’avant et de s’entraider mais il y a aussi bien plus que cela. A travers leurs discussions, leurs prises de bec et leurs moments d’entraide, on découvre deux jeunes gens courageux qui ont appris à survivre à leur manière pour ne plus être blessés par les autres. Tim et ses problèmes d’alcool permette aussi de mettre le doigt sur la volonté qu’il faut posséder pour réussir à s’en sortir et sur la nécessité d’être bien entouré pour y arriver.

Deux personnages finalement pas si opposés qu’il est très facile d’aimer.

De nouveau une belle façon de rappeler qu’il ne faut pas s’arrêter aux apparences et que chacun a quelque chose à offrir si on lui laisse sa chance.

La Belle Etoile T2, L’étoile rebelle – Cathy Cassidy

Titre : L’étoile rebelle

Série : La Belle étoile

Auteur : Cathy Cassidy

Editeur : Nathan

Date de Parution : 7 Juin 2018

 

 

  • Résumé :
A 14 ans, Mouse vit dans un quartier pauvre où il aime taguer les murs la nuit. Alors qu’il se rend à un rendez-vous avec Dave, son assistant social, il rencontre la jolie Cat, rebelle et mystique, dont il ne peut s’empêcher de tomber amoureux. Ensemble, il recueillent un chien abandonné qu’ils prénomment Lucky. Mais lorsqu’ils comprennent que Lucky appartient à l’un des dealers du quartier, les ennuis arrivent, et avec eux, Mouse découvre que Cat dissimule un secret…
  • Avis :

Le premier tome m’ayant beaucoup plu, comme tous les romans de Cathy Cassidy finalement, j’étais impatiente de découvrir cette suite. Elle se situe sept ans après le premier tome et Mouse a donc bien grandit. Sa vie n’a pas été toute rose durant ces années et on le retrouve dans le bureau de son assistant social.

Au fil des pages, on découvre un bon gamin qui, s’il ne fait pas toujours les bons choix (qui peut se targuer de toujours y arriver ?) fait attention aux autres et prend soin de sa mère. Cette dernière est d’ailleurs un personnage très intéressant qui a prit note de ses erreurs et essaie d’être quelqu’un de bien tout en apprenant à son fils les valeurs nécessaires pour en faire un homme bien.

Même s’il a grandi, on retrouve dans l’adolescent le gamin qui s’émerveillait facilement et qui avait le cœur sur la main lorsqu’il était enfant. C’est toujours agréable de retrouver des personnages d’un tome sur l’autre, et j’ai beaucoup aimé le voir évoluer.

Concernant l’intrigue, elle aborde des sujets importants qui peuvent faire réfléchir les jeunes lecteurs tout en leur montrant les dangers de certaines fréquentations tout comme de certaines substances. De la même manière, le roman insiste sur la nécessité de s’appuyer sur ceux qu’on aime et de faire parfois des choix difficiles pour les protéger.

L’amitié qui se noue entre Mouse et Lucky est aussi ultra mignonne et rappelle aux lecteurs qu’un animal n’est pas un jouet et a besoin d’attention, d’amour, de nourriture et de soins.

En bref encore une fois une jolie histoire qui apportera à ses lecteurs des valeurs importantes à mettre en pratique.

 

47 / 50

Le chat Teaud’sable – Stéphanie Dunand-Pallaz et Sophie Turrel

 

Titre : Le chat Teaud’sable

Auteur : Stéphanie Dunand-Pallaz

Illustrateur : Sophie Turrel

Editeur : Balivernes

Date de Parution : Juin 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Il était une fois un chaton bâtisseur,
avec de grandes idées ; formidable rêveur,
il était plein d’envies, de projets enchanteurs.
On appelait chat Teaud’sable ce joyeux créateur.

 

  • L’avis d’Emmy (10 ans) :

ça parle d’un chat  qui veut réaliser un  grand château de sable le plus beau .

C’est un livre que j’ai aimé les dessin sont magnifiques, une belle histoire .

 

  • Avis :

Si j’avais déjà vu passer des ouvrages de la collection des Petits Chats, c’est la première fois que j’en lisais un et je dois dire que je suis totalement fan !

Les rimes à chaque phrase permettent de donner un ton poétique à l’ouvrage et de faire passer des mots qui pourraient être compliqués pour des enfants très jeunes mais qui permettent ici de mieux les appréhender. J’ai trouvé que c’était une manière très intelligente de leur faire découvrir ces nouveaux mots.

Au niveau des dessins, tous les petits détails sont impressionnants ! On retrouve les bouées de bras pour les jeunes chatons, les pelles et les seaux, la crème solaire, la bouteille d’eau, tout est réunit pour que l’enfant (et l’adulte !) prennent plaisir à tout découvrir et à s’arrêter sur chaque page pour remarquer toutes ses similitudes avec la vie réelle. Une mention spécial au pingouin vendeur de glace qui m’a beaucoup plu !

Au niveau de l’histoire, l’intrigue est amusante et permet au lecteur de se poser des questions sur le personnage qui détruit le château. La fin incite l’enfant à réagir de manière positive et à tourner en une chose amusante une situation qui aurait pu provoquer de la colère ou des larmes.

Une jolie histoire pour montrer aux enfants l’importance de l’entraide et de la persévérance.

 

 

45 / 50

La grande migration des petits dinosaures – Nicole Snitselaar et Coralie Saudo

 

Titre : La grande migration des petits dinosaures

Auteur : Nicole Snitselaar

Illustrateur : Coralie Saudo

Editeur : Balivernes

Date de Parution : Juin 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

La nourriture commence à manquer ! La famille Dinosaure doit quitter son nid pour trouver un nouvel endroit où vivre.

Mais des œufs viennent d’éclore et les parents doivent veiller sur les bébés, donc ce seront les grands enfants qui partiront en quête de ce lieu. Les parents ont confiance en eux et leur répètent que tout problème a une solution, quelles que soient les difficultés qu’ils pourraient rencontrer. Ils croiseront ainsi des énormes diplodocus, un volcan grondant et crachant des flammes, un marécage et une falaise, mais à chaque fois, ils sauront se débrouiller et finiront par trouver un petit paradis !

Tout problème a une solution.
Et c’est encore mieux quand on est à plusieurs.

 

  • Avis :

Ce petit livre donc présente une grande famille de dinosaures. Comme la nourriture vient à manquer, les parents envoient leurs dix plus grands enfants en quête d’un nouvel endroit où s’installer, leur faisant confiance pour trouver le meilleur lieu.

Cette confiance est ce qui va pousser les dix petits dinosaures à faire de leur mieux malgré leurs craintes et malgré les difficultés rencontrées. Etant dix, avec chacun leurs points forts, ils vont pouvoir compter les uns sur les autres pour continuer à avancer jusqu’à trouver le lieu idéal.

Le « boumbadaboum » qui ponctue tous les instants de peur des petits dinosaures permet à l’enfant de savoir qu’il se passe quelque chose pour eux et d’attendre avec curiosité de savoir ce qui peut bien les mettre dans cet état. Les voir prendre confiance au fil des pages alors que leurs parents ne sont pas là, mais compte sur eux pour mener leur mission à bien, les encourage à passer outre leurs peurs.

Un petit livret qui démontre que, malgré sa peur de l’inconnu, si on s’entraide, il est possible de surmonter tous les obstacles.

Le petit bonus : la fin permet de savoir quel dinosaure porte quel nom et à quoi il ressemble, lançant ensuite les enfants et leurs parents à leur recherche au fil des pages précédentes.

 

 

challenge

46 / 50