Harry Potter and The Cursed Child – Représentation à Londres

Merlin ! Je viens de me rendre compte que je ne vous avais pas encore fait de retour sur la pièce Harry Potter and the Cursed Child que j’ai été voir à Londres mi septembre ! C’est donc le moment de rattraper ça 😛

Dooooonc… Comme vous le savez certainement, je suis une grande fan de l’univers Harry Potter. Je parle sciemment d’univers car c’est véritablement Poudlard et la manière dont JKR a intégré la magie dans le monde « normal » qui me fait totalement accrocher à l’histoire.

Par conséquent, lorsque la pièce de Cursed Child a été annoncée, j’ai rapidement lu le script et, contrairement à nombre de retours que j’ai vu, je l’ai beaucoup aimé (vous pouvez retrouver ma chronique juste ici).

Après avoir lu le script, avec Lixy nous avons décidé qu’il nous fallait absolument voir cette pièce ! A savoir qu’il est particulièrement compliqué d’avoir des billets mais… après un bon moment d’attente, de stress, d’impatience, d’argent dépensé… le verdict est tombé : nous avions rendez-vous plus d’un plus tard pour la représentation !

Entre temps, le casting a changé et celui que nous avons vu n’est donc pas le casting d’origine. Très franchement, je ne peux pas comparer, n’ayant pas vu jouer les premiers mais, en tout cas, ceux que nous avons vu sur scène étaient tout simplement PARFAITS ! Avec un très gros coup de cœur pour Scorpius ❤

Je vous préviens : je ne peux pas vous raconter la pièce, tout bonnement parce que je suis tenue au secret, comme toute personne l’ayant vue (#Keepthesecret) mais aussi parce que ce n’est pas réellement racontable… Si vous avez l’occasion (et je sais que c’est compliqué croyez-moi) allez-y, vraiment. La scénographie est formidable. J’étais curieuse et, pour l’avouer, assez dubitative de certains moments (notamment la scène du lac), ne voyant pas du tout comment les producteurs allaient réussir à réaliser des changements de scènes et de décors aussi importants. J’ai été bluffée. C’est fluide, c’est entraînant, c’est… magique, tout simplement.

En tout, la pièce dure cinq heures (1h20 pour le premier acte de la première partie, 20 min d’entracte, 1h20 de deuxième acte puis rebelote pour la partie deux). Cinq heures que je n’ai pas du tout vu passer. J’ai rit, j’ai ouvert de grands yeux, j’ai même pleuré… un concentré d’histoire et d’émotions, servis par des acteurs excellents. Car, si j’avais aimé le script, comme une fanfiction un peu barrée mais agréable à lire, le voir sur scène n’est pas du tout la même chose. Les décors, la musique et surtout les acteurs… l’histoire se découvre au fil des scènes qui défilent, d’une manière tellement vivante qu’elle est impossible à décrire.

C’était aussi la première fois que j’allais au théâtre en Angleterre et j’ai trouvé vraiment sympa le fait de pouvoir se balader avec son verre et ses friandises dans la salle, ça donne un côté convivial ^-^ Par contre…. Je suis restée choquée devant le fait que chacun se contente ensuite de laisser son verre, ses papiers et son bordel par terre en partant, laissant la salle dans un état déplorable o.o

Pour le reste du très court week-end que nous avons passé sur Londres, nous avons bien évidemment été au quai 9/3 (arrêt obligatoire pour les Potterheads que nous sommes !) ainsi qu’à la MinaLima House, qui présente de nombreux décors réalisés pour les films. Je vous ferai très certainement un article sur la MinaLima House pour vous partager quelques photos car j’en ai fait une tonne xD

De ce week-end, j’ai donc des souvenirs plein la tête, la chance d’avoir vu une sublime pièce de théâtre avec des acteurs fabuleux qui, non contents d’être doués sur scène, sont carrément adorables et prennent le temps de signer après une journée passée sur les planches. Voir leur sourire en leur disant à quel point la pièce était fantastique a ajouté un gros plus à ce week-end formidable ❤

En bref : si je pouvais j’y retournerai ! 😛

Publicités

Let’s Read Casterman – Opération Lotto Girl

Hello ~

Ce petit article pour vous faire part de l’opération de promotion organisé par les éditions Casterman en ce moment !

Pour la sortie de lotto Girl, de nombreux libraires vous propose de gratter une carte et de découvrir trois symboles. Selon ses symboles, vous récupérer ensuite une enveloppe bourrées de goodies (et parfois d’autres surprises !)

N’hésitez pas à regarder la liste des librairies partenaires juste ici.

A noter que ce jeu est totalement gratuit ^^

Si vous grattez, revenez me dire ce que vous avez remporté !

Let’s Read ~

Rencontres de l’Imaginaire de Brocéliande 2017

Comme un rituel, le retour à Brocéliande signifie le moment de souffler un peu, de respirer un peu de magie et de se ressourcer.

Les Rencontres de l’Imaginaire de Brocéliande, c’est une semaine entière événements en tous genres qui se déroulaient cette année du 17 au 23 Juillet 2017. Nous avions prévus d’en faire une bonne partie mais, entre le temps qui n’était pas au beau fixe et l’année qui nous a laissé sur les rotules, nous y avons finalement été doucement. Ce qui ne nous a pas empêché d’en profiter 😛

Le mardi, nous nous sommes rendus au cinéma de Plélan-le-Grand pour visionner Willow. Qui n’a pas vu Willow ? (qu’il lève la main, aille acheter le DVD et le regarde ce soir, nan mais oh !). Ce film est toujours un régal et pouvoir le voir sur grand écran permet encore mieux d’en savourer la douceur et l’humour. Je n’ai absolument pas vu le temps passer et le débat qui a suivi à mis en lumière d’autres perspectives sur ce film qui n’a absolument pas vieilli.

Le jeudi, nous sommes allés au Château de Comper pour une balade de contes sous les chênes orchestrée par Pascal et Bruno. Ils nous ont conté les différentes naissances de Merlin dans une bonne humeur contagieuse et chaque visiteur s’est facilement laissé porter par leurs voix pour entrer dans l’histoire.

Le soir, nous nous sommes rendues jusqu’à Tréhorenteuc pour écouter un récital de harpes en deux parties, la première assurée par Dana et la seconde par Lawena. J’ai tellement craqué que j’en suis repartie avec le CD de Dana (et bon, puisqu’il faut l’avouer, si l’église du Graal est sublime, les bancs ne sont pas des plus confortables).

Le vendredi avait lieu les Rencontres Professionnelles permettant aux auteurs et illustrateurs en herbe de rencontrer auteurs, illustrateurs et éditeurs pour une discussion à cœur ouvert et des conseils avisés sur le monde de l’édition. Un moment très intéressant où j’aurai beaucoup appris et beaucoup reçu.

Un détour par le marché de Paimpont pour flâner entre les échoppes (et tenter de résister) pour finalement retourner au cinéma, cette fois pour visionner Kérity, la maison des contes, avec la présence de Rebecca Dautremer. Un conte poétique sur la magie des mots et des belles histoires.

Le week-end avait lieu le Salon du livre. Je vous en parle depuis déjà quelques années et je ne résiste pas à le faire cette fois encore. C’est un moment bien particulier pour moi dans l’année puisque j’ai grandi avec cette Légende Arthurienne et que ce week-end me permet de rencontrer des auteurs et des illustrateurs avec lesquels j’ai évolué au fil des ans, bercée aussi bien leurs mots que par leurs dessins. La passion qui anime chacun des bénévoles est contagieuse et la bonne humeur toujours au rendez-vous, quel que soit le temps.

Cette année, j’ai eu la chance de pouvoir animer le débat entre Pierre Dubois et Anne Smith autour du thème Féerie et sentiments de la nature. Une manière de participer à cette belle réunion que sont les Rencontres de l’Imaginaire.

Encore une fois, je suis repartie avec des étoiles dans les yeux et la chaleur au cœur. Un rendez-vous que j’espère pouvoir remettre l’année prochaine ❤

Festival du roman féminin, compte-rendu : 13 Mai 2017

 

Hello,

Vous allez bien ?

J’en avais parlé un peu sur le FB du blog mais pas encore ici me semble-t-il (vous n’y couperez pas pour la 3ème édition cependant 😛 ). Le week-end dernier avait lieu le Festival du Roman Féminin. N’ayant pas pu m’y rendre l’année dernière pour la première édition, j’étais impatiente de pouvoir y aller cette année !

Malheureusement, une entorse en milieu de semaine a fait que je n’y suis pas allée seule mais accompagnée de béquilles. Par conséquent, et j’en suis désolée, mais il y a assez peu de photos, manque de mains oblige.


Le Festival du Roman Féminin, c’est quoi ?

C’est un salon sur deux jours présentant des rencontres avec des auteurs et des éditeurs sur des thèmes variés ainsi que des moments d’ateliers, de conférences et de dédicaces. Pour tout savoir sur le salon, je vous renvoie Ici où vous aurez absolument toutes les informations.

Comme je travaillais le vendredi, je n’ai pu aller au festival que le samedi et j’ai passé une journée géniale ! Le lieu ouvrait les portes à 8h pour laisser le temps aux festivalières de discuter entre elles comme avec les auteurs présentes autour d’une boisson chaude et de gâteaux. A 9h commençaient les ateliers et les conférences.

De 9h à 11h, j’ai participé à l’atelier « jeu d’écriture » organisé par le Boudoir Ecarlate (si vous ne connaissez pas, je vous invite à faire un tour à cet endroit). Deux heures de fou-rire à inventer des quatrièmes de couverture via des thèmes imposés ainsi que la couverture. Beaucoup se sont lâchées et l’ambiance était vraiment géniale. Chaque table était recouvertes de goodies (marque-pages, cartes, pins, stickers) que nous pouvions utiliser pour les couvertures tout autant que ramener chez nous. Une loterie était organisée et chacune des personnes présentes a donc reçu un numéro pour participer.


De 11h à 12h, les organisatrices m’avaient gentiment proposé de pouvoir rencontrer les lectrices d’Entre Ciel et Terre et j’ai donc pu faire mes premières dédicaces. Un moment génial qui m’a permis de faire de supers rencontres et de discuter avec certaines. J’ai pris beaucoup de plaisir à l’exercice et je remercie celles qui sont venues me voir tout autant que les organisatrices pour cette belle possibilité !

Merci à Sasha du blog Les passions de Sasha & co pour ce joli cadeau ❤


De 12h à 13h, je me suis rendue à la conférence sur « Le Numérique ».  La discussion regroupait les auteurs Angéla Behelle, Emilie Collins et Céline Mancellon, ainsi que les éditeurs Claire Deslandes (Milady) et Sabrina Grimaldi (Publishroom).
Un moment intéressant car chacune des auteurs avait un parcours et une relation différente avec le numérique.


L’heure de repas s’est passée à l’extérieur et j’ai donc passé une heure à papoter avec Bruna. C’est aussi et surtout ça le festival : la rencontre avec de nouvelles personnes adorables qui vous rappelle que l’amour des livres peut tellement rapprocher les gens ❤

Pour l’après-midi, j’ai choisi de me rendre à la conférence de 14h à 15h sur le thème « Littérature et Musique ». Scarlett Cole, l’auteur de Strong, et Bishop, nous ont expliqué comment leur était venue l’idée de collaborer ensemble pour réaliser une chanson sur le roman. Une heure, entre rire et émotion qui est passée très très vite et qui m’aura fait tombée amoureuse de la douceur des chansons du groupe.


De 15h à 16h, j’ai enchainé par la conférence sur le thème « Le costume dans la romance historique et steampunk ». L’occasion de découvrir Karen Hawkins et Shelley Adina en petit comité. Toutes deux très motivées par le sujet, elles ont répondu à toutes les questions avec bonne humeur et précisions. Karen Hawkins avait d’ailleurs amené des objets d’époque et, pour moi qui adore ce genre de choses, c’était un pur régal.


Le Festival se terminait par 2h de dédicaces. Dans la sacoche offerte au début de la journée, chaque participantes s’est vue offrir 7 tickets dont chacun donnait droit à un livre offert lorsque vous alliez voir l’auteur. Celles-ci se sont montrées souriantes, toujours disposées à échanger et j’ai adoré pouvoir discuter avec elles.

Un coup de cœur tout particulier à Shelley Adina et Annie West qui sont tellement adorables qu’on a envie de leur faire des câlins !

Au vue du nombre de personnes pour certains auteurs, j’ai préféré souvent voguer vers des tables où il y avait moins de monde puisqu’il était compliqué pour moi de rester longtemps debout avec les béquilles. Finalement, j’ai douillé mais ça valait le coup !

Ce qu’il y a à retenir de ce festival, c’est la bonne humeur et la générosité qui s’en dégage. Tout le monde a le sourire et vous repartez fatiguée mais pleine d’entrain et gâtée comme si c’était Noël ! Les conférences m’ont permises d’apprendre de nouvelles choses et j’ai fait des rencontres fabuleuses, qu’il s’agisse des auteurs, des éditeurs ou des festivalières.

Un festival où j’espère bien pouvoir retourner l’année prochaine ! Cette fois pour les deux jours, qui sait ?

En attendant, je vous proposerai bientôt un petit concours pour gagner quelques goodies ~

L’Homosexualité et la Romance en Littérature (exposé d’anglais)

Hello,

Vous allez bien ? ^-^

En cette journée internationale de lutte contre l’homophobie, je partage avec vous l’un de mes travaux de cours de cette année.
Ayant un exposé d’anglais d’environ 7 minutes à réaliser sur un sujet au choix, tant qu’il avait un rapport avec la formation métiers du livre, j’ai choisi de parler de l’homosexualité dans la romance en littérature.

C’est un sujet qui me paraissait aussi intéressant qu’actuel et, si je n’ai pas soulevé les foules dans la promo, j’ai pris beaucoup de plaisir à présenter des ouvrages que j’avais beaucoup aimé !

Merci d’ailleurs à Karen pour son aide et à Cyrielle pour ses corrections ❤

Vous trouverez donc ci-dessous le powerpoint qui a servi à ma présentation ainsi que mes commentaires concernant les slides. Bien évidemment, comme il s’agissait d’un oral, j’ai raconté d’autres choses que celles que je vous présente ici mais l’essence est là !

Si le powerpoint est en anglais (et contient peu de textes), l’explication des slides est en anglais puis en français ^-^

N’hésitez pas à me dire si vous avez des romans M/M ou F/F préférés !

 

 

Slide 2 : Context / contexte actuel

  • Homosexual right : people were against the gay marriage, for example and, in the USA, there are many questions about Trump politics regarding homosexual rights.

=> Les droits des homosexuels : par exemple les manifestations contre le mariage gay ou, au USA, les nombreuses questions concernant la politique qu’aura Trump à propos des droits des homosexuels.

  • A teacher has spoken about homophobia with his students. One of his student took this picture and posted it on twitter. This picture has been retweeted 20 000 (twenty thousand times).

=> Un professeur a discuté de l’homophobie avec ses étudiants. L’un de ces derniers a pris cette photo et l’a posté sur twitter où elle a été partagé 20 000 fois.

 

Slide 3 : A librarian was suspended 3 days for having chosen this book for the library and put it for patron’s loans. It was in La Madeleine, a nearby city. So I think we, as future librarians, have to know something about LGBTQ+ representation in literature.

=> Une bibliothécaire a été suspendue 3 jours pour avoir mis dans son fonds documentaire l’ouvrage « Tango a deux papas ». Cela s’est déroulé à la Madeleine dans le Nord (pour information, elle a fait appel et a eu gain de cause en début d’année). Je pense que, nous, en tant que futurs bibliothécaires, devons avoir des notions de la représentation de la LGBT en littérature, à l’instar des autres genres.

 

Slide 4 : There are many books now about this subject, and I choose to present 3 places : Asia, the USA and France. I can’t speak about them in globality but I will try to present you some books and a quick overview about this literary genre in these places .

=> Il y a à présent beaucoup d’ouvrages présentant des personnages homosexuels et j’ai choisi de présenter trois endroits : l’Asie, les USA et la France. Je ne peux pas être exhaustive mais je vais donc vous présenter quelques livres et un petit aperçu de cette littérature dans ces trois lieux.

 

Slide 5 : I want to begin with Asia because they have a culture about this, with mangas. Yaoi, which is romance about 2 men and Yuri which is romance about 2 women, however, the LGBTQ+ community is not the target audience. Yaoi first appeared in the 1970s in Japan and are typically written by women for women and girls. Yaoi caused a lot of controversy when it first appeared in the male-dominated manga industry. Both the themes and the fact that women were the authors shook many traditional mangaka but now, yaoi and yuri have entered the customs. There are many mangas so I can’t show you all the titles but you can have cute romance, fantasy ones or more adults ones.

=> Je commence par l’Asie qui a, de part les mangas, une culture particulière à ce sujet. le Yaoi est une romance entre deux hommes tandis que le Yuri présente une romance entre deux femmes. Cependant, la communauté LGBT n’est pas l’audience visée. En effet, le Yaoi est apparu pour la première fois au Japon dans les années 70, écrit par des femmes pour des femmes. Le Yaoi a causé beaucoup de controverses, notamment car l’industrie du manga était dominée par les hommes. Les thèmes, associés au fait que les auteurs étaient des femmes, ont choqué les mangaka traditionnels, même si, à présent, cela est entré les mœurs. Il y a beaucoup de mangas et je ne peux pas tous vous les présenter mais il y a beaucoup de genres différents allant de la romance mignonne, à la fantasy ou aux mangas plus adultes.

 

Slide 6 : For Asia, I choose one title which is a book and also a manga named SOTUS because the series have a great success in Thailand. So it’s a thai book written by Bittersweet about hazing in an engineering university. So the story is not centered on gay romance but, in this story, the main pairing is gay. The serie had a great success in Thailand, in China and also in overseas countries so the DVD had also english subtitles (legal subtitles are rather rare for asian series so it shows the success of Sotus).

=> Concernant l’Asie, j’ai choisir de présenter un titre qui, s’il s’agit d’abord d’un livre, a été dérivé en manga puis en série télévisée. Il s’agit d’un livre thaïlandais écrit par Bittersweet ayant pour titre SOTUS. Le thème principal est le bizutage dans une école d’ingénieur. L’histoire n’est donc pas centrée sur la romance gay, même si, dans cette histoire, le couple principal est gay. La série a eu tellement de succès en Thaïlande, en Chine et à l’étranger qu’elle a été proposé à la vente en DVD avec des sous-titres anglais officiels.

 

Slide 7 : For the USA, I want to present you a huge books festival for romance. It’s called Book Lovers Romantic Time and there are many authors and publishers who come to meet their readers. They present new books and they are many whorkshops about a lot of subjects, like bestsellers, paranormal romance, historical books… In the 2016 edition in las Vegas, there was a special time about homosexual romance with different authors like Marie Sexton, Brandon Witt, K.C. Wells, Keira Andrews, Amy Lane, Anna Zabo, L.A. Witt. It shows the genre as a fixed part of romance in literature.

=> Pour les USA, je vais vous parler d’un énorme festival littéraire : le Book Lovers Romantic Time où de nombreux auteurs et éditeurs viennent rencontrer leurs lecteurs. Ils présentent les nouveaux livres et beaucoup d’ateliers et de conférences sont proposés sur des thèmes variés tels que les bestsellers, la romance paranormale, les livres historiques… Durant l’édition 2016 à Las Vegas, un moment a été organisé autour de la romance gay avec différents auteurs tels que Marie Sexton, Brandon Witt, K.C. Wells, Keira Andrews, Amy Lane, Anna Zabo, L.A. Witt, ce qui démontre que le genre est devenu une part à part entière dans la romance en littérature.

 

Slide 8 : I choose to show you 4 books which have been translated to french. 2 boys’love and 2 girls’love. The first is a fantasy one so the story takes place in an other world, they are a lot of  action and a political plot. The second and the third are young adult ones, so they were at first written for teenagers. Aristotle and Dante Discover The Secrets of the Universe is a story about 2 teenagers who learn the kind of people they want to be. Far from you is about a murder and drugs. The last book Bodies of water is about a woman who becomes haunted by a Victorian ghost in a old hydropathy sanatorium.

So there are many books, with different genres and gay main characters that have been translated different publishers like Milady, Pocket Jeunesse, Robert Laffont and Denoël for the four books you can see here.

=> J’ai donc choisi de vous présenter 4 ouvrages ayant été traduit en français, deux romances homme/homme et deux romances femme/femme. La première, Prince Captif de C.S. Pacat, est une série de fantasy présentant donc beaucoup d’action et une intrigue politique poussé. Le second ouvrage, Aristote et Dante découvrent les secrets de l’Univers de Benjamin Alire Saenz, et le troisième, Si loin de toi de Tess Sharpe, sont des romans young adult et ont été écrit pour les adolescents. Asistote et Dante est une histoire présentant deux adolescents apprenant à devenir les personnes qu’ils veulent être tandis que Si loin de toi est une histoire parlant de meurtre et de drogue. Le dernier ouvrage, Les filles déchues de Wakewater, de V.H. Leslie présente une héroïne hantée par un fantôme victorien dans un vieux sanatorium d’hydrothérapie.

Il y a donc de nombreux livres, participant à de nombreux genres et présentant des personnages principaux homosexuels. Ces ouvrages ont été traduit par des éditeurs tels que Milady, Pocket Jeunesse, Robert Laffont et Denoël pour les 4 ouvrages ci-dessus.

 

Slide 9 : Talking to publisher, 4 years ago, a publisher named MxM Bookmark was born. Is vocation is “citation”. So their editorial line is to publish all types or romance, including homosexual. They have some french authors who have many readers.

=> En restant sur les éditeurs, MxM Bookmark, une maison d’édition française ayant vue le jour il y a 4 ans, a pour vocation la citation suivante : « Nous voulons que nos romans, quelle que soit la dureté, les épreuves qu’ils racontent, transmettent des valeurs positives. “L’amour est universel, il transcende les genres”. C’est ce que nous voulons mettre en avant. Peu importe le sexe des personnages ou la dureté de la vie, nous voulons des personnages forts, humains et surtout égaux. Un message d’espoir. Un message d’amour. » Leur ligne éditorial est avant de publier tous types de romance, incluant la romance homosexuelle. Plusieurs auteurs français ayant de nombreux lecteurs font partis du panel d’auteurs de MxM Bookmark.

 

Slide 10 : 2 of this authors are represented here : Lily Haime and H.V Gavriel. They are both published by the publisher Milady who is Bragelonne’s little sister. If you read fantasy, you may know these publishers. You can download The Letter legally and for free on amazon so if you want to read it, it’s the moment.

=> Deux de ces auteurs sont représentés ici : Lily Haime et H.V. Gavriel. Ils sont aussi toutes deux publiées chez Milady (la « petite soeur » de Bragelonne). Si vous lisez de la fantasy, vous connaissez ces éditeurs. Vous pouvez en ce moment découvrir « La Lettre » légalement et gratuitement sur Amazon, donc si vous souhaitez découvrir l’auteur c’est le moment.

 

Slide 11 : If you want to meet authors, publishers or readers, you can go to Berlin at the Euro Pride Con. It’s a literary festival with the aim of bringing together local and international LGBT authors, publishers, bloggers and readers for one weekend, to talk about books, genres, trends and challenges in the LGBT fiction genre.
=> Si vous voulez rencontrer certains de ces auteurs, éditeurs ou lecteurs, vous pouvez vous rendre à l’Euro Pride Con à Berlin en Juin. Il s’agit d’un festival de littérature dont le but est de réunir les auteurs, éditeurs, blogueurs et lecteurs locaux et internationaux de littérature LGBT durant un week-end pour discuter de livres, de genres, des modes et des challenges dans la littérature LGBT.

 

Slide 12 : So I’ve done research about this topic in library and I found that Lyon have a special library, The gender resource center who focuses on issues of gender identity and sexual orientation. The catalogue is being inventoried in order to include the issue of gender and sexuality. They also have debates about gender, sexism and homophobia in young literature. I think it’s interesting for us to know a bit about these books too.

=> Durant mes recherches sur le sujet concernant plus particulièrement les bibliothèques, j’ai découvert que Lyon avait créé une bibliothèque centrée sur les questions de l’identité du genre et de l’orientation sexuelle : le Centre de Ressource sur le Genre. Le catalogue est organisé de manière à aborder toutes les questions concernant le genre et la sexualité. Ils proposent régulièrement des débats sur le sexisme et l’homophobie dans la littérature jeunesse.

 

C’est tout pour mon exposé, même s’il y a évidemment bien d’autres choses à dire sur le sujet…

Avez-vous lu certains des ouvrages ou des auteurs présentés ? Les avez-vous aimé ?

[Film] Les Animaux Fantastiques

 

Titre : Les animaux fantastique

V.O. : Fantastic Beast and where to find them

Réalisateur : David Yates

Scénariste : J.K. Rowling

Acteurs principaux : Eddie Redmayne, Katherine Waterston,

Dan Fogler, Alison Sudol, Colin Farrell, Ezra Miller

Durée : 2h13

Sortie cinéma : 16 Novembre 2016

 

 

  • Synopsis :

1926. Norbert Dragonneau rentre à peine d’un périple à travers le monde où il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques. Il pense faire une courte halte à New York mais une série d’événements et de rencontres inattendues risquent de prolonger son séjour. C’est désormais le monde de la magie qui est menacé.

 

  • Avis :

Rholala 😛

J’ai tellement de choses à dire que je ne sais pas par où commencer… Je vais faire cette chronique en plusieurs temps. tout d’abord le film lui-même puis ce qui m’a dérangé dans la com qui a été faite autour de ce film et enfin les spoilers (que je signalerai avant bien entendu !).

ça fait très dissert tout ça, on sent le retour à la fac non ? xD

Dooooonc concernant le film lui-même : je l’ai adoré ! C’est bien simple, je n’avais pas regardé la durée et je n’ai pas vu passer ces deux heures ! En voyant l’heure à laquelle nous sommes sorties, nous avons été surprises de constater qu’il était plus de minuit tellement l’histoire est prenante.

Cette histoire nous parle donc d’animaux mais, finalement, pas tant que cela. C’est l’une des choses que je lui reprocherai plus tard mais, au-delà de ça, l’intrigue sous-jacente, beaucoup plus sombre que je ne pensais, est ultra intéressante. Elle pose les bases de ce que seront les prochains films et promet de belles batailles et des réflexions prenantes sur des sujets toujours actuels (je pense notamment à la nécessité de dessimiluer une minorité sans savoir s’il s’agit de protéger cette minorité ou les susceptibilités des gens autour d’elle, je pense à la notion de fanatisme très présente ici, je pense à l’utilisation de la chaise électrique en Amérique, je pense à la manipulation des plus faibles… beaucoup de sujets sérieux sont abordés dans le film).

Au niveau visuel, j’ai été voir le film en 3D et les animaux, tout comme les scènes d’action, valent vraiment le coup ! Je suis restée bouche bée lorsqu’ils descendent dans la valise, tant au niveau des paysages que des animaux proposés. On plonge totalement dans l’univers magique, le réalisme est impressionnant et les animaux sont magnifiques (mêmes les moches oui oui).

L’action est l’humour sont tous deux très présents et s’alternent bien (Merlin ce passage de Newt faisant une parade nuptiale !), permettant des moments de rire comme des moments de questionnements sur qui est qui et ce qui va se passer par la suite. Si Newt est ultra choupi, j’ai par contre trouvée que Tina était assez transparente (je ne me souvenais même plus de son nom…). Par contre, les personnages secondaires sont un régal et contribuent à l’enthousiasme que j’ai ressenti en visionnant le film. Ils amènent une émotion particulière au film et on s’attache rapidement à eux.

Si nous parlons donc uniquement du film en lui-même (sans parler de son lien avec l’univers d’Harry potter mais bien en tant que film à lui seul), je suis totalement fan, tant visuellement (décors, costumes, animaux) qu’au niveau de l’intrigue qui alterne moments sombres et drôles et promet un fil conducteur passionnant par la suite.

 

 

Concernant la com maintenant et le côté rapport à Harry Potter.

En tant que fan, je l’avoue, je me sens un chouya prise pour une nouille. J’ai bien évidemment suivi les annonces concernant le film et partir des « Animaux Fantastiques » qui est un livre court représentant bestiaire, portait la connotation de présenter et expliquer un grand nombre d’animaux magiques.

Mais au final, si l’intrigue débute bien grâce aux animaux, ils ne servent finalement qu’à cela : lancer l’intrigue et sont plus un décor que de véritable personnages (même si certains ont un rôle plus poussé que d’autres). Les Obscurus sont la véritable intrigue et, clairement, ce ne sont pas des animaux.

Si je suis donc ravie de pouvoir découvrir l’histoire de Grindewald, je ne vois cependant pas réellement de rapport pertinent avec le titre.

J’ai lu que, déjà, certains fans étaient déçus du peu de rapport entre le film et Harry Potter. Si je ne suis absolument pas déçue du film, je peux cependant comprendre leur déception car toute la com a été accès sur la relation entre Les Animaux Fantastique et Harry Potter. Ce que je trouve dommage car le film en lui-même est suffisamment porteur pour ne pas avoir besoin du label « Harry Potter » pour être excellent.

On en vient donc aux spoilers sur l’intrigue en elle-même ~

 

 

ATTENTION SPOILERS  ! ATTENTIONS SPOILERS ! ATTENTION SPOILERS ! ATTENTION SPOILERS !

 

Si j’ai été surprise de savoir qui était l’obscurus, j’ai par contre été déçue d’avoir remarqué dès le début qui était Graves… Le gros plan sur la coupe de cheveux de Grindelwald puis ensuite sur celle de Graves révèle tout au démarrage du film et la fin n’a donc eu aucun effet de révélation (oui j’étais tristesse d’être blasée en mode « oui bon ça va on sait… »).

Ce que je me demande à présent c’est : vont-ils repartir en arrière pour les prochains films ? Je suis impatiente d’en savoir plus sur l’histoire de Grindelwald mais pas son histoire au moment du film, non, celle qui a fait qu’il est devenu qui il est. Sa rencontre avec Dumbledore, Ariana et son décès… Tout ce qui l’a amené à être un mage noir.

Le voir déjà mage noir, le voir se faire battre… ne m’intéresse pas tant que cela : nous l’avons déjà vu avec Voldemort. Ce qui m’intéresserait serait de voir son parcours et, en parallèle, celui de Dumbledore.

A votre avis, vont-ils faire un flasback pour nous permettre de découvrir qui était Grindelwald et qui était Dumbledore lorsqu’il était jeune ? En quatre films, il y a de quoi faire !

 

VOUS POUVEZ REPRENDRE UNE LECTURE NORMALE

En bref un film que j’ai trouvé excellent et durant lequel je n’ai pas vu le temps passer mais dont le titre ne correspond pas réellement pour moi au contenu.

J’ai hâte de savoir ce que vont contenir les prochains en tout cas !

Et vous ? L’avez-vous vu ? Comptez-vous y aller ?

Qu’en avez-vous pensé ?

Quels sont vos créatures préférées ? Ayant fait des recherches sur le niffleur il y a quelques années pour l’intégrer dans ma fanfiction, j’étais très très contente de le voir à l’écran et j’ai donc une tendresse et une nostalgie toute particulière pour lui ❤

Visuellement, je suis tombée amoureuse de Franck ! Et sinon, évidemment, avoir un petit Botruck en poche m’ira très bien 😛

Merci de préciser « spoilers » au début de votre commentaire si jamais vous spoilez ~

Non, ça n'a rien à voir avec le film mais Maraudeurs en force :P

Non, ça n’a rien à voir avec le film mais Maraudeurs en force 😛

Rencontre avec Vincent Villeminot

 

En Juillet dernier, les éditions Fleurus proposait, via leur page facebook Lire en Grand, de tenter de rencontrer Vincent Villeminot lors d’une après-midi à Paris en Septembre.

En parcourant le blog, vous vous êtes certainement rendu compte que j’aimais beaucoup le travail de Vincent Villeminot.

J’ai donc sauté sur l’occasion et j’ai eu la très bonne surprise de recevoir un mail me confirmant que j’étais attendue le vendredi 16 Septembre.

img_20160916_144934

Nous étions donc 10 blogueuses et nous avons pu poser toutes nos questions à Vincent Villeminot. Des questions qui, si elles tournaient évidemment autour de l’écriture de ses romans, étaient variées et continues, auquel il a toujours répondu avec enthousiasme.

 

J’avais pris soin d’enregistrer la rencontre pour pouvoir la retranscrire le plus fidèlement possible (c’est d’ailleurs pour cette raison que je suis très en retard puisque j’ai beaucoup de mal à trouver le temps nécessaire me permettant de me poser suffisamment longtemps pour écouter ces deux partis faisant respectivement 56 et 72 min selon mon téléphone). Mais, et là je vous avoue être très déçue, mes enregistrements ne fonctionnent qu’à moitié et s’arrêtent au bout de dix minutes à peine tous les deux –‘

J’ai donc ressorti les notes écrites que j’avais prise mais je suis vraiment désolée, ce sera donc moins précis !

img_20160916_161716

 

La rencontre a évidemment commencé sous le signe de l’écriture et, par la manière dont on y vient souvent, par la lecture.

Vincent Villeminot nous a donc dit qu’il lisait plutôt des écrivains voyageurs tels Jean Rolin et Nicolas Bouvier, mais aussi des classiques (dont il trouve d’ailleurs que les lire trop jeune est déraisonnable). Il lit aussi régulièrement des polars, notamment ceux de Jean-Patrick Manchette.

 

L’écriture à présent :

Tout d’abord journaliste, Vincent Villeminot se met progressivement à écrire des romans qu’il envoie à des éditeurs sans jamais de retour positif. Mais, son éditrice chez qui il publie des romans de voyage lui demande un jour s’il est intéressé par l’idée d’écrire des romans pour enfants car ils sont en recherche d’auteurs. Cela fonctionne bien et il en écrit d’autres, devenant donc finalement auteur de livres pour la jeunesse. Il précise d’ailleurs qu’il écrit pour la jeunesse et non pas en jeunesse car il y a derrière ses textes la volonté d’écrire pour quelqu’un d’autre.

Il rappelle qu’il s’agit d’un véritable métier et qu’il a fait le choix de ne faire que ça pour, justement, pouvoir s’y consacrer totalement. Il a donc des journées bien remplies où il commence l’écriture à 9h, s’arrête régulièrement le midi et le soir car il est calqué sur les horaires de sa fille puis reprend de 20h à 23h.

 

Au niveau des Pluies :

Voulant écrire un véritable livre d’aventures comme il en lisait quand il était petit, Vincent Villeminot se tourne vers Sarah, son éditrice chez Fleurus mais aussi son amie, qui lit tous ses manuscrits. Il veut écrire un roman de pirates et d’abordage et cette idée, déjà basée sur l’eau, trouve son début dans le nom d’un de ses personnages, qui est le prénom du fils de Sarah, Noah. Les autres prénoms sont venus par la suite, dans une envie de créer plusieurs sonorités différentes.

Au commencement de l’écriture, Les Pluies se passait en France mais, rapidement, Vincent Villeminot se rend compte que cela ne « sonne pas juste » et c’est à ce moment-là « que commence le roman », lorsqu’on découvre la direction à prendre pour le mettre en œuvre. Au niveau du travail éditorial, Vincent Villeminot et Sarah sont habitués à travailler ensemble et Vincent précise que le travail de l’éditeur est indispensable puisque c’est lui qui va avoir le premier regard extérieur professionnel et dire « cette phrase-là est en trop » par exemple. Il explique que pour Les Pluies, la scène du train était beaucoup plus longue et que Sarah lui a signifié qu’elle s’ennuyait en la lisant. Ils ont donc retravaillé sur ce passage (et sur d’autres) pour ciseler le roman.

Nous nous sommes arrêté aussi sur le fait que les personnages ne s’intéressent pas à la pluie qui tombe alors c’est ce qui semble marquant pour nous, lecteurs. La discussion s’est donc orientée sur la crédibilité du texte et Vincent Villeminot a pointé le fait que les personnages entendent la pluie tomber depuis tellement longtemps qu’eux n’y font plus attention. Tout comme le vocabulaire change selon le personnage qui parle puisqu’il s’agit de son vocabulaire à lui et de sa manière personnelle de voir le monde selon ce qu’il en connait et ce qui l’intéresse.

 

La couverture :

Je ne sais pas pour vous mais, personnellement, j’adore la couverture des Pluies et je n’étais apparemment pas la seule autour de la table ! La conversation s’est donc évidemment intéressée à celle-ci et à la manière dont elle a été pensée et réalisée.

Il faut qu’une couverture soit fidèle au roman mais aussi qu’elle fasse vendre et, souvent, l’auteur n’a pas son mot à dire. Vincent Villeminot nous a dit ici que la directrice artistique lui avait fait l’amitié de lui montrer la couverture avant et qu’il avait demandé à ajouter les mouettes (on en revient au fameux roman d’aventures et de pirates ^^)

 

Les personnages :

Comme nous posions toutes des questions, j’ai pris mon courage à deux mains pour lui demander si, parfois, ses personnages lui donnaient du fil à retordre (puisque les miens ne sont pas toujours d’accord avec moi et ont finalement leur vivre propre).

J’ai donc été soulagé d’apprendre que les siens n’étaient pas beaucoup plus conciliants ! 😛

Vincent Villeminot se dit admiratif de ses personnages, de ce qu’ils vivent et de la manière dont ils avancent. Il déclare qu’ils continuent à vivre dans sa tête et à grandir, que les personnages de ses premiers romans, Instinct, sont à présent dans la vingtaine et qu’il se voit bien écrire sur eux plus tard.

Au niveau des personnages justement, il avoue qu’il y a souvent un décalage entre le synopsis qu’il donne à ses éditeurs au moment de parler du roman et le roman lui-même car, entre les deux, les personnages se sont mis à exister et ont donc une vie propre qui amènent d’autres réactions et d’autres évènements.

 

Merci beaucoup à Marine et Sarah pour avoir organisé cette superbe rencontre ! Et bien évidemment merci à Vincent Villeminot d’avoir répondu à toutes nos questions ❤

 

Quelques vidéos sur la page facebook de Lire en Grand