Le chant des ronces – Leigh Bardugo

 

Titre : Le Chant des Ronces

Sous-titre : Contes de minuit et autres magies sanglantes

Auteur : Leigh Bardugo

Traducteur : Anath Riveline

Illustrateur : Sara Kipin

Editeur : Milan

Date de Parution : 03 Octobre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Embarquez dans un voyage vers des terres sombres et dangereuses, peuplées de villes hantées et de bois affamés, de monstres bavards et de golems en pain d’épices, où la voix d’une sirène peut invoquer une tempête mortelle, où les rivières font de terribles promesses d’amour…

 

  • Avis :

J’ai été envoûtée par les six histoires qui sont ici présentées. Avec une préférence pour la première, Ayama et le bois aux épines, puis pour la troisième, La sorcière de Duva. Je ne m’attendais pas du tout à la fin de celle-ci et, du coup, elle m’a marqué ! Mais vraiment, la première reste ma préférée.

Il s’agit donc de six contes qu’il est facile de s’imaginer lire au coin du feu, dans une veillée, entouré de mystères et sursautant ensuite au moindre bruit du vent dans les branches.

Ce sont des contes à visée universelle qui racontent la force de l’amitié et la nécessité de croire en soit. Qui démontrent que l’apparence ne fait pas tout et qu’il faut savoir voir au-delà pour découvrir qui sont réellement les gens au fond d’eux. Certaines des histoires reprennent des contes connus comme La petite Sirène ou Casse-Noisette mais la manière dont ils sont contés donnent envie de les découvrir une nouvelle fois et je ne me suis pas ennuyée un seul instant en tournant les pages.

La famille est toujours au cœur de l’intrigue et est rarement du bon côté, provoquant déchirement et serrement de cœur. La magie, elle aussi, est présente à chaque instant, souvent un brin inquiétante, et amène une atmosphère pleine de mystère. J’ai plusieurs fois été surprise par les fins et j’ai adoré découvrir ces petites histoires dans lesquelles je plongeais toujours avec impatience. Chacune se passe dans un lieu différent et emporte le lecteur à travers les mers, les bois et les landes, sans qu’il songe jamais à regarder en arrière pour voir combien de temps a passé pendant qu’il lisait.

Et les dessins… Je suis totalement fan ! La manière dont ils apparaissent peu à peu au fil des pages fait que je m’arrêtais à chaque fois que je tournais une nouvelle page pour vérifier quel dessin était nouveau et la manière dont il coïncidait avec ce que je venais de lire. Il aurait été intéressant de faire l’inverse, de regarder d’abord l’évolution des dessins pour essayer ensuite de deviner l’histoire. Je regrette d’ailleurs de ne pas y avoir pensé avant mais j’étais vraiment prise dans cette façon de faire.

Entre les dessins et la manière dont sont écrits les textes, tout est fait pour que vous les lisiez à haute voix et j’espère avoir l’occasion de tester ça !

En bref un ouvrage sublime dont la couverture et l’apparence interne sont aussi ciselé que les mots qui le peuplent. Une belle réussite !

 

Publicités

Comme un poisson dans l’arbre – Lynda Mullaly Hunt

 

Titre : Comme un poisson dans l’arbre

V.O. : Fish in a tree

Auteur : Lynda Mullaly Hunt

Traducteur : Paola Appelius

Editeur : Castelmore

Date de Parution : 2015

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Un poisson ne sait pas grimper aux arbres, mais ça ne veut pas dire qu’il est stupide pour autant.
Ally, 12ans, a un secret inavouable, elle ne sait pas lire. Elle est parvenue à bien le cacher à l’école, mais cela lui pèse de plus en plus. Elle en a assez qu’on la prenne pour une idiote.
Tout change le jour où un nouveau professeur arrive : il s’intéresse à tous les élèves et essaie de comprendre les difficultés de chacun.
Saura-t-il trouver une solution au problème d’Allie ?

 

  • Avis :

Ce roman fait partie des acquisitions réalisées pour la bibliothèque. A destination des lecteurs dyslexiques, sa typographie est donc adaptée pour les troubles de la lecture.

L’histoire nous présente Allie qui, à onze ans, n’arrive pas à lire tant les lettres bougent et se mélangent, ce qui lui provoque des migraines atroces. N’ayant jamais parlé de ce problème, elle le contourne dès qu’elle peut et s’arrange pour que les professeurs la mettent à la porte en tournant ses difficultés comme de l’insolence. On pourrait penser qu’à la place de sa maîtresse, on se serait rendue compte de son problème mais le fait est qu’Allie est très intelligente pour le cacher. Ce faisant, elle est isolée et persuadée qu’elle est complètement stupide : pourquoi n’arrive-t-elle pas à faire ce qui semble si facile aux autres ?

C’est là qu’arrive M. Daniels, le nouveau maître. La manière dont il déroule ses cours donnent envie d’y avoir participé et donnent de nombreuses idées d’animation à réaliser pour sensibiliser les enfants aux troubles de la dyslexie. Allie fait de son mieux mais les méthodes d’apprentissage habituelles de la lecture ne sont tout simplement pas adaptées à son problème et lui dire de faire encore plus d’efforts ne fait que la rendre plus malheureuse encore. Ce sentiment d’être bête s’accentue au fil des pages, les efforts qu’elle fournis lui donnant l’impression de ne servir à rien. La manière différente dont M. Daniels amène les choses lui permet de participer et de montrer aux autres qui elle est. Car, à force de se cacher, Allie n’arrive pas à aller vers les autres.

Autour d’elle, nous découvrons d’autres enfants ayant des vécues différents et étant tous des difficultés finalement. Car chacun à ses propres problèmes et personne n’est parfait. Avec douceur, le roman montre que tout le monde a quelque chose a apporter aux autres et que la méchanceté n’apporte rien mais que tendre la main a quelqu’un peut finalement signifier s’aider aussi soi-même.

Un ouvrage qui rappelle que nous sommes tous différents et que les apparences sont parfois bien trompeuses. Qui encourage les lecteurs ayant des troubles à comprendre qu’ils sont loin d’être bêtes et qu’ils peuvent y arriver, non pas en faisant plus d’efforts mais en ayant accès à une méthode d’apprentissage adaptée.

Un livre a mettre entre toutes les mains.

Le roi Arthur : Une légende vivante – Claudine Glot

 

Titre : Le roi Arthur : Une légende vivante

Auteur : Claudine Glot

Editeur : Ouest-France

Date de Parution : 19 Octobre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Tant de livres ont célébré la légende arthurienne, ses héros, ses thèmes, et Merlin comme Arthur, Morgane, Guenièvre, Gauvain, Lancelot, Excalibur, Brocéliande ou la Quête du Graal nous sont si familiers… Les connaît-on vraiment, à tant les citer sans s’interroger sur leur sens ou sur le mystère de leurs origines ? Le but de cet ouvrage est de découvrir le véritable récit de la légende du roi Arthur et de ses Compagnons, et de fournir des repères, donner des sources aux récits fabuleux, rappeler des dates, des auteurs, des oeuvres. Ces pages raniment les ombres mythiques de la culture celtique ancienne derrière les caractères littéraires ; on y trouve détaillés les personnages et leurs hauts faits, une chevalerie bien particulière, l’omniprésence du surnaturel, le rôle remarquable des personnages féminins, la courtoisie, le Graal… Tout cela en guidant le lecteur au sein d’un univers oscillant perpétuellement entre le réel et l’extraordinaire. La légende du roi Arthur est une aventure avant tout imaginaire, un récit complexe que le Moyen Age va écrire en le multipliant et en le transfigurant, une matière intemporelle que les siècles modernes continuent à revisiter.

 

  • Avis :

J’imagine que personne n’est étonné en sachant que j’ai allègrement couiné en découvrant ce nouvel ouvrage. Entre le sujet et l’auteur, il avait tout pour me convaincre de l’ouvrir.

Divisé en plusieurs parties qui se répondent entre elles, nous suivons les débuts de la légende arthurienne et la manière dont celle-ci s’est étendue, grâce à qui et comment. S’ensuit une partie sur l’Autre Monde, celui des fées et la magie qui fait partie intégrante du mythe arthurien. Les lieux et les personnages nous sont présentés tour à tour, notamment les femmes, figures particulièrement importantes. La chevalerie, bien évidemment, est elle aussi au cœur du texte tout comme la Quête du Graal. Cet ouvrage ouvre également les portes d’autres documents et montre la diversité des productions réalisées sur le roi Arthur et sa légende.

Je ne vais pas vous mentir : il ne s’agit pas du genre de livre que vous lisez d’une traite. Plutôt du genre que l’on savoure à petites doses et sur lequel on revient plusieurs fois. Vous savez, les livres dont les informations que vous y découvrez vous donne envie de les partager avec d’autres ? J’ai découvert une masse d’informations intéressantes, notamment sur les différents artistes qui se sont penchés sur le mythe arthurien. Tant de nouveaux ouvrages à lire ensuite ! Tant de vidéos à regarder ou de musiques à écouter !

En parlant de regarder…Parlons un peu des gravures, photos, peintures, illustrations… de toutes ces merveilles qui parsèment les pages. Chaque chapitre est illustré par de nombreux documents, tous explicités et qui ajoutent à la magie du livre. Ce dernier débute par un dessin pleine double page de Didier Graffet qui est une invitation à suivre le chevalier représenté.

En bref un ouvrage sublime et très complet qui vous permettra de plonger au cœur de la légende du roi Arthur.

 

Opération Pantalon – Cat Clarke

 

Titre : Opération Pantalon

V.O. : The Pants Project

Auteur : Cat Clarke

Traducteur : Cécile Ardilly

Editeur : Robert Laffont

Collection R Jeunesse

Date de Parution : 23 Mars 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Liv Spark, 11 ans, est un garçon transgenre élevé au sein d’une famille ouverte d’esprit. Avoir deux mamans, c’est vraiment le pied, et Liv est impatient de commencer le collège et de s’y faire de nouveaux amis. Garçon ou fille, la question ne s’est jamais posée pour le moment, ses parents le laissant s’habiller et s’exprimer comme il le souhaitait. Mais tout va basculer lorsqu’il découvre qu’il lui faudra porter une jupe. Liv n’a aucune envie de se plier à la politique stricte de son école concernant l’uniforme, mais il n’est pas encore prêt non plus à partager son secret, il lance alors l’Opération Pantalon, une campagne qui vise à permettre aux filles de porter un pantalon. Si tout le monde pense qu’il est une fille, eh bien, il fera semblant…pour le moment.

 

  • Avis :

Opération Pantalon, c’est l’histoire de Liv’. Née dans un corps de fille, Liv’ a depuis remarqué qu’elle était un garçon. Mais si ce fait lui semble couler de source, Liv’ sait bien que les autres risquent de ne pas voir les choses de la même manière. Car il est de notoriété public que les gens ont du mal à accepter ce qu’ils jugent différents d’eux. Et Liv’ est déjà différent au yeux des autres de part sa famille homoparentale. Il a deux mamans et, comme bien souvent, ce fait fait jaser.

Si Liv sait qu’il est transgenre, il ne sait pas comment aborder le sujet avec ses mamans, ni avec les autres. Savoir que les gens vont vous juger sur qui vous êtes n’encourage jamais à parler, surtout lorsqu’il s’agit des gens que vous aimez. Qui voudrait donner aux personnes qui vous aiment une occasion de moins vous aimer ? Liv ne se sent donc pas encore prêt à en parler à qui que se soit mais sa rentrée dans un nouveau collège va changer la donne. Car ce collège oblige ses élèves à porter un uniforme : les filles se doivent donc toutes d’être en jupe. Porter une jupe ? Impensable pour Liv. Va donc commencer une bataille pour qu’il puisse être lui-même.

Puisqu’on sait que Liv était déjà bien conscient qu’il ne serait psychologiquement pas capable de porter une jupe, on pourrait se demander pourquoi il n’a pas tout simplement fait le choix d’aller dans un autre collège. En même temps, je fais partie de ces gens qui ne comprennent pas pourquoi l’uniforme des filles implique forcément une jupe (genre t’es une fille donc t’es forcée d’aimer les courants d’air ? Obligée de réfléchir à comment tu t’assoies, d’espérer qu’il n’y ait pas de coups de vent… une jupe c’est comme tout, c’est joli si tu as envie de la porter).

Avec Liv il y a Maisie, sa meilleure amie. Le personnage que j’ai certainement eu le plus envie de secouer de tout le roman. Passons donc pour parler de Jacob. Mon second personnage chouchou (car j’ai adoré Liv). Tous les deux (Liv et Jacob) démontrent bien que le courage n’attends pas d’être adulte mais que l’enfance est parfois un moment délicat à passer dès lors que nous sommes un peu différent. Et que différent finalement… tout le monde l’est.

En bref un livre qui montre bien la difficulté d’être soi-même mais aussi le bonheur d’avoir des gens sur qui compter.

 

Engrenages et Sortilèges – Adrien Tomas

 

Titre : Engrenages et Sortilèges

Auteur : Adrien Tomas

Editeur : Rageot

Date de Parution : 23 Janvier 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Grise et Cyrus sont élèves à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement. Alors qu’ils se détestent, ils doivent fuir ensemble et chercher refuge dans les Rets, sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont d’autre choix que de faire alliance…

 

  • Avis :

Pour ce roman, c’est tout d’abord la couverture qui m’a intriguée et le résumé augurait un peu de steampunk alors j’ai craqué… et je ne regrette pas du tout ! Dès le départ, j’ai beaucoup aimé les personnages et l’univers présenté et j’ai fini par ne plus savoir décrocher. A vrai dire, ça faisait un moment que je n’avais pas veillé si tard (tôt ?) pour terminer un roman.

Je ne m’attendais pas à ce que certains passages soient aussi intenses pour un livre qui m’avait l’air plutôt jeunesse et j’ai donc été surprise (en bien) en voyant l’histoire s’assombrir peu à peu. L’intrigue est bien ficelée et tout à une cohérence. Aucun des personnages ne semble tout noir ou tout blanc et même ceux que nous ne croisons que quelques pages sont intéressants. S’il s’agit d’un lieu totalement inconnu, il est bien décrit pour qu’on ne s’y perde pas, assez pour l’imaginer sans peine mais pas trop pour ne pas être envahi d’informations inutiles.

Tout y est pour faire un bon roman de fantasy : des castes, de la politique, des moments sombres, des rebelles, de la trahison et de l’amitié. Le fait que Grise et Cyrus évoluent doucement au fil des chapitres est fait de manière convaincante et au vu de ce qu’ils vivent. Ils font des erreurs, ils ne dérogent pas à leurs principes mais ils assimilent ce dont ils sont témoins et grandissent peu à peu. Un point aussi sur Quint qui permet de rendre Cyrus attachant dès le départ (alors que ce n’était pas forcément gagné ! Une belle trouvaille.)

Finalement, la seule chose que je regrette, c’est qu’il s’agisse d’un one-shot. Il y avait matière à rendre les personnages encore plus profonds et l’histoire plus poussée. Néanmoins, c’est aussi agréable d’avoir un roman qui tient toutes ses promesses et se termine en ayant résolu toutes les questions qu’il a posées. Si la révélation finale n’est pas des plus surprenantes, elle est bien amenée et on prend plaisir à voir les personnages la découvrir.

En bref une histoire passionnante menée par des personnages attachants, un goût de trop peu !

Et je viens de découvrir que l’auteur avait écrit plusieurs autres livres, ce qui augure donc de belles lectures à venir j’espère 😛

Tu as promis que tu vivrais pour moi – Carène Ponte

 

Titre : Tu as promis que tu vivrais pour moi

Auteur : Carène Ponte

Editeur : Pocket

Date de Parution : 7 juin 2018 (poche)

   

  • Résumé (éditeur) :

Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte. Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain, l’homme avec lequel elle vit ? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil. Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que celle qui lui manque tant n’avait pas l’intention de se contenter de paroles en l’air et que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait…  

 

  • Avis :

Celui-ci me fait de l’œil depuis un moment et j’ai finalement décidé de céder à la tentation. Bien m’en a pris car je l’ai totalement dévoré !

Si le contexte ne prête pas à rire puisque le roman aborde la dure réalité de la maladie et du deuil, ce roman est malgré tout très positif. Car il encourage justement à vivre et à profiter du bonheur que l’on peut trouver dans ce (et ceux) qu’on aime. Si la vie de Molly est bien rangée : elle a un travail, un copain, vit avec lui dans un appart… elle n’est pas forcément heureuse pour autant. Où sont passés ses rêves ? Est-ce que cela suffit de se dire que, à défaut de la faire rougir et sourire, son fiancé est gentil ? Que si elle a un appart, celui-ci ne lui ressemble pas du tout ? Si Marie poussait déjà de son vivant sa meilleure amie à se poser toutes ses questions, sa mort va faire un électrochoc à Molly. Car, tout ce qu’elle ne peut plus faire, Marie va demander à Molly de les vivre pour elle et donc, de vivre pour deux. J’ai beaucoup aimé ce roman qui montre la difficulté de faire son deuil et de répondre ou non aux demandes d’une personne que l’on a tant aimé et qui est à présent décédée. La fin du roman m’a même surprise et on comprend parfaitement bien les réactions de Molly. Avec douceur, le roman aborde aussi la volonté qu’il faut pour réussir à sortir de son quotidien « facile » pour essayer de faire quelque chose d’autre de sa vie, de la reprendre en main, d’essayer de vivre ses rêves et d’oser dire les choses et les faire. Il est toujours plus facile de tout remettre à demain.

En bref un joli roman qui fait du bien au moral !

 

 

Déracinée – Naomi Novik

 

Titre : Déracinée

V.O. : Uprooted

Auteur : Naomi Novik

Traducteur : Benjamin Kutzer

Editeur : J’ai Lu

Date de Parution : 26 septembre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Patiente et intrépide, Agnieszka parvient toujours à glaner dans la forêt les baies les plus recherchées, mais chacun à Dvernik sait qu’il est impossible de rivaliser avec Kasia. Intelligente et pleine de grâce, son amie brille d’un éclat sans pareil. Malheureusement, la perfection peut servir de monnaie d’échange dans cette vallée menacée par la corruption. Car si les villageois demeurent dans la région, c’est uniquement grâce aux pouvoirs du « Dragon ». Jour après jour, ce sorcier protège la vallée des assauts du Bois, lieu sombre où rôdent créatures maléfiques et forces malfaisantes. En échange, tous les dix ans, le magicien choisit une jeune femme de dix-sept ans qui l’accompagne dans sa tour pour le servir. L’heure de la sélection approche et tout le monde s’est préparé au départ de la perle rare. Pourtant, quand le Dragon leur rend visite, rien ne se passe comme prévu…

 

  • Avis:

J’ai découvert Déracinée sur les réseaux sociaux, voyant régulièrement passer le résumé et celui-ci m’intriguait. Donc, lorsque J’ai Lu a proposé des partenariats sur ce titre, je n’ai pas hésité bien longtemps à tenter ma chance. Et je dois dire que je suis bien contente de l’avoir fait !

Je ne m’attendais pas à autant aimer ce roman. Je pensais bien qu’il allait me plaire évidemment, mais le début m’avait mis un léger doute… vite disparu après quelques pages.

Agnieszka est un personnage entier qu’il est très agréable de suivre et de voir grandir. L’amitié qui les lie, Kasia et elle, est l’une des pierres angulaires du roman et est magnifique. On découvre deux jeunes filles soudées mais sans le côté « l’amitié est parfaite ». Non, la jalousie, l’insatisfaction, l’envie sont présentes elles aussi mais, comme dans la vraie vie, on aime nos amis comme ils sont et l’on n’est pas toujours d’accord avec eux ou avec leurs choix ou leurs manières de penser. Agnieszka et Kasia sont un duo qui m’a entraîné dans l’histoire et que j’aurais certainement suivie même si l’intrigue ne m’avait pas autant plu.

Mais voilà… L’intrigue était géniale. Le début nous met directement dans l’ambiance de la vie près du Bois, ce bois dont il ne faut pas s’approcher, ce bois qui enlève et qui tue, qui modifie les gens et les rend horriblement différents, inhumains. Sa présence est dans toutes les pages comme celle du Dragon qui vient tous les dix ans prendre une fille et l’emmène dans sa tour pour les dix années suivantes. Ah le Dragon, encore un personnage qui évolue ! J’ai tout de suite eu beaucoup de tendresse pour cet homme et ses galères en relations humaines. Et pour son travail avec le Bois.

Evidemment… Le Bois. Tout au long du roman, le Bois est fascinant. Qu’il émerveille ou dégoûte, on veut toujours en savoir plus sur ce qu’il contient, sur la manière dont il a été créé et pourquoi… Et j’ai véritablement apprécié que l’auteur nous donne toutes les informations au bon moment.

Et que serait la fantasy sans un peu de politique chez les nobles ? Là aussi l’intrigue est bien menée et s’enracine parfaitement dans l’ouvrage. Des petits détails glissés ça et là au début du roman prennent ensuite une importance vitale et on sent par là que l’auteur savait parfaitement bien où elle allait mener le lecteur. Tout est minutieusement préparé et l’on a plus qu’à se laisser porter.

Ce roman, ce n’est pas une discussion sur le bien et le mal mais bien une belle histoire sur les relations entre l’homme et la nature. La Féerie de la forêt et son côté maléfique tout à la fois, unies comme nos qualités et nos défauts le font finalement aussi. Je ne peux pas en raconter trop au risque de spoiler mais les personnages que nous découvrons au fil des chapitres ont tous une importance particulière. Leurs vécus, comme leurs caractères, sont exploités et les font paraître plus vrais que nature. J’ai frémi avec eux, j’ai croisé les doigts et j’ai été triste ou abasourdi par les événements qui se déroulent tout au long du roman. Rares ont été ceux auxquels je m’attendais et je ne me suis pas réellement posée de questions sur la suite tant j’avais de toute manière du mal à m’arrêter de lire.

En bref un beau coup de cœur pour cet ouvrage qui vient de s’enraciner profondément dans ma bibliothèque ! J’ai hâte de lire d’autres ouvrages de l’auteur.