Dynasties, tome 1 : Entre les flammes – Ilona Andrews

 

Titre : Entre les flammes

Série : Dynasties

V.O. : Hidden Legacy

Auteur : Ilona Andrews

Traducteur : Guillaume Le Pennec

Editeur : J’ai Lu pour Elle

Date de Parution : 26 Avril 2017

 

 

  • Résumé :

Il y a plus d’un siècle, des scientifiques ont créé un sérum permettant de développer des dons d’ordre surnaturel. Depuis, ces gènes se transmettent de génération en génération…

Détective privée, Nevada Baylor peut détecter les mensonges chez autrui. Alors qu’elle s’apprête à affronter le challenge le plus ardu de sa carrière, retrouver un certain Adam Pierce, elle se fait kidnapper. Son ravisseur ? Rogan, un séduisant milliardaire aux grands pouvoirs. Entre le désir de fuir et celui de s’abandonner à lui, Nevada hésite…

 

  • Avis :

Bon, premier point, je trouve le résumé un peu simplet au vu de l’histoire. Ne vous y fiez donc pas si vous pensez en le lisant qu’il s’agit d’une petite amourette saupoudrée de paillettes magiques. Pour avoir lu les quatre premiers tomes de Kate Daniels (avant que leur traduction ne s’arrête mais c’est une autre histoire et, en plus, Kate Daniels revient *-*), je connaissais déjà la plume du couple Ilona Andrews.

L’intrigue est menée d’une main de maître et les événements s’enchaînent rapidement sans pourtant jamais perdre le lecteur. Si le roman prend soin de présenter les personnages, c’est par petites touches, au moment opportun et lorsque l’intrigue a besoin de montrer un nouveau jour de leur personnalité ou de leur histoire. Nevada est une héroïne totalement badass qui garde néanmoins un côté très humain. Son amour des siens et sa volonté de tout faire pour préserver les autres la pousse à se mettre elle-même en danger. Cependant, elle réfléchit toujours aux conséquences de ses actes et ne choisi de faire quelque chose que si elle le juge juste. Sa répartie est un régal à lire et on ne peut que s’attacher à cette jeune femme qui cache beaucoup de failles sous une carapace forgée au fil des ans.

On ne sait finalement pas tant de choses que cela sur Rogan mais il arrive à être aussi insupportable qu’attachant et j’ai vraiment hâte d’en apprendre plus sur lui. Dans ce tome-ci, son caractère comme ses manières sont aussi rigides qu’attirantes (oui, Rogan est tout en nuances 😛 ) et j’ai adoré le binôme qu’il forme avec Nevada. Leurs dialogues sont de jolis moments d’humour entre des moments d’actions véritablement prenants qui permettent à la tension de redescendre. Les passages Augustin/Rogan sont d’ailleurs des petits moments bienvenus d’ambiance cours de récré que j’ai adoré.

La hiérarchisation des maisons est présentée de manière assez rapide pour le moment, le roman se concentrant vraiment pour mettre en place le background tout en présentant une histoire à la résolution complète (même s’il y a évidemment beaucoup plus derrière celle-ci). On comprend malgré tout que les maisons dominent et s’affrontent autant qu’elles se soutiennent. J’imagine qu’on en saura beaucoup plus lors du second opus qui devrait avoir une intrigue plus complexe politiquement parlant, notamment au niveau de la représentation des maisons entre elles. Le côté rigide de leur éducation et de leur manière de voir le monde s’oppose radicalement à la famille où Nevada a grandit, la loyauté des premiers étant faite par devoir alors que celle de Nevada réside dans l’amour et le respect qu’elle voue à ceux qui l’entourent.

Ce premier tome pose donc les bases d’une histoire prenante, permettant la résolution d’une intrigue pour en annoncer une beaucoup plus vaste. On ne s’ennuie pas un seul instant et les pages se tournent à toute vitesse, amenant autant de résolution que de questions.

En résumé une intrigue qui vous emmène tambour battant et des personnages totalement irrésistibles. Que demander de plus ?

 

 

Zombitions – Aurélie Mendonça

 

Titre : Zombitions

Auteur : Aurélie Mendonça

Editeur : Rebelle

Date de Parution : 2014

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Depuis le début de l’humanité, la fine fleur des guerrières, les Nécrocides, contrecarrent les Maîtres Zombies dans leurs plans de domination du monde.
Jusqu’à la dernière génération, les lignées de tueuses s’en sortaient plutôt bien, et aucune Apocalypse ne fut à déplorer. Puis arrive Evangeline Rose. Née dans une famille où se sont brillamment illustrées toutes les précédentes tueuses, Evy peine à marcher dans leurs pas. Ne devant sa survie qu’à une chance insolente, c’est pourtant sur sa génération que va peser le plan final des Maîtres. Pour son plus grand malheur, elle devrait mettre de côté shopping et écriture de romans pour se consacrer à la mission qui fait d’elle une Nécrocide.
Mais allez sauver le monde avec un Microbe dans le tiroir.

 

  • Avis :

Zombitions est un roman qui nous propose de vrais zombies mais avec une intrigue particulière puisque ces derniers sont créés par un Maître Zombie, de manière un peu aléatoire. C’est d’ailleurs peut-être encore plus effrayant de savoir qu’une banale personne, assise par exemple à côté de vous dans le métro, peut soudainement être infectée et décider que votre bras ferait un bon casse-croûte. Une fois mordu, bien évidemment, il est coutume de mordre quelqu’un d’autre et ainsi de suite.

Pour pallier à ce petit problème, l’auteur nous présente Evy, Nécrocide de son état. Vouée à devoir tuer les zombies avant qu’ils ne pullulent et ne signent la fin de l’humanité, Evy aurait préféré avoir une toute autre vie que celle-ci. Aussi a-t-elle décidée qu’elle pouvait tuer des morts mais avec classe. Et ce en étant bien habillée. Car, pour la magie, Evy n’est pas très douée… et doit plutôt sa survie au fait qu’elle est très chanceuse !

J’ai adoré le personnage, son humour et ses expressions, tout comme l’amour qu’elle porte à sa famille même si celle-ci est loin d’être la famille dans laquelle elle aurait voulu grandir. Et surtout loin d’être la famille dans laquelle elle voudrait voir grandir sa fille. Car le roman, en plus des morts-vivants, nous fournit une jolie intrigue familiale, sur la volonté d’être une source de fierté pour ses proches tout en restant fidèle à ses propres croyances et volontés.

Et de la volonté, Evy en a ! Il vaut mieux d’ailleurs lorsqu’on est enceinte et confrontée à la fin du monde imminente ! Cette fois du monde est le fil rouge du roman et on la voit arriver petit à petit, rendant le roman de plus en plus addictif, en quête d’informations sur la manière dont va s’achever le récit.

Je suis néanmoins restée frustrée devant la fin, beaucoup trop rapide à mon goût. Puisque je me suis attachée à Evy, j’aurai aimé en savoir plus sur ce qui s’est réellement passé, d’autant plus que les scènes d’actions tout au long du livre m’avait beaucoup plu. Malgré tout, cette fin « sans fin » donne un petit côté mystérieux au roman et donne donc encore plus envie d’avoir le second entre les mains pour retrouver les personnages et peut-être en savoir davantage sur ce qui s’est réellement passé.

En bonus, certains moments m’ont particulièrement fait sourire, notamment les participations d’Evy au NaNoWriMo, ce challenge d’écriture envers soi-même que j’ai tenté pour la première fois en Novembre dernier (avec bien moins de succès qu’Evy ! Comme quoi, peut-être qu’une Apocalypse Zombie m’aurait mieux motivée 😛 )

En bref, un roman prenant avec une intrigue bien ficelée et des personnages hauts en couleur qui sauront vous entraîner dans un monde où Zombies et Nécrocides sont susceptibles d’être vos gentils voisins.

Merci aux éditions Rebelle pour cette belle découverte ~

La meneuse d’âmes, T1 L’appel de la faux – Sobian Welsh

 

Titre : L’appel de la faux

Série : La meneuse d’âmes

Auteur : Sobian Welsh

Editeur : Rebelle

Date de Parution : 10 Octobre 2015

 

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Cette histoire est celle de Lily Patterson, qui, peu de temps avant son dix-neuvième anniversaire, apprend une étrange nouvelle.
En effet, ses parents lui révèlent qu’elle est en réalité issue d’une famille de « Faucheurs » et que sa vie se résumera désormais à prendre des âmes pour les faire passer dans l’Au-delà. Ebranlée par cette nouvelle, Lily tente par tous les moyens de conserver une vie normale. Mais c’est sans compter sur la détermination de son étrange instructeur, Cam. Si celui-ci semble à peine humain, les techniques qu’il emploie pour lui apprendre cette vocation atypique sont encore plus déroutantes. Et Lily n’est pas au bout de ses surprises.

 

  • Avis :

Merci à Astrid et aux éditions Rebelle pour ce service presse ❤

Le roman nous permet de faire la connaissance de Lily, adolescente parfaitement normale jusqu’à ce qu’on lui annonce qu’elle est une faucheuse. Et évidement, devoir récupérer les âmes de personnes mourantes à longueur de temps n’était pas vraiment ce qu’elle avait imaginé comme plan de carrière (et on la comprend !). Manque de bol, le boulot est inscrit dans ses gênes de générations en générations et on ne lui demande pas son avis.

J’ai trouvé que la manière dont réagissait Lily était bien menée et on ne peut que compatir et s’attacher au personnage. Notamment avec tout ce qui lui tombe dessus si rapidement. Parmi ce qui lui tombe dessus, il y a Cam. Eeeeet c’est là ce qui m’a un peu gêné. J’ai bien aimé Cam (comment faire autrement ?! 😛 ) mais sa propension à vouloir qu’elle soit obéissante m’a rapidement tapé sur les nerfs. Outre ce trait de sa personnalité, j’ai adoré le reste de l’histoire. Autant l’intrigue que les personnages et les relations que ces derniers ont les uns avec les autres.

Qu’il s’agisse des différentes « races » que nous rencontrons ou de l’intrigue générale, on sent que l’auteur sait parfaitement où elle va et que tout a été minutieusement travaillé. J’ai beaucoup aimé le rapport aux croyances égyptiennes tout comme la manière de présenter les Djinns. Les événements qui jalonnent le roman font que l’histoire va à toute allure et on ne s’ennuie pas un seul instant au fil des pages.

L’ouvrage nous présente une histoire complexe, autant basée sur des croyances anciennes que sur une idée de communauté cherchant à s’accaparer un pouvoir que personne ne devrait être en mesure de posséder et encore moins de soumettre. Le côté « faucheuse » de Lily permet aussi aux lecteurs de trouver une empathie avec elle dont le futur parait bien sombre et dont les nouvelles responsabilités ont l’air de peser lourd. J’ai beaucoup aimé celle qui est pour moi son pendant, Mina et leurs disputes permettant de souffler dans la lecture avec amusement. Et une mention spécial à Ruben que j’ai adoré !

Au final, une bonne histoire et une intrigue très intéressante qui m’aura fait passer de bons moments.

Vamp in Love – Kimberley Raye

 

Titre : Vamp in Love

V.O. : Dead-End Dating

Auteur : Kimberley Raye

Traducteur : Christine Barbaste

Editeur : Fleuve Noir

Date de Parution : 11 Juin 2009

 

 

 

 

  • Résumé :

Je me présente : comtesse Lilliana Arabella Guinevere du Marchette mais appeler-moi Lil. Je suis une vampirette de 500 ans addict aux cosmétiques et dont la garde-robe est garnie pour
… l’éternité. Mon genres d’hommes ? Plutôt Brad Pitt que Marylin Manson. Le noir ? Très peu pour moi merci. Question alimentation, je ne suis pas du genre à rôder dans les rues pour mordre mes victimes (sauf s’il sagitde beaux garçons consentants), je préfère boire du sang dans un verre à cocktail. Dernier détail : je suis une incorrigible romantique ! D’où l’idée de lancer une agence de rencontre ; bon moyen de joindre l’utile (combler un gouffre financier d’acheteuse compulsive) à l’agréable (permettre à des humains,vampires et gourous esseulés de trouver l’âme soeur), et surtout d’échapper l’entreprise familiale.
Ainsi naît Vamp’n’Love. Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, une vampire-chasseur-de-primes sur les traces d’un tueur en série s’est présenté à l’agence. Son allure, son odeur… terriblement sexy ! Seulement c’est un  »mordu » et non un vampire de naissance. Impossible dans ces conditions d’envisager quoi que soit. Mais bon, il arrive parfois qu’on se laisse emporter par ses bas instincts..

 

  • Avis :

(lu en Novembre 2015)

A la recherche d’un roman sympa et sans prise de tête, je me suis tournée vers Vamp’n’love.

Nous faisons donc ici la connaissance de Liliana (Lil pour les intimes) qui ne veut désespérément pas travailler dans l’entreprise de son père (où les employés sont habillés en vert pomme des pieds à la tête, ce qui est pour elle une immonde faute de goût et justifie totalement sa non-adhésion à entrer dans l’entreprise familiale). Vampire atypique, Lil croit au grand amour et au fait que chacun doit avoir la chance d’être heureux avec une personne faite pour lui. C’est ce but qu’elle crée Vamp’N’Love.

Seulement, entre les vampires, les humains et les autres créatures, il est difficile de trouver la perle rare pour tout le monde. Notamment au départ où les clients sont peu nombreux et où les factures s’accumulent rapidement.

On découvre d’ailleurs la différence entre les vampires de naissance et les mordus, ces derniers étant bien mal considérés par les premiers. Et jamais Lil ne s’est réellement intéressé à un mordu. Pas pour elle-même en tout cas. Jusqu’à sa rencontre avec Ty Bonner, le très sexy Ty Bonner (oui, la précision était nécessaire). Il faut pourtant savoir que ce dernier ne vient pas pour lui compter fleurette mais pour enquêter sur des enlèvements de femmes ayant typiquement le profil des clients de Lil.

Et donc, entre les débuts de Vamp’n’love et les efforts de Lil pour caser tout un chacun, l’intrigue nous propose une enquête visant à retrouver un meurtrier en série. Une bonne enquête d’ailleurs puisque sa conclusion m’a réellement surprise !

Si l’enquête est intéressante, la vie de Lil ne l’est pas moins et j’ai beaucoup ri à la voir essayer de se défaire des prétendants qu’essaie de lui imposer sa mère. Notamment des conversations assez surréalistes sur le quotient orgasmique ou la pourcentage de procréation (qui suffit à faire de vous un bon parti ou non chez les vampires de naissance. Oui, ça fait rêver. Ou pas.) On retrouve ici un état d’esprit complètement arriéré sur le fait que les hommes peuvent papillonner mais que les femmes doivent procréer et on comprend bien l’envie de Lil d’échapper aux remarques désobligeantes de ses parents. Notamment lorsque ses frères (beaux à se damner eux aussi, hey ce sont des vampires !) ont tous les droits. Mais sont super sympas.

Au niveau des personnages justement, tous sont hauts en couleurs et, si on s’amuse de leurs petits travers, on s’attache à eux au fur et à mesure que l’histoire avance, nous les rendant plus familiers et, oui, plus humains.

Si le ton est assez léger et que les remarques de Lil prêtent souvent à sourire, l’histoire n’en reste pas moins sérieuse avec une intrigue de tueur en série enlevant des femmes esseulées. En bref un roman drôle mais pas que, des conversations et des quiproquos amusants et des vampires sexy à chaque coin de chapitre = un bon moment à passer !

Tout ça me rend donc très curieuse de me lancer dans le tome 2 ! Ce que je ferai certainement bientôt pour pouvoir suivre les aventures de Lil’ (et de Ty, cela va sans dire 😛 )

Les Ombres de l’Archange – Nalini Singh

 

Titre : Les Ombres de l’Archange

V.O. : Archangel’s Shadows

Série : Chasseuse de Vampires

Auteur : Nalini Singh

Traducteur : Luce Michel

Editeur : J’ai Lu

Date de parution : 8 Avril 2015

 

 

 

  • Résumé :

Ashwini a un pouvoir particulier : elle réussit à lire en vous d’un simple touché. Ce don effrayant ainsi qu’un passé douloureux la force à ne pas s’impliquer dans une relation. Mais une nouvelle enquête va la pousser à faire de nouveau équipe avec Janvier. Entre l’horreur de cadavres décharnés et ses tentatives de cacher ses secrets à son coéquipier, Ashwini aura fort à faire pour démêler le vrai du faux.

 

  • Avis :

La première chose à savoir, c’est que je n’ai pas lu les tomes précédents. Et avant que vous pensiez que je ne sais pas compter je vous rassure : oui je sais bien qu’il y a forcément six tomes avant le septième. Il s’agit d’un partenariat et je remercie Louve, le forum Mort-Sûre et les éditions J’ai Lu pour celui-ci ~

Sachant que je ne les ai pas lu, je ne vais donc pas du tout vous parler de l’intrigue générale de la série ou du plaisir de retrouver certains personnages. Car, même si j’ai réussi à comprendre globalement ce qui c’était passé dans le précédent tome, je ne connaissais pas du tout les personnages. Total surprise ! 😛

Si j’ai certes été un peu perdue au départ, je suis finalement rentrée assez vite dans l’histoire. Nous suivons donc ici Janvier et Ashwini aux prises avec un immortel réussissant à aspirer la vie de ses victimes. Leur relation à tous deux est basée sur une confiance mutuelle et un flirt joueur et j’ai beaucoup aimé leurs joutes verbales. On sent bien qu’ils sont l’un et l’autre profondément amoureux et il s’agit donc pour Ash de réussir à lui avouer ce qu’elle cache avant de se lancer à cœur perdu dans l’aventure.

J’ai lu certaines chroniques disant que Janvier et Ash n’étaient pas le couple préféré des lecteurs et que ce tome était un peu moins bon que les précédents… en plein découverte de la série, je dois dire que, pour ma part, je l’ai apprécié ! Et je suis très curieuse d’en savoir plus sur certains autres personnages. Notamment Naasir qui est vite devenu mon chouchou ainsi que Dmitri et Illium.

Concernant l’intrigue, elle est vraiment très bien menée, entre horreurs et petites victoires et j’ai tourné les pages avec plaisir et curiosité à la fois. Les indices arrivent au compte-goutte et tout n’est pas résolu d’un claquement de doigts, ce qui est vraiment appréciable. Même si certaines ficelles sont plus faciles à voir que d’autres.

Au final donc, un tome que j’aurai beaucoup aimé malgré ma non-lecture des précédents opus. Que je lirai d’ailleurs peut-être ! Ou alors le suivant puisque Naasir il y aura certainement 😛

 

 

Les Anges sont de mauvais poil – Sophie Jomain

Titre : Les Anges sont de mauvais poil

Série : Félicity Atcock

Auteur : Sophie Jomain

Editeur : Rebelle

Date de Parution : 12 Octobre 2013

 

 

 

Tout d’abord un grand merci aux éditions Rebelle pour ce roman !

 

  • Résumé :

Le club de Stan a brûlé et les vampires ont donc élu domicile dans le jardin de Félicity en attendant de retrouver un coin plus propice où traîner leurs crocs. Mais si Tony est un vampire « fréquentable », on ne peut pas vraiment en dire autant de Jérémy et ce dernier a eut le temps de se faire quelques ennemis depuis sa renaissance. Cette fois, ce sont les changelins qui débarquent à la porte de Félicity et une chose est sûre : ils n’ont vraiment pas l’air contents.

 

  • Avis :

ATTENTION SPOILERS SI VOUS N’AVEZ PAS LU LE DEUXIÈME TOME

 

J’avoue… Je n’avais pas suivit la révélation contenue à la fin du second tome et ce n’était pas à cela que j’avais pensé en lisant les dernières lignes.

La révélation m’a donc fait ouvrir des yeux ronds au début de ce roman-ci, croyant avoir sauté un chapitre (alors que c’est mon côté déduction qui en avait allégrement sauté un !)

Alors, alors… que dire… Y’a Stan ! Plein de fois Stan ! Et j’ai eu envie de baffer Terrence. Moins que Jérémy certes mais ils n’entrent pas dans la même catégorie non plus. J’ai assez adhéré avec le choix de Félicity de ne pas vouloir savoir à l’avance qui était le père du bébé. La décision est effectivement égoïste mais elle démontre aussi une vulnérabilité que Félicity ne montre pas souvent. Qu’il s’agisse de Stan ou de Terrence, il est normal qu’elle veuille qu’ils se sentent concernés et qu’ils s’impliquent dans sa grossesse même si l’un des deux sera forcément déçu à terme. Et je dis bien déçu car je ne les vois, ni l’un ni l’autre, être soulagé de ne pas faire « légalement » parti de sa vie.

Si Terrence est assez peu présent dans ce tome, Stan y est par contre à son aise et je l’affirme de nouveau : j’adore ce personnage ! Son côté blasé, à l’aise en toutes circonstances, malicieux et calculateur… Bref, Stan reste mon chouchou sans hésitation !

On découvre aussi dans ce tome les Changelins et, pour ceux qui connaissent le terme, l’intrigue est assez logique. Ce qui ne l’empêche pas d’être intéressante à suivre. J’ai malgré tout eu une baisse d’attention vers les trois-quart du roman avant d’être de nouveau totalement happée par l’histoire. ça bouge dans toutes les sens, c’est bourré de rebondissements et ça donne envie de continuer.

Puis cette fin… Merlin cette fin !

Qui me fait grogner de ne pas avoir le tome suivant sous la main !

 

 » – Je suis moi-même le fruit d’une union de ce genre, ce n’est pas pour autant que j’ai reçu ma lettre pour aller à Poudlard ! »

Rebecca Kean, T1 Traquée – Cassandra O’Donnell

Titre : Traquée

Série : Rebecca Kean

Auteur : Cassandra O’Donnell

Editeur : J’ai Lu

Date de Parution : 2 Mars 2011

 

 

 

  • Résumé :

Rebecca Kean est une sorcière de guerre mais, désireuse de laisser son passé derrière elle, elle s’installe à Burlington. La délinquance est ici quasi nulle et elle espère vivre une vie paisible avec sa fillette, loin des dangers et de la magie. Manque de bol : la petite ville concentre à elle seule le plus grand nombre de créatures surnaturelles presque au mètre carré.

Pour avoir une chance de survivre, elle ne va donc pas avoir d’autre choix que de sauter à pieds joints dans les ennuis. Confrontée aux vampires, loup-garous, démons, muteurs et sorcières du coin, elle aura bien du mal à garder le sourire. Et à retenir ses pulsions. Quelle qu’elles soient.

 

 

  • Avis :

J’ai papillonné d’un début de livre à l’autre durant quelques jours sans réussir à m’intéresser assez à un prologue pour me plonger totalement dans une histoire.

Les choses ont changé une fois lancée dans Rebecca Kean ! J’ai beaucoup aimé cette héroïne qui n’aspire qu’à la tranquillité d’une vie avec sa fille et sa meilleure amie. Et ce, même si elle sait parfaitement que ses secrets seront éventés par les deux un jour ou l’autre. Pourtant, elle tente désespérément de faire illusion, travaillant et vivant comme si elle et Léonora, son enfant, n’étaient pas si différentes des humains lambdas.

J’ai crains un moment que le fait que Rebecca soit très puissante m’agace par le côté « superwoman » mais, au final, le contexte réussit à faire que non. La personnalité de Rebecca contribue grandement à ce qu’elle possède un côté vulnérable et elle-même ne semble pas réellement consciente de tout ce qu’elle représente. Ce qui promet d’ailleurs beaucoup de rebondissements pour les tomes suivants.

Ce premier opus ne se contente pas de nous présenter les personnages mais nous entraîne aussi dans une enquête pour retrouver des créatures surnaturelles disparues. Ce qui nous permet de rencontrer les grands pontes surnaturels de la ville, qui deviendront sûrement encore plus importants par la suite.

On s’attache évidemment à Léo, de même qu’à Bruce et j’ai vraiment adoré William. Je suis très curieuse de Baetan et, bien sûr, j’ai totalement craqué pour Raphaël (que voulez-vous, je suis faible !).

Au final, j’ai vraiment bien fait de suivre le conseil de Cassandra O’Donnell qui, aux Halliennales, m’avait dit « Tu as lu Sans Orgueil ni Préjugé mais pas Rebecca Kean ?! Lis-les tu verras, ça va te plaire ! »

Effectivement !

 

Pour le plaisir, quelques citations, dont la première phrase

 

« Je me demandais si je devais rouler sur le cadavre. »

 

« Si tu avais mon âge et expérience, tu saurais que les choses les plus graves s’annoncent toujours d’un ton léger. ça ne les rend pas moins inquiétantes mais plus agréables à entendre. »