Les Liés – Elle Séveno

Titre : Les Liés

Auteur : Elle Séveno

Editeur : CyPLoG

Date de Parution : 10 octobre 2019

  • Résumé (éditeur) :

Et si l’amour devenait son plus grand combat ?

Carline a dix-sept ans quand son monde bascule.

Elle qui aspirait à traverser l’adolescence sans encombre, voilà que son âme se lie à celle d’un garçon : Vadian. Star du lycée. Charismatique, passionné et inébranlable.

 Vadian qui lui plaît beaucoup trop dans un monde hostile où les Liés sont traqués.

Parce que deux âmes sœurs ne sont plus vraiment comme les autres…

Alors que les jours passent, que l’attraction grandit et que le danger guette, Carline va très vite devoir faire un choix : taire sa nouvelle nature ou l’accepter.

Quoi qu’elle décide, le temps est compté.

  • Avis :

J’ai eu la chance de découvrir ce roman en avant première grâce aux éditions CyPLoG, que je souhaite tout d’abord remercier pour leur confiance, ainsi que pour ces très belles découvertes que sont « Les Liés » et la plume d’Elle Séveno !

J’ai d’abord été séduite par le résumé intriguant du roman (et cette jolie couverture au passage), alors je vais tenter de contextualiser sans vous gâcher la découverte ^-^ L’histoire se déroule environ deux siècles après notre époque, l’humanité a eu le temps de poursuivre sa destinée. Dans un monde sur-pollué, où la stérilité devient un problème courant et très inquiétant, des dirigeants inertes se sont retrouvés confrontés à des adolescents révoltés dans les rues, et ils ont mis en place un contrôle intense sur la population pour la « protéger », avec caméras, milices et tout le tintouin qu’on peut imaginer.

Bien sûr toute cette politique n’est qu’une partie de l’iceberg, un autre sujet plus important entre en jeu dans cela : Les Liés. Qui sont-ils exactement ? Ces contrôles permettent-ils vraiment d’assurer la tranquillité de la population, ou bien cachent-ils une réalité bien plus inhumaine ?

C’est dans toutes ces interrogations que vous rencontrerez Carline, jeune fille de 17 ans. Vous n’en saurez pas beaucoup plus qu’elle, et l’on découvrira les choses en même temps que cette demoiselle qui vous rappellera peut-être vos propres interrogations et comportements d’adolescent(e). Les réactions des adolescents sont en effet très crédibles, et on pourrait totalement être comme eux dans leur situation.

La narration à la première personne, du point de vue de Carline, est un bon choix qui permet de s’attacher encore plus facilement aux personnages, et de s’intégrer pleinement à l’histoire. C’est vite devenu addictif pour moi et je trépignais de poursuivre ma lecture pour savoir ce qui attendait Carline et Vadian, son âme soeur. J’aurais parfois aimé savoir un peu plus les sentiments de Vadian, mais ne les percevoir qu’en partie permet aussi de se sentir dans la peau de Carline (mais vous ne comprendrez pourquoi que si vous vous décidez à ouvrir ce livre, je vous avais prévenus : on garde du mystère !).

Vous l’aurez compris, l’histoire tourne autour de Carline et Vadian. J’ai parfois eu l’impression que les autres personnages étaient un peu délaissés, mais je n’ai pas été très dérangée finalement car on ressent tellement bien dans l’écriture du livre que Vadian et Carline représentent tellement tout l’un pour l’autre, que cela justifie que parfois les autres soient à l’arrière plan. L’amour c’est parfois être égoïstes à deux !

Et leur amour est tellement bien écrit et décrit, j’ai totalement accroché à ce couple et à leur lien qui est supérieur à tout le reste. Le concept de Liés a l’air tellement fort et beau et super, moi qui aime croire à l’existence d’âmes soeurs je ne peux qu’être conquise par le concept (bon, ok, dans un autre contexte que le leur quand même… haha je vous tease ! Ca fonctionne dites moi ? :p). Et malgré tout, les réactions que les personnages peuvent avoir sont réalistes, eux aussi peuvent connaître les doutes et les tourments qu’on vit durant des disputes de couple, même s’ils s’échangent des déclarations passionnées et se savent au plus profond d’eux liés à l’autre…

J’ai vraiment aimé découvrir les aventures de Carline et Vadian, et tout cet univers qui était bien pensé et justifié. Je me répète mais j’ai vraiment adhéré à leur histoire d’amour, j’ai pu ressentir toutes les émotions qui s’en dégageaient et je suis passée du rire, au bonheur en traversant des phases de rage et de tristesse au fil des pages. De bonnes surprises dans la trame de l’histoire également. J’étais un peu triste de refermer ce livre (mon esprit s’est dit « oh non déjà ? ») car j’aurais aimé être encore en compagnie de Carline et Vadian. Si j’étais contente de découvrir un one-shot à la base, au final j’en ressors avec le souhait de pouvoir encore plonger dans l’univers des Liés, c’est dire !
En bref, pour moi ce fut un coup de coeur que j’ai pris grand plaisir à lire ! Si vous étiez tenté par ce roman, n’hésitez plus foncez !

~ Encore merci aux éditions CyPLoG pour ce service presse !

Publicités

1 million de vues – Jeremy Behm

 

Titre : 1 million de vues

Auteur : Jeremy Behm

Editeur : Syros

Date de Parution : 29 Août 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Connor, Dan, Axl, Jade, Nathan.
Youtubers débutants, ils ont déjà quelques milliers de followers. Chacun sa spécialité : humour trash, musique, drague, jeux vidéo…
Leur ambition ? Remporter un concours pour devenir les influenceurs de demain.
A la clé : salaire mirobolant, voyages, avantages en nature…
Ils ont un mois pour faire le buzz.
Et tous les coups sont permis.
Ce qu’ils ont à gagner est considérable.
Mais ce qu’ils ont à perdre est bien plus grand encore…

 

  • Avis :

Ce roman, je voulais le lire par curiosité car toutes les vidéos qui pullulent sur youtube, toute la course aux likes et à la popularité sont des notions qui m’intéressent pour pouvoir les travailler avec les adolescents. J’ai été happée dès le début par ce roman et j’ai eu bien du mal à le lâcher tant il met en place un suspense haletant. En vérité, si je devais définir ce texte en une seule phrase, je dirai qu’il est effrayant de réalité.

Les adolescents que nous découvrons dans ce roman aspirent à être autre chose que ce qu’ils sont, à avoir une vie meilleure et à s’en sortir par eux-mêmes. Qui n’a jamais rêver de ça ? Ils sont assez différents pour faire un panel des milieux sociaux qui peuvent se croiser, des passions que l’on peut avoir et des difficultés à réussir à s’exprimer. Qu’on les apprécie ou pas, ils ont tous des forces et des qualités à proposer. Mais leur volonté à vouloir croire en eux se heurte ici à l’intelligence malsaine des adultes.  Il y a une véritable réflexion de fond sur la notion de puissance économique et de pouvoir, tout comme sur le fait qu’il est facile d’agiter de l’argent devant le nez de personnes qui en ont besoin. J’ai apprécié qu’il y ait une explication finale sur la société, le pouvoir et le pourquoi.

Ce qui démarre comme une opportunité va vite se transformer en combat de vues et d’abonnées avec une question sous-jacente : que sommes-nous prêt à faire pour gagner ? Jusqu’où peut-on aller ? Et qui est à blâmer s’il n’y a pas de règles explicitement écrites ? Le choix de Connor comme personnage principal est intéressant car il est celui qui semble le plus avoir les pieds sur terre, qui réfléchit aux implications  de ses actes et qui cherche à créer plutôt qu’à détruire. Mais Connor est aussi l’un des seul qui a un soutien parental réel. Il y a donc là aussi une réflexion à avoir sur le sujet… Mais il y a surtout tout un questionnement sur ses propres actes et sur notre propre conception de limites.

Le roman s’intéresse aussi au fait de chercher à sortir de sa condition, aussi bien en y rêvant qu’en se donnant les moyens de le faire. Toute la question reste de savoir quels moyens nous allons utiliser pour se faire et si ces moyens vont avoir des incidences dramatiques sur nous-mêmes, nos proches ou d’autres.

En bref un roman qui pousse à la réflexion ~

Moon Brothers – Sarah Crossan

 

Titre : Moon Brothers

V.O. : Moonrise

Auteur : Sarah Crossan

Editeur : Rageot

Date de Parution : 11 septembre 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Joe Moon a dix-sept ans. Il vient de quitter New York pour aller vivre un temps au Texas. Son frère aîné, Ed, est en prison là-bas. Jugé coupable du meurtre d’un policier, il attend son exécution dans le couloir de la mort. Or, la date approche. Alors Joe veut être là, aider son frère à affronter ces dernières semaines. Car sinon, Ed sera tout seul. Mais voilà qu’un nouvel avocat reprend la défense du condamné… et il a l’air d’y croire. Joe osera-t-il espérer encore ?

 

  • Avis :

En commençant Moon Brothers, je m’attendais à un livre centré sur l’incarcération. Et, effectivement, l’histoire tourne sur l’incarcération d’Ed mais elle tourne surtout sur les liens familiaux. On n’oublie jamais la prison dans laquelle se trouve Ed et la mort qui s’approche jour après jour mais l’histoire s’intéresse surtout à la manière dont cette fratrie fait pour survivre, à la façon dont ils voient la situation, dont ils essaient d’y faire face avec les moyens qu’ils ont à leur disposition. Et ces moyens, ce sont surtout une volonté farouche d’être présents les uns pour les autres et un amour sans borne pour leur frère.

Le roman s’intéresse également aux lois Américaines et à leur complexité. Aux conditions de détention comme à l’injustice de certaines situations. A aucun moment dans le roman, il n’est dit que Ed n’a rien fait du tout. Au contraire, le jeune homme assume les erreurs qu’il a fait. C’est une des choses que j’ai réellement apprécié dans le roman : l’histoire ne donne pas de jugement manichéen mais laisse le lecteur se faire son propre avis en présentant l’histoire telle qu’elle s’est déroulée.

Il est tout autant question de victimes que de bourreaux. Qui est qui finalement ? Qu’est-ce qui justifie d’être d’un côté de la barrière ou de l’autre ? Il est toujours tellement facile de juger sans savoir et de se faire une opinion sur des ont-dits. Joe et Neil sont tous deux victimes de leur famille et ont bien des choses à dire sur le sujet.

Les passages alternent avec le temps présent et les souvenirs de Joe, ce qui nous permet de connaître les personnages et la vie qu’ils ont mené avant ça, de prendre note de leurs difficultés comme de leur force et de les apprécier. Joe est un adolescent à fleur de peau, qui a toujours vécu comme « le gamin dont le frère est en prison pour meurtre ». Comment se construit-on en tant qu’adulte lorsque votre grand frère tant adulé est accusé d’homicide et va mourir car quelqu’un à décidé qu’il devait mourir ?

Joe et Ed ne se sont pas vus durant sept ans et sept ans c’est long. Joe est passé du statut de petit garçon à celui de jeune homme et Ed de celui de jeune homme à un adulte. Quant à Angela, elle est celle qui essaie tout ce qu’elle peut pour que ses frères soient ensembles. Les femmes de ce roman sont tour à tour des piliers et des faiblesses. Leur mère et leur tante, si différentes. Il y a une grande réflexion sur ce qui pourrait arriver si on faisait les choses différemment. Cette question qu’on se pose tous au moins une fois. Mais surtout il ressort de ce roman l’importance d’être présent pour les gens qu’on aime car leur apporter ce soutien permet de rester debout dans les moments difficiles.

En bref un roman dont on ne ressort pas indemne.

Rois de Cendres – K. Ancrum

 

Titre : Rois de Cendres

Auteur : K. Ancrum

Editeur : Milan

Date de Parution : 20 Février 2019

 

 

  • Résumé :
August et Jack n’ont jamais fait partie du même monde. August est discret, alors que Jack est la star du lycée. Pourtant, tous deux partagent bien des secrets, à commencer par leur amitié qui remonte à l’enfance. Quand Jack semble envahi par des hallucinations inquiétantes, c’est le monde d’August qui s’effondre. Il réagit alors de la seule façon qui lui semble envisageable : en plongeant dans la folie de Jack.

 

 

  • Avis :

Ce roman me tentait depuis un bon moment tant par la couverture que par le résumé qui me semblaient tous les deux très intriguant. Et… que dire sans rien spoiler… Je pense que c’est un roman auquel tout le monde n’accrochera peut-être pas mais que j’ai personnellement adoré. Je me suis passionnée pour l’histoire de Jack et d’August qui m’ont bien souvent serré le cœur. Ce sont deux adolescents, livrés à eux-mêmes et qui font de leur mieux avec ce qu’ils ont.

L’histoire nous permet de suivre deux jeunes hommes qui se connaissent depuis leur prime enfance et qui ont toujours été amis malgré leurs différences. A l’école, ils n’évoluent pas dans les mêmes cercles mais, sitôt sortis du lycée, ils sont fusionnels et toujours ensemble. On remarque vite que la relation est un peu biaisée, l’un prenant le pas sur l’autre mais, au fil des pages, on se demande si cela est vraiment le cas. Comme dans toute amitié, il y a des moments où une personne va avoir plus besoin de l’autre ou va être plus « importante » de par sa connaissance sur une chose. Les adultes autour d’eux sont quasiment inexistant ou, en tout cas, ne sont présents que pour ajouter un poids sur leurs épaules. Alors qu’ils sont encore bien jeunes pour s’occuper d’eux-mêmes tous seuls, Jack et August se retrouvent bien souvent à être tout l’un pour l’autre. Ce qui rend très cohérent tout ce qui arrive dans l’histoire. Car, lorsque vos figures parentales vous ont laissé tomber, pourquoi prendre le risque de faire confiance à d’autres adultes pour gérer des problèmes qui concernent ceux que vous aimez ? Pourquoi prendre le risque de laisser d’autres personnes tout foirer alors qu’il est possible que vous vous en sortiez vous-mêmes ?

L’amitié est le ciment de ce roman et il ressort des pages au même titre que le désespoir qui accompagne l’amour lorsque vous voyez quelqu’un que vous aimez être blessé. Lorsque Jack commence à avoir des hallucinations, il n’a qu’August vers qui se tourner et ce dernier endosse aussitôt le rôle de protecteur, avec tous les risques que cela comporte. Le fait que les chapitres soient très courts et proposent des moments quotidiens pousse le lecteur a se retrouver à côté d’August et à comprendre les choix que fait celui-ci. Il se questionne régulièrement sur leur bien fondé, sur ce qu’il pourrait faire de mieux mais son but est de suivre Jack jusqu’au bout et de tout faire pour que ce dernier aille mieux, peu importe le prix.

Malgré les alarmes des amis d’August, malgré les sous-entendus de certains d’entre eux, Jack et August sont comme une seule et même personne qui se persuade que tout finira par s’arranger et que tout va bien. Non, tout ne va pas bien mais pour en savoir plus, vous allez être obligé de tourner les pages…

Un mot également sur la tranche du roman qui s’assombrit au fur et à mesure que l’histoire se noircit également. Le fait que les pages perdent leur blancheur peu à peu, tandis que les deux garçons plongent doucement eux aussi vers le point de non retour apporte une plus valu au texte car le visuel fait aussi beaucoup. Voir les pages s’assombrir ajoute à l’idée d’urgence que l’on ressent en voyant August et Jack se démener…

La fin a été pour moi une réelle surprise et je n’ai plus réussi à lâcher le roman avant d’en avoir l’aboutissement total. L’explication de l’auteur à la fin est clairement à lire et à mettre entre toutes les mains des adultes et adolescents car il est un réel cri du cœur sur tout ce que des jeunes peuvent faire pour s’en sortir seuls.

En bref un roman prenant qui saura vous entraîner dans une amitié fusionnelle aux portes de la folie et qui démontre que, malgré toute notre bonne volonté, nous avons parfois besoin d’être aidé.

 

American Royals, T1 – Katharine McGee

 

Titre : American Royals

Auteur : Katharine McGee

Traducteur : Laureline Chaplain

Editeur : Lumen

Date de Parution : 5 Septembre 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

L’histoire est formelle : le héros de la guerre d’indépendance américaine, George Washington, s’est vu offrir la couronne – mais il l’a refusée. Et s’il avait accepté?

Imaginez un peu que ce soit arrivé… Aujourd’hui, une famille royale règne sur les États-Unis, ses membres sont parmi les personnalités les plus célèbres du monde et vous tenez entre les mains leur histoire ! Car la maison Washington compte trois héritiers… Béatrice, d’abord. À seulement vingt et un ans, l’aînée du clan porte un poids immense sur les épaules : elle sera la première femme à monter sur le trône d’Amérique. Préparée à ce rôle depuis l’enfance, elle fait de son mieux pour satisfaire les attentes de son peuple et se montrer irréprochable… jusqu’au jour où tout déraille !

Ensuite viennent les jumeaux, Samantha et Jeff – un vrai duo infernal –, qui profitent de leur statut de petits derniers pour faire les quatre cents coups sans se soucier des conséquences… Mais peut-on vraiment vivre sa vie comme on l’entend quand on porte le nom de Washington ?

Quand le moindre détail de sa vie intime risque d’être étalé au grand jour sur les réseaux sociaux et à la une de tous les journaux du pays ? Déchirés entre les obligations de leur rang et des penchants bien humains, les membres de la famille royale américaine se débattent sous les feux des projecteurs. Personnages irrésistibles, luttes d’influence et secrets d’alcôve…

 

  • Avis :

Les teasers de Lumen étant toujours aussi intriguant, j’avais hâte de pouvoir découvrir ce roman ! Et je ne regrette pas ma lecture parce que je n’ai pas vu passer les presque six cents pages que fait ce bel ouvrage. On entre directement dans l’histoire et l’alternance des personnages permet de ne jamais s’ennuyer et d’avoir une vue d’ensemble de toutes les situations comme des différents points de vue.

Ce roman fait la part belle aux femmes car quatre d’entre elles vont se succéder au fil des chapitres et des situations. Les difficultés d’être une femme et les efforts à faire pour être « à la hauteur » sont le point d’orgue du récit. Le roman aborde parfaitement bien ce sujet d’actualité.

Une chose m’a cependant un peu dérangée : le côté histoires d’amour omniprésent. Chacune des filles se construit avec un homme, aucune n’est simplement elle-même sans avoir besoin de s’appuyer sur un garçon et j’ai trouvé ça dommage. D’autant plus au vu du fait que Béatrice sera la première Reine de l’histoire à monter sur le trône. L’autrice essaie de nous montrer les difficultés d’être une femme dans le monde de la politique très masculin et, si les discours autour de ce fait sont très bien amenés, le fait que les quatre filles que l’on nous présente soient toutes aux prises avec une histoire d’amour m’a semblé un peu « trop ».

Malgré ça, j’ai apprécié chaque moment de ma lecture comme j’ai apprécié découvrir les personnages. Béatrice est celle qui force le plus le respect, elle qui est née pour être Reine et qui a donc toujours su le fardeau qui allait peser sur ses épaules. Son amitié avec Connor est ultra mignonne et permet d’adoucir le personnage dont les failles ne se voient qu’en privé. Forte en apparence, Béatrice est peut-être le personnage le plus doux du roman et je l’ai véritablement beaucoup aimé.

En total opposition à sa sœur se trouve Samantha. Ah Samantha. LE personnage que j’aurai voulu secouer. Je pense qu’on a tous un jour eu une amie de ce genre. Qui pense que le monde tourne autour d’elle et qui, malgré sa gentillesse, ne se rend pas compte qu’elle est blessante et égocentrique. L’évolution qui est la sienne est cependant intéressante et j’ai hâte de la voir grandir encore.

Nina, la roturière. Nina qui est finalement celle que l’on comprend le mieux. Elle qui peut vivre une vie normale et qui essaie de la préserver malgré tout. Elle qui a un pied dans la « vraie » vie et un autre dans la vie royale. On découvre avec elle l’enfer des réseaux sociaux et les difficultés à être qui on est lorsqu’on est confronté aux regards et aux jugements des autres.

Quand à Daphné… Daphné concentre le côté implacable de ce que certains sont capables de faire pour accéder au pouvoir. Daphné est terrifiante et en même temps… elle est perdue. Car c’est l’une des réussite de ce roman : l’autrice nous présente des personnages qui ne sont pas manichéens. Qui ont des failles et des forces. Qui font des erreurs et qui choisissent de les assumer ou non.

La famille, comme l’amitié, ont la part belle au long du roman et on se prend à se demander ce que serait la monarchie américaine si elle avait existé.

Et cette fin… Cette fin qui fait hurler de frustration ! A quand le second tome ?

 

Ce qui fait battre nos coeurs – Florence Hinckel

 

Titre : Ce qui fait battre nos coeurs

Auteur : Florence Hinckel

Editeur : Syros

Date de Parution : 22 Août 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :
A la moindre émotion, la petite sœur d’Esteban est en danger car elle vit avec un cœur artificiel bas de gamme. En 2030, le marché propose pourtant des organes performants, fabriqués par la société Organic… encore faut-il pouvoir se les payer. Désespéré, Esteban kidnappe Leila, une jeune fille célèbre car « artificielle » à 96%, ainsi que Noah, le riche héritier d’Organic. Le deal? Il relâchera les otages s’il obtient un nouveau cœur pour sa sœur. Commence une nuit de cavale retransmise en direct sur les réseaux sociaux.

 

 

  • Avis :

Le roman nous fait faire la connaissance d’Esteban, un jeune homme calme qui aime lire et dont le monde tourne autour de sa petite sœur. Celle-ci possède un cœur artificiel bas de gamme et est régulièrement sujette à des crises où son cœur s’arrête. Une situation insoutenable pour ce grand frère.

Il y a aussi Leila dont la majorité des organes sont artificiel, excepté le cerveau. Leila n’est quasiment jamais sortie de chez elle et ne connait de la vie que les diverses opérations qu’elle subie et sa chambre aseptisée.

Il y a Maria, qui a bricolé elle-même un avant-bras bionique pour remplacer celui qu’elle a perdu dans l’accident qui a tué ses parents. Une jeune fille blessée, méfiante mais curieuse et avec la volonté de s’en sortir.

Et puis il y a Noah. Noah qui intrigue car il est le seul des quatre personnages principaux à ne pas avoir de voix lors des changements de chapitres.

Ces quatre personnages vont, tout au long du roman, pousser le lecteur à se poser la question suivante : que serions-nous prêt à faire si nous étions dans leur situation ? Les événements qui les ont poussé à se retrouver en cavale, qui les motivent à continuer et qui les emmène toujours plus loin nous auraient-ils fait faire le même choix ? Chacun d’entre eux à un passif qui explique qui ils sont et pourquoi ils sont là et, même si nous n’aurions peut-être pas fait le même choix, il est facile de les comprendre.

La notion d’illégalité est très présente dans le roman mais elle se heurte à d’autres questions, aux toutes puissances des industries, aux lois qui ne prennent pas en compte de nombreuses spécificités, à d’autres qui ferment les yeux et à une technologie qui va tellement vite que, finalement, les lois ne suivent plus.

L’histoire est parfaitement ancrée dans notre réalité actuelle, en preuve les renvois qui sont fait en fin d’ouvrages et qui explicitent les recherches de l’auteur sur le sujet des technoprogressistes. Au-delà d’un roman, l’histoire pose de réelles questions sur le devenir des intelligences artificielles et sur l’interconnexion. Sur tout ce que nous laissons de nous un peu partout, sans y penser un seul instant et sans s’en inquiéter.

J’ai dévoré toute la première moitié du roman tant la cavale m’a tenue en haleine. Ensuite, le rythme se ralentit et ma vitesse de lecture s’en est un peu ressentie (enfin, je dis ça mais disons que j’ai pris le temps de le poser pour manger, je ne l’ai pas abandonné des heures non plus :p ).

Et cette fin… aussi logique qu’effrayante ! Je vous assure que j’ai regardé mon téléphone d’une drôle de façon après, même si on reprend bien vite ses (mauvaises) habitudes.

En bref un roman qui pousse le lecteur a réfléchir sur les implications de la technologie et la manière dont celle-ci est utilisée. Un roman à lire et débattre.

Si loin de l’arbre – Robin Benway

Titre : Si loin de l’arbre

V.O. : Far from the Tree

Auteur : Robin Benway

Traducteur : Sophie Lamotte d’Argy

Editeur : Nathan

Date de parution : 4 Juillet 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Trois adolescents blessés. Trois vies qui se mêlent. Une famille… pour le pire et le meilleur.

Pas évident de créer des liens quand on se rencontre pour la première fois à 16 ans… Grace a passé une année difficile au lycée. Pour aller mieux, elle part à la recherche de sa mère biologique. Mais ce qu’elle trouve, c’est une sœur et un frère. Maya, avec son tempérament explosif, et le doux Joaquin. Entre confidences et craintes, ils vont apprendre à compter les uns sur les autres et à faire la paix avec leur passé.

 

  • Avis :

Quand j’ai commencé ce roman, je m’attendais à une histoire douce, parfaite pour l’été et sans prise de tête. Finalement, je me suis totalement laissée prendre dans l’histoire, je me suis attachée à Grace, Maya et Joaquin et j’ai pleuré avec eux. C’est une belle histoire effectivement, le genre d’histoire qui ne laisse pas indifférent et qui, même si elle est parfois triste, nous rappelle que de bonnes choses peuvent arriver suite à de mauvaises. Je ne sais pas si je suis très claire ?

L’histoire démarre par Grace qui, à seize ans, vient de prendre la grande décision de faire adopter son bébé. Grace… Une adolescente qui ressent tellement d’amour pour sa fille qu’elle choisit de prendre des parents qui sauront et pourront l’élever plutôt que de ne pouvoir offrir à Pêche que ce qu’elle est en mesure d’offrir. Qu’on soit d’accord ou pas avec son choix, les arguments de Grace et la manière dont nous sont présentées les choses font que l’on ne peut que s’attacher à elle. Plus que son bébé, Grace perd son statut social, son innocence et se pose de nombreuses questions sur sa propre adoption.

C’est à ce moment, où elle est le plus perdue, qu’elle découvre qu’elle a une fratrie. Maya, du haut de ses quinze ans, a été adopté par des gens qui l’aiment et qui font tout pour qu’elle ne se sente pas différente d’eux, malgré ses cheveux bruns et son teint mat alors qu’ils sont tous roux. Mais la famille parfaite extérieurement cache elle aussi des secrets, de la même manière que la façade parfaite de Grace tente de masquer qu’elle est intérieurement brisée.

Brisé, Joaquin l’est aussi. Lui qui est passé de famille d’accueil en famille d’accueil depuis son plus jeune âge. Lui qui est persuadé qu’il est un nuisible pour tous les gens qui l’entourent et qu’il ne sera jamais à sa place nulle part. Lui enfin, qui est tellement sûr de souffrir toujours et de ne pas valoir qu’on le connaisse qu’il préfère éviter de trop se rapprocher des gens. La découverte de ses deux sœurs va le faire soudainement devenir un grand frère avec des responsabilités qu’il n’est pas prêt à assumer.

C’est de ces trois gamins à fleur de peau, chacun en plein questionnement, que va parler cette histoire. Elle va les suivre durant quelques mois et le lecteur va les voir grandir et mûrir. Prendre de mauvaises et de bonnes décisions, pleurer, rire et se soutenir. Il y a des histoires où l’on a l’impression que les personnages sont réels. Si loin de l’arbre est l’une de ses histoires. Elle nous démontre que la famille est quelque chose de difficile à comprendre, que chaque famille à ses secrets, ses moments durs et ses moments plus doux. Qu’une famille ne se réduit pas aux liens du sang et qu’elle demande surtout de l’attention et de la compréhension. Qu’on peut parfois détester les siens tout en les aimant de tout son cœur.

Que vivre, enfin, est parfois douloureux. Que faire des choix l’est tout autant. Et qu’on a toujours besoin de quelqu’un pour nous soutenir et nous dire que tout ira bien.

En bref un roman plein d’émotion, sur l’importance de la famille, qu’elle soit de sang ou de cœur.