Nous dansions sur l’air du numérique – Emrys

 

Titre : Nous dansions sur l’air du numérique

Auteur : Emrys

Illustrateur : Hunted-Hunter

Editeur : YBY éditions

Date de parution : 1er décembre 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :
2039. Nao, étudiant parisien, découvre les joies et les déboires de la danse virtuelle lorsqu’il se connecte pour la première fois au serveur de sa chorégraphe. Il y rencontre Saoirse, avatar aux mouvements mystérieusement parfaits qui l’entraîne dans un pas de deux numérique toujours plus envoûtant.

 

  • Avis :

Cette histoire nous présente un monde futuriste (mais pas trop) qu’il est facile d’appréhender et de comprendre. La technologie qui nous est présentée est bien amenée et le lecteur peut donc se projeter sans problème aux côtés de Nao. Personnellement, j’ai toujours besoin de m’attacher aux personnages pour réussir à évoluer dans une histoire et, puisqu’il s’agit d’une nouvelle, ils sont finalement ici peu nombreux. Heureusement pour moi, j’ai très facilement accroché à Nao et Saoirse. Le récit aborde les deux manières de pensées des deux personnages principaux, imbriquées l’une dans l’autre et j’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur nous permet d’aller de l’une à l’autre sans à-coups.

L’écriture est très fluide et je me suis laissée porter dans cette histoire très douce qui raconte la rencontrer de deux hommes sur fond de danse numérique. Ici, le numérique est partie prenante de l’histoire et il est abordé comme un outil au service du bien-être mais également comme un outil qu’il faut savoir maîtriser, autant pour en sortir toutes les possibilités que pour ne pas s’oublier. J’ai trouvé cela très intelligent et bien mené.

Cette nouvelle c’est donc l’histoire d’une rencontre, d’une amitié puis d’un amour naissant, c’est le virtuel qui se mêle au réel de différentes façons mais c’est également des moments familiaux et amicaux où les relations prennent toute leur place. C’est une histoire pleine de douceur où la passion de la danse côtoie des moments très terre à terre.

Je ne peux pas vous en dire trop car je ne voudrais pas gâcher le plaisir de ceux qui se laisseront tenter mais, si vous souhaitez passer un joli moment sur l’air du numérique, je ne peux que vous conseiller de vous laisser porter.

En bref une histoire fluide et pleine de sentiments avec laquelle j’ai passé un très bon moment.

#Bookchallenge

Hello !

Aujourd’hui ce sera le #Bookchallenge découvert chez ma copinaute Une petite bibliothèque

Il faut parfois se creuser la tête pour répondre, je vous assure 😛

 

📗 Livre préféré du moment : Comment devenir une star de cinéma de TJ Klune
📗 Livre préféré de toujours : Arcanes Féerique d’Amandine Labarre et Mathieu Gaborit
📗 Le livre qui vous a marqué à vie : La Révolte, le troisième tome d’Hunger Games de Suzanne Collins
📗 Le livre qui a marqué votre enfance : La série Grand Galop de Bonnie Bryant
📗 Le livre qui vous a traumatisé : Je dois vraiment citer cette chose ? Moravagine de Blaise Cendrars
📗 Le livre qui vous a fait pleurer le plus : Le Chant du Loup de TJ Klune (je me suis déshydratée)
📗 Le livre que vous pouvez relire en boucle : L’Enchanteur de Barjavel
📗 Votre auteur préféré : Un seul ? Je proteste ! En jeunesse Pierre Bottero, en romance Julia Quinn, en fantasy Raymond Feist, en « je sais écrire un peu de tout et j’le fais bien » TJ Klune (non je ne triche pas, je compartimente)
📗 L’auteur que vous aimez le moins : Euh. Pour le traumatisme ci-dessus, je vais dire Cendrars (sinon en vérité, quand je n’aime pas, je ne lis pas du coup j’oublie le nom de l’auteur).
📗 Le livre que vous avez difficilement compris : Euh, c’est-à-dire ? Le livre/saga dont les ramifications m’ont donné mal aux cheveux, c’est Le Cycle des Princes d’Ambre de Roger Zelazny mais en même temps c’est tellement bien ! Mais entre toute la fratrie, les sympas, les pas sympas, les je-m’en-foutiste, les oups-j’ai-essayé-de-te-tuer, les descendants les pourquoi, les comment… Bref c’est complexe mais passionnant ! Après si c’est pas compris dans le sens chiant euh, bah on en revient au fait que lorsqu’un roman me soûle, je l’arrête et je passe à autre chose donc c’est compliqué de donner un titre.
📗 Votre genre littéraire favori : Hum je dirai le Young Adult dernièrement
📗 Le genre littéraire que vous aimez le moins : Les policiers

 

C’est tout pour moi 🙂 N’hésitez pas à le faire également si le sujet vous tente 🙂

Soleil Glacé – Séverine Vidal

 

Titre : Soleil Glacé

Auteur : Séverine Vidal

Editeur : Robert Laffont

Collection R

Date de parution : 5 mars 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Il n’a rien vu du monde, elle l’y embarque.
Comme si son premier chagrin d’amour ne suffisait pas, Luce apprend que son père ? un homme qu’elle a à peine connu ? vient de mourir. Et puisque la vie n’en a pas fini avec ses mauvaises blagues, elle découvre ce qu’il lui avait toujours caché : une autre famille.
Mais la rencontre bouleversante de Luce avec Pierrot, un frère tout neuf et différent, va faire fondre son cœur glacé…
Un grand roman contre les préjugés, qui célèbre l’énergie, la fantaisie, et la rage de vivre !

 

  • Avis :

Il s’agit du premier roman de Séverine Vidal que je lis et c’est donc pour moi une découverte.

L’écriture est très fluide et je suis très rapidement entrée dans l’histoire en compagnie de Luce. Cette dernière se fait larguer par texto et, on la comprend, elle ne le vit pas bien du tout. Coup de massue, elle apprend également la mort de son père. Son père qui n’a jamais vraiment pris son rôle paternel très à cœur et Luce se pose beaucoup de questions sur son manque de ressentis.

J’ai beaucoup aimé la manière dont les sentiments, tout comme leur absence, résonne dans le roman. Pour avoir vécu des deuils récemment, Luce m’a paru réaliste et attachante. Malgré tout, elle est aussi égoïste et immature et son personnage en devient aussi attachant qu’il est agaçant. Sûrement comme chacun d’entre nous finalement ?

A l’enterrement de son père, elle se découvre un frère. Un choc auquel personne ne pourrait s’attendre. Et, avec ce frère, plus que le mensonge d’un père, elle découvre toute une vie qu’elle aurait pu avoir et qu’elle n’a pas eu. Une vie que son père ne lui a pas laissé l’occasion d’avoir. Tous les sentiments se bousculent en elle, notamment de la rancoeur contre cette injustice et c’est finalement un nouveau deuil qui se dessine : celui d’une autre vie.

D’autant que Pierrot n’est pas un frère comme les autres, il est atteint de l’X fragile et, à ce titre, il a besoin de plus de temps que d’autres pour admettre les choses tout comme il a besoin de rituels. Luce découvre avec Pierrot un frère qu’elle aime au premier regard et qui lui apporte une stabilité dont elle a besoin, sans même qu’elle y prenne garde. Pierrot est celui qui vit la même chose qu’elle et elle se raccroche à ce frère tombé du ciel.

C’était évident pour moi dès les premiers chapitres : j’allais beaucoup aimé ce roman. Pourtant, le retournement final m’a cependant laissé perplexe. Si je comprends le pourquoi il fallait un retournement à ce moment précis, je le trouve  très mal choisi car pas explicité au final et posé là. C’est le genre d’événement qui doit selon moi prendre place avec importance et provoquer autre chose qu’un simple retournement de situation pour permettre de clôturer l’histoire.

Je reste donc un peu mitigée sur la fin malgré un roman dont le thème est très intéressant.

En bref je ne peux que vous conseiller de lire ce roman et de vous faire votre propre avis.

Grover Beach, T3 Ennemis… et plus – Anna Katmore


badge ZehrinaTitre
: Ennemis… et plus

Série : Grover Beach

Auteur : Anna Katmore

Editeur : CyPlog

Date de Parution : 28 avril 2020

couv

  • Résumé (éditeur) :

Je ne sais pas ce qui se passe en ce moment dans la tête d’Anthony Mitchell, mais tu y prends vraiment beaucoup de place. 
Fille d’un général, Samantha Summers n’a pas la vie facile. En effet, déménager d’un continent à l’autre tous les deux ans, quand on est une adolescente, aide peut-être à apprendre quatre langues en un temps record, mais ça tue aussi toute vie sociale.
Et quand un mec totalement craquant lui en fait baver parce qu’elle est la cousine d’une fille avec qui il est sorti – fille qui l’a largué, en plus –, la perspective de l’année scolaire à venir donne envie à Sam de jeter l’éponge.
Mais le plus énervant dans tout ça, c’est que pour une raison qui lui échappe, elle ne peut s’empêcher de rêver de ce garçon impossible.
Et bon sang, il embrasse vraiment bien ! Et pas que dans ses rêves…

  • L’avis de Zehrina

Aaah, enfin nous revoilà de retour à Grover Beach ! Bon, je dis « enfin », mais en réalité pour moi l’attente n’a pas été si longue que ça puisque je vous parlais assez récemment du tome 2. Comme vous le savez, j’avais hâte de découvrir la suite des aventures de Lisa, Ryan, et plus particulièrement Tony. Et je dois dire que… je n’ai pas été déçue du tout, une nouvelle fois j’ai été conquise par ce groupe d’amis et leur univers !

Dans ce tome 3, point de relecture de l’histoire estivale sous les yeux de Tony. Nous voilà quelques mois plus tard, et nous rencontrons Samantha Summers, la cousine de cette chère Chloé Summers (mais siii, l’ex-copine de Tony à cause de qui Lisa avait eu le cœur brisé, vous suivez ?). Sam est la fille du général Summers, ce qui l’amène à devoir souvent déménager au gré des affectations de son père. Lorsqu’elle revient à Grover Beach 4 mois avant ses parents, elle est hébergée chez sa cousine avec qui elle s’entendait bien, enfant. Mais il semblerait que les choses aient bien changé depuis leur tendre enfance, et ses retrouvailles se passent bien plus mal que prévu. Et tout empire lorsque Sam rencontre dans un café un beau blond du nom de Tony, qui la rejette tout de go au simple fait qu’elle soit la cousine de Chloé. Heureusement, tout n’est pas si sombre grâce à la présence de Susan, Sue et évidemment Lisa qui très vite vont inclure Sam dans leurs vies et dans la bande d’amis !

Même si je m’attendais à avoir une relecture de l’histoire de Lisa sous le regard de Tony, j’ai été très agréablement surprise de découvrir ici une suite à leurs aventures. Je ne m’attendais pas à une nouvelle narratrice mais cela a été un plaisir d’apprendre à connaître Sam, on arrive bien à ressentir ses passions pour la danse et le dessin surtout (mais bon, aimant le dessin également je suis peut-être influencée hihi) et surtout ses émotions. Comme pour les précédents tomes, la plume d’Anna Katmore nous retranscrit parfaitement le ressenti des personnages, ce qui les rend très rapidement attachants. Quelques chapitres sont également écrits du point de vue de Tony, et je n’ai peut-être pour seul regret que nous n’ayons pas plus de l’avis de Tony dans ce roman justement. D’ailleurs au tout début je me suis dit « Non mais sérieux Tony, t’es un vrai c.. là mec ! WTF ?? ». Ca m’a vraiment fait vibrer et j’avoue avoir eu un peu de mal à le suivre, mais au final on retrouve notre adorable Tony et on en apprend un peu plus sur la période « Chloé » de sa vie, ce qui explique quand même ses attitudes (que j’approuve quand même pas forcément mais bon, je lui pardonne car il est choupinou !).

On retrouve aussi l’ensemble des personnages évoqués dans les précédents tomes, et c’est super agréable car on a l’impression de faire partie de la bande nous aussi et de les rejoindre pour suivre leurs histoires ! J’avoue que je suis toujours aussi fan de Ryan ❤
J’ai aussi aimé les références à l’histoire de Lisa et Ryan, racontée en parallèle à Sam, et j’ai trouvé le traitement de la relation entre Lisa et Tony bien amenée.

Encore une fois, c’est une romance agréable et crédible à laquelle nous avons ici affaire, avec des personnages qui ont chacun un caractère bien défini et attachant. Si vous recherchez une lecture mignonne et douce, n’hésitez plus à découvrir la série des Grover Beach, pour moi ce fut une vraie lecture-doudou qui m’a fait beaucoup de bien en ce moment !

Un grand merci à Cynthia et aux éditions CyPloG pour ce service presse et pour votre confiance  ~

La petite faiseuse de livres, T1 – Miya Kazuki, Suzuka, You Shina

Titre : La petite faiseuse de livres

Ascendance of a bookworm

V.O. : Honzuki no Gekokujô

Auteur : Miya Kazuki

Illustrateur : Suzuka & You Shina

Editeur : Ototo

Date de parution : 14 février 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Une étudiante bibliovore se réincarne en petite fille dans un monde caractérisé par l’illettrisme, et où l’imprimerie semble n’avoir pas encore été inventée… Mais pour celle qui est morte écrasée par sa bibliothèque, les livres sont vitaux !! Il n’y a qu’une seule solution : s’il n’y en a pas, elle va les fabriquer. Une bibliofantaisie pour les amoureux des livres, par des amoureux des livres !

 

  • Avis :

Qui ne s’est pas déjà dit en voyant sa pile à lire qu’elle finirait par lui tomber dessus et l’ensevelir ? (Bon d’accord peut-être pas tout le monde… Mais peut-être que vous, si ?)

L’histoire nous permet de suivre une étudiante qui termine écrasée par ses ouvrages et se réveille dans la peau d’une petite fille de cinq ans, dans un monde où…horreur, elle ne trouve AUCUN livre.

Maïn, le prénom de la petite fille, a une santé fragile et elle est donc souvent clouée au lit. Or, être alitée sans aucun romans fait paraître les journées très longues. Imaginez un monde où les livres n’existent pas, où l’écriture même semble se résumer aux chiffres.

Nous découvrons ce monde en même temps que Maïn et nous cherchons avec elle, curieux et impatient de savoir comment elle va s’en sortir.

Les dessins sont sublimes, les émotions de chacun des personnages sont parfaitement bien retranscrites et il est facile de s’attacher à Maïn comme à sa grande sœur Tuuli. Je ne sais pas du tout comment j’aurai réagi à sa place mais Maïn a un caractère fonceur, elle sait ce qu’elle veut (des livres comme nous tous 😛 ) et elle ne rechigne pas à la tâche pour réussir à s’en procurer, quitte à devoir les faire elle-même.

Pour les amoureux des livres que nous sommes, ce manga est un peu comme un petit retour aux sources et je ne suis laissée prendre avec plaisir à cette histoire dont j’ai trouvé le premier tome très prometteur.

J’ai hâte qu’on puisse sortir pour me rendre en librairie et découvrir les tomes suivants !

Et tu marcheras vers les étoiles – Lily Haime

Titre : Et tu marcheras vers les étoiles

Auteur : Lily Haime

Editeur : MxM Bookmark

Date de parution : 24 juillet 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« Personne ne vous prévenait que si vous parveniez un jour à toucher les étoiles, vous devriez vous méfier… »
Sam a grandi pour devenir un champion de gymnastique ; il a ce sport dans les veines, dans le cœur. Il n’a jamais imaginé devenir autre chose. Après un accident survenu aux Internationaux d’Estaires, qui laisse son meilleur ami dans un fauteuil roulant, il n’y arrive plus. Malgré le soutien de ses proches, il se fait renvoyer de l’INSEP et retourne à Bordeaux, son rêve en miettes.
Léo aime cuisiner, tient un blog, et veut faire le tour du monde pour découvrir de nouvelles recettes. Lorsque Sam le rencontre, il tombe dans un autre univers. Un univers fait d’excentricités, de yuzu et de tous ces masques que Léo aime tant. Quoi qu’il cache, Sam finit par se laisser emporter par ce garçon étrange et par son regard bleu, toujours accroché à lui.
Sur les trottoirs de ces rues bordelaises, ils abandonneront les derniers mois de leur adolescence. De vérités arrachées en espoirs reconquis, de désirs murmurés en peurs à peine avouées, Sam et Léo se lanceront à la poursuite d’eux-mêmes. Et cette course – la vie – lèvera le voile de toutes leurs illusions.
« Je suis tombé amoureux d’un garçon qui se promenait dans les étoiles, et moi, j’étais le type paumé, assis par terre qui regardait vers le ciel…  »

 

  • Avis :

Honnêtement, j’ai commencé ce roman sans trop savoir à quoi m’attendre, parce que j’avais lu un roman de Lily Haime que j’avais beaucoup aimé. Carton plein pour celui-ci également, au point que je suis certaine de le racheter en papier pour pouvoir l’avoir dans ma bibliothèque IRL !

Il y a des livres qui vous font passer un bon moment et il y a ceux dans lesquels vous vous perdez, qu’il est difficile de lâcher et où vous revenez dès que vous avez un moment (que vous prenez même quand ce n’est pas le cas). Ce roman a été de ceux-là. Je n’ai pas vu passer ses plus de cinq cents pages et j’ai regretté qu’il soit terminé tant j’en aurais voulu encore plus. Pourtant, la boucle est bouclée et les personnages vont vivre leur vie. La fin est parfaite pour moi car elle fait le tour de tout et j’ai pu refermer le roman avec plaisir (malgré un brin de tristesse tout de même de les quitter).

Nous y suivons donc Sam et Léo et, en parallèle avec eux, toute leur bande d’amis. Sam est un sportif de haut niveau, il a l’habitude des sacrifices pour son sport, pour réussir toujours plus de figures et rêve des J.O.. Jusqu’à l’accident de son ami/rival qui laisse celui-ci dans un fauteuil roulant. Pour Sam, tout s’écroule. Comment continuer avec la peur ? Avec la culpabilité ? Car on se sent toujours coupable, mine de rien, qu’on y puisse quelque chose ou pas. La peur de Sam est réelle, crédible et sert le cœur. Il veut passer outre mais il n’y arrive pas. Comment le lui en vouloir ? Pourtant, dans ce milieu, ne pas avancer n’est pas autorisé.

Alors Sam fait de son mieux. Malgré la peur, malgré les souvenirs, malgré lui, malgré ceux qui l’entourent. Ou pour tout ça.

Quant à Léo… Hé bien je ne vais pas vous en dire trop sur Léo parce qu’il faut le découvrir au fur et à mesure ❤ Léo a une vie totalement différente, il se cache derrière des masques pour exister et il rêve d’être ailleurs, bien loin de ses problèmes et de ces gens qui n’ont que faire de qui il est réellement.

Je me suis laissée entraîner par Sam et Léo, par leurs forces et leurs failles et j’ai suivi leurs hauts et leurs bas entre sourires et serrements de cœur. Ce roman, c’est une histoire d’amour, une histoire d’amitié, une histoire de famille et une histoire de passion tout à la fois. C’est une ode à la vie et à tout ce qu’on peut réussir à faire lorsqu’on est avec les bonnes personnes. C’est un roman qui fait rire et sourire mais qui fait également pleurer. Ce sont des pages qui passent à toute vitesse et sur lesquelles on voudrait ralentir sans y arriver.

En bref un gros coup de cœur qui m’aura laissé une belle gueule de bois livresque et que je n’oublierai pas de sitôt !

Sauvages – Nathalie Bernard

 

Titre : Sauvages

Auteur : Nathalie Bernard

Editeur : Thierry Magnier

Date de parution : 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Jonas vient d’avoir 16 ans, ce qui signifie qu’il n’a plus que deux mois à tenir avant de retrouver sa liberté. Deux mois, soixante jours, mille quatre cent quarante heures. D’ici là, surtout, ne pas craquer. Continuer d’être exactement ce qu’ils lui demandent d’être. Un simple numéro, obéissant, productif et discipliné. En un mot, leur faire croire qu’ils sont parvenus à accomplir leur mission : tuer l’Indien dans l’enfant qu’il était en arrivant dans ce lieu de malheur, six années plus tôt.

 

  • Avis de Marie-Charlotte :

Ce livre attendait dans ma PAL depuis trop longtemps. C’est le sujet inhabituel qu’il traite qui m’avait fait l’acheter en librairie. Je ne connais pas grand-chose de l’histoire des amérindiens, et encore moins de leur histoire moderne, actuelle.

Jonas, est enlevé enfant à sa mère. En plus de perdre l’amour maternel, c’est son mode de vie qui lui est arraché, sa culture ancestrale. C’est bien cette culture que les blancs veulent anéantir dans ces enfants. Et pour cela ils sont parqués dans des pensionnats jusqu’à leur 16 ans. La vie y est très difficile : interdiction de parler leurs langues maternelles, de désobéir aux ordres, de montrer une quelconque singularité. Les sévices sont réguliers. C’est dans cet environnement que Jonas grandit en se forgeant une carapace pour survivre. Ne pas se faire d’amis, faire profil bas, afin de sortir vivant de cet enfer sur terre.

Les thèmes abordés dans ce roman sont très durs : sévices corporels et mentaux, attouchements sexuels, suppression d’une culture jugée inférieure au profit de celle des blancs chrétiens. La nature, par le biais d’une immense forêt, bien que sauvage et dangereuse, est essentielle dans le roman, car salvatrice.

Ce que j’ai aimé également est le fait que les autochtones ne soient pas tous rangés dans le même panier. Il y a différents peuples et différents mode de vie (ceux qui vivent encore d’une manière assez libre et ceux qui vivent en réserve). L’autrice n’est pas tombée dans le cliché de homogénéité fausse ni dans celui de la fraternité trop facile.

Comme vous avez pu le deviner, j’ai beaucoup aimé ce roman, qui n’épargne pas le lecteur. La réalité des faits racontés révèlent les horreurs de l’histoire qu’on nous cache trop souvent. Ne vous attendez pas à une histoire tendre, mais au récit de sentiments humains.

En résumé : lisez-le !