Love Simon – Le Film

Titre : Love Simon

Date de Sortie : 27 Juin 2018

Durée : 1h49

Réalisateur : Greg Berlanti

Distribution : Nick Robinson, Katherine Langford, Alexandra Shipp,

Logan Miller, Jorge Lendeborg Jr, Keiynan Lonsdale

 

 

 

  • Synopsis (AlloCiné) :
On mérite tous une première grande histoire d’amour. Pourtant pour le jeune Simon, c’est compliqué. Il a une vie normale, dans une famille qu’il adore, et est entouré d’amis extraordinaires, mais il garde pour lui un grand secret : personne ne sait qu’il est gay et il ne connaît pas l’identité de son premier coup de coeur, avec qui il communique en ligne. Alors que son secret est menacé d’être révélé, la vie de Simon bascule dans une aventure aussi drôle que bouleversante… Ses amis prendront alors une place essentielle pour l’aider à changer sa vie et découvrir le premier amour.

 

 

  • Avis :

Je ressors de ce film un peu mitigée même si mon avis sur la fin est bien plus positif que ce qu’il était à la moitié du film.

A dire vrai, je n’ai pas accroché au début et je me suis même ennuyée un moment. Je suis ensuite passée par une phase de « WTF ont-ils lu le roman ? » avant de finalement réussir à me détacher de ce dernier pour trouver la dernier quart clairement ultra mignon.

J’en ai bien conscience, ça fait beaucoup de phases pour un seul film !

Donc en tant qu’adaptation, franchement : je suis déçue. Simon m’a donné l’impression d’un garçon qui se fiche des sentiments de ses amis, sa relation avec Léah est totalement clichée et cette dernière, qui était un de mes personnages chouchou, perd complètement son côté un peu badass… Sans parler des coupes (mais ça, à la rigueur, on ne peut évidemment pas tout caser en moins de deux heures donc passons au-dessus). Quoique, quitte à couper des trucs… Le proviseur, sérieusement ? Je n’ai pas compris l’intérêt de ces scènes. Mais ce que je regrette le plus finalement, ce sont tous ces moments où l’on cherchait un peu qui était Blue. On ne voit quasiment jamais Cal par exemple (ce pauvre garçon ne sert à rien) et je ne suis pas sûre qu’on puisse savoir qui est Blue dans le film même en y réfléchissant car les interactions entre les personnages sont assez mal réalisées à ce niveau-là.

Par contre, la prof de théâtre déchire tout ! Même si, une fois encore, la retranscription de la pièce n’est pas à la hauteur de son intérêt dans le roman.

En tant que film par contre, je dois dire que j’ai bien aimé. A vrai dire, j’ai même couiné à certains passages particulièrement mignons où on se rend compte du côté romantique de Simon. Abbie est un personnage intéressant qui permet de mettre un peu en avant le quatuor amical dans lequel ils évoluent mais c’est finalement Martin qui tient l’intrigue et réussit même à paraitre sympathique malgré ses actes. Les scènes s’enchaînent bien et je pense que j’aurai beaucoup aimé le film si je l’avais vu avec un œil neutre. Il réussit en moins de deux heures à expliciter la difficulté d’être soi-même et de se battre contre les a priori des gens qui nous entourent. De la difficulté de choisir qui protéger et comment en oubliant qui on va blesser d’autre. Et certaines répliques de Simon sont réellement top (je ne dirais pas qu’elles viennent du livre mais… ah ben si 😛 ). En définitive, si je regrette la manière dont a été tournée l’amitié entre Simon et Leah ainsi que l’intrigue autour de Blue, Love Simon est un film que je pourrais regarder une seconde fois avec plaisir.

En bref un film qui reste particulièrement mignon et bien mené si on oublie qu’il s’agit d’une adaptation et qu’on ne cherche pas trop à ce qu’il colle parfaitement au roman.

Et vous, l’avez-vous vu ? ^-^

Publicités

Stony Bay Beach, Tim & Alice – Huntley Fitzpatrick

Titre : Tim & Alice

Série : Stony Bay Beach

Auteur : Huntley Fitzpatrick

Editeur : Nathan

Date de Parution : 5 Juillet 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

17 ans, Tim a déjà traversé une sombre période d’alcoolisme et de drogue. Son père, un banquier glacial, lui a laissé six mois pour faire ses preuves. Grâce à son meilleur ami Jase, il s’installe dans le studio aménagé des Garrett – à la place d’Alice, la sœur de Jase. Alice est furieuse de devoir abandonner son indépendance à ce looser de Tim… alors que Tim, lui, craque immédiatement pour elle ! Mais son truc à elle, c’est de sortir avec des garçons fous d’elle et de les quitter dès qu’ils l’encombrent. A force de charme, Tim finit par la convaincre de lui accorder un rencard… et une place dans sa vie. Rien de très facile pour deux jeunes planqués derrière leur carapace. Et encore moins facile quand Tim découvre brusquement… qu’il a un fils.

 

  • Avis :

Un plaisir de retrouver la famille Garrett que j’avais tant aimé dans le premier opus !

Si Jase et Sam étaient des personnages assez doux et gentil, Alice et Tim ont déjà quelques erreurs derrière eux. Mais, si aux premiers abords, Alice passe pour une sans-cœur et Tim pour un jeune délinquant, on se rend vite compte qu’ils sont tous les deux bien plus profonds que cela.

Chacun à leur manière, Tim et Alice font ici face à des choix compliqués. Comment être père lorsque le votre vous a toujours traité comme un moins que rien et que l’on est persuadé qu’il a raison ? L’arrivée de Calvin dans la vie de Tim est un bouleversement qui le place en face de ses responsabilités. Si Tim a toujours pu jusque là se sortir de toutes les situations dans lesquelles il s’était fourré, il se retrouve soudainement avec un bébé dans les bras. Un bébé qui a besoin de lui pour tout et qu’il ne peut pas laisser de côté ne serait-ce qu’une minute. Parfaitement conscient que Calvin ne peut rien faire seul, Tim prend son rôle de papa très au sérieux et on le voit grandir au fil des pages, s’apercevoir qu’il est peut-être finalement la seule personne au monde qui se soucie véritablement de ce bébé et qui, par conséquent, peut lui apporter ce dont il a besoin.

Du côté d’Alice, cette dernière sait déjà tous les sacrifices qu’implique le fait de devoir s’occuper d’un enfant et elle aspire à s’émanciper un peu de sa grande famille. Mais entre l’accident de son père qui n’est donc pas présent à la maison, la grossesse de sa mère et les plus jeunes à gérer, Alice est débordée. J’ai beaucoup aimé ce personnage qui a une façade froide mais est pourtant bienveillante et prête à se sacrifier pour sa famille.

Entre Alice et Tim, il y a la volonté d’aller de l’avant et de s’entraider mais il y a aussi bien plus que cela. A travers leurs discussions, leurs prises de bec et leurs moments d’entraide, on découvre deux jeunes gens courageux qui ont appris à survivre à leur manière pour ne plus être blessés par les autres. Tim et ses problèmes d’alcool permette aussi de mettre le doigt sur la volonté qu’il faut posséder pour réussir à s’en sortir et sur la nécessité d’être bien entouré pour y arriver.

Deux personnages finalement pas si opposés qu’il est très facile d’aimer.

De nouveau une belle façon de rappeler qu’il ne faut pas s’arrêter aux apparences et que chacun a quelque chose à offrir si on lui laisse sa chance.

Autoboyographie – Christina Lauren

 

Titre : Autoboyographie

Auteur : Christina Lauren

Editeur : Hugo Roman

Date de Parution : 12 Avril 2018

 

 

 

  • Résumé :

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible). C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée… Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…

 

  • Avis :

J’ai commencé Autoboyographie parce que l’une de mes amies l’avait totalement adoré (coucou Cyrielle ❤ ). Il n’a pas fallu longtemps pour que je comprenne pourquoi.

Le sujet d’écrire un roman en quatre mois était la partie du roman qui m’intéressait le plus dans le résumé et, finalement, ce sont les ressentis de Tanner et la manière dont ils sont décrits qui m’ont complètement attiré dans l’histoire. Toutes les émotions sont brutes, à la manière d’un journal intime où Tanner essaie de poser noir sur blanc ce qui se déroule dans sa vie et ses sentiments pour Sébastian.

Dès le départ, Tanner semble être un garçon avec la tête sur les épaules, qui se moque de ce que les gens pensent mais qui est très proche de sa famille. Leur ville étant presque exclusivement peuplé de personnes mormones, Tanner a promis à sa mère de ne jamais dire qu’il est bi, l’homosexualité étant plutôt perçue comme contre-nature.

Sa rencontre avec Sébastian est une évidence mais il est tout aussi évident que le fils de l’évêque ne peut pas être gay. Au fil des pages, Tanner et Sébastian se découvrent et on ne peut que s’attendrir en les voyants tout en appréhendant le moment où les autres sauront.

Je ne connais absolument rien de la religion mormone, excepté les téléfilms dont on ne sait pas vraiment ce qui est réaliste ou pas. Et j’ai trouvé tous les moments passés dans la famille de Sébastian très intéressants. Le fait de les voir du point de vue de Tanner permettent d’en voir les bons côtés tout comme les limites.

La famille est une entité très présente et, que ce soit celle de Tanner ou celle de Sébastian, voir les interactions amènent beaucoup d’émotions au fil du roman. Plusieurs passages m’ont serré le cœur et l’auteur a parfaitement bien réussi à doser les moments heureux et drôles comme les moments tristes.

L’acceptation de soi et des autres est un thème intemporel et universel et il est ici parfaitement bien dosé et amené. Si Tanner sait qui il est et si sa famille est ouverte, Sébastian a été élevé dans une religion qui lui a indiqué qui il devait être. Tous ses moments de doutes amènent une myriade de sentiments qu’il est facile de comprendre et d’imaginer et je me suis laissée prendre à leur histoire, croisant les doigts pour qu’ils arrivent finalement à trouver une solution.

En parallèle à cette histoire d’amour se trouve une histoire d’amitié tout aussi prenante. Autumn est un personnage que j’ai adoré. D’ailleurs, j’ai apprécié tous les personnages de cette histoire qui m’ont tous paru cohérent dans leurs forces et leurs faiblesses. Le fait de voir l’histoire racontée par Tanner permet de constater la tendresse qu’il éprouve pour sa famille et ses amis et de se rendre compte qu’il est conscient des erreurs qu’il commet.

En bref une histoire qui m’aura complètement accroché et que je prendrais très certainement plaisir à relire.

BBenLivre – le OFF

BBenlivre a démarré le 11 juillet et je suis ravie de pouvoir y apporter ma contribution cette année !

Si vous ne connaissez pas, une petite explication : BBenlivre est la réduction de Booktude et la Blogo en Livre qui vise à promouvoir la littérature jeunesse. Tout au long de l’été, blog et chaînes youtube partagent donc leur amour de la littérature jeunesse. C’est pour ça qu’aujourd’hui, je vais vous parler des romans d’un de mes auteurs chouchous : Pierre Bottero.

En réfléchissant à cet article, je me suis rendue que, si je lis beaucoup de littérature jeunesse, j’ai très peu parlé ici des romans de Pierre Bottero puisque je les ai lu avant la création du blog. C’est donc l’occasion ! N’étant pas chez moi, je n’ai pas tous mes livres sous la main et j’ai donc fait les photos avec les moyens du bord ^-^ (notamment grâce à ceux présents dans la bibliothèque où je travaille 😛 )

J’ai découvert l’auteur grâce à La Quête d’Ewilan qui compte trois romans (D’un Monde à l’autre ; Les Frontières de glace ; L’Île du destin), suivit par Les Mondes d’Ewilan (La Forêt des captifs ; L’Oeil d’Otolep ; Les Tentacules du mal) qui est également une trilogie. Le Pacte des Marchombres (Ellana ; L’envol ; La Prophétie) permet de découvrir l’histoire de l’un des personnages de la Quête puis clôture le tout. Il s’agit de trois trilogies fantastiques où les héros grandissent et changent au fil des tomes. L’histoire première nous présente donc Camille (Ewilan) qui, grâce au pouvoir de l’imagination, fait basculer ce qu’elle imagine dans le monde réel.

Lorsque j’ai démarré le roman, l’idée de ce basculement me plaisait énormément car c’est finalement un beau parallèle à ce qui arrive lorsque nous lisons. Rapidement, j’ai été entraîné dans l’histoire en compagnie d’Ewilan et de Salim tout d’abord puis, au fil des pages, j’ai découvert de nouveaux compagnons de route et je les ai adoré. Notamment Edwin et Ellana. L’annonce de la trilogie centrée sur cette dernière a été un immense cadeau fait aux lecteurs et m’a permis de découvrir le monde des Marchombres et leur poésie si particulière.

La Quête d’Ewilan : La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule quand elle pénètre par accident dans l’univers de Gwendalavir avec son ami Salim. Là, des créatures menaçantes, les Ts’liches, la reconnaissent sous le nom d’Ewilan et tentent de la tuer. Originaire de ce monde, elle est l’héritière d’un don prodigieux, le Dessin, qui peut s’avérer une arme décisive dans la lutte de son peuple pour reconquérir pouvoir, liberté et dignité. Epaulée par le maître d’armes de l’empereur et un vieil érudit, Camille parviendra-t-elle à maîtriser son pouvoir ?

Les Mondes d’Ewilan : Tandis que ses parents explorent des territoires sauvages de l’autre monde, Ewilan se retrouve prisonnière sur Terre d’une sinistre Institution. Au coeur de ce laboratoire clandestin, la Sentinelle félonne Eléa Ril’ Morienval fomente son retour en Gwendalavir qu’elle cherche plus que jamais à conquérir. Traumatisée et réduite à l’impuissance par de terribles expériences, Ewilan ne peut compter que sur le courage de Salim et le sacrifice d’un homme-lige. Il lui faudra apprendre la patience sous l’oeil bienveillant d’un vieil ermite, afin de recouvrer ses forces. Alors seulement sonnera l’heure de la vengeance.

Le pacte des Marchombres : Seule survivante d’un groupe de pionniers après l’attaque de leur caravane, une fi llette est recueillie par un peuple sylvestre et grandit à l’écart des hommes. À l’adolescence, elle décide de partir en quête de ses origines. Sous le nom d’Ellana, elle croise alors le plus grand maître marchombre, Jilano Alhuïn, qui la prend pour élève et l’initie aux secrets de sa guilde. Un apprentissage semé de rencontres et de dangers…

 

Pour rester dans le fantastique, Pierre Bottero et Erik L’Homme se font associés pour créer A comme association, mêlant fantastique et enquête. En suivant Jasper et Ombe, on découvre des mages impliqués dans le monde réel et des créatures qui vivent au milieu des humains.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’Association, n’hésitez pas à cliquer sur ce lien.

Elle s’appelle Ombe, habite à Paris et adore la moto. Elle a aussi l’incroyable pouvoir d’être incassable ou presque. C’est pourquoi L’Association l’a recrutée comme agent stagiaire. Une stagiaire de choc, qui fait des débuts remarqués comme top model mais aussi en neutralisant une bande de gobelins. Le problème ? La discrétion est une obligation absolue au sein de L’Association, comme le lui rappelle Walter, son directeur. Et à force de foncer la tête la première, Ombe l’incassable risque fort de comprendre ce que « ou presque » veut dire.

 

C’est avec une grande tristesse que j’ai appris le décès de Pierre Bottero en 2009 et ce sera un grand regret de ne jamais avoir eu la chance de le rencontrer. La série n’étant pas terminée, Erik L’Homme a décidé de la continuer et nous en offrir la fin, permettant à Ombre de continuer à raconter son histoire par la voix de Jasper et à ce dernier de poursuivre l’aventure.

 

La douleur infinie de celui qui reste,
Comme un pâle reflet de l’infini voyage
Qui attend celui qui part
Ellana

 

L’Autre (Le Souffle de la Hyène ; Le Maître des tempêtes ; La huitième porte), quatrième trilogie fantastique de Pierre Bottero se passe elle aussi dans le monde réel, comme l’Association.

Natan habite au Canada, il excelle dans tous les sports au point que c’en est étrange. Shaé vit près de Marseille. Elle possède, tapie au fond d’elle-même, une Chose qu’elle ne maîtrise pas. Lorsqu’ils se rencontrent à Marseille, ils comprennent que leurs existences sont liées…
Après avoir échappé à des individus sans visage et des créatures infernales, ils sont recueillis par la famille de Natan et pénètrent dans la Maison de l’Ailleurs. Mais l’Autre, triple et terrifiante incarnation du Mal, les y traque…

Enfin, Les Âmes croisées est un ouvrage magnifique dont la fin permet un mélange qui donne envie de savoir tout ce que l’auteur avait prévu par la suite…

« Qui veux-tu être, Nawel ? Qui veux-tu vraiment être ? »
Elle le savait désormais.
-Je me nomme Nawel Hélianthas…
Un vœu, un simple choix, possédait-il le pouvoir d’orienter une existence entière ?
– Je sollicite le droit et l’honneur de revêtir…
Un mot, un unique mot pouvait-il devenir une clé ?

 

Mais Pierre Bottero, c’est aussi des ouvrages parfaitement ancré dans le monde réel, qui abordent des sujets tels que l’anorexie, la maladie, le deuil, l’amitié… Ce dernier point étant particulièrement important dans chaque roman de l’auteur. Je ne peux bien sûr pas vous donner les titres, les couvertures et les résumés de chacun de ces textes mais en voici déjà quelque-uns qui vous donneront, je l’espère, envie de les découvrir ❤

Il ne me manque qu’Isayama, que je n’ai pour l’instant pas encore réussi à trouver T.T

Le garçon qui voulait courir viteZouckAmies à vie

Si vous êtes plutôt BD, Ewilan et Ellana sont en cours d’adaptation et plusieurs tomes sont déjà sortis (vous pouvez d’ailleurs retrouver ma chronique du second tome juste là).

Que vous soyez enfants, adolescents ou adultes, les romans de Pierre Bottero parlent à tous, que se soit par leurs sujets ou par leurs personnages et la lecture est évidemment différente selon votre vécu. J’ai d’ailleurs discuté récemment avec une usagère de la bibliothèque où je travaille qui me disait qu’elle avait tout d’abord acheté les romans pour ses filles puis, en voyant avec quelle passion elles les lisaient, elle s’y était mise elle aussi et les avait adoré. Un beau partage générationnel !

Et vous, avez-vous certains des romans de Pierre Bottero ?

 

Force lumineuse et bienveillante
Gratitude infinie pour celui qui guide
Respect
Ellana

 

Pour continuer à suivre BBenlivre, c’est demain sur la chaîne Livre à l’air ~

Et sinon BBenLivre est aussi sur Facebooksur Instagram, sur Twitter (@BBenlivre)

Si vous souhaitez à votre tour participer au OFF, ça se passe juste ici !

Un grand concours a été lancé le 23 juillet avec plus de 100 livres a gagner, il dure jusqu’au 20 août. Vous pouvez retrouver toutes les infos en visionnant cette vidéo ~

 

Rendez-vous des Masos #Août 2018

 

Aujourd’hui, c’est le jour du « rendez-vous des masos » !

Nous allons parler prochaines sorties littéraires ! Et liste d’envies en passant.

 

 

Dragon love, T1 Noir ébène de Lil Evans aux éditions Livresque

Sortie : 1er Août

Salem, une jeune femme que la vie n’a pas épargnée, tente de se reprendre en main. Petite bouffée d’oxygène dans son quotidien, elle se rend à un entretien d’embauche, en apparence banal… Mais son futur employeur, mystérieux, semble aussi dangereux que redoutable. C’est alors que les ennuis vont commencer.
Le monde surnaturel est bouleversé. Entre enlèvements et guérillas urbaines, l’humanité toute entière compte sur le Dragon le plus puissant de la planète pour régler les soucis. Le plus gros problème, en réalité, c’est qu’il est lui aussi pieds et poings liés.

 

Là où tombent les anges de Charlotte Bousquet aux éditions le Livre de Poche

Sortie : 8 Août

Solange, dix-sept ans, court les bals parisiens en compagnie de Clémence et Lili. Naïve, la tête pleine de rêves, elle se laisse séduire par Robert Maximilien et accepte de l’épouser. Mais son prince est un tyran jaloux, qui ne la sort que pour l’exhiber lors de dîners mondains. Coincée entre Robert et Emma, sa vieille tante aigrie, Solange étouffe à petit feu. Quand la Première Guerre mondiale éclate, Robert est envoyé sur le front.
C’est l’occasion pour Solange de s’affranchir de la domination de son mari et de commencer enfin à vivre, dans une ville où les femmes s’organisent peu à peu sans les hommes..

 

L’insaisissable logique de ma vie de Benjamin Alire Saenz chez PKJ

Sortie : 16 Août

Sal mène une vie paisible et sans histoires, dans une famille moitié mexicaine, moitié américaine. Mais tout bascule le jour de sa rentrée en terminale. Pour défendre l’honneur de son père adoptif, il sort les poings et frappe. Surprise, colère, satisfaction, culpabilité se bousculent dans la tête du jeune homme, qui se met à douter de tout, même de sa propre identité. Alors, avec l’aide de Sam, sa meilleure amie, et de son père, Sal va tenter de comprendre l’insaisissable logique de sa vie.

 

ReLIFE T8 de Sou Yayoi aux éditions Ki-OON
Sortie : 16 Août

 

Le Sang des Quatre de Christopher Golden et Tom Lebbon aux éditions Bragelonne
Sortie : 16 Août

Dans le grand royaume de Quandis, tout le monde est esclave. Certains sont les esclaves des dieux. La plupart sont esclaves de tout le monde.

Bénies par les dieux avec une vie de confort et de splendeur, les élites royales accomplissent régulièrement leurs devoirs, tout en éprouvant une certaine irritation face à leur rôle. Une jeune femme très ambitieuse, la princesse Phela refuse de laisser les obstacles – y compris sa mère, la reine, et son frère, l’héritier, – faire obstacle à ses désirs de pouvoir et de gloire.

À l’autre bout de l’échiquier sont les Bajuman. Pauvres et opprimés, les membres de cette misérable caste n’ont que deux voies dans leur servitude: le sacerdoce… ou la mort.

L’absence de magie à Quandis a permis à la caste royale et Bajuman de vivre ensemble dans une paix précaire pendant des siècles. Mais le désir de puissance de la princesse Phela va perturber l’ordre du royaume, déclenchant une série d’événements qui détruiront Quandis et tous ses habitants

 

Un amour interdit d’Alyssa Cole chez J’ai lu
Sortie : 22 Août
En pleine guerre de Sécession, Ellen Burns, une affranchie qui sert la cause abolitionniste, accepte une mission d’infiltration dans le Sud. Se faisant passer pour une esclave, elle est envoyée dans une riche plantation de Virginie où elle rencontre Malcolm McCall. Bien qu’il porte l’uniforme confédéré tant haï, Ellen se rend vite compte qu’ils sont du même bord. Peu à peu l’étau se resserre sur les deux espions que lie un amour passionné et interdit. Coûte que coûte, ils défendront leur idéal même s’ils doivent se séparer à jamais.

 

 

Japon ! Panorama de l’Imaginaire Japonais de Julie Proust Tanguy aux éditions Les Moutons Electriques
Sortie : 22 Août

Celui-ci doit arriver à la maison en septembre puisque j’avais participé au financement ulule ^-^

Nous vous invitons à explorer les différents visages de la culture nippone, sous l’angle de ses imaginaires.

Au fil d’un voyage thématique, vous découvrirez comment se sont forgées les différentes formes de récit japonais, depuis l’ancestral Kojiki jusqu’aux innovations du jeu vidéo. Vous apprivoiserez les différents personnages qui peuplent ces histoires : les kaiju, school girls et avatars du Guerrier vous révèleront les valeurs qui les animent et les esthétiques qui les portent. Et si les facéties des yōkai et la menace sombre des futurs apocalyptiques ne vous ont pas fait fuir, peut-être même distinguerez-vous, à travers les échos de la musique nippone ou dans le jaillissement de ses saveurs élégantes, le rapport étonnant que le Japon entretient avec le temps et l’espace…

 

Le Dompteur d’Avalanche de Margot Delorme aux éditions Les Moutons Electriques
Sortie : 23 Août

Ditto, quatorze ans, habite Torchebise, pauvre hameau d’alpage du Duché de Sapaude, une contrée de pics aiguisés et de vallées profondes, de forêts de sapins, de lacs d’altitude et de torrents. À l’occasion, il tient lieu de guide à des excursionnistes venus des plaines. Un jour, lors de l’attaque d’un monstre des cimes, il se découvre un don pour déclencher avalanches, coulées et crues. Un don puissant.

Or les écouleurs sont craints et haïs par les montagnards. Bientôt, Ditto se retrouve dans la peau d’un paria et contraint à la fuite. En compagnie d’amis inattendus – une marmotte bavarde, un caracal-céleste, un vieux savant venu de la ville –, il va demander son aide à la Lorlaïe, la nymphe du grand glacier. Mais le marché que lui propose cette dernière lui paraît inacceptable… À qui finalement ira la fidélité de Ditto ? À l’humanité qui le rejette ? Aux êtres surnaturels dont les desseins sont peut-être terrifiants ?

 

L’indéniable charme d’un voleur de coeur de Céline Mancellon aux éditions Milady
Sortie : 29 août
Cael Morgan, avocat et trentenaire accompli, a tout pour être heureux. C’est en tout cas ce dont il est convaincu quand il rentre chez lui après le mariage de son ami d’enfance – un ami pour qui il a toujours éprouvé des sentiments troubles.
Quelle n’est pas alors sa surprise de trouver un inconnu tranquillement en train de prendre une douche, dans sa salle de bains ! À son grand désespoir, Cael se rend vite compte qu’en réalité, il connaît cet invité surprise à l’allure de punk… et que ce garçon semble bien décidé à s’incruster, quitte à bouleverser son précieux quotidien.
Et si c’était le destin qui lui avait envoyé ce voyou au regard indolent pour l’aider à comprendre que sa vie idéale ne l’était peut-être pas tant que ça… ?

 

Avez-vous prévu quelques achats en ce mois d’août ensoleillé ?

 

La Belle Etoile T2, L’étoile rebelle – Cathy Cassidy

Titre : L’étoile rebelle

Série : La Belle étoile

Auteur : Cathy Cassidy

Editeur : Nathan

Date de Parution : 7 Juin 2018

 

 

  • Résumé :
A 14 ans, Mouse vit dans un quartier pauvre où il aime taguer les murs la nuit. Alors qu’il se rend à un rendez-vous avec Dave, son assistant social, il rencontre la jolie Cat, rebelle et mystique, dont il ne peut s’empêcher de tomber amoureux. Ensemble, il recueillent un chien abandonné qu’ils prénomment Lucky. Mais lorsqu’ils comprennent que Lucky appartient à l’un des dealers du quartier, les ennuis arrivent, et avec eux, Mouse découvre que Cat dissimule un secret…
  • Avis :

Le premier tome m’ayant beaucoup plu, comme tous les romans de Cathy Cassidy finalement, j’étais impatiente de découvrir cette suite. Elle se situe sept ans après le premier tome et Mouse a donc bien grandit. Sa vie n’a pas été toute rose durant ces années et on le retrouve dans le bureau de son assistant social.

Au fil des pages, on découvre un bon gamin qui, s’il ne fait pas toujours les bons choix (qui peut se targuer de toujours y arriver ?) fait attention aux autres et prend soin de sa mère. Cette dernière est d’ailleurs un personnage très intéressant qui a prit note de ses erreurs et essaie d’être quelqu’un de bien tout en apprenant à son fils les valeurs nécessaires pour en faire un homme bien.

Même s’il a grandi, on retrouve dans l’adolescent le gamin qui s’émerveillait facilement et qui avait le cœur sur la main lorsqu’il était enfant. C’est toujours agréable de retrouver des personnages d’un tome sur l’autre, et j’ai beaucoup aimé le voir évoluer.

Concernant l’intrigue, elle aborde des sujets importants qui peuvent faire réfléchir les jeunes lecteurs tout en leur montrant les dangers de certaines fréquentations tout comme de certaines substances. De la même manière, le roman insiste sur la nécessité de s’appuyer sur ceux qu’on aime et de faire parfois des choix difficiles pour les protéger.

L’amitié qui se noue entre Mouse et Lucky est aussi ultra mignonne et rappelle aux lecteurs qu’un animal n’est pas un jouet et a besoin d’attention, d’amour, de nourriture et de soins.

En bref encore une fois une jolie histoire qui apportera à ses lecteurs des valeurs importantes à mettre en pratique.

 

47 / 50

Ralentissement

Hello ~

Vous allez bien ?

Vous l’avez peut-être remarqué mais le blog est un chouïa au ralenti en ce moment. J’ai commencé un nouveau boulot à 700km de chez moi, j’ai ma nièce à la maison et quelques soucis de santé font que je ressemble parfois  à un zombie drogué (la décomposition en moins !)

Du coup, même si j’ai pas mal lu en fin de mois de dernier, j’ai très peu chroniqué. Je vais essayer de rattraper un peu tout ça mais le rythme des 2/3 articles par semaine ne sera pas de retour avant quelques temps. D’autant plus que je n’ai internet que via mon forfait de téléphone, ce qui complique un peu mes moments sur le net.

J’essaie de maintenir le FB à jour et je vais voir pour faire de même avec le twitter ^-^

En attendant, je vous souhaite de bonnes vacances si vous en avez, bon courage si vous bossez et surtout de bonnes lectures ❤