Love Simon – Becky Albertalli

 

Titre : Love Simon

V.O. : Simon VS. The Homo Sapiens Agenda

Auteur :  Becky Albertalli

Traducteur : Mathilde Tamae-Bouhon

Editeur : Hachette

Date de Parution : 30 Mai 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement :
1/ Ils fréquentent le même lycée.
2/ Blue est irrésistible.
3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.)
Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Marin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr…

 

  • Avis :

Love Simon, c’est le genre de livre qu’on voit partout lorsqu’il sort pour un peu qu’on s’intéresse à la littérature young adult. Je l’avais donc bien évidemment vu passer puis je m’étais dit que je verrai le film avant (histoire d’être surprise de l’histoire) et, finalement, l’item éphémère du challenge des 4 maisons ayant pour thème « un livre qui se passe dans le milieu scolaire », je l’ai sorti de ma PAL. Et donc verdict ? J’ai encore plus envie de voir le film maintenant que je connais l’histoire !

Love Simon c’est donc un petit bout de vie de Simon qui a une vie de lycéen sans histoire. Il fait du théâtre, a des amis sur lesquels il peut compter à toute heure du jour et de la nuit et il s’entend bien avec ses parents et ses sœurs. Malgré tout, aucun des êtres qu’il aime n’est au courant qu’il est gay. Aucun sauf Blue avec qui il échange des mails et dont il n’a aucune idée de l’identité. Dès la première page, l’homosexualité de Simon devient la pierre angulaire de l’intrigue puisque quelqu’un va le faire chanter en menaçant de révéler son secret.

Le roman nous présente une histoire intéressante sur la naissance de l’amour mais aussi sur la nécessité et le courage qu’il faut pour être soi-même. Si les autres vous mettent parfois des bâtons dans les roues, c’est aussi souvent soi-même qu’il faut combattre pour réussir à s’affirmer aux yeux des autres. Si Simon déclare régulièrement qu’il n’a pas honte d’être gay, il préfère pourtant le garder pour lui pour être sûr que les regards des gens qui l’entourent ne vont pas changer. Le roman montre bien l’importance qu’ont les avis des gens que nous aimons sur nos actes comme sur notre être tout entier. J’ai eu l’impression que Simon attendait leur approbation pour se sentir légitime et c’est en cela que communiquer avec Blue lui est essentiel dès le départ. Bien avant d’avoir des sentiments pour la personne derrière l’écran, il avait besoin que quelqu’un connaisse son secret sans le juger. Mieux encore, en étant dans une situation semblable, Blue est parfaitement à même de comprendre ses ressentis.

En ce qui concerne Blue, son identité n’est finalement pas difficile à deviner mais cela reste intéressant de voir Simon chercher, se planter et imaginer des scénarios totalement invraisemblables sur la personnalité de son correspondant.

Plus encore, j’ai beaucoup apprécié tous les passages qui n’ont pas trait à qui aime Simon mais bien à qui il est en tant qu’ami. Les moments avec Leah notamment m’ont touché et j’ai trouvé qu’elle était un personnage réellement bien construit. Sous ses dehors effacés, elle met Simon en face de ses manquements et de ses défauts sans jamais vraiment les lui reprocher. L’amitié du petit groupe au fil des pages est aussi l’une des raisons pour lequel le roman fonctionne. C’est en tout cas l’une des raisons qui ont fait que j’ai beaucoup aimé ce roman.

Je serai d’ailleurs très curieuse de lire une version écrite par Blue car je pense que j’apprécierai encore plus ce personnage que Simon !

En bref une jolie histoire sur le courage d’être soi-même et la nécessité de pouvoir compter sur ses amis tout comme d’être un soutien pour eux.

Et donc on reparle du film bientôt !

 

43 / 50

Item éphémère Plume Anti-triche : un livre se passant dans le milieu scolaire – 80pts

Publicités

Le Feu Secret, T2 La Cité Secrète – C. J. Daugherty & Carina Rozenfeld

 

Titre : La Cité Secrète

Série : Le Feu Secret

Auteurs :  C. J. Daugherty et Carina Rozenfeld

Editeur : Robert Laffont, Collection R

Date de Parution : 20 Octobre 2016

 

 

  • Résumé :

Au sein des murs fortifiés du Saint Wilfred’s College d’Oxford et entourés d’alchimistes qui ont pour mission de les protéger à tout prix, Taylor et Sacha sont à l’abri des forces obscures… Pour l’instant.Mais l’horloge tourne. Dans sept petits jours, Sacha fêtera ses dix-huit ans, et la malédiction ancestrale qui jusqu’alors le rendait invincible va le tuer, déchaînant sur le monde des cohortes démoniaques.Il n’existe qu’un moyen d’empêcher cela : Taylor et Sacha doivent se rendre au cœur de la Cité médiévale de Carcassonne, là où la malédiction a été proférée, et y affronter les démons.Le voyage sera extrêmement périlleux. Et des créatures monstrueuses les attendent de pied ferme.Mais à mesure que les forces obscures descendent sur Oxford, leur marge de manœuvre se réduit à un choix simple : affronter leurs pires cauchemars, ou perdre ce qu’ils ont de plus cher.

 

  • Avis (ATTENTION spoiler du T1) :

Lorsque j’ai commencé la série, je ne sais pas pourquoi j’étais persuadée qu’il s’agissait d’une trilogie et comme j’étais à la bourre pour lire cet opus là, je me disais que j’attendrais l’arrivée du trois. Sauf que, j’ai depuis appris que la série était une duologie et doooooonc évidemment, j’ai craqué 😛

On retrouve les personnages pile après la fin du premier tome (dont vous pouvez retrouver ma chronique juste ici) et on se remet vite dans le bain. J’ai beaucoup aimé la manière dont les auteurs nous présentent les sentiments de leurs personnages. Si l’intrigue est prenante, l’histoire se concentre aussi sur la manière dont chacun d’entre eux vit les événements et, fait étonnant, je n’ai absolument jamais eu envie de secouer l’un ou l’autre. Non, ils m’ont paru tous profondément logiques dans leurs démarches et dans leurs manières d’appréhender les choses.

Cette fois encore, certaines parties se déroulent en Angleterre et d’autres en France et j’ai eu très envie de découvrir les deux endroits où l’histoire se passe. Pas de rafleurs dans ce tome-ci mais des méchants qu’il ne fait pourtant pas bon contrarier et que j’ai trouvé bien menés ! La malédiction en elle-même gagne en explication et les faits sont bien explicités, donnant envie au lecteur de comprendre comment Taylor et Sacha vont réussir à s’en sortir (ou non).

Chacun des personnages a ici un rôle bien défini qui sert à faire avancer l’intrigue et je ne me suis pas ennuyée un seul instant à les suivre dans leur périple. Les révélations arrivent au compte-goutte et on se pose beaucoup de questions pour essayer de résoudre le problème nous-mêmes. De la même manière action et réflexion sont bien dosées, ce qui permet de faire avancer rapidement l’histoire sans jamais lasser le lecteur ou lui donner l’impression qu’il connait déjà le dénouement à l’avance.

Au niveau « négatif », un point parfaitement subjectif : je ne suis pas satisfaite de la fin (pour le coup, je n’aurai rien eu contre une trilogie !) mais, ce n’est pas un secret, j’aime que tout soit parfaitement fermé lorsque je termine une série et je sais que bon nombre de lecteurs ne seront pas d’accord avec moi. Au-delà de ça, j’ai vraiment beaucoup aimé ma lecture et je ne peux qu’espérer que ces deux auteurs décideront de nouveau d’unir leurs plumes !

En bref un second opus qui reste bien dans la continuité du premier et qui propose une histoire entraînante servie par des personnages aussi attachants que réalistes.

 

Item Collier d’opale : un livre où il est question de malédiction – 30pts

42 / 50

Le Trône des étoiles, T1 Fugitifs – Rhoda Belleza

 

Titre : Fugitifs

Série : Le Trône des étoiles

V.O. : Empress of a Thousand Skies

Auteur : Rhoda Belleza

Traducteur : Samuel Loussouarn

Editeur : Nathan

Date de Parution : Mai 2018

 

 

  • Résumé :

Seule survivante de sa dynastie, Rhiannon a passé son enfance à s’entraîner dans le but de venger sa famille assassinée. Mais la veille de son couronnement, elle échappe de justesse à une tentative de régicide et doit se cacher. Cependant aux yeux du monde, la princesse est morte. Le jeune Alyosha, star d’un programme de DroneVision, est accusé de son meurtre et recherché dans tout l’empire.
Bien qu’ils ne se connaissent pas, leurs destins sont désormais liés. Tous deux sont décidés à faire éclater la vérité, malgré les complots et les menaces de guerre qui pèsent sur la galaxie.

 

  • Avis :

J’ai commencé ce roman avec curiosité. Le résumé me tentait bien mais j’étais un peu frileuse au niveau du côté espace qui ne me vend pas particulièrement du rêve en général (pourtant, j’aime Star Wars et j’ai beaucoup aimé Phobos donc ça dépend vraiment de l’intrigue 😛 ).

L’histoire nous présente donc deux personnages principaux : Rhiannon et Alyosha que nous allons suivre en parallèle, un chapitre sur l’une puis un chapitre sur l’autre. Cette manière de faire nous permet de les découvrir peu à peu et de voir que leurs destins se lient alors qu’ils ne se sont jamais rencontrés et n’ont clairement rien en commun au premier abord.

Rhiannon est une jeune fille qui a perdu toute sa famille lorsqu’elle était enfant et qui a ensuite été éduquée pour devenir impératrice pour ainsi préserver la paix sur la galaxie. Elle est en effet la dernière survivante de la famille qui, en étant sur le trône, permet aux différentes planètes de ne pas se faire la guerre. Mais Rhiannon a surtout un but qui lui importe plus qu’être couronnée : se venger de celui qui a tué ses parents et sa sœur.

Alyosha lui est un wraetan, un poussiéreux comme on appelle les habitants de cette planète qui ont suivi un long exode durant la guerre. S’il essaie de se faire sa place en montrant qu’il est inoffensif, loyal et digne de confiance, Alyosha a toujours eu le sentiment d’être mis de côté et regardé de haut. Un sentiment qui se renforce lorsqu’il se retrouve bouc-émissaire d’un meurtre qu’il n’a pas commis. Pris en plein dans les méandres politiques de ceux qui veulent relancer la guerre, Alyosha ne doit sa survie qu’à sa ruse, son intelligence et à l’amitié des gens qui le connaissent et croient en lui.

Je pensais que j’allais être perdu au niveau des planètes et de leurs habitants mais le monde est bien explicité, la guerre passée étant amenée peu à peu, tout comme la technologie qui règne sur la galaxie via les cubes. Ces petits objets directement implantés dans la peau permette à chacun d’enregistrer ses souvenirs et de pouvoir se les repasser en boucle. En contrepartie, chacun est donc relié au réseau.

J’ai vraiment beaucoup aimé toutes les réflexions qui se déploient autour du cube. Toutes les possibilités de la technologie mais aussi toutes les dérives qu’elle peut amener. Ces considérations se déploient tout au long du roman puisqu’elles ont une importance capitale pour l’intrigue. Cette dernière s’accélère au fil des pages et on se laisse rapidement prendre dans les complications que l’on découvre petit à petit. Certaines révélations m’ont réellement surprise et j’ai passé un très bon moment avec les personnages. Le tome 2 arrive début 2019 et je le lirai avec grand plaisir !

En bref une histoire de vengeance et d’amitié aux confins de la galaxie avec des personnages qui grandissent au fil des pages.

 

« Notre vaste univers abrite un nombre impressionnant de religions et de philosophies qui seront toujours une source de tensions et de disputes. Rien de ce que nous pourrons dire ou faire ne changera cette réalité. […] Travaillons main dans la main. Respectons nos différences, ne cherchons pas à les éliminer. Mettons la peur et la méfiance derrière nous. […] Finissons-en avec la guerre, pour que les générations futures ne connaissent plus que la paix. »

 

41 / 50

Item Expecto Patronum : le premier livre publié d’un auteur – 15pts (2nd validation)

Le ciel nous appartient – Katherine Rundell

 

Aujourd’hui une chronique un peu différente de d’habitude car elle a été écrite par l’une de mes amies. C’est donc Marie-Charlotte qui partage avec vous son avis sur le roman qu’elle a lu ~

 

Titre : Le ciel nous appartient

Auteur : Katherine Rundell

Editeur : Les grandes Personnes

Date de parution : août 2014

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Tout le monde pense de Sophie qu’elle est orpheline. La jeune Anglaise demeure cependant persuadée que sa mère  n’a pas sombré avec le navire qui la laissa à l’âge d’un an, flottant dans un étui à violoncelle au beau milieu de la Manche. Alors, lorsque les services d’Aide à l’enfance menacent Charles Maxim, son tuteur, érudit farfelu aux méthodes d’éducation fantasques, de lui reprendre la garde de Sophie, celle-ci décide de poursuivre ses rêves et part pour Paris avec lui sur les traces de la disparue… Une cavale menée sous le signe de l’espoir, qui conduire la fuyarde sur les toits de la ville-lumière, en compagnie du sauvage Matteo et de sa bande de danseurs du ciel. Froussards et phobiques des hauteurs s’abstenir : mieux vaut avoir le cœur bien accroché pour pouvoir suivre ces gamins-là !

 

  • Avis :

La première chose que j’aimerais faire, c’est réfuter le résumé : froussards et phobiques des hauteurs (que je suis) ne passez pas votre chemin, vous raterez une jolie aventure ! Ça vaut le coup de vérifier que l’on est bien assis et en sécurité et de suivre Sophie et ses amis sur les toits de Paris.

Ainsi, Sophie est une « chasseuse de maman ». Elle ne l’a jamais oubliée. Bien qu’elle était un bébé quand elle fut séparée de sa mère, elle est sûre de se rappeler de certains de ses souvenirs, même si personne ne la croit en dehors de son tuteur, Charles, qui laisse toujours une place aux possibles. L’image de la mère et l’amour de sa fille pour elle parcourt tout le roman et est à l’origine de beaucoup de décisions de Sophie, notamment le départ pour Paris. L’histoire se situe donc dans deux villes : Londres et Paris. De Londres nous ne connaissons que la maison complètement tarabiscotée de Charles, à son image, dans laquelle Sophie grandit, et le puritanisme des mœurs de l’époque ; et Paris, vue et vécue du hauts des toits. La vie des personnages à Paris est liée au ciel, synonyme de liberté

Parlons-en des personnages, c’est un des points forts du roman. Il y en a pas beaucoup mais ils sont soient très attachants, soient antipathiques. C’est un peu manichéen, mais c’est pas grave. Le deuxième gros point fort, ce sont les descriptions et la sensibilité de l’écriture. C’est un roman plein de métaphores, dans lequel les sens ont beaucoup d’intérêt : la vue certes mais aussi l’ouïe avec la musique qui va jouer un rôle primordial, l’odorat, le goût et le toucher. Tous les sens comptent et je trouve que l’auteure les écrit de façon très réaliste. Lorsque les personnages sont sur les toits de Paris, on a vraiment l’impression d’être avec eux.

Par contre, j’ai été moins séduite par la conduite de l’aventure. La chasse à la maman passe au second plan pendant une bonne partie du roman et réapparaît comme par magie. Les ficelles sont un peu trop grosses et c’est trop facile. Par exemple, le fait que les enfants des toits que Sophie rencontre parlent tous anglais. Des justifications sont données, mais c’est juste un moyen de faciliter l’histoire.  Et la fin, que je ne vous dévoilerai pas bien sûr, est bien trop abrupte à mon goût

Cela n’empêche pas que c’est un livre qu’on lit d’une traite grâce à son écriture fluide et marquante. Et vraiment l’aventure en vaut le coût, parce qu’on a vraiment l’impression de la vivre aux côtés des personnages. Pour la petite anecdote, j’ai fini le livre dans le train en arrivant à Paris, et je regardai les toits en me demandant si j’allais réussir à apercevoir des danseurs du ciel 🙂

ReLIFE, Tomes 1 à 7 – Yayoiso

 

Titre : ReLIFE

Tomes 1 à 7

Auteur : Yayoiso

Editeur : KIOON

Date de Parution : 2014-2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

À 27 ans, la vie d’Arata est loin d’être celle qu’il imaginait dix ans plus tôt : sans travail, sans petite copine, il n’a même pas le courage d’avouer à ses amis qu’il est sans emploi et se force à jouer la comédie. Son erreur a été de démissionner de son premier poste seulement trois mois après son entrée dans l’entreprise. Sur un CV, ça ne pardonne pas ! Chaque entretien d’embauche se solde par un échec. Cerise sur le gâteau : sa mère lui porte le coup de grâce en lui annonçant la fin de son soutien financier d’ici un an…
Arata est au bord du gouffre quand le mystérieux Ryo Yoake, employé de l’institut de recherche ReLIFE, frappe à sa porte et lui propose de participer à une expérience de réinsertion sociale, qui passe par… une année de retour au lycée ! Le jeune homme n’a rien à perdre. Il avale la pilule qui lui redonnera l’apparence de ses 17 ans et reprend le chemin de la terminale. Sa nouvelle vie d’adulte parmi les ados commence…

 

  • Avis :

Un petit point tout d’abord : le manga est entièrement en couleur !

Bon pour tout vous dire, j’ai un peu rit jaune au départ puisque, comme Arata, je me débattais dans le monde ô combien « merveilleux » du chômage mais finalement, ça fait partie des côtés de de la série qui parlent finalement à toute une génération (oui je sais c’est triste). Mais justement ReLIFE est un institut dont le but est de changer la vie des gens qui vont tester l’expérience. Si on vous offrait la possibilité de retourner au lycée, le ferez-vous ?

A travers Arata, nous découvrons des adolescents différents car les mœurs ont évolué et j’ai bien aimé le fait que le manga prenne le temps de montrer la différence entre les générations. Même s’il n’y a que dix années d’écart entre Arata et ses nouveaux camarades de classe, la vie a changé et, par conséquent, les manières de penser et d’interagir aussi. Par ailleurs, du haut de ses 27 ans, Arata a fait l’expérience de la vie professionnelle et des responsabilités d’adulte. Il voit donc d’un œil neuf les tracas qui semblent parfois insurmontables aux adolescents qu’il fréquente (et qui l’était peut-être même à l’époque pour lui).

On s’intéresse ici beaucoup à la psychologie des personnages et notamment donc au personnage principal. Très empathique, sa volonté à aider les autres et à essayer d’être une bonne personne se ressent dans ses actes mais le pousse aussi à ne pas se rendre compte de ses qualités. L’âge adulte entame souvent notre confiance en soit et le manga met bien en évidence ce sentiment d’impuissance qu’on ressent tous à un moment ou un autre. Mais si la série commence sous des hospices un peu tristes, c’est bien l’espoir d’une vie meilleure qui se déroule au fil des pages et des tomes. S’entourer des bonnes personnes, faire de son mieux, essayer d’aider les autres… Toutes des décisions qui rendent finalement la vie plus belle. Le manga pointe aussi la difficulté de s’ouvrir aux autres et la souffrance comme le bonheur qui peut en découler.

En bref une histoire qui se développe au fil des tomes et gagne de plus en plus en profondeur. Une vraie réussite.

Merci Laureline pour le prêt de cette série vraiment chouette ❤

Le Secret de Lomé -Alexiane de Lys

 

Titre : Le Secret de Lomé

Auteur : Alexiane de Lys

Editeur : Michel Lafon

Date de Parution : 24 Mai 2018

 

 

 

  • Résumé :

Lomé mène une vie parfaite, jusqu’au jour où, lors d’une excursion, elle tombe au fond d’une grotte et resurgit dans une contrée inhospitalière et terriblement dangereuse : Bâl’Shanta. Dans ce monde peuplé de créatures extraordinaires, la jeune fille, qui a toujours obtenu ce qu’elle voulait, découvre une civilisation organisée en castes et se retrouve assimilée à celle des esclaves. Pour survivre et espérer rentrer chez elle, Lomé devra faire preuve d’une grande force de caractère et se battre. Heureusement elle pourra compter sur le soutien d’alliés inattendus… Un destin à accomplir Un peuple à libérer.

 

  • Avis :

Un résumé qui me tentait beaucoup, servi en prime par une couverture très attirante !

L’univers du roman est intéressant et on se prend à essayer de comprendre les coutumes des différents personnages que rencontrent Lomé au fil de son avancée. Moi qui n’aime pas particulièrement les descriptions, je les ai ici trouvé réalistes et elles permettent au lecteur de bien s’immerger dans ce nouveau monde. Une petite préférence d’ailleurs pour la forêt et les animaux qui peuplent le roman car j’ai beaucoup aimé les découvrir.

Par contre, je n’ai pas apprécié Lomé une seule fois dans le roman. Dès le début, nous avons affaire à une gamine qui se croit parfaite et qui règne sur un petit monde totalement hypocrite. Si le contraste entre la fausse gentillesse et la dureté du monde dans laquelle elle se retrouve finalement est bien trouvé, Lomé en elle-même m’a donné envie de la secouer. J’ai trouvé parfaitement illogique cette manière qu’elle a de présenter sa famille comme des individus où personne ne l’aime réellement, ses amis comme indignes de confiance alors qu’elle déclare finalement qu’elle mène une vie de rêve. Soit elle a une mémoire de poisson rouge soit elle est particulièrement maso.

Le soucis, c’est que j’ai besoin de m’attacher au personnage principal (ou à l’un des secondaires) ou de le comprendre pour pouvoir totalement entrer dans le roman. J’ai conscience que le héros ne fait pas tout dans un roman mais pour moi il est essentiel et, si je n’arrive pas à avoir un quelconque intérêt pour lui, je décroche. C’est ce qui a fini par se passer ici malheureusement. L’intrigue n’a pas réussi à me garder tant j’ai trouvé Lomé contradictoire, égocentrique et vantarde.

En bref un roman dont l’univers est bien mené mais dont j’ai trouvé l’héroïne insupportable.

 

Item Drago Malefoy : un livre où le personnage principal est un anti-héros – 60pts

40 / 50

 

Le Graal – Claudine Glot

 

Titre : Le Graal

Auteur : Claudine Glot

Editeur : Ouest-France

Date de Parution : Mars 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Le Graal est un monde de mythes. Un monde de mystères et d’éblouissement. Coupe de sang du Christ ou chaudron celtique, pierre divine ou force de vie, liqueur d’immortalité ou trésor alchimiste, chacun chemine sur la voie du Graal, à travers un labyrinthe complexe de milliers de récits où l’on se perd avec ivresse. De cet univers, ce livre se veut un aperçu, un ensemble de repères, un rappel des origines et des variantes.

 

  • Avis :

Ce joli livre court nous propose un aperçu du contexte du Graal dans la légende Arthurienne, de son évolution au fil des textes tout comme de son importance dans ceux-ci. Ce tour d’horizon m’a permis de découvrir de nouvelles œuvres et m’a donné envie de me procurer ces anciens textes pour pouvoir les parcourir dans leur ensemble.

Pour être honnête, le Graal ne fait pas partie de ce qui m’attire de prime abord dans La Légende Arthurienne. Certainement car il annonce la fin du Royaume et, si les descriptions du cortège me plaisent souvent beaucoup dans leur manière d’être présentées, la connotation chrétienne n’est pas ce qui m’emballe le plus dans ces textes. De plus, je n’ai pas d’atomes crochus particuliers avec Perceval que je trouve particulièrement niais (mais j’aime bien Galaad xD).

Pourquoi le choix de ce livre me direz-vous ? Parce que je connais très peu tout ce qui entoure le Graal justement et que j’ai fini par en être curieuse (oui, je vieillis, je m’intéresse à des choses qui m’attirait moins à l’adolescence) et le côté concis de ce livre permet d’en découvrir beaucoup en peu de pages.

D’autant plus que je savais que les textes de Claudine Glot allaient me permettre de mieux comprendre le sujet et de l’appréhender dans sa globalité de manière claire et précise. Et, effectivement, j’ai découvert de nombreuses choses que je ne connaissais pas, qui sont ici livrés de façon concise et m’ont donné envie d’en apprendre d’avantage.

Chaque page est en outre illustrée d’enluminures, de peintures, d’affiches ou de photos qui nous font voyager dans le temps à la découverte des textes et des musiques qui nous sont présentés.

En bref une belle plongée autour du Graal, qui permet d’en apprendre plus sur cet objet d’une grande importance pour la quête Arthurienne.