L’Ombre du Golem – Eliette Abécassis et Benjamin Lacombe

Titre : L’Ombre du Golem

Auteur : Eliette Abécassis

Illustrateur : Benjamin Lacombe

Editeur : Flammarion

Date de Parution : 27 Septembre 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« J’avais assez de souvenirs et de questions et l’envie grandissante de retourner voir ce fameux Golem, cette créature incroyable, invention du plus grand génie de Prague. »

 

  • Avis :

J’aime beaucoup les livres illustrés où dessins et textes s’entremêlent pour raconter une histoire au lecteur.

A noter que le contexte de l’ouvrage est historique et prend donc soin de citer les dates et d’expliciter les personnages existants à la fin, via une courte biographie qui permet de les ancrer dans le temps et l’Histoire. Prenant place en 1552 en Pologne lors du règne de Rodolphe II, nous rencontrons Zelmira qui vit près du Ghetto juif.

J’ai beaucoup aimé le fait que la conteuse soit celle qui est vécue l’histoire et la manière dont celle-ci est racontée entraîne directement le lecteur à sa suite.

Personnellement, je ne suis pas sensible aux visages des personnages mais j’ai par contre adoré les décors. La multitude de détails et les doubles pages permettent aux lecteurs de s’immiscer totalement dans le dessin et ajoute encore un peu à son implication dans l’intrigue.

Le roman parle autant de persécution que de protection, induisant de nombreuses question finalement encore malheureusement d’actualité aujourd’hui. L’idée du Golem, cet être fantastique voué à protéger toute une population mais qui n’a aucune conscience, pousse Zelmira à douter de l’humanité de la création. J’ai beaucoup aimé la tendresse sous-jacente dans le roman et l’amitié qui se noue doucement entre ces deux êtres qui n’ont de base pas grand chose en commun.

En bref un ouvrage qui présentent deux visions du monde opposés et qui rappelle que pour vivre ensemble il faut tout d’abord commencer par s’écouter.

Pour comprendre le départ du projet, ci-dessous une vidéo postée sur la page FB de Benjamin Lacombe

 

Entre dans

3 / 50

et dans

Item – Lumos : un livre sur lequel le titre est écrit en dorure (60pts)

Publicités

Le garçon qui voulait courir vite – Pierre Bottero

Titre : Le garçon qui voulait courir vite

Auteur : Pierre Bottero

Editeur : Flammarion jeunesse

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Debout derrière la grille de l’école, Agathe regarde son frère. Jules ne dit rien, il semble perdu et Agathe en est malade. Depuis l’accident de voiture de leur père cet été, Jules ne parle presque plus et court de moins en moins bien… Comme s’il avait perdu l’usage de ses jambes. Qui rendra à Jules sa joie de vivre ?

 

  • Avis:

Ah Pierre Bottero… Mon auteur préféré depuis bien des années. Malgré tout, je découvre encore quelques textes que je n’ai pas lus, dont celui-ci.

Ce petit roman présente de jeunes personnages en proie au deuil depuis la mort de leur père. Jules, le plus jeune, s’est enfermé dans le mutisme et n’arrive plus à courir. Agathe, l’adolescente, ne sait plus si elle peut être heureuse ni comment l’être.

A travers les mots d’Agathe, nous ressentons sa détresse et son envie de vivre tout à la fois. L’inquiétude qu’elle ressent pour son petit frère, la tristesse pour tout ce qui n’est plus et l’incapacité à mettre des mots sur toutes ces émotions.

On s’attache à ces personnages et aux adultes qui les entourent, à ce qu’ils vivent et à l’amour qu’ils ressentent les uns pour les autres. La force de leur mère à garder la tête droite, les amis de leur père présents à chaque coup dur, on se retrouve vite impliqué dans la vie de cette famille.

Comme toujours, les mots de Pierre Bottero sont d’une douceur exquise et le thème est traité intelligemment, permettant au lecteur de se faire ses propres opinions sur chacun des personnages. Un petit arrêt aussi sur l’épilogue qui rappelle la manière dont l’auteur aimait discuter avec les personnages qui s’étaient invités sous sa plume.

En bref un petit bijou qui parle avec douceur et intelligence de la manière dont faire son deuil implique d’abord de se pardonner à soi-même.

 

« Je me suis sentie plongée jusqu’au cou dans la vie et j’ai compris que tant que je ne serais pas morte pour de bon, elle prendrait toujours le dessus. »

 

Entre dans

46 / 50

In My Mailbox #56 Mars 2017

Hello !

Vous allez bien ?

Puisque mars s’est terminé (et, entre vous et moi, tant mieux !), je vous présente aujourd’hui mon IMM de mars ^-^

Entre réception, achat et cadeaux, il y a un peu de tout 😛

 

Au niveau des services presses tout d’abord, voici mes réceptions :

 

Merci à :

Syros : Power Club, T2 Ondes de choc de Alain Gagnol ; Bye Bye Bollywood de Hélène Couturier ; Des livres et moi de Matt7ieu Radenac (vous pouvez retrouver la chronique de ce dernier à cet endroit)

Rageot : C’est pas si pire Zazie de Marie-Renée Lavoie (donc la chronique se trouve juste ici) ; Plus près de nos rêves de Carole Prieur

Casterman : Bodyguard, T4, La Cible de Chris Bradford

Flammarion Jeunesse : Les Piqûres d’Abeille de Claire Castillon

Ouest-France : Merlin, ombres et lumière de Claudine Glot (la chronique est disponible en cliquant là)

Pika : L’attaque des titans, Harsh Mistress of the City de Ryô Kawakami

 

Merci à Arrête de Lire chez Flammarion ~

(la chronique de Je suis ton Soleil est ici)

 

Ensuite les achats… Même si j’ai peu le temps de lire ces derniers temps, je ne résiste pas aux livres…

Chez Croc’Book, j’ai trouvé :

La fille qui ne croyait pas aux miracles de Wendy Wunder chez Hachette

L’été des secondes chances de Morgan Matson chez Hachette

L’équation de l’amour et du hasard de Jennifer E. Smith chez Hachette

Dis-lui de Rémi Stefani chez Casterman

 

Et chez Oxfam où il faisait une vente au poids, j’ai découvert :

Dieu me déteste de Hollis Seamon chez 10/18

Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part d’Anna Gavalda chez J’ai Lu

Magies secrètes de Hervé Jubert chez Folio SF

La dernière lettre de son amant de Jojo Moyes chez Milady

Les tribulations de Tiffany Trott de Isabel Wolff chez Pocket

 

Après une longue journée de soutenance, je n’ai pas résisté à cette sublime version du Paris des Merveilles, Les Enchantements d’Ambremer de Pierre Pevel chez Folio SF (la chronique est disponible là)

 

Et dernier achat livresque mais non des moindres, en grande fan du travail d’Alexandra V. Bach, je me suis offert Seasons

 

Puis un petit plaisir de fangirl que je m’étais offert en janvier et qui est arrivé en mars 😛

(pour ceux qui se poseraient la question, il s’agit d’un photobook sur deux acteurs Thaïlandais ayant participé en tant

que personnages principaux à une série télévisée que j’ai adoré SOTUS ❤ )

 

Mars est aussi le mois de mon anniversaire et je ne résiste pas à l’envie de vous montrer mes cadeaux, très orientés 😛

(pour les curieux, le coffret du milieu est une lampe représentant le logo de Poudlard. Et oui : elle est magnifique *.* )

 

Et parce que mes collègues sont tops : merci Alicia pour ces beaux carnets ❤

Bon en voyant ça, je me dis qu’il faudrait que je recommence les IMM semaine par semaine parce que là : ça fait tout de même très peur !
Et vous ? Avez-vous craqué ce mois-ci ?

In My Mailbox #56 : Colis Flammarion Jeunesse

Hello,

Vous allez bien ? 🙂

Je vous retrouve aujourd’hui pour un IMM un peu spécial !

Fin février avait lieu le lancement de Je suis ton soleil de Marie Pavlenko lors d’une soirée organisée par Flammarion Jeunesse.

Ne pouvant pas m’y rendre, j’ai malgré tout reçu un joli colis ~

De quoi mettre du soleil dans cette journée pluvieuse !
Ce roman est un vrai coup de cœur et vous pouvez retrouver ma chronique à cet endroit. N’hésitez surtout pas, il est sorti aujourd’hui et est donc trouvable partout en librairie.

Merci aux éditions Flammarion pour cette belle attention ❤

In My Mailbox #55 Février 2017

 

Hello ~

Je vous retrouve aujourd’hui pour un IMM. Oui, je sais cela fait longtemps mais j’ai eu envie de partager avec vous mes réceptions du mois de Février ^-^

Entre les cadeaux, les SP et les craquages… Février a vu beaucoup de monde entrer dans ma bibliothèque o.o

 

On commence par les services presses :

img_20170223_184044

Cheeky Love de Miyuki Mitsubachi dont vous pourrez retrouver la chronique sur Place to Be

Marjane, T2 Le Serment de Marie Pavlenko aux éditions PKJ via le forum Mort-Sûre

Flora Banks de Emily Barr aux éditions Casterman

Les Filles déchues de Wakewater de Leslie V.H. aux éditions Denoël

Je suis ton soleil de Marie Pavlenko aux éditions Flammarion Jeunesse (ma chronique se trouve juste ici ❤ )

img_20170227_185227

Aux éditions Nathan :

Coeur Piment, tome 6.2 de Cathy Cassidy

J’ai avalé un arc-en-ciel de Erwan Ji

Emmy et Oliver de Robin Benway

 

Et des cadeaux ❤

img_20170223_184145

Alcatraz contre les infâmes bibliothécaires de Brandon Sanderson

De jolis stickers via Arrête de Lire

img_20170227_185311

Carry On de Rainbow Rowell, remporté chez Alice Neverland

Le Niffleur à constuire ❤

img_20170227_193135

Merveilles et Légendes de Merlin l’Enchanteur de Xavier Husson

img_20170223_183938

Fans de la vie impossible de Kate Scelsa

Là où j’irai de Gayle Forman

La chute d’Eldoriel de Weasley Diguet

Si c’est la fin du monde de Tommy Wallach

#Scandale de Sarah Ockler

 

Et mon gros craquage de romance chez Bouquin occaz

img_20170223_184445

L. Lee Guhrke « jeunes filles en fleurs » T2
L. Lee Guhrke « jeunes filles en fleurs » T3
L. Lee Guhrke « jeunes filles en fleurs » T4
Julie James « l’homme le plus sexy »
Danielle Steel  » le Bal »
Claire Delacroix « les joyaux de Kinfairlie » T1
Loretta Chase « le Prince des débauchés »
M. Balogh « ces demoiselles de Bath »
M. Brendan « scandaleuse alliance »
M. Jo Putney « le sortilège des Gardiens »
Mary Jo Putney « les gardiens du destin »
Stephanie Doyle « défi et confidences »
Julia London « Cedar Springs » T2
Loretta Chase « Ne me tente pas »
C. Delacroix « les joyaux de Kinfairlie » T2

Oui, je sais… c’est énorme !

Mais à 1.50€ le livre + 70% de réduction en prime… comment résister ?

 

Et vous, avez-vous craqué récemment ? Dites-moi tout 😛

 

Je suis ton soleil – Marie Pavlenko

 

Titre : Je suis ton soleil

Auteur : Marie Pavlenko

Editeur : Flammarion Jeunesse

Date de parution : 8 Mars 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Déborah démarre son année de terminale sans une paire de chaussures, rapport à Isidore le chien-clochard qui s’acharne à les dévorer. Mais ce n’est pas le pire, non.
Le pire, est-ce sa mère qui se met à découper frénétiquement des magazines ou son père au bras d’une inconnue aux longs cheveux bouclés ?
Le bac est en ligne de mire, et il va falloir de l’aide, des amis, du courage et beaucoup d’humour à Déborah pour percer les nuages, comme un soleil.

 

  • Avis :

c’est plutôt intriguée et ne sachant pas trop à quoi m’attendre à la lecture du résumé que je me suis lancée dans ce roman. Si vous avez un peu suivi l’actualité du blog ces derniers mois, vous avez sûrement remarqué que j’ai assez peu le temps de lire. C’est donc en mode « pause entre deux dossiers » que j’ai commencé ma lecture. Et là… comment vous dire ? Dossiers, partiels, révisions… Tout est aussitôt passé au second plan et j’ai enchaîné les chapitres de la même manière que mon chien enchaîne les siestes (c’est-à-dire que j’ai parfois changé de position).

Le premier point qui ressort de ce roman, c’est la manière dont il est écrit : à la première personne et à l’humour décapant. Déborah est une adolescente qui, si elle n’est peut-être pas décalée extérieurement, ne mâche pas ses mots lorsqu’elle nous raconte sa vie et ses impressions. Souvent ironique et ayant des expressions sur tout, Déborah est le genre de personnage vivant et réaliste auquel on s’attache rapidement. Tout ceux qui l’entourent ont eux aussi une véritable personnalité et peuvent rappeler des personnes que nous avons croisé ou que nous connaissons.

Je suis ton soleil nous parle la Vie, de la manière dont certaines découvertes influent sur nos pensées, de la façon dont certains choix nous suivent des années durant. De nombreuses questions sont posées et nous ramènent à celles que nombre de lecteurs se sont sûrement déjà posées en étant spectateur ou acteur d’une relation. « J’ai vu ça, dois-je le dire ? » Déborah passe par beaucoup d’émotions dans le roman et, si j’ai beaucoup rit de ses réflexions, j’ai aussi souvent eu les larmes aux yeux.

Le roman nous livre une « leçon » qu’on apprend finalement avec l’âge : ce n’est pas parce que nous ne sommes plus totalement en symbiose avec nos amis que nous les perdons. Mais nos amis, justement, deviennent les gens à qui l’on peut royalement dire qu’ils craignent lorsque c’est vrai. Et de qui on peut attendre la même franchise. Ce sont ceux qui vont vous remonter le moral ou pleurer avec vous. Ceux qui ne sauront pas forcément quoi faire mais qui seront là parce qu’ils considèrent que c’est leur place. Ceux avec qui vous aurez des fous-rires pour un rien et des disputes, parfois grosses, mais toujours passées. Ceux qui ne vous jugeront pas. A mon sens, si Je suis ton soleil est une histoire de vie familiale, c’est aussi et surtout une histoire d’amitié. De la force qu’à celle-ci dans notre vie à tous.

Il s’agit aussi d’un ouvrage qui nous invite à comprendre que personne ne peut tout gérer tout seul et que nous avons besoin des autres pour avancer. Et puis aussi… que l’amitié d’un animal dépasse tous les préjugés.

En résumé, un gros coup de cœur pour ce roman plein de tendresse et d’humour qui nous rappelle que, si la vie est parfois dure, elle l’est beaucoup moins lorsqu’on est bien entouré.

Merci à Marieke, Brigitte et aux éditions Flammarion pour cette belle découverte ~

 

« Je fais non et braie de plus belle. Le monde est flou. Soudain, je suis certaine que c’est la raison pour laquelle on pleure : s’extraire du monde qui nous fait souffrir. Les larmes brouillent les visages, les gens, elles protègent des méchants et de la réalité. »

 

Entre dans

17 / 50

Et dans

hp5-8110

Éclair de feu : lire un livre de plus de 400 pages en moins de 24h – 70 points