Starfell, T1 Violette Dupin et le jour perdu – Dominique Valente

 

Titre : Violette Dupin et le jour perdu

V.O. : Willow Moss and the Lost Day

Série : Starfell

Auteur : Dominique Valente

Traducteur : Anne Guitton

Editeur : Casterman

Date de parution : 1er avril 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Violette, la plus jeune sorcière de la famille Dupin, a le pouvoir de retrouver tout ce qui est perdu. Lorsqu’un mardi entier est effacé de la mémoire du monde, avec tous les faits et gestes de chacun ce jour là, Moreg Vaine, une redoutable magicienne, s’adresse à elle pour le retrouver et sauver la magie. C’est le début d’une aventure peuplée d’elfes, de trolls et d’un dragon.

 

  • Avis :

Dans la famille de Violette, excepté son père, ils sont tous sorciers. Mais, si sa mère et ses sœurs ont des pouvoirs supers, Violette, elle, n’a « que » le pouvoir de retrouver les objets perdus. Vous avez égaré vos lunettes ? Violette les retrouve ! Vous ne savez pas où vous avez mis votre foulard ? Violette le retrouve ! Si ce pouvoir est très pratique, il n’a cependant rien à voir avec le fait de parler aux morts ou de faire exploser quelque chose.

Pourtant, lorsque la grande sorcière Moreg Vaine se présente chez eux, c’est bien Violette qu’elle recherche. Parce qu’elle a besoin d’elle. Mardi dernier à disparu et, qui de mieux qu’une sorcière capable de retrouver les choses perdues, peut remettre la main sur un jour tout entier ? Commence alors un périple pour comprendre où a bien pu passer le jour envolé.

On pourrait penser qu’une journée sans souvenirs n’est rien. Mais tant de choses peuvent se passer en une journée. Des moments heureux ou tristes, des mariages et des deuils, des amitiés et des bagarres… Tant de petits et grands moments disparus de la mémoire et, avec eux, les sentiments qui y sont associés. Il y a ici une belle réflexion sur le fait de profiter de l’instant présent et des personnes avec qui on le passe.

Cette aventure est également propice pour faire évoluer Violette. Elle qui était le vilain petit canard de la famille, découvre qu’elle a bien plus à offrir aux autres (et à elle-même !) que ce qu’elle pensait. Le roman aborde avec douceur la confiance en soi et la nécessité de ne pas se rabaisser face aux autres. Chacun à ses qualités et ses défauts et tout le monde à quelque chose à offrir. De nombreux personnages rejoignent la petite troupe et eux aussi sont finalement différents des leurs. Est-ce pour cela qu’ils sont moins « biens » ? Au lecteur de se faire son propre avis.

Dans ce roman, la magie est intrinsèque au monde et, pourtant, les sorciers ne sont pas forcément bien vus. Après tout, ils sont différents ! Et la différence c’est mal non ? Ou alors est-ce la peur que provoque la différence qui amène les dérives les plus viles ? J’ai beaucoup aimé comment ce fait est traité ici. Il n’y a pas d’obligation d’une chose à faire plutôt qu’une autre mais bien un encouragement à voir plus loin que les rumeurs et les différences. De voir qu’on peut être différent pour quelqu’un mais similaire à quelqu’un d’autre, que ce qui est un défaut dans une culture peut être une qualité dans une autre.

Concernant l’intrigue en elle-même, elle est pleine d’actions et le lecteur découvre le monde du roman en compagnie de Violette qui voyage et rencontre les personnes et créatures qui le peuplent. La petite bande qui se forme est disparate mais apprend à compter les uns sur les autres et à grandir ensemble. Un point aussi sur Oswin, le monstre sous le lit, qui apporte une touche d’humour aux situations qui défilent.

En bref un roman jeunesse qui allie action, amitié et confiance en soi. Parfait pour les jeunes lecteurs !

 

Phobie Douce – John Corey Whaley

 

Titre : Phobie Douce

V.O. : Highly Illogical Behaviour

Auteur : John Corey Whaley

Editeur : Casterman

Date de parution : 1er février 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

De toute façon, Solomon n’avait jamais besoin de sortir de la maison. Il avait de la nourriture. Il avait de l’eau. Il pouvait voir les montagnes depuis la fenêtre de sa chambre. Ses parents étaient si occupés qu’il organisait sa vie à la maison à sa guise. Jason et Valérie Reed n’intervenaient pas, parce que finalement céder à leur fils était la seule solution pour qu’il aille mieux. À L’âge de seize ans, il n’avait pas quitté le domicile familial depuis trois années, deux mois et un jour. Il était pâle, assez souvent pieds nus, et allait plutôt bien.

 

  • Avis :

Sujet à des crises de panique régulières, Solomon a un jour trouvé comment les atténuer de façon radicale : en ne sortant plus de chez lui. Depuis trois ans, il vit donc reclus par choix dans la maison de ses parents et les seules autres personnes qu’ils côtoient sont sa mère, son père et sa grand-mère. Sa scolarité continue par correspondance et il a tout ce qu’il lui faut avec sa passion pour les séries, notamment pour Star Trek.

Pour Solomon, la situation est donc parfaite. Il a trouvé le moyen de juguler sa peur de l’extérieur et tout va bien pour lui. Malgré tout, il est bien conscient que ce qu’il vit rend la vie de ses parents compliquée et que ces derniers souhaiteraient qu’il aille mieux et se construise un avenir ailleurs qu’entre les murs de sa maison d’enfance.  Seulement, rien que l’idée de poser un orteil dehors est impensable pour le jeune homme.

L’agoraphobie est ici clairement désignée et l’auteur nous montre un adolescent qui sait parfaitement ce qu’il a et qui fait finalement de son mieux pour continuer à vivre malgré ses peurs. Ce n’est peut-être pas la meilleure solution mais qui sommes-nous après tout pour en juger ? Pourtant, Lisa décide de lui venir en aide et, par là, d’en faire le sujet de son mémoire pour entrer dans une grande université. Dit comme cela, il est vrai que Lisa parait bien antipathique et arrogante. Et, effectivement elle l’est. Malgré tout, chaque personne a ici un contexte et une personnalité qui permet au lecteur de le comprendre et, sans être forcément d’accord avec les personnages, d’avoir envie que tout finisse par s’arranger pour eux.

C’est en tout cas ce que j’ai ressenti pour Solomon, pour Lisa et pour Clark, le troisième larron de cette petite bande disparate qui se forme au fil des pages. Si Solomon est malade, les deux autres ont également des problèmes à gérer et c’est finalement un groupe d’amis qui appairait sous nos yeux, se découvrent et s’apprécient de plus en plus. Mais l’amitié peut-elle se baser sur un mensonge ?

J’ai passé un très bon moment avec ce roman dont je n’ai pas vu défiler les chapitres. Les émotions et les actions de chaque personnage sont crédibles et poussent le lecteur à mieux les comprendre. Autour de Solomon, il y a également sa famille et cette dernière, si elle ne souhaite que son bonheur, rêve qu’il passe un jour la porte de la maison et retourne dans le vaste monde. Malgré tout, aucun d’entre eux ne lui met la pression et on sent ici tout l’amour qui transparaît pour cet adolescent, qui est différent des autres et tellement aimé des siens.

Le roman aborde d’autres thèmes importants et je pense clairement qu’il s’agit là d’une histoire à mettre entre toutes les mains.

En bref un roman qui aborde le sujet de l’agoraphobie de manière intelligente et accessible, ce qui permet de parler de cette maladie bien rarement abordée dans un ouvrage jeunesse.

 

Amélia Fang, T4 Le Goûter complètement fabuleux – Laura Ellen Anderson

 

Titre : Le goûter complètement fabuleux

Série : Amélia Fang

Auteur : Laura Ellen Anderson

Traducteur : Valérie Le Plouhinec

Editeur : Casterman

Date de Parution : 5 février 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Ce sont les vacances à Nocturnia ! Au lieu d’aller à l’école, Amélia part en expédition sur l’île Dragée. Alors qu’ils explorent les environs, Amélia et ses amis Grimaldi, Florence et Tangine sont frappés par un sortilège ancien… et se retrouvent aussi petits que des insectes ! Comment peut-on se sortir de ce pétrin alors qu’on est tout riquiqui ?

 

  • Avis :

On retrouve Amélia et ses amis et c’est la première fois qu’ils partent plusieurs nuits loin de leurs parents. Comme toujours, la série fait donc le parallèle avec les enfants qui grandissent et s’émancipent petit à petit. On retrouve donc ici la difficulté d’être séparé de ses parents pour la première fois mais également l’excitation de partir plusieurs jours en compagnie d’amis.

Ce qui aurait dû être une semaine de découverte et de défis entre eux pour récupérer des badges, se transforme vite en folle aventure lorsque les quatre amis se retrouvent miniaturisés. Comment s’en sortir lorsqu’on fait la taille d’un insecte et qu’on ne peut plus communiquer avec les autres parce qu’ils sont trop grands pour nous entendre ?

Amélia, Grimaldi, Florence et Tangine vont devoir déployer des trésors d’imagination et faire les bons choix pour réussir à s’en sortir. Ce qui impliquera de nouvelles rencontres plus ou moins effrayantes. Amélia Fang est une série de rencontres justement, qui poussent à s’interroger sur les différences qu’on a les uns avec les autres, quelque soit notre race et nos habitudes. Le roman aborde également la notion de vengeance et le fait que la tristesse fait parfois faire des choses qu’on regrette ensuite lorsqu’on se rend compte de leur méchanceté.

L’une des choses que j’apprécie le plus dans cette série, c’est la plongée dans un monde fantastique. Les descriptions et les dessins fonctionnent très bien ensembles pour entraîner le lecteur dans un monde coloré, différent et envoûtant qui propose une immersion totale.

En bref un quatrième tome qui reprend les codes des précédents, faisant un peu plus grandir les personnages en les poussant dans une nouvelle aventure fantastique où il leur faudra se serrer les coudes pour se sortir de toutes les situations.

 

Aurora Squad, épisode_01 – Amie Kaufman & Jay Kristoff

 

Titre : Aurora Squad

V.O. : Aurora Rising

Auteur : Amie Kaufman & Jay Kristoff

Editeur : Casterman

Date de Parution : 5 Février 2010

 

 

  • Résumé (éditeur) :

2380, quelque part dans la galaxie. Tyler, jeune pilote prometteur, est impatient de former l’escadron de ses rêves. Alors qu’il sort faire un tour dans l’espace pour se calmer les nerfs avant l’Affectation, il tombe nez à nez sur un vaisseau disparu depuis des années. A bord, Aurora, une jeune fille cryogénisée depuis 200 ans… Commence pour Tyler une odyssée dangereuse où il devra protéger Aurora de ceux qui la traquent pour une raison inconnue. Et diriger une bande d’anti-héros fantasques et courageux, insolents et sarcastiques… Et si le sort de l’humanité dépendait de sept têtes brûlées à l’humour ravageur ?

 

  • Avis :

Ayant totalement adoré la trilogie Illuminae, je ne pouvais pas passer à côté d’Aurora Squad, la nouvelle saga des mêmes auteurs. Le risque, cependant, c’est d’être déçu… Alors, à votre avis, cela a-t-il été le cas ? Ou Aurora Squad a-t-elle réussi à supplanter Illuminae dans mon cœur livresque ?

Hé bien… oui et non. J’ai beaucoup apprécié ma lecture et j’ai passé un très bon moment en compagnie de cette équipe haute en couleurs, un peu désaxée et qui a carrément la poisse. Mais Illuminae reste pour moi un chouïa au-dessus, tant dans sa forme que dans son suspense. Malgré tout, je ne peux que vous encourager à tenter l’aventure en compagnie des membres d’Aurora Squad parce qu’ils sauront vous emmener aux confins de la galaxie avec un humour à toute épreuve !

Dans Aurora Squad, vous ferez bien évidemment la connaissance d’Aurora, cette jeune fille qui a été cryogénisée durant 200 ans et qui porte en elle autant de questions sur ce présent qu’elle ne connait pas que de connaissances sur un passé disparu. Vous découvrirez aussi Tyler, le chef de l’escadron, ce premier de la classe qui n’a jamais dévié de sa route, jusqu’à aujourd’hui. Et puis Scarlett, sa soeur jumelle, qui n’a pas la langue dans sa poche, ce qui est pratique car c’est elle qui est chargée des négociations lorsqu’il y en a. Cat, la pilote qui est aussi douée aux commandes d’un vaisseau que pour clasher quelqu’un. Zila, la scientifique, celle qui analyse mieux les situations que les êtres vivants. Kal, le responsable des combats, qui a plutôt tendance à foncer dans le tas et à discuter ensuite. Et Finnian pour qui la mécanique n’a aucun secret et qui peut tout réparer entre deux phrases de dragues à deux balles.

Ils sont donc sept et la narration va passer de l’un à l’autre au fil des chapitres, faisant avancer l’intrigue à chaque saut de personnage. Le fait de changer de personnage ne m’a pas dérangé car le narrateur est indiqué en début de chapitre, ce qui permet de ne pas perdre le lecteur. J’ai apprécié justement de pouvoir en apprendre plus sur chacun des personnages, via leurs pensées et leurs ressentis. Le fait de ne pas se focaliser sur un seul narrateur permet de faire avancer l’histoire tout en montrant les différences de point de vue qui peuvent exister entre les personnages lors de la même situation.

L’histoire aborde plusieurs thèmes intéressants qui peuvent parler à de nombreux lecteurs. La notion de racisme tout d’abord via le personnage de Kal, celui du handicap grâce à Finnian, mais également des thèmes tels que le fait de ne pas réussir à interagir en société ou à l’intérêt de ne pas mélanger privé et professionnel.

Concernant l’intrigue, elle est bien menée et les rebondissements s’enchaînent rapidement, nous faisant nous poser des questions et ne permettant pas aux héros de souffler et donc de se poser pour réfléchir. Certains moments m’ont surprise et je me suis laissée porter au fil de l’histoire sans m’ennuyer un seul instant. Et la fin… m’a fait me dire qu’attendre 2021 pour découvrir la suite de ce roman allait être long.

En bref ce n’est donc pas un coup de cœur intersidéral comme l’avait été Illuminae, sûrement car le roman reste plus « banal » dans sa forme. Néanmoins, je l’ai lu rapidement et j’ai adoré ma plongé avec cette équipe totalement loufoque !

 

Le Dernier Magicien, T2 Les Cinq Artefacts – Lisa Maxwell

 

Titre : Les Cinq Artefacts

Série : Le Dernier Magicien

V.O. : The Devil’s Thief

Auteur : Lisa Maxwell

Editeur : Casterman

Date de Parution : 6 novembre 2019

 

 

  • Résumé :

Le pouvoir du Livre vit en Harte désormais. Non contrôlé, il risque d’entraîner le monde vers une terrible destruction. Seules quatre pierres ancestrales peuvent domestiquer cette incroyable force. Esta et Harte partent alors à leur recherche. Mais il faudra voyager dans le passé pour les retrouver intactes. Sans compter que les pierres attisent non seulement la convoitise de l’Ordre mais aussi l’intérêt de nouveaux ennemis comme les Antistasi et JackGrew… Malgré ses immenses pouvoirs, Esta parviendra-t-elle à sauver Harte et à protéger l’humanité ?

 

  • Avis :

Arrêtons-nous déjà sur la couverture que je trouve sublime. Si vous suivez l’instagram du blog vous avez peut-être vu la petite vidéo qui montre ce qu’elle rend avec la lumière et c’est *-*

Il s’agit donc d’un beau bébé de 710 pages, qui pèse le poids d’un bébé troll et qui peut donc effrayer, à première vue. Sauf que l’intrigue est tellement bien menée qu’il suffit de rentrer dedans pour ne plus vouloir en sortir.

On retrouve les personnages exactement là où on les a laissé dans le tome précédent et beaucoup de rappels sont faits de-ci, de-là pour nous permettre de bien nous remettre les événements en tête. J’avais un peu peur d’être perdue car je ne me souvenais pas de tous les détails mais ces rappels sont bien amenés et bienvenus.

Qu’on suive Harte, Esta, Viola ou Jianyu, chaque personnage à son propre caractère, ses soucis et évolue au fil des chapitres. Toutes leurs histoires en forme finalement une seule et on en découvre peu à peu les ramifications. C’est un roman dense, intense et qui demande finalement une implication du lecteur. On ne peut que s’attacher à ces différents personnages qui se battent pour les causes qu’ils pensent justes. Qui font des erreurs parfois. Qui trichent et qui mentent. Mais qui rêve surtout d’une vie meilleure, qui font tout pour y arriver et pour prendre soin des gens auxquels ils tiennent.

Dans le premier tome, si la magie était interdite est chaleureuse, elle prend ici une autre direction et elle devient plus froide et plus dangereuse. On découvre la vie derrière la barrière et on assiste à cette découverte aux côtés de Harte qui a toujours voulu s’en émanciper. Déjà dans le premier opus, Harte était un personnage que j’appréciais particulièrement. Ce second tome n’a fait que le confirmer. Son côté baratineur se fait là plus torturé et sa vision de la magie est tellement différent de celle d’Esta que les deux points de vue se confrontent et sont compréhensibles.

Je m’arrête aussi sur les détails du décor qui parsèment le texte, notamment sur l’Exposition Universelle de Saint-Louis qui a l’air très documentée. Tout ceci contribue à l’ambiance du roman et nous plonge dans un moment historique parsemé de moments plus fantastiques mais qui s’intègrent parfaitement bien.

Un seul point d’attention : il faut vraiment prendre garde à la date donnée à chaque début de chapitre.

En bref un ouvrage bourré d’action et de réflexions dont j’ai hâte de connaître la suite.

Rosewood Chronicles, T1 Princesse Incognito – Connie Glynn

 

Titre : Princesse Incognito

V.O. : Undercover Princess

Série : Rosewood Chronicles

Auteur : Connie Glynn

Traducteur : Anne Guitton

Editeur : Casterman

Date de Parution : 5 juin 2019

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Lottie Pumpkin, jeune fille d’origine modeste, rêve de devenir une princesse. Grâce à une bourse, elle va réaliser son vœu et intégrer la prestigieuse école de Rosewood.
Ellie Wolf, princesse de Maradova, rêve, elle, de passer inaperçue. Elle aussi a hâte de rejoindre Rosewood… mais pour échapper à ses devoirs royaux.
Quand le hasard place Lottie et Ellie dans le même dortoir, c’est l’occasion idéale pour réaliser leur souhait le plus cher… en échangeant leurs identités.
Mais à Rosewood, si tout semble merveilleux en apparence, chaque jour est un piège et chaque recoin dissimule un ennemi…

 

  • Avis :

Parlons tout d’abord de la couverture parce que c’est ce qui m’a attiré dans ce roman : je la trouve très jolie, intrigante et douce et j’aime beaucoup le côté dorure et la forme de la rose du titre de la série.

Concernant le roman, hé bien je reste un peu perplexe. J’ai adoré l’idée de base que l’on découvre au fil des pages et qui est vraiment chouette ! Elle permet de montrer deux jeunes filles qui ont une vie radicalement différente mais qui veulent toutes deux ce qu’elles n’ont pas. Ellie ne supporte pas la pression d’être une princesse et fait tout pour pouvoir vivre sa vie comme elle l’entend, pour gagner une liberté qu’elle n’a jamais eu. Comme un petit oiseau en cage, elle s’épuise à trouver la sortie et elle a du mal à appréhender la vie de ceux qui se trouvent de l’autre côté. Quant à Lottie, elle vit son plus grand rêve en étant à Rosewood mais le deuil de sa mère est toujours présent en elle et elle a bien du mal à s’imposer et à réellement savoir qui elle est. Elle sait qui elle veut être mais elle se perd parfois sur la manière de le devenir.

Le côté Sénéchal et Partisan m’a beaucoup plu car il amène un côté sérieux à l’intrigue et permet d’avoir des personnages qui sont prêts à tout les uns pour les autres. On sent un petit relent de fantasy dans un ouvrage qui, de base, aurait pu n’être qu’une histoire de princesses naïves dans un lycée et j’ai trouvé ce fait bien amené. Comme si on nous faisait remarquer qu’il y a toujours plus à voir dans n’importe quelle situation.

Donc oui, j’ai beaucoup aimé l’intrigue générale. Mais j’ai été gênée dans ma lecture et je ne saurai pas exactement vous expliquer pourquoi… Peut-être la manière d’écrire les émotions ? L’auteur nous explicite clairement ce que le personnage est censé comprendre et ressentir. Mais pas ce qu’il ressent réellement. Bien souvent, la logique n’a pas sa place dans les émotions et j’ai donc trouvé qu’on perdait en humanité. Peut-être que le roman aurait gagné à être écrit à la première personne ? A deux voix avec une alternance de chapitre Lottie/Ellie ?

La deuxième chose qui m’a dérangé réside dans les personnages : ils passent de super sérieux, avec des réactions adultes à carrément naïfs, très enfantins. Comme ils n’ont que quatorze ans, certaines de leurs remarques sont facilement compréhensibles mais c’est l’oscillation des deux qui m’a gêné finalement. Quant au personnage d’Ollie qui avait l’air si mignon au départ, il disparaît quasiment, ce qui correspond assez peu au caractère très amical de Lottie.

En bref une bonne intrigue général mais des personnages ambivalents et une écriture plus spectatrice qu’actrice. Néanmoins, je pense que les adolescents trouveront là une série qui peut leur permettre de passer des ouvrages très jeunesse à des ouvrages ado en douceur.

Rendez-vous des masos #Février 2019

 

Aujourd’hui, c’est le jour du « rendez-vous des masos » !

Nous allons parler prochaines sorties littéraires ! Et liste d’envies en passant.

 

Amélia Fang et les seigneurs licornes de Laura Ellen Anderson aux éditions Casterman

Sortie : 6 Février

Bienvenue à PAILLETTEVILLE, là où le soleil ne se couche jamais et où tous vos rêves se réalisent…

Contrairement à ce que Amélia Fang a appris à l’école, les fées ne volent pas les crocs des vampires, et les licornes ne tirent pas des arcs-en-ciel tueurs avec leur derrière. Enfin rassurée, la jeune vampirette (et ses amis Florence et Grimaldi), se lance dans un dangereux périple au royaume de Lumière, direction Pailletteville.

Son but ? Retrouver Beausoleil, une fée disparue il y a des années et qui n’est autre que la maman de Tangine, le prince-pourri-gâté… Mais attention, à Pailleteville, derrière chaque arc-en-ciel, il y a de bizarres anges-chatons mais aussi des seigneurs licornes encore plus étranges qui les guettent !

 

Escapades amoureuses, T1 Gentleman et vaurien de Victoria Alexander chez J’ai Lu

Sortie : 6 Février

— Je vous accompagne et ne discutez pas.

Face à l’intraitable Mlle India Prendergast, Derek Saunders est dans ses petits souliers. Il vient de découvrir que la Société des Voyageuses, une agence fondée par sa tante et deux de ses amies, est en réalité une vaste fumisterie! Les trois vieilles dames indignes supposées organiser des voyages pour femmes célibataires n’y connaissent rien et ont escroqué de naïves victimes. En prime, elles ont perdu la cousine de Mlle Prendergast, lady Héloïse, égarée quelque part en Europe.

 

Roi de cendres de K. Ancrum aux éditions Milan

Sortie : 6 Février

Jack et August. August et Jack. Une amitié à l’épreuve de tout depuis que Jack a sauvé August de la noyade lorsqu’ils étaient petits. Ils avaient alors créé de toute pièce un monde fantastique dirigé par deux rois : le Roi d’osier et le méchant Roi fendu. Un jeu qu’ils ont oublié en grandissant. Mais, depuis quelque temps, Jack va mal : il souffre d’hallucinations inquiétantes qui le replongent dans l’univers fantastique de leur enfance.

Jack est convaincu qu’il est le Roi d’osier, et qu’il lui faut retrouver le Bleu merveilleux, une pierre qui le guérira. Face à cela, August réagit de l’unique façon possible pour lui : au lieu de remettre Jack face à la réalité, il accepte les délires de son ami comme s’ils étaient les siens. Peu à peu, les deux amis s’enfoncent dans leur démence, s’éloignant toujours plus de la réalité de leur quotidien.

Peu à peu, August en vient à douter de sa propre santé mentale : cet autre monde, qui n’appartient qu’à eux, n’est-il vraiment pas réel ? Lorsque les délires de Jack deviennent dangereux, c’est donc à deux qu’ils commettent l’irréparable… August sans Jack ? Jamais.

 

Suite Régence, T1 L’amant de l’ombre de Judith McNaught chez J’ai Lu

Sortie : 6 Février

A la mort de ses parents, Victoria quitte l’Amérique pour l’Angleterre où l’attend un cousin prêt à l’accueillir. Dès qu’il aperçoit la jeune femme, ce dernier n’a qu’une idée en tête: la marier à son fils. Aussitôt, il installe Victoria à Wakefield

Park, chez Jason, dans l’espoir que l’un et l’autre finissent par se plaire. Mais la partie est loin d’être gagnée. Froid et cynique, Jason refuse formellement toute union. Toutefois, il accepte de trouver un époux à Victoria. Commence alors un défilé de prétendants auxquels Jason trouve curieusement toujours à redire…

 

The Villians, T1 Vicious de Victoria Schwab aux éditions Lumen

Sortie : 7 Février

Le combat du mal contre le mal absolu.

Autrefois, Eli et Victor étaient les meilleurs amis du monde. Mais cette époque est bien finie. Elle est même… morte et enterrée.

À la fac, Eli le brun et Victor le blond partagent la même chambre. Ils sont inséparables et pourtant absolument aux antipodes l’un de l’autre. Victor, c’est l’ombre : complexe et torturé, il passe ses journées à noircir les ouvrages de développement personnel de ses parents pour laisser apparaître des slogans d’un pessimisme saisissant. Eli, c’est la lumière – un garçon fascinant, doté de toutes les qualités, charismatique et solaire. Pourtant, sous la surface lisse du visage parfait de son ami, Victor entrevoit des démons inavouables. Et il n’est pas au bout de ses surprises…

Car un jour, Eli fait la découverte du siècle : des pouvoirs surhumains semblent se manifester chez ceux qui ont subi une expérience de mort imminente. On les appelle des EO – pour  » ExtraOrdinaires « . Aveuglés par l’ambition et la curiosité, les deux amis se lancent un défi insensé : celui de frôler la mort pour percer ce mystère. Malheureusement, leur tentative tourne au désastre. Dix ans plus tard, Victor croupit en prison, tandis qu’Eli est acclamé en héros. Mais ce que le monde entier ignore, c’est que le véritable monstre rôde dehors, en toute liberté…

 

La Reine des Neiges de Simon Rousseau aux éditions ADA

Sortie : 11 Février

Fuyez. Elle arrive, elle est tout près. Elle n’épargnera personne. Les arbres tombent, la terre gèle, l’air est infect. Courez si vous ne voulez pas finir six pieds sous la neige. Une adaptation déroutante du fameux conte d’Andersen.

Le meurtre immonde d’un prêtre dans un pensionnat autochtone, au début des années 1970.
L’inconcevable suicide du grand-père d’une journaliste prête à tout pour faire éclater la vérité.
Un chamane amérindien banni de sa communauté, reclus au coeur d’une forêt mystique.
Une entité ancienne née du froid et de la famine, prête à rétablir son pouvoir sur son royaume de glace.
Une effroyable légende, oubliée de tous…

 

Nos vies suspendues de Charlotte Bousquet chez Scrineo

Sortie : 14 Février

Que faire, quand la justice ne vous rend pas justice ? Une poignante histoire de vengeance et de reconstruction pour continuer à vivre.

Trois ans, déjà.
Trois ans qu’Anis court pour ne plus qu’on la rattrape.
Trois ans que Nora a préféré ralentir, pour s’arrêter de penser.
Trois ans que Milan s’en veut de n’avoir rien pu faire.
Trois ans que Steven a fermé les yeux, et qu’il avance dans le noir.

Cette nuit-là les a marqué à jamais.
Et chacun doit réapprendre à vivre, avec cette voix intérieure qui ne les quitte pas.
Cette voix qui ne cesse de grandir et qui ne s’arrêtera pas de parler. Pas tant que les coupables n’auront pas payé.

Alors que le passé ne leur laisse aucun répit, comment retrouver le fil de leurs vies suspendues ?

 

Princesse Mononoké de Hayao Miyazaki chez Glénat

Sortie : 20 Février

Ashitaka, jeune descendant de guerriers Emishi, est voué à devenir le chef de son clan. Mais lorsqu’une créature monstrueuse attaque son village et le blesse mortellement, Ashitaka est contraint de partir en quête d’un remède. Aux abords d’une gigantesque forêt où des animaux livrent une guerre sans merci aux humains des environs, Ashitaka rencontre San, une jeune femme élevée par les loups qui voue une haine féroce aux humains. Un lien très fort commence à les unir, au moment où la guerre prend un tournant irrémédiable et tragique…

 

L’Horoscope amoureux, T3 Gemini keeps Capricorn de Anyta Sunday aux éditions MxM Bookmark
Sortie : 25 Février
❤ ❤ ❤
Il ne suffit parfois que d’un capricorne têtu pour que Wesley Hidaka ne devienne fou et séducteur. Il aime embêter le responsable de sa résidence, Lloyd Reynolds. Il ne peut pas s’en empêcher. Lloyd est concentré, résolu et a les pieds sur terre. Il a cette capacité amusante de suivre les règles. Bien sûr, Wesley veut que Lloyd en brise une… ou trois cents. Il ne suffit parfois que d’un gémeaux souriant pour que Lloyd fasse la loi et raccompagne directement Wesley dans sa chambre. Ce qui n’empêche pas ce dernier de le taquiner encore. Et encore. Et encore… mais bon sang. Lloyd ne craque pas facilement. Il a plein de principes. Il est inébranlable. Il est l’ami parfait quand Wesley a besoin d’aide. Comme par exemple avec son frère qui sèche les cours ou son ancien principal de lycée. Il ne suffit parfois que d’un mensonge pour que Wesley se retrouve faussement fiancé à l’inatteignable responsable de sa résidence. Que peut-il bien dire ? Cela semblait être une bonne idée à ce moment-là…

 

Et vous, avez-vous repéré de futures nouvelles lectures ?