Les Seigneurs de Bohen – Estelle Faye

 

Titre : Les Seigneurs de Bohen

Auteur : Estelle Faye

Editeur : Critic

Date de Parution : 02 Mars 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« J’avais seize ans quand j’ai quitté la steppe. Mais je ne vais pas vous narrer mon histoire. Je ne vais pas non plus vous relater les exploits de grands seigneurs, de sages conseillers, de splendides princesses et de nobles chevaliers. Je croyais, quand j’étais jeune, que c’était dans ce bois qu’on taillait les héros. Je me trompais.
Je vais vous narrer les hauts faits de Sainte-Étoile, l’escrimeur errant au passé trouble, persuadé de porter un monstre dans son crâne. De Maëve la morguenne, la sorcière des ports des Havres, qui voulait libérer les océans. De Wenceslas le clerc de notaire, condamné à l’enfer des mines, et qui dans les ténèbres trouva un nouvelle voie… Et de tant d’autres encore, de ceux dont le monde n’attendait rien, et qui pourtant y laissèrent leur empreinte. Leur légende.
Et le vent emportera mes mots sur la steppe. Le vent, au-delà, les murmurera dans Bohen. Avec un peu de chance, le monde se souviendra. »

 

  • Avis :

J’ai craqué pour Les Seigneurs de Bohen pour, approximativement, trois grosses raisons :

  • Le résumé et la couv’ qui, il faut le dire, sont bien sympas !
  • Le feuilletage et la lecture des premières pages qui m’ont convaincue que l’écriture allait me plaire.
  • La discussion avec l’auteur. Estelle Faye sait comment parler de son histoire et de ses personnages, donnant envie de les connaître et de les suivre dans leurs aventures.

La première chose à savoir en commençant ce roman c’est qu’il est dense. Le fait qu’il s’agisse d’un one-shot (tiens, encore une raison qui m’a fait craqué…), oblige l’histoire à se concentrer dans les 600 pages de l’ouvrage. Pas de temps à perdre donc puisqu’il n’y a pas de tome de mise en place pour nous présenter les différents personnages, leurs histoires et le monde dans lequel ils vivent. Cependant, je ne me suis jamais sentie perdue et ce, malgré le nombre de personnages. Chacun apporte sa pierre au roman et chacun à sa propre personnalité. Je me suis attachée à chacun d’entre eux, mes affinités variant au fil des chapitres.

A vrai dire, je n’ai pas vu passer ces 600 pages… Une fois plongée dans le roman, la seule chose qui m’importait était de connaître la suite de l’histoire. De savoir ce qui c’était passé, de voir comment aller évoluer Sainte-Etoile, Maeve, Wens, Sorenz…

Bon… J’avoue m’être spoilé un moment pour vérifier que le chouchou de mon perso chouchou survivait… me rendant difficile les derniers chapitres. Et, si je comprends parfaitement cette fin (Merlin, une fin ouverte que j’aime !), je ne suis pas du tout d’accord T.T

Concernant l’histoire… Je ne sais trop que vous dire pour ne pas vous en dire trop. On parle bien souvent des grands auteurs anglophones lorsqu’on aborde la fantasy mais on oublie de regarder nos auteurs français et il serait vraiment dommage de passer à côté des Seigneurs de Bohen. L’intrigue est passionnante, le côté politique est très bien mené, le monde est recherché et ses règles sont parfaitement expliquées. Estelle Faye ne fait aucun cadeau à ses personnages et ces derniers sont loin d’être tout noir ou tout blanc. Ils souffrent, ils aiment… ils vivent au fil des pages et il est impossible de ne pas vouloir les suivre pour savoir ce qui va leur arriver, même si on sait parfois qu’ils courent droit à la mort ou font de mauvais choix.

Que vous dire d’autres… Lisez-le ?

En bref, j’ai voyagé, j’ai aimé et j’ai eu du mal à ressortir de ce monde dans lequel j’avais vécu tant d’aventures… Un véritable régal !

 

« Il parlait de changement. Il expliquait que le peuple pouvait renverser un Empire, que cela s’était déjà vu, que cela se verrait encore. Mais aussi, il disait que les hommes n’avaient pas uniquement besoin de pain, de toits lorsqu’il pleuvait, de bois pour le feu en hiver. Ils avaient besoin d’être libres. Libres quels que fussent leurs talents, leurs religions, leurs amours. Libres de pratiquer la magie, de vénérer le Verbe Créateur, le Feu ou la Dame des Mers tant qu’ils laissaient en paix leurs contemporains. Libres d’aller et venir dans tout l’Empire, sans servage, sans péage, sans murs et sans barrières. En l’écoutant, en absorbant ses paroles à l’unisson de l’auditoire, [elle] comprit qu’il n’y avait pas que la magie, que les golems qui pouvaient abattre les grilles du ghetto. Il n’y avait pas que les chiens de guerre et la poudre qui pouvaient renverser les seigneurs et les maîtres. Il y avait la colère, et il y avait l’espoir. »

 

Roman sélectionné pour le prix Imaginales des collégiens et lycéens 2018 !

Publicités

In My MailBox Spécial Rencontres de l’imaginaire 2017

Hello,

Je vous retrouve aujourd’hui pour partager avec vous mes acquisitions et les dédicaces reçues lors des rencontres, à savoir que j’ai été très sage 😛

Au niveau de mes achats

Pour en savoir plus sur ces artistes vous pouvez les retrouver sur leurs sites internet :

Erlé Ferronnière

Pascal Moguérou

Jim Colorex

Estelle Faye

www.danacelticmusic.com/

J’étais aussi venue avec quelques ouvrages de ma bibliothèque que j’ai pu faire dédicacer par Pierre Pevel et Didier Graffet

Et merci à Chantal Robillard pour ce joli cadeau qui sera bientôt à remporter sur le blog ~