Les chroniques lunaires, prequel Levana – Marissa Meyer

 

Titre : Levana

Série : Les Chroniques Lunaires

Auteur : Marissa Meyer

Traducteur : Guillaume Fournier

Editeur : PKJ

Date de parution : 2 avril 2015

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« Miroir, mon beau miroir,
dis-moi, qui est la plus belle ? »
Pour les lecteurs des Chroniques Lunaires, Levana est une reine cruelle qui se sert de son magnétisme pour imposer amour et crainte à ses sujets. Mais bien avant que Cinder, Scarlet et Cress ne se rencontrent, Levana a vécu une toute autre histoire, une histoire d’amour et de guerre, de trahison et de mort. Une histoire qui n’a jamais été contée… jusqu’à présent.

 

  • Avis de Rinne :

Ayant adoré les trois premiers tomes de la série, je me suis lancée dans ce prequel puisqu’il est paru entre les tomes trois et quatre. Il nous permet de rencontrer Levana avant toute l’histoire et donc de comprendre comment les personnages en sont arrivés où ils en sont au début de chacun des tomes.

J’ai apprécié découvrir ces petits détails mais, moi qui espérais m’attacher à Levana malgré tout ce que l’on sait déjà d’elle, je suis restée un peu sur ma faim. Tous les personnages ne peuvent pas être bons évidemment mais, même les petits moments qui font qu’elle pourrait être attachante restent teintés d’un soupçon d’égoïsme faisant qu’elle reste un personnage qu’on a envie de mettre à l’écart.

Et pourtant, son enfance explique en partie la personne qu’elle est devenue, suspicieuse, persuadée qu’elle ne peut faire confiance à personne et renfermée. J’ai beaucoup apprécié les réflexions sur le magnétisme, les deux visages qu’il permet et impliquent forcément que la personne en face de nous est finalement peut-être une étrangère.

Levana est donc un personnage qui reste intéressant mais que j’espérais finalement plus intéressant encore. Au final, Channary m’a paru plus intriguante et moins monochrome que Levana.

Aussi la force de ce court roman réside selon moi, non pas dans son personnage principal, mais dans le fait qu’il amène des liens avec les autres tomes de la série et que le lecteur peut donc s’y accrocher pour mieux comprendre l’univers tout entier.

En bref un préquel très intéressant dans la compréhension de la série mais qui m’a semblé un peu en dessous des autres tomes… certainement car je n’ai pas réussi à m’attacher à Levana.

 

  • L’avis de Zehrina :

Pour ma part, j’ai débuté ma lecture des Chroniques Lunaires par ce tome en suivant l’ordre chronologique de l’histoire plutôt que l’ordre de publication (ça me semblait plus logique en fait) et personnellement ça ne m’a pas dérangée. Il s’agit en effet d’un petit tome, qui du coup se prête bien aussi à une introduction aux Chroniques Lunaires, car on y découvre vraiment le personnage de Levana et pour le coup j’ai retrouvé dans les autres tomes le développement des intrigues qui étaient amorcées par ce préquel. Levana m’est assez rapidement apparue comme antipathique je dois dire, mais c’est un peu ce genre de personnage que l’on adore détester finalement. Elle n’a pas toujours eu une vie toute rose, mais elle a vraiment un côté quasiment maléfique et c’est en effet assez difficile de compatir à son sujet. Personnellement j’ai bien aimé ce tome en tant que mise en bouche de l’univers des Chroniques Lunaires, ce tome a piqué ma curiosité et ça m’a vraiment bien motivée à lire les autres tomes, et à y retrouver les intrigues qui étaient annoncées par ce préquel.

Les Chroniques Lunaires, T1 Cinder – Marissa Meyer

 

Titre : Cinder

Série : Les chroniques lunaires

Auteur : Marissa Meyer

Editeur : PKJ

Date de parution : 2013

 

 

  • Résumé (éditeur) :

A New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire une paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare des robots et sa famille adoptive. A seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !
Débute alors pour Cinder une aventure incroyable, où elle découvrira que le sort de l’humanité est peut-être entre ses mains.

 

  • Avis :

Bon, pour vous dire la vérité, ça fait déjà cinq ans que Ferilou me conseille allègrement cette série et elle avait même abandonné l’idée de me la voir lire un jour. Mais comme j’ai un esprit très contradictoire, je m’y suis mise ! Et, comme toujours lorsqu’elle me conseille quelque chose, j’ai adoré !

Le début m’a laissé un peu perplexe cependant et j’ai eu un peu de mal à me faire à l’idée que Cinder n’est plus tout à fait humaine parce que je ne comprenais pas si elle restait humaine ou non malgré tout. Ce qui ne m’a pas empêché de vite entrer dans l’histoire et de m’attacher à Cinder. Cendrillon n’est pas vraiment l’un de mes contes préférés mais j’ai beaucoup aimé la manière dont il est amené ici. On attend évidement certains passages et les relations inhérentes à Cendrillon mais, au-delà de cela, le roman n’a rien à voir.

L’histoire nous présente donc Cinder, qui vit en Orient dans un monde où la Reine de la lune est une dominatrice totalement folle qui veut régner sur la Terre. Bien loin des préoccupations de ce genre, Cinder est une mécanicienne de talent qui répare tout ce qu’on lui amène pour gagner de l’argent que lui prend sa belle-mère. Car elle a évidemment une méchante belle-mère (un personnage que vous aller aimer détester) et deux demi-soeurs dont la plus jeune, Peony, est un amour.

Il y a aussi un prince bien sûr sur lequel toutes filles se pâment (et elles ont de quoi, Kai est adorable !). Mais il y a surtout une véritable intrigue sur une Princesse lunaire disparue et une maladie contagieuse qui décime la population. Sur des personnes ayant infiltré la Terre avec des pouvoirs psychiques et une intrigue politique intéressante.

Alors oui, c’est un peu cousu de fils blancs et il n’y a pas de grandes révélations ou de suspense insoutenable. Mais l’écriture est prenante, l’histoire entraînante et les personnages attachants. Iko amène de l’humour, les situations apportent de la tristesse et la fin du roman est arrivée sans que je ne vois passer les chapitres. Et à ce moment-là… j’avais besoin de la suite.

En bref une réinvention très originale du conte de Cendrillon qui m’a totalement emportée dans Les Chroniques Lunaires.