Terre d’Ombre, T1 Messagère – V.I. Prates

Titre : Messagère

Série : Terre d’Ombre

Auteur : V.I. Prates

Editeur : Rebelle

Collection Chimères

Date de Parution : Janvier 2017

  • Résumé (éditeur) :

« Personne ne peut se vanter de l’avoir vraiment connue, même pas moi. Elle était comme le vent, impossible à attraper, impossible à apprivoiser. Sa présence, à elle-seule, suffisait à faire taire tout un bataillon, à mettre à genoux le plus fier des généraux. Ce ne sont pas des paroles en l’air, je l’ai vue faire… Constamment persécutée, elle devait écourter ses apparitions au maximum. C’est ce qui a créé ces rumeurs ; celles qui disent qu’elle n’était qu’une ombre. Elle l’était, oui, mais parce qu’elle n’avait pas le choix… »
Le jour même de son mariage, Lake voit toute sa vie s’écrouler. Elle n’est pas comme tout le monde. Il y a bien quelque chose qui grandit en elle, qui s’installe, qui la tiraille. Obligée de s’exiler à Ceslaw, la grande cité de Terre Alpha, après un terrible évènement, Lake ne devra pas seulement faire face à son terrible secret, mais aussi à des complots politiques, à des traîtres insoupçonnés, au plus fin des manipulateurs et à la plus ancienne des vérités. La vie et la mort se retrouvent étroitement liés.

  • Avis :

C’est en lisant le résumé que j’ai sauté sur l’occasion de découvrir cette histoire que je trouvais très intrigante. Malheureusement, si la seconde partie du résumé nous explique le début du roman, j’ai eu plus de mal à retrouver la première moitié du résumé dans l’histoire qui nous est présentée. C’est d’ailleurs une chronique en demie-teinte que je vais vous présenter ici.

Tout d’abord l’univers : il est riche, bien expliqué et bien exploité. Le lecteur découvre les us et coutumes et n’est jamais perdu puisque l’auteure prend soin d’expliciter ce qui pourrait être différent ou difficile à comprendre. J’ai beaucoup aimé cet univers un peu médiéval et l’ambiance qui s’instaure peu à peu. Entre méfiance et préjugés, on sent bien qu’il s’agit là d’un village retiré qui s’oppose à la ville à laquelle Lake ira quelques chapitres plus tard. Les méandres de la forêt, tout comme celle de la ville, m’ont donné l’impression de me balader et j’ai donc beaucoup aimé ce côté médiéval.

Les personnages sont aussi bien vivants et il est facile de s’y attacher ou de les détester. Si le début de l’histoire met en place l’intrigue générale, la suite permet de dérouler un autre fil qui se concentre sur Lake et sur ses pouvoirs. Les gens qui l’entourent sont tous différents et chacun d’eux amènent un petit plus à l’histoire.

Néanmoins, si j’ai aimé l’intrigue et les personnes en eux-mêmes, j’ai eu plus de mal sur le temps de l’écriture. Il y a régulièrement des phrases telles que « J’allais l’apprendre plus tard » alors que l’information nous est donné juste avant et qui m’ont freiné car je ne comprenais pas leur utilité. Ce qui m’a dérangé finalement, c’est la propension de Lake à dire ou penser des choses qu’elle assimile au futur alors qu’elle les décrit au présent. Sa manière d’expliciter les choses me donne l’impression de devoir m’arrêter dans l’élan de l’intrigue, ce qui m’a gêné dans ma lecture jusqu’à l’arrêter.

En bref un univers bien mené et des personnages intéressants mais un temps du récit qui m’a totalement freiné.

« Ce n’est pas parce qu’on te ferme une porte qu’il n’en existe pas des milliers d’autres. »

Zombitions – Aurélie Mendonça

 

Titre : Zombitions

Auteur : Aurélie Mendonça

Editeur : Rebelle

Date de Parution : 2014

 

 

  • Résumé (éditeur) :
Depuis le début de l’humanité, la fine fleur des guerrières, les Nécrocides, contrecarrent les Maîtres Zombies dans leurs plans de domination du monde.
Jusqu’à la dernière génération, les lignées de tueuses s’en sortaient plutôt bien, et aucune Apocalypse ne fut à déplorer. Puis arrive Evangeline Rose. Née dans une famille où se sont brillamment illustrées toutes les précédentes tueuses, Evy peine à marcher dans leurs pas. Ne devant sa survie qu’à une chance insolente, c’est pourtant sur sa génération que va peser le plan final des Maîtres. Pour son plus grand malheur, elle devrait mettre de côté shopping et écriture de romans pour se consacrer à la mission qui fait d’elle une Nécrocide.
Mais allez sauver le monde avec un Microbe dans le tiroir.

 

  • Avis :

Zombitions est un roman qui nous propose de vrais zombies mais avec une intrigue particulière puisque ces derniers sont créés par un Maître Zombie, de manière un peu aléatoire. C’est d’ailleurs peut-être encore plus effrayant de savoir qu’une banale personne, assise par exemple à côté de vous dans le métro, peut soudainement être infectée et décider que votre bras ferait un bon casse-croûte. Une fois mordu, bien évidemment, il est coutume de mordre quelqu’un d’autre et ainsi de suite.

Pour pallier à ce petit problème, l’auteur nous présente Evy, Nécrocide de son état. Vouée à devoir tuer les zombies avant qu’ils ne pullulent et ne signent la fin de l’humanité, Evy aurait préféré avoir une toute autre vie que celle-ci. Aussi a-t-elle décidée qu’elle pouvait tuer des morts mais avec classe. Et ce en étant bien habillée. Car, pour la magie, Evy n’est pas très douée… et doit plutôt sa survie au fait qu’elle est très chanceuse !

J’ai adoré le personnage, son humour et ses expressions, tout comme l’amour qu’elle porte à sa famille même si celle-ci est loin d’être la famille dans laquelle elle aurait voulu grandir. Et surtout loin d’être la famille dans laquelle elle voudrait voir grandir sa fille. Car le roman, en plus des morts-vivants, nous fournit une jolie intrigue familiale, sur la volonté d’être une source de fierté pour ses proches tout en restant fidèle à ses propres croyances et volontés.

Et de la volonté, Evy en a ! Il vaut mieux d’ailleurs lorsqu’on est enceinte et confrontée à la fin du monde imminente ! Cette fois du monde est le fil rouge du roman et on la voit arriver petit à petit, rendant le roman de plus en plus addictif, en quête d’informations sur la manière dont va s’achever le récit.

Je suis néanmoins restée frustrée devant la fin, beaucoup trop rapide à mon goût. Puisque je me suis attachée à Evy, j’aurai aimé en savoir plus sur ce qui s’est réellement passé, d’autant plus que les scènes d’actions tout au long du livre m’avait beaucoup plu. Malgré tout, cette fin « sans fin » donne un petit côté mystérieux au roman et donne donc encore plus envie d’avoir le second entre les mains pour retrouver les personnages et peut-être en savoir davantage sur ce qui s’est réellement passé.

En bonus, certains moments m’ont particulièrement fait sourire, notamment les participations d’Evy au NaNoWriMo, ce challenge d’écriture envers soi-même que j’ai tenté pour la première fois en Novembre dernier (avec bien moins de succès qu’Evy ! Comme quoi, peut-être qu’une Apocalypse Zombie m’aurait mieux motivée 😛 )

En bref, un roman prenant avec une intrigue bien ficelée et des personnages hauts en couleur qui sauront vous entraîner dans un monde où Zombies et Nécrocides sont susceptibles d’être vos gentils voisins.

Merci aux éditions Rebelle pour cette belle découverte ~

La meneuse d’âmes, T1 L’appel de la faux – Sobian Welsh

 

Titre : L’appel de la faux

Série : La meneuse d’âmes

Auteur : Sobian Welsh

Editeur : Rebelle

Date de Parution : 10 Octobre 2015

 

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Cette histoire est celle de Lily Patterson, qui, peu de temps avant son dix-neuvième anniversaire, apprend une étrange nouvelle.
En effet, ses parents lui révèlent qu’elle est en réalité issue d’une famille de « Faucheurs » et que sa vie se résumera désormais à prendre des âmes pour les faire passer dans l’Au-delà. Ebranlée par cette nouvelle, Lily tente par tous les moyens de conserver une vie normale. Mais c’est sans compter sur la détermination de son étrange instructeur, Cam. Si celui-ci semble à peine humain, les techniques qu’il emploie pour lui apprendre cette vocation atypique sont encore plus déroutantes. Et Lily n’est pas au bout de ses surprises.

 

  • Avis :

Merci à Astrid et aux éditions Rebelle pour ce service presse ❤

Le roman nous permet de faire la connaissance de Lily, adolescente parfaitement normale jusqu’à ce qu’on lui annonce qu’elle est une faucheuse. Et évidement, devoir récupérer les âmes de personnes mourantes à longueur de temps n’était pas vraiment ce qu’elle avait imaginé comme plan de carrière (et on la comprend !). Manque de bol, le boulot est inscrit dans ses gênes de générations en générations et on ne lui demande pas son avis.

J’ai trouvé que la manière dont réagissait Lily était bien menée et on ne peut que compatir et s’attacher au personnage. Notamment avec tout ce qui lui tombe dessus si rapidement. Parmi ce qui lui tombe dessus, il y a Cam. Eeeeet c’est là ce qui m’a un peu gêné. J’ai bien aimé Cam (comment faire autrement ?! 😛 ) mais sa propension à vouloir qu’elle soit obéissante m’a rapidement tapé sur les nerfs. Outre ce trait de sa personnalité, j’ai adoré le reste de l’histoire. Autant l’intrigue que les personnages et les relations que ces derniers ont les uns avec les autres.

Qu’il s’agisse des différentes « races » que nous rencontrons ou de l’intrigue générale, on sent que l’auteur sait parfaitement où elle va et que tout a été minutieusement travaillé. J’ai beaucoup aimé le rapport aux croyances égyptiennes tout comme la manière de présenter les Djinns. Les événements qui jalonnent le roman font que l’histoire va à toute allure et on ne s’ennuie pas un seul instant au fil des pages.

L’ouvrage nous présente une histoire complexe, autant basée sur des croyances anciennes que sur une idée de communauté cherchant à s’accaparer un pouvoir que personne ne devrait être en mesure de posséder et encore moins de soumettre. Le côté « faucheuse » de Lily permet aussi aux lecteurs de trouver une empathie avec elle dont le futur parait bien sombre et dont les nouvelles responsabilités ont l’air de peser lourd. J’ai beaucoup aimé celle qui est pour moi son pendant, Mina et leurs disputes permettant de souffler dans la lecture avec amusement. Et une mention spécial à Ruben que j’ai adoré !

Au final, une bonne histoire et une intrigue très intéressante qui m’aura fait passer de bons moments.

Bilan du mois de Janvier 2015

Janvier, Janvier… Que s’est-il passé en Janvier ?!

En vrac !

J’ai commencé mon année de lecture avec quelques BDs et Mangas : Le Royaume de Benoît Feroumont puis le deuxième tome de Liselotte et la forêt des sorcières de Natsuki Takaya.

Deux coups de cœur déjà avec Le Ciel est Partout de Jandy Nelson et Le Manuscrit Perdu de Jane Austen de Syrie James.

Deux SP qui m’ont beaucoup plu et pour lesquels je remercie les éditions Rebelle : Les Anges ont la dent dure et Les Anges sont de mauvais poil de Sophie Jomain.

J’ai participé à la première édition d’à la découverte des auteurs francophones via le blog de Sarialit, ce qui a été une très bonne découverte du premier tome des Kergallen d’Aurore Aylin.

Une déception avec Fées, Sorcières et Diablesses et une romance amusante grâce aux Fourberies de l’amour de Georgette Heyer.

Quelques moments cocooning dans le canapé pour regarder Emma et The Lizzie Bennet Diaries dont je vous parlerai bientôt.

Et enfin une sortie cinéma pour aller voir le troisième et dernier volet des aventures de Bilbo le Hobbit.

J’ai aussi récemment été contacté par une auteure pour lire son roman. Merci à Christelle Dumarchat pour sa confiance et pour son livre qui sera donc ma prochaine lecture sitôt Les Crépusculaires terminé.

Je me suis rendue compte qu’il y avait beaucoup trop de sorties qui me tentaient (résiste Rinne, tu peux le faire !) et j’ai parfois du mal à détourner les yeux et le porte-monnaie.

Ce qui fait donc sept romans lus (neuf si on compte les deux premiers tomes des Crépusculaires dans l’intégrale ~), un manga et six BDs.

Pour ce qui est de l’écriture, j’ai enfin remis la plume sur ma fanfiction et me suis penchée sur le concours des éditions SaFée dont je suis la marraine. Je suis d’ailleurs très curieuse de lire les textes des participants !

Et vous ? De quoi a été composé votre mois de Janvier ?

Janvier

A bientôt et couvrez-vous bien : dehors il fait froiiiiiiiid ~

Les Anges sont de mauvais poil – Sophie Jomain

Titre : Les Anges sont de mauvais poil

Série : Félicity Atcock

Auteur : Sophie Jomain

Editeur : Rebelle

Date de Parution : 12 Octobre 2013

 

 

 

Tout d’abord un grand merci aux éditions Rebelle pour ce roman !

 

  • Résumé :

Le club de Stan a brûlé et les vampires ont donc élu domicile dans le jardin de Félicity en attendant de retrouver un coin plus propice où traîner leurs crocs. Mais si Tony est un vampire « fréquentable », on ne peut pas vraiment en dire autant de Jérémy et ce dernier a eut le temps de se faire quelques ennemis depuis sa renaissance. Cette fois, ce sont les changelins qui débarquent à la porte de Félicity et une chose est sûre : ils n’ont vraiment pas l’air contents.

 

  • Avis :

ATTENTION SPOILERS SI VOUS N’AVEZ PAS LU LE DEUXIÈME TOME

 

J’avoue… Je n’avais pas suivit la révélation contenue à la fin du second tome et ce n’était pas à cela que j’avais pensé en lisant les dernières lignes.

La révélation m’a donc fait ouvrir des yeux ronds au début de ce roman-ci, croyant avoir sauté un chapitre (alors que c’est mon côté déduction qui en avait allégrement sauté un !)

Alors, alors… que dire… Y’a Stan ! Plein de fois Stan ! Et j’ai eu envie de baffer Terrence. Moins que Jérémy certes mais ils n’entrent pas dans la même catégorie non plus. J’ai assez adhéré avec le choix de Félicity de ne pas vouloir savoir à l’avance qui était le père du bébé. La décision est effectivement égoïste mais elle démontre aussi une vulnérabilité que Félicity ne montre pas souvent. Qu’il s’agisse de Stan ou de Terrence, il est normal qu’elle veuille qu’ils se sentent concernés et qu’ils s’impliquent dans sa grossesse même si l’un des deux sera forcément déçu à terme. Et je dis bien déçu car je ne les vois, ni l’un ni l’autre, être soulagé de ne pas faire « légalement » parti de sa vie.

Si Terrence est assez peu présent dans ce tome, Stan y est par contre à son aise et je l’affirme de nouveau : j’adore ce personnage ! Son côté blasé, à l’aise en toutes circonstances, malicieux et calculateur… Bref, Stan reste mon chouchou sans hésitation !

On découvre aussi dans ce tome les Changelins et, pour ceux qui connaissent le terme, l’intrigue est assez logique. Ce qui ne l’empêche pas d’être intéressante à suivre. J’ai malgré tout eu une baisse d’attention vers les trois-quart du roman avant d’être de nouveau totalement happée par l’histoire. ça bouge dans toutes les sens, c’est bourré de rebondissements et ça donne envie de continuer.

Puis cette fin… Merlin cette fin !

Qui me fait grogner de ne pas avoir le tome suivant sous la main !

 

 » – Je suis moi-même le fruit d’une union de ce genre, ce n’est pas pour autant que j’ai reçu ma lettre pour aller à Poudlard ! »

Les Anges ont la dent dure – Sophie Jomain

Titre : Les anges ont la dent dure

Série : Félicity Atcock

Auteur : Sophie Jomain

Editeur : Rebelle

Date de Parution : 10 Septembre 2012

 

 

Tout d’abord un grand merci aux Éditions Rebelle pour ce livre !

 

  • Résumé :

Un Mauvais Karma. C’est ce que jure Daphnée et, il faut bien l’avouer, Félicity ne peut pas lui donner tort. Après les anges, les vampires, les démons et les entre-deux, la voilà confrontée aux mauvais sorts et à la magie noire. Poulet égorgé à sa porte et tentatives d’intimidation ne l’empêchent pourtant pas de se faire du soucis pour l’un de ses amis, apparemment lancé dans la mauvaise voie. Le problème, c’est qu’à trop se mêler de ce qui ne nous regarde pas, on finit souvent dans les ennuis jusqu’au cou.

 

  • Avis :

Si le premier tome ne m’avait pas plus emballé que cela, je dois avouer m’être réconciliée avec la série à travers ce second opus ! On y retrouve donc Félicity, désireuse de laisser derrière elle les derniers évènements. Manque de pot, c’est cette fois Greg qui s’est totalement fourré dans le pétrin et, fouineuse tout autant qu’avide de l’aider, Félicity plonge dans le tas pour le tirer des ennuis. Le problème c’est qu’en faisant cela, elle attise la colère des mauvaises personnes et, forcément, se retrouve de nouveau dans les ennuis.

On retrouve ici les personnages du premier roman et on en découvre d’autres. L’intrigue m’a semblé beaucoup plus poussé dans celui-ci et j’ai vraiment beaucoup aimé suivre cette aventure aux côtés de Félicity (qui, disons-le, à quand même un karma pourri, je suis d’accord avec Daphnée !). Daphnée qu’on ne voit d’ailleurs pas beaucoup puisqu’on se concentre sur d’autres personnages et notamment Stan. Et là vous m’en voyez ravie car Stan était déjà mon chouchou dans le tome un ! On en apprend ici un peu plus sur son passé et je gage qu’il va devenir de plus en plus important par la suite, ce qui n’est évidement pas pour me déplaire.

Si le premier tome mettait en place les personnages, celui-ci nous permet d’en savoir un peu plus sur la hiérarchie angélique et démoniaque ainsi que sur les liens qui relient les personnages entre eux. On laisse ici de côté les vampires pour s’intéresser aux sorcières et les infos sur l’intrigue nous sont distillées au compte-goutte, nous permettant de deviner certaines choses par nous-mêmes tout en gardant quelques surprises pour la fin !

Un roman entraînant, très agréable à lire (malgré les quelques mots manquants) et qui m’aura bien donné envie de savoir la suite des aventures de Félicity !

 

« La lecture est quelque chose de fabuleux. Elle a le mérite de vous déconnecter complètement de la réalité et de vous faire croire que tout va pour le mieux. »

Si Proche de Lui – Stéphane Soutoul

Titre : Si Proche de Lui

Auteur : Stéphane Soutoul

Editeur : Rebelle

Date de parution : 13 Octobre 2014

 

 

 

 

 

  • Résumé :

Sonia Moonstar vit à Salem et est une sorcière. Original non ? C’est aussi ce qu’elle pense, avec cet humour pince sans rire qui la caractérise. Mais aujourd’hui, elle n’a pas vraiment envie de plaisanter. Son petit ami vient de la larguer, ses notes sont catastrophiques et, pour couronner le tout, sa meilleure amie lui en veut horriblement.

Énervée par sa tante si stricte et sa journée pourrie, Sonia décide d’avoir recours à la magie et se transforme… En chat. Oui mais voilà… Qui a dit que les chats avaient la belle vie ?

 

  • Avis :

Tout d’abord un grand MERCI aux éditions Rebelle pour cette belle découverte que j’ai eu la chance de recevoir en Service Presse.

Je trouve d’ailleurs la couverture tout bonnement splendide (notamment les petites oreilles du S qui montre que l’illustrateur a soigné jusqu’aux moindres détails !)

Le début de l’histoire nous présente Sonia qui, mis à part ses pouvoirs magiques, est une jeune fille sans histoire. Un physique digne de la reine des neiges et une propension certaine à se plaindre la distingue tout autant du commun des mortels que ses dons pour soigner les gens. Descendante d’une famille de sorcière où les femmes possèdent des vertus curatives, elle doit suivre des cours en compagnie de sa tante pour affiner ses pouvoirs. Suite à une altercation avec celle-ci, elle décide sur un coup de tête de se transformer en chat et se sauve de la maison. Mauvaise idée puisqu’elle se retrouve blessée et est recueillit chez le garçon ayant la plus mauvaise réputation du lycée. Taciturne et bagarreur, Benjamin n’est pas vraiment le protecteur qu’elle aurait choisit, humaine ou chat ! Commence alors une cohabitation pleine de surprises, de tendresse et d’évènements poignants.

A travers les yeux félins mais les sentiments humains de Sonia, on découvre un jeune homme sensible, déjà bien marqué par la vie. Si Benjamin m’a vite attendrie et touchée, ça n’a pas été le cas de Sonia durant une grande partie du roman. Égoïste et égocentrique, elle admet ses défauts mais ne fait pas grand chose pour les corriger. J’ai malgré tout beaucoup aimé son humour et elle mûrit au fil des pages, comprenant que le monde est différent de ce qu’elle en connaissait au premier abord.

Si Proche de Lui est une jolie leçon sur la tolérance. Une histoire qui démontre qu’on ne peut pas prétendre connaître quelqu’un en se basant sur ce que les autres disent de lui ou sur ce qu’on en voit de loin. Il faut parler, appréhender, vivre… partager.

Une lecture pleine d’émotions, entrecoupés de moment plus durs et plus violents. Un roman qui se lit avec plaisir et sans contrainte.

Une très bonne découverte !

 

 

« Alex se laissait mener à la baguette ET par la braguette (le deux sont souvent ensemble). »

 

« C’est une loi universelle bien connue. Systématiquement les jours où on veut avoir la paix, les pires imprévus en profitent pour nous tomber sur le coin de la cafetière. »