Romance – Arnaud Cathrine

Titre : Romance

Auteur : Arnaud Cathrine

Editeur : Robert Laffont

Collection R

Date de parution : 2 janvier 2020

 

 

  • Résumé (éditeur) :

C’est le mojito.
C’est un léger accident.
C’est parce qu’il n’a pas rencontré de fille.
C’est parce que je n’ai pas rencontré de garçon.
C’était juste pour essayer.
C’est pour avoir tout fait ensemble.
C’est pour tous les amis pareil.
C’est entre lui et moi.
C’est la première et la dernière fois.
C’est rien.
Ça va passer.

 

  • Avis :

Même si j’ai beaucoup entendu parler du roman A la place du cœur, c’est la première fois que je lisais un roman d’Arnaud Cathrine et j’espère que ce ne sera pas la dernière car j’ai beaucoup aimé sa plume. On est rapidement plongé dans l’histoire et celle-ci est fluide, faisant que les page se tournent très vite.

Ce roman, c’est l’histoire d’un premier amour, avec tout ce qu’il implique de bonheur, d’émotion, de doutes et de peur. Vince est un romantique dans l’âme, il a dix-sept ans et il rêve d’être amoureux. Il veut se lancer dans l’amour tête baissée, aimer à la folie et être aimé en retour. Et, lorsqu’il tombe amoureux, Vince l’est à fond. Il est également comme ça dans la vie finalement, il prend tout à bras le corps, ses émotions sont fortes et le dominent parfois et il ne fait rien à moitié.

Le roman pose aussi la question d’être gay dans un monde qui ne vous accepte pas toujours. Vince revendique un monde où l’amour serait considéré comme de l’amour, point. Un monde qui devrait couler de source qui est considéré comme « idéal ». Il pose également la question d’être soi-même dans ce monde-là et d’assumer d’être qui on est. Pourquoi devrait-il être courageux d’assumer ce qui est normal lorsqu’on est hétérosexuel et devrait l’être également lorsqu’on est homosexuel ?

Si ce roman est donc un roman sur le premier amour, c’est également un roman sur l’adolescence et tout ce qu’elle implique d’émotions contradictoires. Vince n’est clairement pas un personnage tout lisse et ses émotions rythme le texte comme elle rythme l’adolescence.

Ce ne sera pas une surprise si je vous dis que je suis mitigée sur la fin, tout simplement parce qu’il s’agit d’une fin ouverte. Elle est cependant parfaite avec l’histoire que nous découvrons dans le roman même si je n’aime pas laisser les personnages sur quelque chose de « pas terminé ». Mais Vince va continuer sa vie, il a dix-sept ans, de nombreuses possibilités s’ouvrent à lui et c’est très bien comme ça.

En bref un roman que j’aurai lu très vite, plein d’émotions et qui vous entraîne avec Vince sur les hauts et les bas d’un premier amour. Un roman qui m’aura donné envie d’en découvrir d’autres de l’auteur.

 

« Le monde doit être post-gay ![…] Un monde où les homosexuels pourraient se définir par autre chose que leur sexualité. […] Moi, ça me gave, euh, ça m’ennuie d’être différent, d’être un problème. Je ne suis pas un problème. Et vous non plus. Je ne suis pas que gay. »

« Me protéger ? Mais ça ne va pas du tout avec l’amour, Rokia ! Peut-être que ça t’arrange, toi, de te protéger (ce qui expliquerait, au passage, pourquoi tu n’es plus jamais tombée amoureuse depuis Yohann), mais moi, je te dis que c’est le contraire de l’amour. L’amour, c’est danger de mort. Ou rien. »

 

(Em)bûches de Noël – Charly FARROW

badge ZehrinaTitre : (Em)bûches de Noël

Auteur : Charly Farrow

Editeur : Les Demoiselles des Mots

Date de Parution : 3 décembre 2019

COUVERTURE EBOOK FINALE EMBUCHES

  • Résumé (éditeur) :

Vous avez demandé un barbu sexy pour Noël ?
Laura, citadine au caractère bien trempé, a Noël en horreur. Mais cette année, elle n’a pas le choix : elle doit passer les fêtes avec sa famille dans un village de haute montagne. En un mot : l’enfer ! Et ça ne s’arrange pas quand un bûcheron aussi bourru que sexy croise sa route. Puisque le destin a décidé de s’acharner sur Laura, autant en profiter pour faire entendre sa voix à une famille qui ne la comprend plus.
Entre chutes de neige, affrontements et séduction, le Noël de Laura s’annonce brûlant !

  • L’avis de Zehrina

Le résumé de cette nouvelle m’avait bien intriguée, n’étant pas forcément une fan de toutes les facettes de Noël (mais adorant quand même la bûche : p). Au passage, j’ai beaucoup aimé l’idée de la playlist qui nous accueille au début du livre, ayant toujours adoré écrire et lire mes RP en musique ce concept m’a beaucoup plu ! Passons au vif du sujet : l’histoire !
Dès les premiers mots, j’ai pensé pouvoir m’identifier au personnage de Laura, qui précise d’emblée son sentiment sur cette fête : elle déteste Noël qui représente pour elle un gaspillage en décorations lumineuses, la corvée des cadeaux et supporter les membres pénibles de sa famille.
Le contexte s’amorce bien et les situations tendues entre les membres de la famille sont crédibles. Mais je dois avouer que je n’ai pas été totalement conquise par cette histoire. Je trouve qu’il n’y a pas assez de détails sur l’ensemble des personnages évoqués, ils restent donc parfois assez plats et je n’ai pas réussi à m’attacher à eux. De plus, les intrigues s’enchaînent assez vite, mais se résolvent surtout très rapidement et sans plus de « remous » que cela, notamment dans les réactions entre les personnages. J’aimerais bien que la vie soit parfois aussi simple en vrai xD. Je pense que cette impression de « précipitation des choses » est liée au format nouvelle, que je lis très rarement. Avec plus de détails (et plus de pages : p), je crois que je serais mieux rentrée dans l’univers de Laura. L’histoire en elle-même est digne de l’esprit de Noël, c’est vraiment le type de scénario qu’on pourrait voir dans l’un des nombreux films télé. C’est également bien écrit, je regrette un peu d’être restée sur ma faim, car le style était plaisant à lire. Je serai ravie de retrouver la plume de Charly Farrow dans une autre histoire ! (Em)bûches de Noël est quand même une histoire sympathique, mignonne et sans prise de tête, qui vous plaira sûrement si vous adorez les films de Noël ^-^.

Les Liés – Elle Séveno

Titre : Les Liés

Auteur : Elle Séveno

Editeur : CyPLoG

Date de Parution : 10 octobre 2019

  • Résumé (éditeur) :

Et si l’amour devenait son plus grand combat ?

Carline a dix-sept ans quand son monde bascule.

Elle qui aspirait à traverser l’adolescence sans encombre, voilà que son âme se lie à celle d’un garçon : Vadian. Star du lycée. Charismatique, passionné et inébranlable.

 Vadian qui lui plaît beaucoup trop dans un monde hostile où les Liés sont traqués.

Parce que deux âmes sœurs ne sont plus vraiment comme les autres…

Alors que les jours passent, que l’attraction grandit et que le danger guette, Carline va très vite devoir faire un choix : taire sa nouvelle nature ou l’accepter.

Quoi qu’elle décide, le temps est compté.

  • Avis :

J’ai eu la chance de découvrir ce roman en avant première grâce aux éditions CyPLoG, que je souhaite tout d’abord remercier pour leur confiance, ainsi que pour ces très belles découvertes que sont « Les Liés » et la plume d’Elle Séveno !

J’ai d’abord été séduite par le résumé intriguant du roman (et cette jolie couverture au passage), alors je vais tenter de contextualiser sans vous gâcher la découverte ^-^ L’histoire se déroule environ deux siècles après notre époque, l’humanité a eu le temps de poursuivre sa destinée. Dans un monde sur-pollué, où la stérilité devient un problème courant et très inquiétant, des dirigeants inertes se sont retrouvés confrontés à des adolescents révoltés dans les rues, et ils ont mis en place un contrôle intense sur la population pour la « protéger », avec caméras, milices et tout le tintouin qu’on peut imaginer.

Bien sûr toute cette politique n’est qu’une partie de l’iceberg, un autre sujet plus important entre en jeu dans cela : Les Liés. Qui sont-ils exactement ? Ces contrôles permettent-ils vraiment d’assurer la tranquillité de la population, ou bien cachent-ils une réalité bien plus inhumaine ?

C’est dans toutes ces interrogations que vous rencontrerez Carline, jeune fille de 17 ans. Vous n’en saurez pas beaucoup plus qu’elle, et l’on découvrira les choses en même temps que cette demoiselle qui vous rappellera peut-être vos propres interrogations et comportements d’adolescent(e). Les réactions des adolescents sont en effet très crédibles, et on pourrait totalement être comme eux dans leur situation.

La narration à la première personne, du point de vue de Carline, est un bon choix qui permet de s’attacher encore plus facilement aux personnages, et de s’intégrer pleinement à l’histoire. C’est vite devenu addictif pour moi et je trépignais de poursuivre ma lecture pour savoir ce qui attendait Carline et Vadian, son âme soeur. J’aurais parfois aimé savoir un peu plus les sentiments de Vadian, mais ne les percevoir qu’en partie permet aussi de se sentir dans la peau de Carline (mais vous ne comprendrez pourquoi que si vous vous décidez à ouvrir ce livre, je vous avais prévenus : on garde du mystère !).

Vous l’aurez compris, l’histoire tourne autour de Carline et Vadian. J’ai parfois eu l’impression que les autres personnages étaient un peu délaissés, mais je n’ai pas été très dérangée finalement car on ressent tellement bien dans l’écriture du livre que Vadian et Carline représentent tellement tout l’un pour l’autre, que cela justifie que parfois les autres soient à l’arrière plan. L’amour c’est parfois être égoïstes à deux !

Et leur amour est tellement bien écrit et décrit, j’ai totalement accroché à ce couple et à leur lien qui est supérieur à tout le reste. Le concept de Liés a l’air tellement fort et beau et super, moi qui aime croire à l’existence d’âmes soeurs je ne peux qu’être conquise par le concept (bon, ok, dans un autre contexte que le leur quand même… haha je vous tease ! Ca fonctionne dites moi ? :p). Et malgré tout, les réactions que les personnages peuvent avoir sont réalistes, eux aussi peuvent connaître les doutes et les tourments qu’on vit durant des disputes de couple, même s’ils s’échangent des déclarations passionnées et se savent au plus profond d’eux liés à l’autre…

J’ai vraiment aimé découvrir les aventures de Carline et Vadian, et tout cet univers qui était bien pensé et justifié. Je me répète mais j’ai vraiment adhéré à leur histoire d’amour, j’ai pu ressentir toutes les émotions qui s’en dégageaient et je suis passée du rire, au bonheur en traversant des phases de rage et de tristesse au fil des pages. De bonnes surprises dans la trame de l’histoire également. J’étais un peu triste de refermer ce livre (mon esprit s’est dit « oh non déjà ? ») car j’aurais aimé être encore en compagnie de Carline et Vadian. Si j’étais contente de découvrir un one-shot à la base, au final j’en ressors avec le souhait de pouvoir encore plonger dans l’univers des Liés, c’est dire !
En bref, pour moi ce fut un coup de coeur que j’ai pris grand plaisir à lire ! Si vous étiez tenté par ce roman, n’hésitez plus foncez !

~ Encore merci aux éditions CyPLoG pour ce service presse !

Trop beau pour être vrai – Kristan Higgins

Titre : Trop beau pour être vrai

V.O. : Too good to be true

Auteur : Kristan Higgins

Traducteur : Sandrine Jehanno

Editeur : Harlequin, collection Mosaïc

Date de parution : 3 Juin 2013

 

 

 

 

  • Résumé:

Grâce est professeur d’Histoire et adore son métier. Elle a une superbe maison, une famille aimante et un chien adorable. Sa vie serait presque parfaite sans la pitié dans les yeux de ses proches. Elle, la pauvre abandonnée à seulement trois semaines de son mariage. C’est à ce moment qu’apparaissent deux hommes dans sa vie.

Wyatt, l’homme parfait, totalement sorti de son imagination.

Et Callahan, repris de justice, son nouveau voisin.

 

 

  • Avis:

Ai-je déjà dis à quel point j’aimais les romans de Kristan Higgins ? Oui hein ? Et bien celui-ci ne fait pas exception à la règle ! Si on se doute bien évidement de la fin du roman (franchement, c’est pour cette raison qu’on lit ce genre de roman non ?), l’histoire reste agréable et provoque quelques surprises. On s’attache aux personnages ou on les déteste mais on ne reste pas indifférent à leur vie et à leurs déboires.

J’ai beaucoup aimé le personnage de la grand-mère, acide et ayant toujours une répartie bien sentie sur la langue (bon, j’ai peut-être un peu reconnue la mienne je l’avoue !). Et j’ai adoré tous les passages vantant ou dépréciant les expositions et les sculptures de la mère. Avez-vous déjà imaginé à quoi ressemblerait un utérus en verre soufflé ? Non ? Lisez ce livre et ce sera chose faite !

Si l’histoire amoureuse prend une grande place, d’autres thèmes sont néanmoins abordés. Celui de la famille tout d’abord et la question se pose de savoir ce qu’on est prêt à faire pour ceux que nous aimons. Grâce fait passer le bien-être de sa sœur avant le sien, sans même y réfléchir et sans vraiment rien attendre en retour. C’est un automatisme, une habitude ancrée dans son enfance. C’est sa sœur et cela suffit à répondre à toutes les questions qu’elle pourrait se poser.

Si Margs a su gagner mon affection par ses manières franches, j’ai eu un peu de mal à apprécier Nattie qui est pourtant…. Mignonne comme tout dirons-nous. Peut-être trop justement.

J’ai regretté de ne pas voir Julian dans quelques scènes supplémentaires et je jette Andrew aux flammes de l’enfer. Mais Callahan… Ah Callahan ! L’autre raison d’être d’une lecture de ce type ! Même si la scène de retrouvailles m’a laissé sur ma faim (il méritait un deuxième bon coup de crosse, au moins !), ce roman a su combler toutes mes attentes.

J’ai aussi beaucoup apprécié toutes les scènes de classe de Grâce et les reconstitutions historiques. Car l’héroïne fait partie d’un groupe de mordu de la guerre de Sécession et participe activement en tant que soldat ou meneur à ces reconstitutions de batailles grandeur nature. L’Histoire et son impact sur les générations future prenne donc une grande place tout au long du roman.

Livre qui m’aura aussi permis de voir un chien bien plus mal élevé que le mien ! Angus, je te remercie pour ça !

 

« Si les gens pouvaient arrêter de me dire combien je suis courageuse, et cesser de me regarder comme un soldat qui vient de sauter sur une bombe… ça me fatigue ! Y’a quand même pire dans la vie que d’être célibataire ! »

« Moi aussi, je voulais mon histoire. Je ne voulais pas dire à mes enfants : ‘Papa et moi, nous nous sommes rencontrés sur un site de rencontres en ligne. Nous étions particulièrement désespérés l’un et l’autre, et nous n’avons pas trouvé d’autre moyen.’ »