U4. Contagion – Y. Grevet, F. Hinckel, C. Trébor, V. Villeminot

Titre : Contagion

Série : U4

Auteur : Yves Grevet, Florence Hinckel

Carole Trébor, Vincent Villeminot

Editeur : Nathan et Syros

Date de Parution : 3 Novembre 2016

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« Je m’appelle Séverine, le monde est ravagé et je crois que je suis enceinte. Je m’appelle Philippe, moi, président de la République française, je n’ai pas pu sauver ma propre famille.
Je m’appelle Nicolas, je suis bloqué en Espagne avec mes potes : tout le pays est mort sauf nous, touristes français. Je m’appelle François, c’est de la folie mais par amour, je suis prêt à redevenir un hors-la-loi. Je m’appelle Koridwen, j’ai l’impression d’avoir déjà vécu ça… »

 

  • Avis :

Quel plaisir de retrouver U4 !

Je vous en ai beaucoup parlé et vous le savez donc certainement mais je suis totalement fan de cette série. Tout d’abord de par l’idée (4 auteurs, 1 univers, 2 maisons d’édition,des romans à lire dans n’importe quel ordre) puis de par l’histoire (dont j’ai longuement parlé à cet endroit).

L’arrivée de ce spin-off était donc une très bonne occasion de replonger dans l’univers de U4. Et ça n’a pas manqué d’être le cas !

Si ce livre, de nouveau, est parfaitement lisible sans avoir lu la série, je trouve qu’il serait dommage de commencer par là. Car l’un des points les plus forts du roman est notamment de retrouver des personnages que nous avons déjà vu. De savoir ce qui leur est arrivé, avant ou après le virus. D’en apprendre plus sur eux comme on retrouve de vieux amis à qui on demande des nouvelles.

J’ai bien évidemment préféré certaines nouvelles à d’autres mais, en même temps, je les ai toutes aimé. Aucune déception, bien au contraire puisque l’ouvrage ne contient pas uniquement du texte. Comme une sorte de journal de bord, il nous permet de replonger dans ce monde en proie au chaos. Mais plus seulement par les yeux de quatre adolescents. Cette fois par la voix de certains adultes survivants, des adultes lambdas ou d’autres possédant pouvoirs et donc responsabilités. Il ne s’agit parfois pas uniquement de survivre mais bien de prendre des décisions pour que d’autres, la majorité, survivent eux aussi.

La première nouvelle nous montre le chaos avant les romans et c’est celle que j’ai trouvé la plus difficile à lire au niveau émotion et en même temps celle qui donne le panel le plus général de la situation. Elle permet de replonger directement dans l’histoire et de voir le début de l’épidémie, d’en comprendre les implications et de voir la débâcle qui a permis la série.

J’ai particulièrement apprécié le choix du moment relaté dans la BD. Au final, les nouvelles qui m’auront peut-être un peu perturbée (alors même qu’elles étaient celles que j’attendais), sont les suites directes des romans U4, celles concernant les personnages principaux. Sûrement car je m’étais déjà fait mon propre avis sur ce que serait leur vie à la fin de la série.

En bref un retour dans U4 qui tient toutes ses promesses et nous replonge dans le chaos avec ces personnages que nous avons aimé tout en nous faisant découvrir de nouveaux héros. Une belle façon de finir la boucle.

Merci beaucoup à Samia et aux éditions Nathan pour ce roman que j’attendais avec impatience ~

 

Entre dans

4 / 50

et dans

hp5-8110

Beauxbâtons : un livre d’un auteur français – 30 points

Publicités

Série U4 – Avis général

 

Hello,

Je vous retrouve encore une fois pour un article sur la série U4.

(image du Blog de Florence Hinckel)

Comme vous l’avez vu si vous les avez lu ou si vous avez vu les articles qui la concerne, U4 est donc une série en quatre tomes un peu particulière. Particulière car elle a été écrite par quatre auteurs différents et que les tomes peuvent se lire dans n’importe quel ordre. Et même indépendamment les uns des autres d’ailleurs (ce serait vraiment dommage mais c’est néanmoins possible).

 

Le but de cet article justement, c’est de savoir si vous les avez lu et si oui dans quel ordre ?

Auriez-vous préféré les lire dans un autre ordre ?

Aviez-vous vu qu’il y avait une sorte de dyptique Stéphane/Yannis et Koridwen/Jules ?

 

De mon côté, je suis vraiment ravie de l’ordre dans lequel je les ai lu et qui s’est fait naturellement 😛

Ayant reçu Stéphane en service presse grâce aux éditions Nathan, j’ai donc commencé par elle.

Ce qui m’a permis d’en savoir rapidement beaucoup sur le déroulé des événements concernant le virus. Et m’a permis, par la suite, de ne pas être frustrée de ne pas en savoir assez (puisque Stéphane est le personnage qui s’intéresse le plus aux causes de l’épidémie).

 

J’ai enchaîné par Yannis (mon chouchou donc) puisque Ferilou me l’a gentiment prêté.

Comme Yannis avait été un coup de cœur dans le tome concernant Stéphane, le retrouver aussitôt était un régal. Et permettait de voir Jules et Koridwen d’une façon différente tout en comprenant mieux les rapports entre Stéphane et lui.

 

J’ai mis ensuite plusieurs mois avant de me replonger dans la série. J’avais terminé le dyptique Yannis/Stéphane et, pour eux deux, la boucle était presque bouclée.

En découvrant le concours de fanfictions lancé par les maisons d’édition sur l’univers de U4, je me suis offert Jules pour me remettre totalement l’histoire en tête.

Et, de la même manière que j’avais été happée la première fois, la magie a rapidement opérée.

 

Si j’ai commencé ce nouveau dyptique par Jules, c’est que Koridwen m’avait profondément agacée dans les deux tomes précédents alors que j’avais été attendrie par Jules.

Au final, Stéphane et Yannis propose une histoire plus scientifique sur le virus et sur la montée en puissance des militaires alors que Koridwen et Jules eux, montrent la vie des adolescents en-dehors des R-point et les communautés qui se forment. Ils montrent l’avenir de ces jeunes qui ont tout perdu mais veulent rester libres et croire en l’avenir.

Jules est le personnage le plus adorable et le plus fort du roman en même temps. Qui ne se bat pas pour lui mais pour les autres et on découvre grâce à lui une autre facette de l’univers de U4. Celle de la rue et des communautés. Et surtout celle de l’espoir.

 

Et concernant Koridwen : je suis vraiment ravie d’avoir terminée la série avec elle !

Car elle propose une fin totalement alternative qui permet de clore U4 différemment. Et je suis persuadée qu’elle est LE tome avec lequel il faut terminer cette histoire.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? ^-^

 

Concernant le concours de fanfictions dont je vous parlais plus haut, Nathan et Syros proposent donc aux lecteurs jusqu’au 1er Juin de raconter l’histoire de l’un des personnages (exceptés les quatre principaux évidemment), de la même manière que durant la série.

J’ai donc tenté de raconter la vision d’Alicia et vous pouvez retrouver cette petite histoire, ainsi que les autres fanfictions, à cette adresse :

Lire en live concours de fan fiction U4

N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ! ❤

 

Et bien sûr, vous pouvez retrouver les chroniques des quatre tomes sur le blog

Stéphane – Vincent Villeminot

Yannis – Florence Hinckel

Jules – Caroles Trébor

Koridwen – Yves Grevet

 

U4 Koridwen – Yves Grevet

 

Titre : Koridwen

Série : U4

Auteur : Yves Grevet

Editeur : Syros et Nathan

Date de parution : 27 Août 2015

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Koridwen, Jules, Stéphane, Yannis ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90% de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils se rendent pourtant au même rendez-vous.

« Je m’appelle Koridwen. Je suis la dernière survivante du hameau de Menesguen. J’ai décidé de me rendre à Paris. 541 kilomètres en tracteur, c’est de la folie, mais toute seule ici je suis trop vulnérable. Ma grand-mère m’a toujours dit que j’aurais un destin exceptionnel. C’est le moment de le vérifier. »

 

  • Avis :

Koridwen… elle était celle qui m’avait tout d’abord attirée vers U4, de part cette nature bretonne que l’on a en commun. Puis Stéphane (https://tempsdemots.wordpress.com/2015/08/27/u4-stephane-vincent-villeminot/) et Yannis (https://tempsdemots.wordpress.com/2015/09/17/u4-yannis-florence-hinckel/) me l’avait peu fait aimer avant que Jules (https://tempsdemots.wordpress.com/2016/04/07/u4-jules-carole-trebor/) ne rectifie le tir.

J’étais donc très curieuse de la découvrir véritablement et d’en savoir plus sur son histoire passé et sur qui elle était en réalité. Et bien je n’ai pas été déçue !

Au-delà de l’intrigue de U4, Koridwen propose une intrigue un peu plus fantastique, basée sur la comptine bretonne « Ar Rannoù ». Alors que les autres personnages se débattent avec la nouvelle réalité, Kori, elle, suit ce qui semble être plus un destin qu’un véritable choix. On y découvre le légendaire breton et c’est en suivant les recommandations de sa grand-mère que Kori avance doucement dans l’histoire.

Au niveau du personnage, si je l’avais trouvé très froide dans Stéphane et Yannis, je l’ai totalement découverte dans ce tome. En la suivant jour après jour, on comprend surtout que Kori essaie de survivre en subissant le moins de douleur possible et en essayant désespérément de ne blesser personne. Elle est certes brute de décoffrage et prend des décisions sans en référer à personne mais elle cherche dans la mesure du possible de faire uniquement ce qui lui semble juste. Son amour et son dévouement pour Max la rend plus humaine encore et j’ai fini par beaucoup m’attacher à ce personnage.

Comme Koridwen est le dernier des quatre tomes que je lisais, j’étais donc assez à l’aise et habituée à l’univers de U4 pour me concentrer plutôt sur l’intrigue magique et laisser presque de côté le virus puisque j’en savais déjà les tenants et aboutissants. Et j’ai vraiment beaucoup aimé ce côté un peu décalée de l’intrigue. On retrouve ce qui fait le charme de U4 couplé à cette magie bretonne que j’aime tant et j’ai donc bien évidemment adhéré aux deux !

Koridwen est d’ailleurs pour moi LE tome avec lequel il faut terminer la série puisqu’il propose une fin alternative qui donne une autre dimension à la série.

Une série que j’aurai donc dévoré et dont je vous reparlerai dans son intégralité très bientôt 😛

Entre dans le

challenge2016

35 / 35

U4 Jules – Carole Trébor

 

Titre : Jules

Série : U4

Auteur : Carole Trébor

Editeur : Syros et Nathan

Date de Parution : 27 Août 2015

 

 

  • Résumé :

Jules, Koridwen, Yannis, Stéphane ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90 % de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils se rendent pourtant au même rendez-vous.

« Je m’appelle Jules. Je vis à Paris. La ville que j’observe du haut de mon cinquième étage n’est plus la mienne. J’ai recueilli une petite fille, elle s’appelle Alicia, je ne sais pas quel âge elle a ni pourquoi elle a survécu. C’est pour elle que j’irai au rendez-vous. Parce qu’il nous reste peut-être une dernière chance de sauver le monde. »

 

  • Avis :

Après Stéphane (https://tempsdemots.wordpress.com/2015/08/27/u4-stephane-vincent-villeminot/) et Yannis (https://tempsdemots.wordpress.com/2015/09/17/u4-yannis-florence-hinckel/), je me suis de nouveau plongée dans U4 grâce à Jules.

Jules est le personnage qui avait l’air d’être le plus doux dans les tomes que j’avais déjà lu et, effectivement, c’est un personnage auquel on ne peut que s’attacher et qui garde ses valeurs du début à la fin. Doux sans être plan-plan, Jules prend peu à peu de l’assurance et il est le personnage possédant le plus d’espoir, le seul presque qui croit encore que tout peut s’arranger. Si le personnage nous livre ses pensées, c’est malgré tout en le voyant interagir avec les autres qu’on le découvre vraiment.

Car Jules est surtout un pilier pour ceux qui l’entourent. S’il n’est pas du genre à s’imposer et à prendre des décisions pour les autres, s’il n’a selon lui rien d’un chef, Jules est plus que cela : il est celui qui croit encore en l’humanité et sur lequel chacun peut s’appuyer. On le voit au fil des pages par la confiance que lui témoignent les autres personnages. Malgré tout ce qu’ils vivent, malgré tout ce qu’ils supportent pour survivre, Jules reste un gars bien, envers et contre tout et ce, quelque soit la situation.

Jules est ce genre de garçon que l’on aimerait avoir pour ami, rassurant, drôle et protecteur à la fois. Mais qui s’efface souvent pour laisser vivre les autres. Têtu lorsqu’il prend une décision, il sait s’imposer avec fermeté mais douceur tout en démontrant ses arguments et je n’ai pu qu’adhérer au personnage. A l’intérieur du roman, nous faisons la connaissance de la communauté à laquelle il appartient et que je n’avais fait qu’entrevoir avec Stéphane et Yannis. Une communauté intéressante, en marge des R-point et qui veut avant tout garder sa liberté.

L’histoire ici ne se base pas sur le passé et sur la raison de la survie des adolescents mais bien sur la manière de vivre à l’instant présent. Si les deux premiers tomes que j’ai lu proposaient une intrigue explicative, ici, celle-ci se concentre surtout sur la vie de ces adolescents qui n’ont plus le choix et doivent devenir des adultes tout en refusant d’être manipulés par les derniers adultes restant justement.

Une histoire humaine passionnante, qui présente des personnages complexes et crédibles auxquels on a envie de tendre la main pour les aider à s’en sortir dans la mesure de nos moyens.

En bref, j’ai adoré cette nouvelle plongée dans U4 en compagnie de Jules, un personnage adorable qui m’aura décidément beaucoup plu.

 

 

Entre dans le

challenge2016

34 / 35

Tag : Adieu 2015

 

En ce dernier jour de l’année, je vous retrouve pour un tag proposé par PKJ

Le but: revenir sur vos lectures les plus marquantes de 2015, en 15 questions.

 

Et donc ~

Quel est pour vous…?

 

1) votre lecture préférée de l’année :

Nos Âmes Jumelles de Samantha Bailly aux éditions Rageot parce que ce roman a une résonance particulière sur mes propres souvenirs ^-^

 

2) votre plus grande déception de l’année :

Les Larmes Rouges, T1 Réminiscences de Georgia Caldera aux éditions du Chat Noir car j’en attendais beaucoup, j’ai même acheté la version collector et finalement je n’ai pas réussi à le terminer tant l’héroïne m’a semblé illogique…

 

3) le meilleur roman Pocket Jeunesse que vous avez lu en 2015 :

Marjane, T1 La Crypte de Marie Pavlenko

 

4) le livre dont vous avez le plus entendu parler (que vous l’ayez lu ou non) :

U4 aux éditions Syros et aux éditions Nathan. J’ai lu Yannis de Florence Hinckel et Stéphane de Vincent Villeminot

 

5) votre plus belle surprise :

Red Queen de Victoria Aveyard aux éditions MsK car, même si j’aime beaucoup la Dystopie en règle générale, j’ai vraiment accroché à cette série-ci de façon totalement addictive

 

6) la meilleure suite :

La Sélection, T4 L’Héritière de Kiera Cass aux éditions Robert Laffont, Collection R, j’ai adoré l’héroïne et j’ai retrouvé avec plaisir des personnages que j’avais beaucoup aimé

 

7) le 5e livre lu :

Le Manuscrit Perdu de Jane Austen de Syrie James aux éditions Hachette, Collection Black Moon

 

8) la meilleure rencontre liée aux livres (auteurs/blogueurs/éditeurs…) :

Chez les blogueur : Ferilou de Read and Escape

Chez les auteurs  : Xavier Husson (et son pinceau :P)

Au niveau des éditeurs, je dois dire que je suis très heureuse de la confiance qu’ils m’ont témoigné cette année en me confiant leurs bébés à lire et je les en remercie pour ça

 

9) le premier coup de cœur de 2015 :

Le Ciel est Partout de Jandy Nelson aux éditions Gallimard Jeunesse

 

10) le dernier coup de cœur de 2015 :

La fille qui navigua autour de Féérie dans un bateau construit de ses propres mains de Catherynne M. Valente aux éditions Balivernes

 

11) le roman que vous attendiez le plus :

Night School, T5 Fin de Partie de C.J. Daugherty aux éditions Robert Laffont, Collection R. Alors non, je ne l’ai toujours pas lu… Parce que j’ai envie de me refaire les quatre tomes précédents avant (et que je n’ai pas trouvé le temps T.T)

 

12) le dernier roman que vous avez acheté et lu en 2015 :

Le Noir est ma Couleur, T1 Le Pari d’Olivier Gay aux éditions Rageot

 

13) le roman le plus émouvant :

Hors Limites de Kathy McGarry aux éditions Mosaïc car il m’aura fait passer par toute une myriade d’émotions et qu’il m’aura fallu un moment pour m’en remettre

 

14) le roman le plus drôle :

Le bloc-note de Louise, T1 Fan de Lui et T2 Golden Voice de Charlotte Marin et Marion Michau aux éditions Albin Michel car ces ouvrages donnent vraiment la banane !

 

15) le livre le plus attendu de 2016 :

Glass Sword de Victoria Aveyard aux éditions MsK

 

Le tag est disponible à cette adresse si vous voulez le faire ^-^

En tout cas je vous remercie pour cette belle année livresque passée avec vous et je vous souhaite de passer un joyeux réveillon ~

 

U4.Yannis – Florence Hinckel

 

Titre : Yannis

Série : U4

Auteur : Florence Hinckel

Editeur : Syros & Nathan

Date de Parution : 27 Août 2015

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

«Je m’appelle Yannis. Ce rendez-vous, j’y vais pour rester libre. »

Yannis vit à Marseille. Ses parents et sa petite sœur sont morts. Maintenant, il voit leurs fantômes un peu partout – peut-être qu’il devient fou ? Quand il sort de chez lui, terrifié, son chien Happy à ses côtés, il découvre une ville prise d’assaut par les rats et les goélands, et par des jeunes prêts à tuer tous ceux qui ne font pas partie de leur bande. Yannis se cache, réussit à échapper aux patrouilles, à manger…

Mais à peine a-t-il retrouvé son meilleur ami que ce dernier se fait tuer sous ses yeux. Il décide alors de fuir Marseille et de s’accrocher à son dernier espoir : un rendez-vous fixé à Paris…

 

  • Avis :
Lorsque Férilou m’a annoncé qu’elle avait un exemplaire de Yannis et m’a proposé de le lire, je l’avoue, j’ai couiné 😛

 

Car Yannis était le personnage de U4 pour lequel j’avais eu le plus d’attachement en lisant Stéphane. J’étais donc ravie d’en savoir plus sur lui.

 

L’histoire débute au moment où les Experts de WOT (un jeu en ligne), reçoivent le mystérieux message de Khronos, le maître de ce jeu virtuel, les invitant à tous se rejoindre sous la tour de l’horloge à Paris, le 24 Décembre. Et ce, pour remonter le temps.

 

Plein d’espoir et motivé à sauver ses proches décimés par le virus, Yannis décide de quitter Marseille et donc de se rendre au rendez-vous, emmenant avec lui Happy, son chien.
Il s’aperçoit pourtant vite que, si lui est resté enfermé chez lui durant ces quelques jours, dehors le monde a bien changé. De petits gangs ont pris le pouvoir et l’extérieur est devenue une véritable jungle. Yannis est horrifié parce qu’il découvre tout comme par ce qu’il vit. L’auteur ne l’épargne pas et le lecteur est plongé au cœur de l’intrigue dès les premières pages.

 

Pour s’en sortir, Yannis se plonge dans la peau de son personnage de WOT, Adrial. Car si Yannis est plutôt geek, Adrial, lui, est un combattant qui a participé à de nombreuses guerres. Des guerres certes virtuelles mais qui permettent à Yannis de ne pas se laisser guider par la peur. Pour lutter contre la panique, il fait donc appel à cette double personnalité en lui. Car Yannis est terrifié.

 

Je n’avais pas du tout compris le personnage de cette manière en le côtoyant sous le regard de Stéphane et, si j’ai été surprise,  je pense que je n’en ai aimé le personnage que plus encore. Yannis est un doux rêveur, hanté par les siens qu’il n’a pu enterrer et dont les fantômes le soutiennent autant qu’ils le mettent en danger. Il crois en un monde meilleur, rêve de beauté et de bonheur malgré les difficultés. Et surtout, il ne comprend pas comment ces adolescents, ni ces adultes, à qui on confie un monde neuf où tout est à refaire, peuvent se satisfaire d’en faire un monde en guerre, où seuls les plus forts survivent au détriment des plus faibles, reproduisant sans vergogne les erreurs du passé.

 

Je me suis attachée à Yannis, à sa douceur et à sa grandeur d’âme. Pour avoir vécu l’histoire du point de vue de Stéphane, j’ai parfois trouvé le jeune homme un peu dur envers elle. Mais les défauts du personnage font aussi partis des raisons pour lesquelles je l’ai aimé, parce que dans ce monde de chaos, Yannis reste avant tout profondément humain, dans le bon sens du terme.

 

« On voulait continuer à se conduire en héros, même dans ce putain de réel. »

« Revivre comme ça, après tout ce qui s’est passé, comme si rien ne s’était passé. Alors qu’il y a tout à refaire. Alors que tout est neuf, maintenant. Tu ne piges pas ? Pourquoi reproduire cette violence, ces inégalités, encore et encore ? Comment peut-on s’écraser les uns les autres, après la quasi-fin du monde ! »

 

U4.Stéphane – Vincent Villeminot

 

Titre : Stéphane

Série : U4

Auteur : Vincent Villeminot

Editeurs : Syros & Nathan

Date de Parution : 27 Août 2015

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Cela fait dix jours que le virus U4 accomplit ses ravages. Plus de 90% de la population mondiale ont été décimés. Les seuls survivants sont des adolescents. L’électricité et l’eau potable commence à manquer, tous les réseaux de communication s’éteignent.
Dans ce monde dévasté, Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane se rendent, sans se connaître, à un même rendez-vous.
Parviendrons-t-ils à survivre, et pourront-ils changer le cours des choses ?

 

  • Avis :

Tout d’abord merci à Samia et aux éditions Nathan pour m’avoir permis de lire ce roman.

En ayant entendu parler sur plusieurs blogs et aimant beaucoup la dystopie, j’étais vraiment curieuse de voir ce que celle-ci allait donner. D’autant plus qu’il s’agit de quatre auteurs français (soyons un peu chauvins !)

Comme les tomes sortent tous en même temps, j’avoue que je n’aurais absolument pas su par lequel commencer si j’avais été confronté à ce choix. Ayant reçu Stéphane, je me suis donc aussitôt plongée dans son histoire à elle. Je ne peux pas vous dire si c’est une bonne pioche ou non de démarrer par là puisque je n’ai pour le moment pas lu les autres romans du cycle.

Néanmoins, je pense que Stéphane est le roman qui en apprend le plus sur le virus étant donné la promiscuité du personnage principal avec les informations. Étant la fille d’un épidémiologiste et s’étant intéressée au travail de son père, Stéphane a donc les compétence et l’intelligence qui lui permette de comprendre rapidement et de mettre bout à bout les éléments dont elle dispose.

A côté de cela, j’ai parfois eu un peu de mal avec sa naïveté car on ne peut que s’attacher à elle et qu’on se doute qu’elle souffrira lorsqu’elle ouvrira finalement les yeux. Mais c’est aussi cette naïveté qui la rend aussi touchante et qui prend aux tripes au fil des pages. Une fois lancé dans le roman, il est difficile de s’arrêter.

Je me demandais comment les auteurs allaient s’arranger pour qu’on retrouve les quatre personnages mais, si je suis toujours aussi curieuse et impatiente de lire les autres tomes, on est finalement tellement dans l’histoire qu’on se concentre sur celui ou celle qu’on a sous les yeux. J’ai aussi adoré Yannis et j’ai hâte d’en savoir plus sur lui et, peut-être, d’avoir une suite des évènements.

Car, moi qui n’aime pas les fins ouvertes, j’ai été particulièrement frustrée à la fin de ce roman. D’autant plus que l’intrigue est prenante et qu’on se pose une myriade de questions pour lesquelles on veut forcément des réponses.

U4 c’est surtout l’histoire d’adolescents qui n’ont plus le choix et qui sont forcés de grandir sans préavis, sans adultes pour les diriger ou leur donner des conseils. Des enfants qui sont confrontés à des choix vitaux et non plus seulement à des questions sur les cours qu’ils vont suivre ou leurs céréales préférés. Il s’agit cette fois de savoir qui va vivre et mourir, si tuer pour se protéger est condamnable ou admis, si porter un pistolet relève de la folie ou du bon sens. Et surtout, si faire confiance aux adultes est encore possible après tout ce qu’ils ont vécu et ceux par quoi ils sont passés.

On s’attache à Stéphane, on tremble avec elle et on s’attriste sur les choix qu’elle doit faire et sur les pertes qu’elle subit.

Je m’attendais à être transportée par U4 et, pour le moment, c’est chose faite ! J’ai donc encore plus envie de lire les trois autres tomes !

Alors, si vous en avez l’occasion, lisez-les, d’autant plus qu’ils sortent aujourd’hui ~

 

Je songe à ces récits de résistance que j’ai lus, où des courriers parcouraient la campagne sous les étoiles, un message dans leur musette. Est-ce que nous sommes devenus ? Des résistants ? Mais à quoi résistons-nous – aux adultes, au malheur, à l’inéluctable disparition de ceux que nous aimions ?

 

Quand me suis-je trompée ? Quand ai-je eu le choix ?

 

Entre dans le

challenge