Grupp – Yves Grevet

Titre : GRUPP

Auteur : Yves Grevet

Editeur : Syros

Date de Parution : 31 Août 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Mettez-vous à la place de Stan : grâce à l’implant LongLife, comme tous ses amis et ses proches, il ne craint ni la maladie ni les accidents et peut atteindre l’âge de cent ans en menant une petite vie tranquille. Est-ce que ça ne donne pas envie ? Maintenant, essayez de penser comme Scott, le grand frère de Stan : voulez-vous vraiment que vos battements de cœur soient contrôlés à tout instant ? Vous sentir traité comme un être irresponsable, fragile, et que l’on décide à votre place ce qui est bon pour vous ?Si la liberté et la part du hasard valent plus à vos yeux que votre sécurité, faites-le savoir. Rejoignez le Grupp.

 

  • Avis:

Honnêtement, j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire durant les premières cinquante pages. Après… et bien après, je les ai enchaîné jusque tard dans la nuit. Jusqu’à savoir le fin mot de l’histoire.

J’ai regretté durant une partie du roman qu’on reste selon moi en surface mais les derniers chapitres sont vraiment dans le vif du sujet et passent à toute vitesse. On se reconnait dans ces deux adolescents qui se posent des questions sur le monde dans lequel ils vivent. A leur époque où tout est contrôlé, du moindre de leur souffle à la plus petite incartade, la sécurité a définitivement remplacé la liberté.

J’ai apprécié de pouvoir suivre les deux frères, ce qui nous permet de découvrir le monde dans lequel ils vivent petit à petit. D’abord via Stan qui en sait finalement aussi peu que le lecteur puis par Scott, dont les volontés et la manière de penser sont différentes.

Ce sont tous deux de bons garçons auxquels il est facile de s’attacher. Malgré tout, j’ai plus accroché avec Scott, notamment parce que sa façon de voir les choses me parle plus. J’aime beaucoup la douceur que l’auteur réussi à mettre dans les moments les plus durs de l’histoire. Il nous présente une famille unie, malgré les non-dits et les secrets. Une famille assez banale en somme, où chacun essaie de faire de son mieux.

C’est ce côté plausible qui m’a fait totalement entrer dans l’histoire. Il n’est pas question ici de déclarer que la liberté sans sécurité est meilleure qu’une sécurité totale sans liberté mais bien de poser la question et de laisser chacun décider de sa propre réponse. Les revendications du Grupp sont recevables, comme le sont les explications des adultes. Il s’agit finalement de trouver le bon milieu pour tout un chacun et de se faire son propre avis sur la question.

En bref un roman prenant qui vous encourage à vous questionner sur la différence entre surveillance et sécurité pour trouver votre propre liberté.

 

Entre dans

47 / 50

U4. Contagion – Y. Grevet, F. Hinckel, C. Trébor, V. Villeminot

Titre : Contagion

Série : U4

Auteur : Yves Grevet, Florence Hinckel

Carole Trébor, Vincent Villeminot

Editeur : Nathan et Syros

Date de Parution : 3 Novembre 2016

 

 

  • Résumé (éditeur) :

« Je m’appelle Séverine, le monde est ravagé et je crois que je suis enceinte. Je m’appelle Philippe, moi, président de la République française, je n’ai pas pu sauver ma propre famille.
Je m’appelle Nicolas, je suis bloqué en Espagne avec mes potes : tout le pays est mort sauf nous, touristes français. Je m’appelle François, c’est de la folie mais par amour, je suis prêt à redevenir un hors-la-loi. Je m’appelle Koridwen, j’ai l’impression d’avoir déjà vécu ça… »

 

  • Avis :

Quel plaisir de retrouver U4 !

Je vous en ai beaucoup parlé et vous le savez donc certainement mais je suis totalement fan de cette série. Tout d’abord de par l’idée (4 auteurs, 1 univers, 2 maisons d’édition,des romans à lire dans n’importe quel ordre) puis de par l’histoire (dont j’ai longuement parlé à cet endroit).

L’arrivée de ce spin-off était donc une très bonne occasion de replonger dans l’univers de U4. Et ça n’a pas manqué d’être le cas !

Si ce livre, de nouveau, est parfaitement lisible sans avoir lu la série, je trouve qu’il serait dommage de commencer par là. Car l’un des points les plus forts du roman est notamment de retrouver des personnages que nous avons déjà vu. De savoir ce qui leur est arrivé, avant ou après le virus. D’en apprendre plus sur eux comme on retrouve de vieux amis à qui on demande des nouvelles.

J’ai bien évidemment préféré certaines nouvelles à d’autres mais, en même temps, je les ai toutes aimé. Aucune déception, bien au contraire puisque l’ouvrage ne contient pas uniquement du texte. Comme une sorte de journal de bord, il nous permet de replonger dans ce monde en proie au chaos. Mais plus seulement par les yeux de quatre adolescents. Cette fois par la voix de certains adultes survivants, des adultes lambdas ou d’autres possédant pouvoirs et donc responsabilités. Il ne s’agit parfois pas uniquement de survivre mais bien de prendre des décisions pour que d’autres, la majorité, survivent eux aussi.

La première nouvelle nous montre le chaos avant les romans et c’est celle que j’ai trouvé la plus difficile à lire au niveau émotion et en même temps celle qui donne le panel le plus général de la situation. Elle permet de replonger directement dans l’histoire et de voir le début de l’épidémie, d’en comprendre les implications et de voir la débâcle qui a permis la série.

J’ai particulièrement apprécié le choix du moment relaté dans la BD. Au final, les nouvelles qui m’auront peut-être un peu perturbée (alors même qu’elles étaient celles que j’attendais), sont les suites directes des romans U4, celles concernant les personnages principaux. Sûrement car je m’étais déjà fait mon propre avis sur ce que serait leur vie à la fin de la série.

En bref un retour dans U4 qui tient toutes ses promesses et nous replonge dans le chaos avec ces personnages que nous avons aimé tout en nous faisant découvrir de nouveaux héros. Une belle façon de finir la boucle.

Merci beaucoup à Samia et aux éditions Nathan pour ce roman que j’attendais avec impatience ~

 

Entre dans

4 / 50

et dans

hp5-8110

Beauxbâtons : un livre d’un auteur français – 30 points

Série U4 – Avis général

 

Hello,

Je vous retrouve encore une fois pour un article sur la série U4.

(image du Blog de Florence Hinckel)

Comme vous l’avez vu si vous les avez lu ou si vous avez vu les articles qui la concerne, U4 est donc une série en quatre tomes un peu particulière. Particulière car elle a été écrite par quatre auteurs différents et que les tomes peuvent se lire dans n’importe quel ordre. Et même indépendamment les uns des autres d’ailleurs (ce serait vraiment dommage mais c’est néanmoins possible).

 

Le but de cet article justement, c’est de savoir si vous les avez lu et si oui dans quel ordre ?

Auriez-vous préféré les lire dans un autre ordre ?

Aviez-vous vu qu’il y avait une sorte de dyptique Stéphane/Yannis et Koridwen/Jules ?

 

De mon côté, je suis vraiment ravie de l’ordre dans lequel je les ai lu et qui s’est fait naturellement 😛

Ayant reçu Stéphane en service presse grâce aux éditions Nathan, j’ai donc commencé par elle.

Ce qui m’a permis d’en savoir rapidement beaucoup sur le déroulé des événements concernant le virus. Et m’a permis, par la suite, de ne pas être frustrée de ne pas en savoir assez (puisque Stéphane est le personnage qui s’intéresse le plus aux causes de l’épidémie).

 

J’ai enchaîné par Yannis (mon chouchou donc) puisque Ferilou me l’a gentiment prêté.

Comme Yannis avait été un coup de cœur dans le tome concernant Stéphane, le retrouver aussitôt était un régal. Et permettait de voir Jules et Koridwen d’une façon différente tout en comprenant mieux les rapports entre Stéphane et lui.

 

J’ai mis ensuite plusieurs mois avant de me replonger dans la série. J’avais terminé le dyptique Yannis/Stéphane et, pour eux deux, la boucle était presque bouclée.

En découvrant le concours de fanfictions lancé par les maisons d’édition sur l’univers de U4, je me suis offert Jules pour me remettre totalement l’histoire en tête.

Et, de la même manière que j’avais été happée la première fois, la magie a rapidement opérée.

 

Si j’ai commencé ce nouveau dyptique par Jules, c’est que Koridwen m’avait profondément agacée dans les deux tomes précédents alors que j’avais été attendrie par Jules.

Au final, Stéphane et Yannis propose une histoire plus scientifique sur le virus et sur la montée en puissance des militaires alors que Koridwen et Jules eux, montrent la vie des adolescents en-dehors des R-point et les communautés qui se forment. Ils montrent l’avenir de ces jeunes qui ont tout perdu mais veulent rester libres et croire en l’avenir.

Jules est le personnage le plus adorable et le plus fort du roman en même temps. Qui ne se bat pas pour lui mais pour les autres et on découvre grâce à lui une autre facette de l’univers de U4. Celle de la rue et des communautés. Et surtout celle de l’espoir.

 

Et concernant Koridwen : je suis vraiment ravie d’avoir terminée la série avec elle !

Car elle propose une fin totalement alternative qui permet de clore U4 différemment. Et je suis persuadée qu’elle est LE tome avec lequel il faut terminer cette histoire.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ? ^-^

 

Concernant le concours de fanfictions dont je vous parlais plus haut, Nathan et Syros proposent donc aux lecteurs jusqu’au 1er Juin de raconter l’histoire de l’un des personnages (exceptés les quatre principaux évidemment), de la même manière que durant la série.

J’ai donc tenté de raconter la vision d’Alicia et vous pouvez retrouver cette petite histoire, ainsi que les autres fanfictions, à cette adresse :

Lire en live concours de fan fiction U4

N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé ! ❤

 

Et bien sûr, vous pouvez retrouver les chroniques des quatre tomes sur le blog

Stéphane – Vincent Villeminot

Yannis – Florence Hinckel

Jules – Caroles Trébor

Koridwen – Yves Grevet

 

U4 Koridwen – Yves Grevet

 

Titre : Koridwen

Série : U4

Auteur : Yves Grevet

Editeur : Syros et Nathan

Date de parution : 27 Août 2015

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Koridwen, Jules, Stéphane, Yannis ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90% de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils se rendent pourtant au même rendez-vous.

« Je m’appelle Koridwen. Je suis la dernière survivante du hameau de Menesguen. J’ai décidé de me rendre à Paris. 541 kilomètres en tracteur, c’est de la folie, mais toute seule ici je suis trop vulnérable. Ma grand-mère m’a toujours dit que j’aurais un destin exceptionnel. C’est le moment de le vérifier. »

 

  • Avis :

Koridwen… elle était celle qui m’avait tout d’abord attirée vers U4, de part cette nature bretonne que l’on a en commun. Puis Stéphane (https://tempsdemots.wordpress.com/2015/08/27/u4-stephane-vincent-villeminot/) et Yannis (https://tempsdemots.wordpress.com/2015/09/17/u4-yannis-florence-hinckel/) me l’avait peu fait aimer avant que Jules (https://tempsdemots.wordpress.com/2016/04/07/u4-jules-carole-trebor/) ne rectifie le tir.

J’étais donc très curieuse de la découvrir véritablement et d’en savoir plus sur son histoire passé et sur qui elle était en réalité. Et bien je n’ai pas été déçue !

Au-delà de l’intrigue de U4, Koridwen propose une intrigue un peu plus fantastique, basée sur la comptine bretonne « Ar Rannoù ». Alors que les autres personnages se débattent avec la nouvelle réalité, Kori, elle, suit ce qui semble être plus un destin qu’un véritable choix. On y découvre le légendaire breton et c’est en suivant les recommandations de sa grand-mère que Kori avance doucement dans l’histoire.

Au niveau du personnage, si je l’avais trouvé très froide dans Stéphane et Yannis, je l’ai totalement découverte dans ce tome. En la suivant jour après jour, on comprend surtout que Kori essaie de survivre en subissant le moins de douleur possible et en essayant désespérément de ne blesser personne. Elle est certes brute de décoffrage et prend des décisions sans en référer à personne mais elle cherche dans la mesure du possible de faire uniquement ce qui lui semble juste. Son amour et son dévouement pour Max la rend plus humaine encore et j’ai fini par beaucoup m’attacher à ce personnage.

Comme Koridwen est le dernier des quatre tomes que je lisais, j’étais donc assez à l’aise et habituée à l’univers de U4 pour me concentrer plutôt sur l’intrigue magique et laisser presque de côté le virus puisque j’en savais déjà les tenants et aboutissants. Et j’ai vraiment beaucoup aimé ce côté un peu décalée de l’intrigue. On retrouve ce qui fait le charme de U4 couplé à cette magie bretonne que j’aime tant et j’ai donc bien évidemment adhéré aux deux !

Koridwen est d’ailleurs pour moi LE tome avec lequel il faut terminer la série puisqu’il propose une fin alternative qui donne une autre dimension à la série.

Une série que j’aurai donc dévoré et dont je vous reparlerai dans son intégralité très bientôt 😛

Entre dans le

challenge2016

35 / 35

Nox – Yves Grevet

Titre : Nox

Auteur : Yves Grevet

Editeur : Syros

Date de Parution (intégrale): 22 Octobre 2015

 

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Dans une ville basse enveloppée d’un brouillard opaque – la nox –, les hommes sont contraints de pédaler ou de marcher sans cesse pour produire leur lumière. Comme l’espérance de vie y est courte, la loi impose aux adolescents de se marier et d’avoir un enfant dès l’âge de dix-sept ans. Lucen a peur de perdre celle qu’il aime, la rebelle Firmie, qui refuse de se plier à la règle. Il sent aussi ses meilleurs amis s’éloigner de lui. L’un d’eux, Gerges, s’apprête à rejoindre la milice qui terrorise les habitants, un autre, Maurce, un groupe hors-la-loi. C’est l’heure pour Lucen de faire des choix qui détermineront toute son existence. Au même moment, dans des territoires épargnés par la nox, la jeune Ludmilla ne se résigne pas au départ forcé de Martha, la gouvernante qui l’a élevée, injustement renvoyée par son père. Elle décide de tout tenter pour la retrouver.

 

  • Avis :
Merci à Véronique et aux éditions Syros pour ce roman.

Le premier point en voyant cet ouvrage c’est qu’il est énorme ! 872 pages en comptant les petits feuillets du début pour 960 grammes, un beau bébé donc !

En général, je n’aime pas lire deux livres en même temps mais là, puisque je lis en allant au travail, je me voyais mal le trimballer avec moi et je m’étais donc résignée. J’ai tenu le premier jour. Le deuxième, il était déjà bien au chaud dans mon sac et j’étais bien trop plongée dans l’histoire pour l’abandonner à la maison. Hé bien, mes voyages en tram se sont passés bien vite ! (notamment celui où j’en ai raté mon arrêt xD)

Bref, comme vous l’aurez compris, l’histoire m’a totalement happée et j’ai dévoré ce roman.

La narration nous plonge dans le quotidien de quatre personnages bien différents mais tous liés à Lucen, le personnage principal. Les chapitres s’alternent entre le point de vue de ce dernier, celui de Gerges, son meilleur ami, de Firmie, sa compagne et de Ludmilla, une fille d’en haut qu’il aide au début de l’histoire.

J’ai d’abord trouvé étonnant et peu pratique de ne pas avoir le nom du personnage en début de chapitre et il m’a fallu un moment d’adaptation avant de savoir qui racontait quoi. Mais au final, plongé comme on l’est dans le quotidien et la vie des personnages, il devient facile de les reconnaître après deux lignes et de savoir qui nous raconte sa version des faits dans le chapitre que l’on vient de débuter.

Si souvent les chapitres font avancer l’histoire, il arrive parfois qu’elle reparte légèrement en arrière pour nous proposer le même moment vu par un protagoniste différent. Ce qui est particulièrement intéressant ! D’autant plus pour comparer les visions de Lucen et Gerges ou de Lucen et Ludmilla sur les mêmes évènements qu’ils viennent de vivre, parfois ensembles et sur lesquels ils n’ont pas du tout la même manière de penser et ont parfois des ressentis totalement contraires.

C’est un ouvrage assez difficile à chroniquer finalement car l’univers est complet et  qu’il se passe un grand nombre d’évènements. Les personnages, qu’on les aime ou non, ne laissent pas indifférents et on s’attriste pour certains d’entre eux.

Au final, le roman nous propose quatre adolescents bien différents les uns des autres que l’on va voir grandir et souffrir, de manière physique et psychologique mais aucun d’entre eux ne baissera jamais les bras. Et à travers eux, ce sont la vie de bien d’autres personnages qui nous sont présentés, des ombres ou des personnages récurrents auxquels nous allons aussi nous attacher et voir évoluer.

Ce qui se passe sous la Nox et ce qui se déroule au-dessus n’est peut-être pas si différent finalement… guerre de pouvoir, manipulation mais amour malgré tout.

En bref un roman prenant qu’il faut lire pour le vivre ~

 

Entre dans le challenge

challenge20167 / 35

 

Bilan Octobre 2015

Hé oui, le mois d’Octobre s’en est allé et c’est donc le moment du bilan…

Je dois dire que je n’ai absolument pas vu passer ce mois !

Du coup, je songe sérieusement à une faille spatio-temporelle qui m’aurait propulsé tout droit en Novembre sans me demander mon avis

(ouais… comme la vie quoi ! xD)

Allez pas de titres de livres mais des ressentis pour cette fois !

(Jouons à « retrouvons le titre » et « avez-vous suivi le blog ce mois-ci ? » :P)

Bref en Octobre j’ai donc :

Appris que j’avais deux mains gauches juste après être devenue garde du corps (oui, ça tombait mal !). J’ai aussi fait la rencontre de quatre jeunes « méchants » avec qui j’ai fêté un anniversaire (c’est fou tous ces gens qu’on peut croiser dans des soirées !).

D’ailleurs en parlant de rencontre, j’ai suivi une vampire dans sa vandetta après être restée longtemps enfermée dans un labo. Tout ça pour finalement apprendre que le directeur du collège était un monstre !

Mais au collège, on m’a aussi rappelé que je pouvais être moi-même et que c’était une bonne chose.

Puis qu’on pouvait faire de super belles rencontres sur Internet et essayer de réaliser ses rêves.

J’ai aussi rencontré un garçon particulièrement tenace qui n’a pas été dérouté par mes pouvoirs.

Sinon, comme je suis en retard dans mon journal, je ne vous ai pas encore parlé de la forêt maléfique, de la Nox qui s’étend sur la ville ou de ma participation à Golden Voice mais… Ce sera bientôt choses faites !

Ce qui fait donc un total de 12 aventures vécues ce mois-ci ~

Et vous ? Qu’avez-vous fait en Octobre ?

In My MailBox #30

 

In My Mailbox a été inspiré par le blog Pop Culture Junkie et mis en place par Kristi du blog The Story Siren, le concept a été repris en France par Lire Ou Mourir. C’est un moyen de partager les livres reçus dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

 

Merci à Véronique et aux éditions Syros pour

Nox de Yves Grevet

IMG_20151024_174014(un beau bébé de 960 grammes. Oui, je l’ai pesé par curiosité xD)

 

 

J’ai craqué pour

Le Seigneur de l’Hiver de James A. Hetley aux éditions Mnémos

IMG_20151024_173931

 

J’ai aussi acheté pour mon père

Astérix, le papyrus de César

 

Et vous, qu’avez-vous reçu / acheté / emprunté ? =)