L’Herbier Secret du Druide – Pascal Lamour

 

Titre : L’herbier secret du druide

Auteur : Pascal Lamour

Editeur : Ouest France

Date de Parution : 27 Octobre 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Dans les savoirs que les druides nous ont transmis, les plantes figurent en bonne place. Voyageant de notre terre vers l’autre monde, sans limite, le druide nous enseigne comment soigner le corps, l’esprit et l’âme.
En rassemblant toutes ces plantes par des critères symboliques, rituels, par leurs liens avec les saisons et l’autre monde, nous remarquons qu’elles ont des continuités thérapeutiques qui ne peuvent être fortuites.
Pour la première fois, un ouvrage vous permet de créer le lien entre symboles et médecine végétale, à partir des connaissances ancestrales des Celtes.
Suivez le druide apothicaire sur un cycle des saisons avec 52 plantes à découvrir ou à re-découvrir.

 

  • Avis :

L’ouvrage nous présente tout d’abord la raison qui a poussé l’auteur à l’écrire et j’ai trouvé ce fait très intéressant. Nous nous plongeons ensuite dans le monde Druidique et son rapport avec la nature, notamment avec les plantes. Chez les Druides, les plantes jouent un rôle essentiel, qu’il s’agisse de la santé du corps, de l’esprit ou de l’âme. Soigner les troubles est certes importants mais il convient aussi de chercher les causes de ces troubles et de les régler. C’est l’un des points qui m’a très vivement intéressé puisque je trouve qu’on ne prend généralement pas assez en compte le côté psychologique de certaines douleurs.

Lorsqu’on parle de druidisme, les préjugés sont assez nombreux et l’auteur explicite ici de manière aussi claire que détaillée le rapport entre le druidisme et la médecine végétale. Au fil des pages, on s’aperçoit du côté logique des principes druidiques et de l’importance qu’à le respect de la nature dans ces principes.

Cette première partie permet de bien s’immerger dans l’ouvrage tout en rappelant qu’utiliser les plantes ne se fait pas de manière aléatoire : il faut les connaître et savoir les utiliser. Pour ce faire, chaque plante est ensuite détaillée. On retrouve les différents noms de la plante en question : commun, galois et breton. Ceci associé à sa description, à sa période de floraison, son habitat, ses propriétés, quelles parties de la plante utiliser et les précautions à prendre. Trois pictogrammes sont d’ailleurs présents dans l’ouvrage : toxique, pouvant être nocive ou sans danger (ce qui n’exclue évidemment pas de respecter les précautions d’emploi !). Nous retrouvons ensuite les propriétés de la plantes dans les trois mondes que nous avons abordés précédemment : corps, esprit et âme lorsque celui-ci est concerné.

Les saisons sont aussi très importantes puisque la floraison des plantes dépend bien évidemment des mois qui passent. Ainsi, les plantes sont réparties selon les saisons durant lesquelles elles poussent. Si on peut considérer cet ouvrage « dans l’air du temps » puisqu’actuellement, les médecines naturelles reviennent sur le devant de la scène, L’Herbier Secret du Druide est surtout un retour aux sources dont la première partie nous donne toutes les clefs pour appréhender le reste des pages.

En bref un ouvrage ultra intéressant sur la manière dont les plantes peuvent agir sur notre quotidien lorsqu’on sait comment les y intégrer.

Je remercie Ouest-France pour ce livre que je vais très régulièrement compulser.

Publicités

Si c’est pour l’éternité – Tommy Wallach

 

Titre : Si c’est pour l’éternité

V.O. : Thanks for the trouble

Auteur : Tommy Wallach

Traducteur : Anne Guitton

Editeur : Nathan

Date de Parution : 25 Janvier 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Parker Santé ne parvient plus à parler depuis la mort de son père, il y a cinq ans. Tandis que ses camarades de classe postulent pour l’université, lui préfère sécher le lycée et traîner dans les halls des hôtels de San Francisco pour voler les riches voyageurs.
Un jour, il rencontre Zelda Toth, une étrange jeune fille aux cheveux argentés qui prétend avoir plus de 200 ans. Lorsqu’elle lui dit vouloir se suicider, Parker fait un pacte avec elle : Zelda dépensera toute sa fortune avec lui s’il s’engage à poursuivre ses études pour devenir écrivain.
Mais Parker, qui est tombé amoureux, a un autre objectif : essayer par tous les moyens de lui redonner goût à la vie

 

  • Avis :

A dire vrai, j’étais un peu dubitative à la lecture du résumé. Finalement, j’ai vite été prise par l’écriture et par la manière de Parker de raconter son histoire. Qu’on y croit ou non, c’est surtout la quête de chaque personnage qui m’a profondément touché. Qu’il s’agisse de Zelda, de Parker ou de la mère de ce dernier, le roman nous présente trois personnages envahis par la tristesse et aux prises avec le deuil. Les mots de la maman de Parker sont d’ailleurs emprunt d’une sagesse qui m’a beaucoup touché. Je ne vous les livrerai pas ici parce qu’ils sont le résultat d’une prise de conscience qui se déploie tout au long du récit et qu’il vaut mieux, selon moi, en avoir lu toute l’histoire pour les apprécier pleinement.

Le roman raconte donc trois jours de la vie de Parker et notamment sa rencontre avec Zelda et ce que celle-ci a provoqué dans sa vie. A travers l’intrigue, on se pose de nombreuses questions sur l’histoire de la jeune fille mais aussi sur nous-mêmes. c’est ce que j’ai réellement beaucoup aimé dans cet ouvrage : il ne donne aucune réponse sur la manière de gérer son deuil ou d’organiser sa vie mais il rappelle que nous sommes les seuls à pouvoir la vivre pleinement.

En vérité, Zelda met souvent l’accent sur bien des problèmes dans la vie de Parker, des problèmes que le garçon ne voit finalement pas toujours. Mais voyons-nous nos propres défauts ? Savons-nous toujours ce que nous faisons ? Le roman nous amène à nous poser des questions sur nous-mêmes et sur les moments où nous nous voilons parfois la face. Parker mûrit au fil des pages parce qu’il prend conscience de plusieurs petits détails auxquels il n’avait auparavant jamais fait attention.

L’histoire s’intéresse aussi bien évidemment au concept d’éternité et, par là, de mortalité et j’ai adoré la manière dont l’auteur présente les choses. En vérité, toutes les réflexions présentes dans le roman m’ont plus et c’est là l’un des points forts de cet ouvrage selon moi. Ceci ajouté à une écriture très fluide dont on ne se lasse pas. Je pense d’ailleurs que je vais sortir Si c’était la fin du monde de ma PAL du coup ! 😛

En bref un roman prenant qui propose de belles réflexions sur le deuil.

 

Item Mimi Geignarde : un livre dont vous n’aimez pas la couverture – 10pts

23 / 50

In My MailBox #64

 

In My Mailbox a été inspiré par le blog Pop Culture Junkie et mis en place par Kristi du blog The Story Siren, le concept a été repris en France par Lire Ou Mourir. C’est un moyen de partager les livres reçus dans notre boîte aux lettres ainsi que les livres achetés.

 

Je vais essayer de refaire les IMM régulièrement pour vous montrer un peu les prochaines chroniques qui arrivent (même si dernièrement, je pioche allègrement dans ma PAL en farfouillant dans toutes les piles de livres qui traînent un peu partout dans ma chambre 😛 )

 

Cette semaine, merci aux éditions Syros et aux éditions Nathan

Le Papa de papier de Nadia Coste

Qui ment ? de Karen M. McManus

 

Et comme vous l’avez vu dans le post précédent, j’ai été gâtée par les éditions Harlequin

 

Et vous, qu’avez-vous ajouté à votre PAL dernièrement ? ^-^

 

Harlequin fête ses 40 ans

Hello ~

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’une maison d’édition que j’aime beaucoup. Mes dernières chroniques des romans Harlequin sont des ouvrages d’auteurs françaises que j’ai adoré (Angela MorelliLucie Castel) mais c’est aussi eux qui publient en français l’une de mes auteurs de romance doudou : Kristan Higgins (L’homme idéal ou presqueTrop beau pour être vraiAmis et rien de plus et mon préféré Tout sauf le grand amour). S’il s’agit jusque là de romances contemporaines, la récente collection Victoria fait le plein de romances historiques (La fierté des soeurs CynsterLa perle rare) et la maison d’édition s’intéresse aussi au New Adult (Neons Dreams). Il y en a donc pour tous les goûts et j’ai, personnellement, toujours réussi à trouver mon bonheur.

C’est pourquoi j’ai souhaité participer lorsque Harlequin a mis en ligne un sondage pour leur 40 ans d’existence. Pour ce sondage, j’ai accepté d’être filmée pour répondre à quelques questions (ce qui m’a permis de me rendre compte que je n’étais définitivement pas faite pour être booktubeuse 😛 ).

Suite à cela, j’ai reçu un énorme colis de lecture comme vous pouvez le voir

De quoi rajouter des chroniques Harlequine sur le blog !

Vous trouverez toutes les informations sur les romans sur leur site.

Et vous, avez-vous des romans préférés dans cette maison d’édition ?

 

La Magie de Paris, T1 Le Cœur et le Sabre – Olivier Gay

 

Titre : La Cœur et le Sabre

Série : La Magie de Paris

Auteur : Olivier Gay

Editeur : Castelmore

Date de Parution : 18 Octobre 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Chloé, élève en seconde, assiste un jour par hasard à un combat à l’épée entre Thomas, un élève d’une autre classe qu’elle connaît à peine, et une sorte de démon. L’adolescente tente d’intervenir mais est blessée et perd connaissance. A son réveil, la créature est morte et Thomas lui explique qu’il est un mage et que sa mission est de repérer et fermer les failles vers le monde des démons.

 

  • Avis :

L’un des points positifs de ce roman : son humour ! Je me suis plus d’une fois retrouvée à ricaner toute seule devant une page en lisant les remarques de Chloé. Les dialogues sont ultras sympas et il est très facile de se laisser prendre dans l’histoire.

Cette dernière mêle donc la vie scolaire normale à l’apparition d’une faille laissant passer des gens pas très gentils (et oui, j’ai kiffé ce petit côté Buffy). Le fait que Chloé soit escrimeuse permet de lancer l’intrigue et garde une importance capitale pour le reste du récit. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les passes d’arme comme les combats qui rende l’action très présente et permettent de ne jamais s’ennuyer. Apprendre les informations en même temps que Chloé permet de se poser des questions sur le pourquoi du comment et de se faire ses propres idées sur le concept de Mage et de Chevalier.

J’ai d’ailleurs hâte d’en apprendre plus sur Mickaël et le reste du groupe. Puisqu’il s’agit ici d’un tome de mise en place des différents protagonistes et de l’intrigue générale (même s’il se passe déjà pas mal de choses), je suis curieuse de passer « de l’autre côté du miroir » en quelque sorte et de voir le monde des Mages de plus près. Et puis, maintenant que j’ai lu le résumé du tome suivant, j’ai encore plus hâte de retrouver les personnages ! Je ne doute pas que les dialogues et les situations seront bien drôles 😛

Je ne m’attendais d’ailleurs pas à la révélation finale et je suis très curieuse de savoir comment ce fait va impacter la suite !

En bref, la suite arrive demain dans les libraires !

 

Item Farces pour sorciers facétieux : un livre qui vous a fait rire – 10pts

22 / 50

La Belle Etoile – Cathy Cassidy

 

Titre : La Belle Etoile

Auteur : Cathy Cassidy

Traducteur : Anne Guitton

Editeur : Nathan

Date de Parution : 4 Janvier 2018

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Dizzy avait 4 ans lorsque sa mère est partie vivre à Katmandou, la laissant seule avec son père. Elle ne l’a pas revue depuis, mais chaque année sa mère lui envoie une lettre ou un cadeau pour son anniversaire. Le jour de ses 12 ans, Dizzy attend donc le courrier avec impatience et reçoit… la visite d’une drôle de femme hippie : sa mère. La jeune fille est bouleversée, d’autant que sa mère lui propose de partir avec elle, faire la tournée des petits festivals de musique. Son père s’y oppose. Mais Dizzy grimpe tout de même avec quelques affaires dans le camion bariolé de sa mère, direction l’aventure au grand air…

 

  • Avis :

Nous faisons donc la connaissance de Dizzy qui a douze ans et qui vit avec son père depuis que sa mère les a quitté pour bringuebaler sur les routes. Le jour de ses douze ans, sa mère revient pour l’emmener avec elle.

Comme d’habitude, j’ai été happée par l’écriture de Cathy Cassidy et le roman est passé à toute vitesse. La Belle étoile nous présente une histoire de famille. Dizzy aime sa mère malgré le fait qu’elle n’a pas vu cette dernière depuis huit ans et rêve de leurs retrouvailles depuis autant de temps. Si l’amour qu’elle ressent pour Storm est bien réelle, elle s’aperçoit néanmoins rapidement que les rêves et la réalité ne coïncident pas. Au fil des chapitres, on ressent aussi tout l’amour qu’elle porte à son père et on ne peut qu’imaginer ce que lui ressent.

Si Storm n’a rien de la tendre maman raisonnable, au fil des festivals, on découvre d’autres personnages qui permettent à Dizzy d’être heureuse sur la route. Je pense notamment à la mère de Finn et à la famille des filles. Il y a aussi la petite famille que se crée les enfants pour résister à leur manière aux failles des adultes qui les entourent. Finn est réellement adorable et on ne peut que s’attacher à Mouse, ce petit garçon perdu qui va trouver en Finn et Dizzy des personnes sur qui compter. Plus que sur son père, qui est pourtant censé être celui chargé de son bien-être.

L’histoire pose des questions sur les besoins des enfants et s’attache notamment à ce qui est immatériel. L’amour, la stabilité, le respect, les règles… Autant de choses qui vont leur permettre de trouver un cadre rassurant et de grandir. Leur apporter tout cela implique de faire des choix et c’est ce que font finalement les adultes qui tiennent le plus à Dizzy, Finn et Mouse.

En bref un roman très bien mené, qui rappelle qu’on ne choisit pas sa famille mais qu’il est possible de s’en créer une.

Je suis d’ailleurs ravie de savoir que je retrouverai les personnages en juin pour la suite des aventures de Mouse ! Vivement ❤

 

Item Obscurus Books : un livre édité dans votre maison d’édition préférée – 20pts

21 / 50

Le Quartet des Smythe-Smith, T3 Pluie de baisers – Julia Quinn

 

Titre : Pluie de baisers

V.O. : The Sum of all Kisses

Série : Le Quartet des Smythe-Smith

Auteur : Julia Quinn

Traducteur : Léonie Speer

Editeur : J’ai Lu

Date de Parution : 27 Septembre 2017

 

 

  • Résumé (éditeur) :

Après trois saisons, lady Sarah Pleinsworth se morfond d’être toujours célibataire. Le mariage de sa cousine pourrait être l’occasion de dénicher un époux, mais décidément elle joue de malchance car son voisin de table n’est autre que Hugh Prentice. L’homme qui a causé l’exil de son cousin Daniel et semé la zizanie dans sa famille. De son côté, Hugh ne peut pas souffrir Sarah, qu’il juge exaltée et outrancière. La noce promet d’être gaie…
Pourtant, il suffira de quelques baisers pour faire voler en éclats tous les à priori et éveiller une passion dont ils seront les premiers surpris.

 

  • Avis :

A chaque fois que je commence un roman de cette série, je le termine sans savoir lequel d’entre eux est finalement mon préféré.

Cette fois encore, je me suis faite totalement happée par la plume de Julia Quinn (chapeau à la traductrice) et je n’ai pas réussi à lâcher le roman. Les aperçus que j’avais pu avoir des deux personnages principaux dans les précédents volets m’avaient déjà beaucoup intrigué mais je les ai littéralement adoré ! Le côté très ironique et pince-sans-rire de leurs échanges m’ont énormément fait sourire et, moi qui apprécie l’humour noir, j’ai été très contente de les voir en user joyeusement.

La première rencontre entre Sarah et Hugh est excellente et le caractère très carré et logique de Hugh ne peut que se fracasser contre la théâtralité de Sarah. Si cette dernière ne perd rien de sa fougue au fil des pages, elle réfléchit néanmoins un peu plus à ses actes et à sa manière de se comporter avec les autres. Quant à Hugh, s’il s’apitoie quelque peu sur lui-même (et on peut clairement le comprendre !), la culpabilité qu’il ressent et la douleur constante qui est la sienne font qu’on ne peut que compatir avec le personnage (et apprécier son humour). Un petit coup de cœur pour Frances et Harriett que j’adore voir interagir (dommage qu’elles soient trop jeunes pour avoir leur propre histoire !)

J’ai adoré retrouver Daniel et Honoria et j’aurai bien aimé voir un peu plus Marcus. Malgré cela, celle qui m’a le plus accroché reste Sarah, notamment sur la fin où elle fait preuve d’une force de caractère impressionnante. Si elle garde un petit côté niais dû à son éducation, elle sait ce qu’elle veut et n’hésite pas à se battre pour cela. En passant, je n’aurai rien contre un petit roman sur Freddie aussi tiens !

En tout cas j’aime toujours autant la manière qu’à l’auteur de nous présenter doucement les personnages que nous allons découvrir dans les tomes suivants. Ainsi, nous faisons un peu la connaissance d’Iris ici et je suis curieuse de la découvrir un peu plus encore dans le prochain opus. Bientôt ?

En bref une lecture aussi amusante que prenante qui confirme mon adoration pour les romans de Julia Quinn.

 

Item éphémère Tiare de la tante Muriel : se passe sous une monarchie – 55 pts (Seconde validation)