La Maison au milieu de la mer céruléenne – TJ Klune

Titre : La Maison au milieu de la mer céruléenne

V.O. : The House in the Cerulean Sea

Auteur : TJ Klune

Traducteur : Cécile Tasson

Editeur : De Saxus

Date de parution : 1er juillet 2021

 

Couverture La Maison au milieu de la Mer céruléenne

 

  • Résumé :

Une île magique. Une mission dangereuse. Un secret brûlant.
Linus Baker mène une vie tranquille et solitaire. À quarante ans, il vit dans une petite maison avec un chat caractériel et ses vieux disques. En tant qu’agent du Ministère de la Jeunesse Magique, il doit s’assurer du bien-être des enfants dans les orphelinats supervisés par le gouvernement.
Mais lorsqu’il est convoqué de manière inattendue par les Cadres Extrêmement Supérieurs, il se voit confier une mission curieuse et hautement secrète : se rendre sur l’île de Marsyas dans un foyer où résident six dangereux pensionnaires.
Obligé de mettre ses craintes de côté afin de rédiger un rapport objectif sur l’établissement, Linus va vite comprendre que les enfants ne sont pas le seul secret que renferme l’île. Il devra également réussir à cerner le charmant et énigmatique directeur des lieux, Arthur Parnassus, qui fera tout pour défendre ses protégés.
À mesure qu’il découvre d’incroyables secrets et qu’il se rapproche d’Arthur, Linus va se retrouver confronté au plus difficile des choix : faire son devoir ou écouter son cœur.

 

  • Avis :

Ce n’est pas une surprise, j’attends chaque roman de TJ avec impatience car je n’ai jusqu’ici jamais été déçue. Je sais que je vais rire, sourire et, bien souvent, pleurer également. Contrairement aux autres romans que j’ai lu, La Maison au milieu de la mer céruléenne est un tome unique et… hé bien, je le regrette ! Parce que j’aurai adoré retrouver la douceur de cette maison près de la mer ainsi que la tendresse et l’humour qui lit les personnages. 

J’étais curieuse de découvrir un personnage quarantenaire, dont je n’ai finalement pas l’habitude au fil de mes lectures et Linus m’a un peu fait penser à Gus sur certains points (Comment se comporter comme une personne normale). Linus est un homme qui fait bien son travail, qui se complait dans sa routine et ne cherche pas plus loin que ce qu’on lui dit de faire. Son travail est important puisqu’il va dans différents orphelinats pour vérifier que les enfants ont tout ce qui leur faut. Il arrive, il discute, il prend des notes et il repart, ayant toujours en tête l’intérêt des enfants dotés de magie qu’il rencontre au fil de ses descentes. 

Mais son arrivée sur l’île de Marsyas et sa rencontre avec ces enfants particuliers et leur directeur va lui faire remettre beaucoup de choses en questions. Car peut-on passer un mois à vivre avec une famille sans s’impliquer émotionnellement ? 

Comme toujours dans les romans de TJ se pose la question de la différence et de la manière dont les gens perçoivent ceux qu’ils jugent différents mais également la façon dont ils se perçoivent eux-mêmes. Linus, tout comme Arthur et les enfants, a besoin d’un endroit où il sera apprécié pour lui-même, pour qui il est et pour ce qu’il apporte au monde en étant lui-même. Ce roman rappelle également que les enfants se basent sur les agissement des adultes pour grandir et que l’apprentissage de l’empathie et l’amour dont on les entoure pour les aider à grandir leur permettent de devenir des adultes qui sauront tendre la main aux autres. 

Les enfants que nous rencontrons sur l’île de Marsyas ont tous été confrontés à des situations qui m’ont serré le cœur et il est si facile de s’attacher à chacun d’entre eux, de sourire devant leurs petits défauts et de rire à leur humour. Ils sont attendrissant, prêt à s’enthousiasmer d’un rien et parfois agaçants. Si on les voit s’ouvrir peu à peu à Linus, les adultes ne sont pas en reste dans cette histoire puisqu’ils changent eux aussi au fur et à mesure, Linus et Arthur apprenant finalement autant que les enfants autour d’eux. 

C’est un roman doux, qui emporte son lecteur dans un endroit ensoleillé, qui m’a fait rire et sourire avec l’impression d’être en train de boire un bon chocolat chaud sous un rayon de soleil. Une histoire pleine d’humour et de tendresse qui me rappelle à quel point les romans de TJ me fond du bien à chaque lecture. 

16 commentaires

  1. ça a été un coup de coeur pour moi. C’est chouette car j’en attendais beaucoup et pour une fois, je n’ai pas été déçue. Les enfants vont me manquer, et clairement, je vais me pencher sur la bibliographie de l’auteur.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s